ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 15 décembre 2013

LES MURS PORTEURS N'ONT PAS D'ENFANTS Par Jean SMIA



LES MURS PORTEURS N'ONT PAS D'ENFANTS

Par Jean SMIA
copyright © Temps et Contretemps


Mandela.... Après une succession de discours où chaque superlatif est minimisé par les superlatifs des discours suivants, oraisons toutes destinées à présenter leurs orateurs comme étant encore plus antiracistes et encore plus démocratiques que les précédents. 




Promiscuité



À l'image du pèlerinage à la Mecque qui confère le statut de «Hadj», se faire photographier présent pendant les cérémonies d'enterrement de Mandela confère le statut de grand humaniste. Sorte de cannibalisme où on mange celui dont on veut se parer de ses qualités. Couronné par un pittoresque besoin de déifier qui n'atténue en rien la touchante sincérité et l'indiscutable ferveur populaire.
Mandela et Kadhafi


Loin de mon discours d’esquisser la moindre réserve sur cette personnalité attachante, aimable et admirable. Y compris le fait que, pour faire avancer sa cause, il se soit rapproché de personnages aussi peu recommandables que Kadhafi, Castro, ou Khomeiny. Car les pays de l'Otan, considérant l’Afrique du Sud de l'apartheid comme amie, lui avaient refusé tout soutien.

Cependant, cette promiscuité n'implique pas son adhésion à leurs idées. Ils ne l'ont pas «enrôlé» : il s'est servi de la seule tribune disponible pour faire passer son message. Et comme tout invité respectueux envers ses hôtes, il ne pouvait omettre de remercier et dire sa reconnaissance en complimentant les maîtresses de maison sur l'habilité avec laquelle leur intérieur était entretenu. Et tant pis si ça ne plaisait pas à Israël. Mes réserves ont pour objet la récupération qui en est faite.



Descendance


Mandela, Gandhi et Luther-King


Tous ces grands à la forte personnalité et au charisme indiscutable, qui combattent pour un idéal ont, tous, un parcours de vie qui les identifie à leur cause. Ainsi, Gandhi, sœur Theresa, Martin Luther et d'autres comme Mandela sont tellement iconisés qu'il devient pratiquement impossible de reprendre leur flambeau.

S'est-on demandé pourquoi tous ces personnages, alors que la plupart a une descendance génétique, n'ont jamais de fils spirituel pour continuer leurs œuvres ? Il semblerait que les ennemis de leurs causes respectives ont parfaitement conscience de cet écueil et c'est une des raisons de leur participation active à cette déification.

À l'apartheid selon la couleur de la peau s'est substitué un apartheid économique : les noirs ont à présent le droit de monter dans tous les bus sauf qu'ils n'ont pas d'argent pour acheter le ticket. Et, on se contente d’applaudir la discrimination positive qui a permis de créer artificiellement une bourgeoisie de couleur. 

Dans un système d'information où l'apparence du virtuel prend le pas sur la réalité du concret, il est normal que Mila 18 n'existe plus, que personne ne se souvienne de Jan Palach, et que bien peu savent qui est Wang Weilin.

1 commentaire:

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Comme toujours, l'idolâtrie se faufile, sans crier gare dans le monothéisme, démultipliant les Saints, saints d'église, saints rabbins, les imams cachés et les messies pas morts, alors que le seul saint qui devrait vraiment nous guider est notre propre saint esprit, libre, critique et en recherche perpetuelle de vérité, sauf si celle-ci devient absolue, comme les dictatures du même nom.