Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

vendredi 23 février 2018

Le Brexit pour créer une nouvelle Otan sans Turquie par Jean SMIA



LE BREXIT POUR CRÉER UNE NOUVELLE OTAN SANS TURQUIE

Le billet d'humeur de Jean SMIA

            

          La première ministre britannique Theresa May a insisté sur «l'urgence» de négocier une coopération sécuritaire privilégiée avec l'Union européenne après le Brexit. C’est une opportunité inestimable pour compléter et modifier la prévention contre des dangers que l’OTAN n’avait pas prévus, ni pu prévoir. Car l’OTAN, qui avait pour vocation d’assurer la sécurité de l’Occident au lendemain de la seconde guerre mondiale, ne prenait en considération que deux menaces : les réminiscences allemandes et les ambitions de conquêtes de l’URSS. Puisque, en complément, les accords Sykes-Picot étaient, à l’époque, estimés suffisants pour contenir l’expansionnisme islamiste.





            Or, deux nouvelles circonstances rendent pratiquement caduc le traité de l’OTAN. Tout d’abord l’effritement du paravent anti-islamiste érigé par les accords Sykes-Picot, et ensuite les dérives totalitaires islamiste de Recep Erdogan. Ainsi, tous les adhérents au traité de l’OTAN se retrouvent, en regard de l’actuelle Turquie, prisonniers des engagements pris lors de leur adhésion.
            C’est ainsi que le contentieux turco-grec n’a jamais pu être réglé depuis 1974, et encore moins déterminée et circonstanciée la responsabilité du génocide arménien. Aucun dirigeant européen n’ayant eu le courage de dire son fait à Erdogan, ni d’envisager d’initier une exclusion de l’OTAN, il reste à l’Europe l’opportunité du Brexit.
            En effet, le Brexit permettra d’élaborer de nouveaux accords, sur de nouvelles bases et de nouvelles définitions, et d’opposer des réponses à ces dangers que l’OTAN n’avait pas prévus. Et ce, sans que la Turquie ne se sente directement visée par ces nouveaux et nécessaires traités d’alliance et de coopération sécuritaires.
            Car, de ce fait, la Turquie n’aura ni accès ni son mot à dire sur le contenu de ces accords. De même pour toute gouvernance, de quelque pays que ce soit, en Occident, qui tendrait à se transformer en théocratie.

1 commentaire:

Amellal Ibrahim a dit…

"Keep dreaming" comme on dit en Anglais

Albion a toujours soutenu les Turcs contre l'UE, ils ont signé un contrat pour le nouvel avion turc et ils n'en ont cure de l'UE.