ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 12 février 2018

L'Iran lance la guerre des drones en Israël



L'IRAN LANCE LA GUERRE DES DRONES EN ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

           
F16 israélien
        
          Une nouvelle étape a été franchie au nord d’Israël, qui forcera l’État-major à réévaluer sa stratégie vis-à-vis de la Syrie. C’est la première fois, depuis 1973, qu’un avion F-16 est abattu par les Syriens alors qu’il se trouvait en territoire israélien. Certes l’exiguïté de l’espace aérien est telle que les frontières sont difficilement respectées. La guerre avec la Syrie a pris une nouvelle tournure à l’aube du 10 février 2018.






            Tout a commencé lorsqu’un drone iranien a franchi la frontière du Golan en direction de Tibériade. Il a été pris en charge par les systèmes israéliens de défense aérienne à un stade précoce et a été surveillé jusqu'à ce qu'il soit abattu par un hélicoptère Apache au-dessus d’Israël. Le drone iranien a été récupéré par les services techniques de Tsahal à des fins d’analyse. En représailles, l’aviation de Tsahal est entrée en action contre le lieu de tir iranien, près de Palmyre. Cependant des missiles anti-aériens syriens ont touché l’un des chasseurs qui s’est écrasé en territoire israélien, tandis que les pilotes du F-16 ont été éjectés vivants, l'un très grièvement blessé et l'autre plus légérement, les deux sont en soins intensifs à l'hôpital Rambam de Haïfa.
            Il n’est pas dans les habitudes d’Israël de laisser l’incident sans réponse; d’ailleurs l’armée a déjà communiqué : «L'incident est en cours. L'Iran entraîne toute la région dans une aventure et en paiera le prix. Tsahal continuera de fonctionner contre toute tentative d'infiltration dans l'espace aérien israélien visant à violer la souveraineté israélienne». L'armée israélienne envisage à présent tous les scénarios en Syrie après avoir brisé les efforts du Hezbollah pour améliorer les capacités des missiles. L'Iran a récemment armé ses unités militaires en Syrie et son mandataire le Hezbollah d’un nouveau drone, Mohajer-6, qui transporte des bombes intelligentes de précision. L’Iran dispose selon les experts d’un drone ultrasophistiqué, avec une antenne.
Drone américain capturé en Iran

            En 2011, les Iraniens avaient mis la main sur un drone furtif américain à proximité de la frontière afghane. Depuis, les autorités de la République islamique ont annoncé avoir percé les mystères de cet appareil ultrasophistiqué pour en fabriquer une copie parfaite. Le 12 novembre, ce nouveau drone avait été fièrement dévoilé par les télévisions iraniennes.  Mais quelques détails font tiquer les spécialistes des drones militaires. L'appareil américain RQ-170 de la CIA, aussi appelé la «bête de Kandahar» a été fabriqué en 2009 et est considéré comme une prouesse technologique. En forme de delta, cette aile volante d’une envergure d’une vingtaine de mètres peut voler à 15.000 mètres d’altitude et compte parmi les drones les moins repérables du monde. Les forces iraniennes se vantent de l’avoir «capturé» en piratant son système de pilotage, mais la CIA maintient que l’engin, en mission de surveillance, a été contraint d’atterrir à cause d’un problème technique.
Drone iranien

            En 2013, les autorités iraniennes avaient annoncé que ses équipes de spécialistes avaient décodé les données secrètes qui se trouvaient dans les ordinateurs de l’appareil et qu’elles étaient sur le point d’en fabriquer une réplique.  D’après le commandant des forces aérospatiales des Gardiens de la Révolution, c’est aujourd’hui chose faite. Le général Amir Ali Hajizadeh a ainsi dévoilé mi-novembre une version, prétendue améliorée du drone américain : le modèle iranien est supposé non seulement faire de la reconnaissance comme l’original, mais aussi frapper.
Général Amir Ali Hajizadeh

            Les experts occidentaux ont analysé les images du vol du drone, en particulier celles où le drone atterrit. Il touche la piste d’atterrissage avec de légers rebonds qui laissent à penser que la version iranienne est plus petite et plus légère que l’original américain. Un drone de type RQ-170 ne ferait pas ces mouvements. La cinématique de l’atterrissage fait davantage penser à un petit modèle de drone radiocommandé alors que la version américaine du RQ-170 est pilotée depuis une base aux États-Unis, via un système GPS, une technologie dont l’Iran ne disposerait pas actuellement. Par ailleurs, si la forme générale ressemble à celle du RQ-170, le train d’atterrissage du drone est très fin, sans portes de travée qui se referment quand les trains d’atterrissage remontent. L’antenne présente sur le drone iranien, prouve qu’il s’agit d’un appareil radiocommandé, donc technologiquement bien en-dessous de la version américaine.
Drone RQ-170

            Les drones peuvent avoir des antennes, bien que généralement dans les vrais drones, les antennes ne sont pas visibles et sont placées sous une structure robuste pour les protéger de la météo mais aussi pour permettre un meilleur aérodynamisme. Cette antenne laisse à penser qu’il s’agit d’un drone à pilotage radiocommandé de type «Line Of Sight», au delà de la ligne de mire que les autorités sécuritaires ne permettent pas de dépasser.
Mojaher-6

            Ce système recouvre à la fois les drones télécommandés dans la limite du champ de vision et les drones télécommandés via un signal radio qui permet d’aller au-delà du champ de vision. Or tout ce qui émet une onde radio peut être interceptée par des équipements spécialisés. Le porte-parole du Pentagone a affirmé qu’il n’y avait aucune chance pour que l’appareil atteigne le niveau technologique de l’original américain. Mais en Iran, le général Hajizadeh bombe du torse en insistant avec insolence sur le fait que son drone est ultra-moderne : «On ne rendra pas la version originale du RQ-170 aux États-Unis. En revanche, s’ils lèvent les sanctions, on leur enverra la version iranienne».
            La guerre des drones est à présente lancée entre Israël et l’Iran par Syrie interposée.

3 commentaires:

Georges KABI a dit…

Malgre toutes les declarations de Tsahal, il s'agit bien d'une victoire syro-iranienne et peut-etre meme russe.

denis sabrié a dit…

Quel professsionalisme, l'article est une nouvelle foi très bien détaillé..hélas, les nouvelles ne sont pas bonnes...il est temps de retourner la situation, sinon.. ce serait la cata...ce n'est pas imaginable...Les Américains et Israel doivent reprendre à 100% la donne...

Charles Gaston a dit…

Il s'agit d'un micro événemen de la guerre en cours. Le. Drone a été éliminé. Les cibles iraniennes ont été atteintes.
Néanmoins, un avion. Israélien a été touché! C'est la première fois depuis de longues années et je ne doute pas que les techniciens de l'armée sauront en tirer les conséquences , toujours avec une longueur d'avance ......
Rien n'est jamais figé et la perte d'un avion n'est pas une victoire Mr Kabi. On doit s'adapter en permanence.
De plus, la riposte à été violente et les iraniens sauront a quoi s'attendre s'ils recommencent.
Enfin, les russes sont avertis aussi et il me semble qu'ils pourront suggérer aux iraniens d'être "moins présents".