ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 29 mai 2014

LES BONNES QUESTIONS DU FN SUR L’EUROPE Par Jean SMIA



LES BONNES QUESTIONS DU FN SUR L’EUROPE

Par Jean SMIA
copyright © Temps et Contretemps



Il est rituel de dire que le FN pose les bonnes questions en prônant de mauvaises réponses. Sauf que si ce sont de bonnes questions, c'est parce qu'elles se posent à une majorité de gens. Incapable de proposer de bonnes réponses à ces vraies questions, la majorité des politiques en place et des candidats (de quelque bord que ce soit) s'est contentée d'éluder ou de contourner ces questions par des persiflages et des allusions au nazisme.



Message électoral


Mieux encore, lors des messages d'avertissement survenus à l'issu de diverses consultations électorales et sondages, certains ont affirmé que ce mécontentement provenait du fait que les orientations de gouvernance n'étaient pas assez appuyées. Prouvant, par ce discours, qu'ils n'avaient rien compris au message de l'électorat dont le vote leur affirmait que ça n'allait pas du tout dans le bon sens. Et l'électorat se devait de mieux le lui faire comprendre, leur message.
Pourquoi cette Europe, telle qu'elle se comporte, suscite-t-elle autant de défiance et d'incompréhension ? La première raison vient des candidats aux élections et des élus eux-mêmes : Lorsqu'ils ne sont pas capables de proposer une solution ou lorsqu'ils n'ont pas de réponse à un dysfonctionnement, ils mettent en cause l'Europe. C'est facile et comme bien peu y comprennent quelque chose, personne ne va vérifier qu'ils mentent.
Il y a une autre raison, c'est que loin de proposer un projet de société lisible, auquel on adhérerait ou pas, chaque Européen se sent manipulé par une sorte d’hydre administrative autogérée, sur laquelle il n'a aucun pouvoir de direction. Les acceptations ou sollicitations d'adhésion de pays à l'Europe font penser à une pyramide à la Maddof : plus il y a d'adhérents plus il y aura de cotisants et plus il y a de cotisants, mieux les premiers adhérents percevront leurs intérêts. Et, lorsqu'il n'y a plus de nouveaux cotisants: ça s'écroule.

Mutualisation


Les arguments opposés aux Europhobes sont nuls. Donner comme motivation à la nécessité européenne qu'il faut faire l'Europe pour faire face aux défis de la mondialisation et que depuis qu'il y a l'Europe on n'y déclare pas de guerre ne me semble ni fédérateur ni dynamisant. On ne rallie une dynamique unitaire constructive que sur des valeurs ou des projets, jamais sur des positions de défense. Il y aurait cependant bien, des projets fédérateurs : la plupart des pays d'Europe ont décidé, chacun séparément, de mutualiser les risques communs à la vie de chaque individu. Ce sont: la santé, le chômage, l'éducation et la vieillesse.

Et chaque pays a ses règlements, administrations et caisses régissant ces sujets. Et chacun parvient à des résultats similaires quant à l'efficience finale. Proposer une Europe qui unifie chacun de ces domaines afin de sécuriser l'avenir de ses enfants est, à mon sens, fédérateur et compréhensible pour les populations : des caisses plus solides, des statuts privilégiés supprimés et un nombre de fonctionnaire minoré (donc un coût de fonctionnement minoré dans chacun de ces domaines). Les gens d'Europe, s'ils adhéraient à ce type de projet, sauraient pourquoi ils travaillent et pourquoi ils se sacrifient.

Mais étant donné que ce sont des fonctionnaires qui gèrent actuellement l'Europe : non seulement, ce n’est pas par çà qu'ils vont commencer, mais en plus, personne n'aura jamais le pouvoir de leur faire commencer ce type d'unification.

Aucun commentaire: