ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 24 avril 2016

Jacques BENILLOUCHE : Entrepreneur devenu journaliste



Profil de Jacques BENILLOUCHE

Entrepreneur devenu journaliste


          
          Pour répondre enfin à de nombreuses demandes de lecteurs qui s’étonnent de mon silence sur  «ma vie passée» et de mon absence sur Wikipédia,  je vais satisfaire leur curiosité car tout est limpide. Il n’y a rien de narcissique dans cette démarche mais une volonté de clarification pour éviter toute fausse interprétation d’un silence prolongé. 
          Je suis arrivé de Tunisie en septembre 1961, après une année à l'Institut des Hautes Etudes de Tunis, pour poursuivre mes études de licence à l'université de Paris, à l'époque encore à la Sorbonne. J'ai acquis une simple licence suffisante pour enseigner. Mon CV se découpe alors en trois temps : 5 ans, 10 ans et 25 ans.        




Math-Elem au Lycée Carnot à Tunis
  

5 ans : 1963-1967


            J’ai commencé ma carrière professionnelle en octobre 1963 comme professeur de physique et chimie au Lycée Buffon (Paris 15°). J'ai préparé simultanément mon agrégation. J’adorais l’enseignement et, étant bien noté dans ce lycée parisien de haut niveau et de haute réputation, j’aurais pu en faire mon métier si la Guerre de Six Jours n’avait pas éclaté. Jeune et fou en même temps, j’ai quitté la France pour Israël le 3 juin 1967 alors qu’on pensait que la guerre allait durer longtemps.  J’ai abandonné mon poste à la veille du bac ce qui me valut d’être rayé de l’Éducation nationale. Mais à tout malheur, quelque chose de bon.


            Mes 18 heures de service par semaine et mes trois mois de vacances m’ont laissé du temps libre pour aborder ce qui me passionnait le plus, le journalisme. La chance et l’opportunité m’ont mis en contact avec les plus grands journalistes israéliens francophones de l’époque qui signaient dans l’unique quotidien francophone : l’Information d’Israël. À l’époque, les Français savaient s’unir. J’ai appris ce métier au contact de Félix Allouche (Match), Tony Gryn, Victor Cygielman (l’Obs),  Maurice Politi, André Scemama (le Monde) et David Catarivas (affaires étrangères). J’ai occupé le poste de correspondant du journal à Paris pour le supplément du vendredi.


10 ans : 1967-1977

            À mon retour en France en octobre 1967, j’ai été immédiatement embauché à IBM dans le département logiciel naissant. Une formation intensive interne d’un an m’a propulsé au grade d’ingénieur maison. J’ai ensuite fréquenté tous les laboratoires d’IBM en Europe  où j’ai acquis une expertise internationale en télétraitement : Uithorn en Hollande, Boeblingen à Francfort, Hurslay au sud de Londres et deux années en Israël pour créer le département logiciel.  Quand j’ai obtenu ma médaille des dix ans, j’ai décidé de voler de mes propres ailes, me trouvant trop à l’étroit dans cette immense multinationale et surtout peu diplômé pour aspirer aux plus hauts postes réservés aux élèves Grandes Écoles.

25 ans  1977-2002

            Ma première société  INFOALPHA consistait à traiter les dossiers informatiques des cabinets comptables sur de gros ordinateurs IBM. Le succès a été fulgurant jusqu’à une centaine de cabinets comme clients.
            Ma deuxième société  ERINFO créée en 1980 développait des solutions de «back-up», secours en cas de panne, pour les grandes structures SAT, SAGEM, CSEE, BRED, AIR France Fret….
            Enfin ma troisième société ANASSY fondée en 1982 avait pour objectif de distribuer en exclusivité le high-tech israélien : ELBIT, BOSS, IIS.
            L’ensemble de ces trois sociétés fut regroupé sous le holding ANASSY avec près d’une centaine de salariés.  J'ai assuré la présidence du groupe jusqu'en 2003.  

Depuis 2003 : journaliste


            J’ai volontairement cessé mes activités informatiques en 2002, épuisé par une tâche réclamant près de 12 heures de travail par jour, sept jours sur sept, pour préparer mon alyah en 2003 et j’ai immédiatement repris mon activité de journaliste.
            J’ai ainsi été correspondant de l'Enjeu-l’Impact à Paris créé par les frères Saada, chroniqueur à Aroutz-7 en français, chroniqueur à Jérusalem Post en Français, chroniqueur à Guysen-TV, correspondant de Slate-Fr à sa création en 2009, chroniqueur à Kol-Israël, I24News et Judaïques-FM. A présent je produis une émission politique hebdomadaire à la nouvelle radio francophone RADIOTAF.
            En juin 2010 j’ai créé le site «Temps et contretemps», spécialisé dans les analyses sur Israël et le Moyen-Orient, qui regroupe quelques belles plumes et qui connaît un succès croissant en raison de la publication d'articles originaux, axés sur Israël et le Moyen-Orient. Ce site est strictement indépendant financièrement; une manière efficace pour lui assurer sa liberté de ton et sa politique éditoriale.






1 commentaire:

andre a dit…

Belle carrière ! Jacques a toujours fait ce qui le passionnait .C'est cela le ressort de l'enthousiasme et de l'élan vital. Jusqu'à 120ans.