ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 26 février 2016

Et si le Hamas devenait un partenaire ?




ET SI LE HAMAS DEVENAIT UN PARTENAIRE ?

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps


Netanyahou, Peres, Yaalon, Gantz
        
          Lorsque deux généraux israéliens prestigieux donnent leur avis sur Gaza, le gouvernement les écoute. Après avoir atteint les sommets dans Tsahal, ils ont l’expérience des armes, du terrain et des combats et nul ne peut les accuser de mollesse, encore moins de compromission politique. Le contact avec l’ennemi les a rendus plus pragmatiques et plus conscients des réalités. Il est vrai que le jeu permanent avec la mort rend les militaires moins enclins à l’affrontement, voire à la guerre. Les Israéliens sont très respectueux de leurs soldats à qui ils font une confiance sans limite parce qu’ils savent qu’ils détiennent leur avenir sécuritaire entre les mains. Donc leur avis compte.



            En octobre 2014, à la veille de quitter ses fonctions, Le chef d’État-major Benny Gantz avait fait le point sur la situation au sud. Pour lui, la guerre de Gaza avait dissuadé, pour de nombreuse années, le Hamas d’entrer en guerre : «L'organisation ne se précipitera pas dans l'escalade de la situation de sécurité dans son état actuel» mais il avait ajouté un bémol dans ses propos : «Israël doit agir avec sagesse à l'égard de la bande de Gaza, qui exige un point d'ancrage économique qui permettra de consolider les réalisations militaires»
Ruines de Gaza

          Il estimait que le calme dépendrait des «carottes» que le Hamas obtiendrait et notamment un assouplissement des restrictions économiques. Gantz n’avait pas mâché ses mots : «nous devons agir de façon rationnelle. La bande doit être ouverte aux biens ; il y a 1,8 millions de personnes là-bas, coincées entre Israël, l'Égypte et la mer. Ces gens ont besoin de vivre leur vie. L'équilibre doit incliner vers l'espoir et non vers le désespoir, sinon les combats pourraient reprendre, malgré l’état lamentable du Hamas». En revanche il avait toujours rechigné aux suggestions concernant une conquête totale de la bande de Gaza.
Sami Turgeman

            En mai 2015, le général commandant la région sud, Sami Turgeman, lui avait répondu en écho : «Il n'y a pas d'alternative au Hamas pour diriger la bande de Gaza. L'alternative ce serait l'armée israélienne et le chaos». Il avait fait cette déclaration après avoir constaté que l’accord de réconciliation qui devait être historique entre le Hamas et le Fatah avait fait long feu. À l’époque déjà, les propos du général Turgeman ne cadraient pas avec la position de Benjamin Netanyahou qui qualifiait le Hamas de groupe djihadiste se réclamant de Daesh. Et pourtant avant le cessez-le-feu à Gaza, des membres influents du Likoud et même des membres éminents de l’entourage de Netanyahou avaient tout fait pour empêcher l’armée israélienne de renverser le régime du Hamas car estimaient-ils, on ne peut négocier qu’avec nos ennemis. Turgeman avait d’ailleurs ajouté : «La lutte contre le Hamas n'est pas une guerre militaire. Si quelqu'un croit que le combat entre nous et le Hamas se résoudra en lançant nos forces militaires l'un contre l'autre, il a mal compris ce qui se passe».
Uri Ariel

            Il semble que l’idée d’une évolution de la situation à Gaza ait fait son chemin puisque des nationalistes juifs, et non des moindres, envisagent une amélioration du sort des habitants de Gaza et prônent la construction d’un port. Le ministre de l’Agriculture Uri Ariel, chef de la faction dure Tekouma au sein du parti des Sionistes-religieux, l’homme des implantations à outrance, vient d’annoncer qu’il serait favorable à la création d’un port à Gaza, si cela était proposé au gouvernement. Il semble en fait qu’il tienne compte des exigences de la Turquie pour renouer avec Israël. Le port serait financé par une partie de l’aide de 5 milliards de dollars promise pour la reconstruction de Gaza.
            Alors que plusieurs ministres approuvent le projet, Benjamin Netanyahou et le ministre de la Défense Moshe Yaalon refusent l’idée même d’un tel port qui risquerait d’être utilisé pour l’importation d’armes mettant en danger la sécurité du pays. Yaalon est absolument contre toute solution dans laquelle Israël n'aurait pas le contrôle de la sécurité sur les marchandises entrant à Gaza.
            Quelle mouche a piqué l’un des tenants de l’extrême droite Uri Ariel  qui utilise un langage auquel les Israéliens n’étaient pas habitués de sa part. D’abord, il s’appuie sur le fait que tous les hauts gradés de Tsahal approuvent la construction de ce port qu’ils pensent pouvoir facilement contrôler avec les techniques modernes de surveillance. Uri Ariel étonne lorsqu’il estime aussi que : «Le sionisme et le règlement du conflit vont de pair avec le développement économique régional». Il pense qu’une amélioration de la situation économique à Gaza limiterait les risques d’une reprise des hostilités avec le Hamas car la situation actuelle est dramatique après la destruction des tunnels avec l’Égypte.
Uri Ariel et Naftali Bennett

            On voit mal ce ministre se lancer dans une démarche non approuvée au moins par Naftali Bennett, le chef des Sionistes-religieux. Il pourrait s’agir d’un ballon d’essai télécommandé par le gouvernement pour tester l’opinion publique israélienne et l’opinion internationale. Ce n’est pas la première fois que l’on parle d’un port dans la zone d’El-Arish au Sinaï, ou dans une île artificielle au large de Gaza ou enfin d’un port volant avec Chypre contrôlé par les Grecs ou les Turcs. Ce nouveau projet peut mener à une solution à long terme; on parle d’un cessez-le-feu de dix ans avec le Hamas.
Ile artificielle au large de Gaza

            Un proche de Netanyahou et membre du Cabinet de sécurité, le ministre des Transports, Israël Katz, en charge des affaires de renseignements, est favorable au projet qui, sur le principe, est pour lui bien avancé. Il propose la construction d'une île artificielle de  huit kilomètres carrés, reliée à la bande de Gaza par un pont d’environ 5 kilomètres de long. Le port serait construit sur l'île avec, plus tard, la possibilité d’y édifier un aéroport étant entendu qu’Israël serait totalement responsable de la sécurité du port.
Ismael Haniyeh et Erdogan

            C’est la première fois que l’on parle de manière concrète de projets de paix avec le Hamas. Le fait que le bouillant extrémiste Uri Ariel soit le porte-parole d’un changement dans les esprits donne à penser que le projet est en réalité concret et qu’il entrera dans le cadre d’une réconciliation totale avec la Turquie dont le président Erdogan a ouvertement avoué qu’il avait un besoin pressant d’Israël. Ce serait lui qui aurait poussé les dirigeants du Hamas à  évoluer dans leur stratégie politique. Le Hamas, un partenaire ? Pourquoi pas ! Surtout si cela aurait un effet d’entraînement vis-à-vis de l’Autorité palestinienne qui vient de se voir offrir 100.000 permis de travail supplémentaires pour ses ouvriers.


4 commentaires:

Michel LEVY a dit…

De toute façon, il faut crever le furoncle ! ! on a tout essayé, les partis évoluent... le parti radical est passé à droite, les socialistes qui furent d'ardent révolutionnaires font la politique des "Républicains", tous les partis même les pires doivent se plier au peuple... n'a t-on pas vu les nazis reculer et ne pas déporter les demi juifs, conjoints d'allemandes face à la fronde de leurs épouses ? donc les stratèges israéliens tentent quelque chose.. il faut bien le statut actuel ne peut pas durer.
Si le public arabe y trouve son compte, ils auront moins envie de retourner à la violence et aux bombardements, ils feront pression sur leurs dirigeants qui pour se maintenir ne pourront pas changer de politique facilement.
C'est un pari, il faut bien espérer non ? ?

Sarah CATTAN a dit…

C'est la seule espérance qui demeure. Pour eux comme pour nous. Il faudra bien la faire cette paix. Il m'arrive de rêver - tout bas- a des États Unis du Moyen Orient.

Unknown a dit…

Décidément on veut être aimé à tout prix !!! Et à toutes solutions!!! Sans rien demander de ce que nos considérons comme important pour notre futur!!! Incroyable ces rêves de paix à tout prix comme Oslo et quand ça tourne mal qui va payer nos enfants !!! Une première ébauche que les palestiniens arrêtent leurs manuscrits scolaires de haine. Leurs émissions télé sur les enfants qui présentent la future génération
Que les palestiniens arrêtent aussi leur répression sur leur population et leur djihâd
Faut savoir que dans leur quête de djihadistes si l ennemi leur propose un pacte de paix ils acceptent pour mieux se renforcer et l attaquer par la suite c est écrit dans le Coran

C est complexe car aucun traité ne sera respecté on le voit avec tous les autres pays arabes

Anonyme a dit…

Folie !!!! Aucun traité respecte !!!!

Faut qu ils arrêtent leurs manuels scolaires et propagande d haine et leur narratif de leur histoire ils se disent cananéens!!!!!

Les israéliens veulent être aimés à tout prix c est le prix de la sécurité qui est en jeu