ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 1 avril 2016

Lutter contre le djihadisme par Gérard AKOUN



LUTTER CONTRE  LE DJIHADISME

Par Gérard AKOUN

            
Djihadistes européens

          La semaine dernière, j’avais souligné, le fait que les djihadistes, les terroristes n’étaient qu’une petite minorité au sein des communautés musulmanes, et que ces dernières en étaient les principales victimes. Certains ont cru que je voulais, ainsi, minimiser l’importance, la gravité des horribles attentats qui ont eu lieu, chez nous  en Europe au nom de l’islam. Il faut que les choses soient claires, tous les Musulmans ne sont pas, grâce à Dieu, des terroristes mais tous les djihadistes se réclament de l’islam et tuent aux cris d’Allah Akbar.



Djihadistes en Afrique du nord

            Sans vouloir faire de comptabilité macabre, force est de constater qu’en Afrique, en Asie, mais c’est loin de chez  nous, on y prête moins attention,  tous les jours des Musulmans tombent victimes de djihadistes qui veulent par la force leur  imposer leur conception de la foi, faire renaître le califat.  Les djihadistes veulent semer la terreur, pour montrer qu’ils sont les plus forts et déstabiliser l’Occident qu’ils tiennent pour mécréant. Ils veulent se  venger de  toutes les humiliations que l’Occident a fait subir au monde musulman et pour finir, le dominer au nom de l’islam.
            En France ils ont d’abord donné libre cours à leur haine des Juifs en s’attaquant à leurs personnes, à leurs lieux culturels et cultuels mais leur objectif principal était de provoquer dans les pays européens, à fortes minorités musulmanes, une atmosphère de guerre civile qui permettrait aux terroristes d’évoluer au sein de ces minorités comme des poissons dans l’eau. Ils ne feraient qu’appliquer  les méthodes  qui avaient assez  bien réussi à ceux qui avaient  mené des guerres asymétriques.

            Après les attentats de janvier qui avaient frappé les dessinateurs de Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes, les djihadistes se sont rendu compte qu’ils n’avaient pas réussi à provoquer les affrontements souhaités avec la communauté musulmane. Il y eut de très fortes marques de solidarités nationales et internationales mais aussi des réserves «leurs caricatures étaient blasphématoires ou c’est à cause du conflit israélo-palestinien». Ils ont donc changé de  tactique, ils ont décidé de frapper indifféremment toutes les couches de la société. Ce furent les attentats barbares du 13 novembre à Paris, du 22 mars à Bruxelles. Juifs, chrétiens musulmans athées tous pouvaient être atteints sans distinction. Des islamistes avaient frappé mais les Parisiens, les Bruxellois surent raison garder ; il n’y eut pas de déchaînement de colère aveugle à l’égard de nos compatriotes musulmans ; la sidération dont nous fument atteints nous sauva des débordements,  nous étions tous sur le même bateau.
Barrière de sécurité frontière d'Israël


            Bien sûr, nombreux  furent ceux qui  firent le  parallèle entre  la situation que vivent au quotidien les Israéliens et celle qu’ont vécu ou vivront les Français ou les Belges. Les méthodes utilisées par les services de sécurité  israéliens pour lutter contre le terrorisme furent citées en exemple. Nous avons certainement beaucoup à apprendre des Israéliens mais comparaison n’est pas raison. Nous n’avons pas à nos côtés Gaza et la Cisjordanie, nous ne pouvons pas  construire de murs !  Et les Israéliens se sont bien gardés de  regarder tout arabe israélien comme un terroriste potentiel ! Quelques uns, sans doute sous le coup de l’émotion, voyaient déjà l’armée rejouer la «bataille d’Alger» dans les territoires perdus de la République. Il faut garder la tête froide. Les djihadistes n’ont pas gagné, les deux principaux organisateurs des attentats à Paris et à Bruxelles, Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam n’ont pas bénéficié de solidarité religieuse ou ethnique, ils ont été, l’un tué, l’autre  arrêté, parce qu’ils ont été dénoncés aux forces de police. L’islam radical nous impose un combat ; nous le gagnerons d’autant plus vite que nous aurons fait front tous ensemble contre la barbarie, quelles que soient nos origines.

1 commentaire:

Véronique ALLOUCHE a dit…

Salah Abdeslam "n'a pas bénéficié de solidarité religieuse ou ethnique"!! Non pas du tout, il s'est caché sans l'aide de personne à Molenbeek. Il s'est suffit à lui-même pendant 4 mois, bien sûr.....
Quant à faire front tous ensemble contre la barbarie, on attend avec impatience que les différentes forces musulmanes de France se fassent entendre haut et fort.
"Il ne s'agit pas seulement de réinvestir les territoires et d'occuper le terrain social, mais plus encore de lutter avec une ferme détermination et sans relâche contre les zones de non-droit généralement infestées d'agents recruteurs pour le compte de l'islam politique.....Combat qui doit tirer sa force et son efficacité d'un soutien sans faille de l'Etat, QUI DOIT ASSURER SA PRÉSENCE EN TOUT LIEU ET EN TOUT TEMPS"
Mohamed Sifaoui, tiré de son manifeste "onze janvier".
Peut-être effectivement faudrait-il une "bataille d'Alger" pour récupérer ces territoires perdus avant que soient perdues de nouvelles vies......
Cordialement
Véronique Allouche