ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 17 juin 2016

Lutter contre le terrorisme en gardant ses valeurs par Gérard AKOUN



LUTTER CONTRE LE TERRORISME EN GARDANT SES VALEURS

Par Gérard AKOUN


Le policier de Magnanville et sa femme

En l’espace d’une semaine trois attentats terroristes, qui ont frappé les esprits, ont eu lieu le premier à Tel-Aviv, le second à Orlando en Floride, le troisième à Magnanville dans la région parisienne. Trois attentats commis par un ou deux tueurs qui se sont, aux Etats Unis comme en France, clairement réclamés de leur appartenance à Daesh. On peut remarquer que l’organisation «Etat islamique» n’a pas fait sien l’attentat de Tel-Aviv, comme si elle craignait, à visage découvert, on peut du moins le supposer, de s’attirer des représailles israéliennes. Mais les buts poursuivis sont les mêmes, faire le plus de victimes, semer l’effroi, semer la terreur.




La tuerie dans la boite gay d’Orlando, est à rapprocher de celle qui avait eu lieu au Bataclan à deux différences prés, ce sont spécifiquement des homosexuels qui étaient ciblés et le terroriste, qui a tué quarante neuf personnes et qui en a blessé des dizaines, était seul, sans soutien logistique, mais lourdement armé. Depuis la destruction des tours jumelles du  World Trade Center,  des attentats avaient été commis aux Etats Unis mais  aucun n’avait fait autant de victimes. L’assassinat du couple de policiers assassinés à coups de couteaux chez eux, l’un devant la porte de sa maison, l’autre à l’intérieur devant son petit garçon de trois ans   répondait au deuxième objectif, semer la terreur.
Le tueur a commenté sur Facebook et sur Twitter son double assassinat, montré les photos de ses victimes, revendiqué son appartenance à Daesh et appelé «à tuer les policiers, les gardiens de prison, les journalistes,  les rappeurs…». Les candidats au djihad, dans la mesure où ils ont du mal à rejoindre le califat pour y combattre sont appelés, individuellement par Daesh, à agir là où ils se trouvent, à tuer les mécréants, même à coups de couteau, s’ils ne sont pas mieux armés.  Larossi Abballa, le tueur de Magnanville, a accompli son horrible forfait, en lui donnant le maximum d’écho. 
Larossi Abballa

Ceux qui ont pour mission de nous protéger savent, maintenant, qu’ils ne risquent pas leur vie, seulement quand ils exercent leurs activités professionnelles mais aussi en dehors, quand ils regagnent leur foyer qui devrait rester un havre de paix. Ils savent aussi que leur famille est devenue une cible. Ils ont demandé de pouvoir garder leur arme de service, 24h/24, même après la fin de l’état d’urgence, ils ont  raison,  cela leur permettra de mieux se protéger.
Mais chacun d’entre nous, devra se sentir mobilisé dans cette guerre contre le terrorisme qui malheureusement sera longue. L’islamisme radical veut détruire la démocratie et ses fondements,  notre art de vivre, notre liberté de croire ou de ne pas croire, l’égalité entre les hommes et les femmes, le respect de l’autre. Il nous faut défendre nos valeurs, mais cette guerre sera plus difficile à mener dans les pays démocratiques car nous ne pouvons la faire, à la manière d’une dictature sud-américaine ou d’un pays totalitaire, sauf à accepter d’y perdre notre âme.

Les islamistes veulent abattre la démocratie, ne les aidons pas à y parvenir en la détruisant de l’intérieur. Nous devons opposer un front uni face à ces attentats, ne pas essayer d’en tirer avantage, à quelques mois de l’élection présidentielle en faisant, de manière scandaleuse une surenchère sécuritaire, qu’on sait difficilement applicable, ou longue à mettre en place. Il y aura d’autres attentats, les terroristes trouveront toujours des trous dans les mailles du filet, quelle que soit la vigilance exercée ; le FBI tant vanté n’a pu prévenir la tuerie d’Orlando, les Israéliens n’ont toujours pas trouvé de parade contre l’intifada des couteaux, alors qu’ils ont, malheureusement pour eux, une longue expérience de la lutte antiterroriste. Nous devons essayer de nous retrouver dans le même état d’esprit qu’en janvier 2015, et affirmer notre unité encore plus largement si nous voulons maintenir nos valeurs, tout en luttant contre le terrorisme que nous pouvons et devons vaincre. 

3 commentaires:

jean SMIA a dit…

Un ensemble de communautés, de régions et de nations avaient décidé de vivre selon des règles démocratiques sous une République.
RE-Publique= choses publiques. D’où il se déduit que la religion, du domaine privé, est exclue de tout droit à la gestion de la chose publique.
Ceux qui refusent la règle première que les lois de la République sont au-dessus de toute autre loi sont libres d’aller vivre ailleurs.
La fragilité de ce système fait que dés lors qu’une seule communauté refuse ce principe: c’est l’ensemble des communautés qui doivent sortir de ce mode de vie, afin de pouvoir exclure de la république ceux qui s’en excluent.
Cela s’appelle un état de guerre dans lequel tous les principes de droit démocratique deviennent caducs.
Espérer convaincre « démocratiquement » des théocrates d’accepter la règle républicaine est d’une naïveté criminelle.
Il ne s’agit pas de « perdre son âme », il s’agit de se donner les moyens de revenir au mode républicain, sans quoi, il deviendra inaccessible à jamais.
Le vieux principe de Kémal Ataturc qui imposait l’armée comme gardien contre la théocratie reste la seule réponse efficace pour pouvoir espérer revenir au système républicain démocratique.
Il suffit d’observer la transformation de la Turquie pour s’en rendre compte.

Marianne ARNAUD a dit…

Qui, en France, a commencé à faire cette guerre contre le terrorisme dont vous parlez ? Personne ! Est-ce que fouiller des sacs à l'entrée des magasins, ou installer des plantons, partout où c'est possible, cela s'appelle faire la guerre ? Est-ce que - en plein état d'urgence - autoriser des manifestations de masse qui toutes se terminent par de la guérilla urbaine qui prend la police pour cible, cela s'appelle faire la guerre ? Demander plus de sécurité serait même "scandaleux" à vos yeux ? Vous nous conseillez donc : "essayons de nous retrouver dans le même état d'esprit qu'en janvier 2015" ! Et, serais-je tentée d'ajouter : "Inch Allah !"

Véronique ALLOUCHE a dit…

Il y a dans nos démocraties des mots tabous et comme le faisait remarquer le journaliste et écrivain Mohamed Sifaoui hier dans une émission de télé: " les dirigeants tels qu'Obama ou Hollande parlent de terrorisme, terme vague, alors qu'il s'agit de terrorisme islamiste."
Point aussitôt repris par le sociologue Michel Wievorka en ces termes:" on ne peut pas parler de terrorisme islamiste car ce serait stigmatiser l'islam." Réponse de Sifaoui:" avec votre logique on ne dirait plus extrême -droite, extrême -gauche car ce serait salir et la droite, et la gauche."
Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde a dit Albert Camus.
Et pour toute réponse encourageante à cet état de chose, le premier ministre déclare " d'autres innocents perdront leur vie."....
Continuons donc à se faire massacrer.... et à commémorer!!
Bien cordialement
Véronique Allouche