ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 29 janvier 2013

L’IRAN EXPLOITE LE DANGER CHIMIQUE EN SYRIE



L’IRAN EXPLOITE LE DANGER CHIMIQUE EN SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps 

Cet article fera l'objet d'une émission DEBRIEF sur Guysen-Tv le 29 janvier 2013 à 18h30 dans un débat avec Jacques Neriah, colonel de réserve, ancien responsable de l'évaluation aux services de renseignements militaires et ancien conseiller diplomatique d'Ytzhak Rabin.


Scud syrien porteur d'agents chimiques

         Israël était jusqu’alors rassuré. Ses satellites militaires d’observation pistaient tous les déplacements d’armements à travers la Syrie. Des informateurs avaient infiltré les rebelles syriens pour transmettre aux israéliens les positions des hangars susceptibles de stocker des armes chimiques. Des commandos ultra secrets de Tsahal  ont été introduits au sein des zones de combats pour marquer de manière électronique des cibles potentielles, pour mettre à jour les cartes terrestres et pour rapporter à l’État-major les résultats de leurs observations à courte distance. 





Fin de partie

Dimitri Medvedev


            Deux faits nouveaux ont contraint les dirigeants israéliens à réviser leur stratégie. Le premier ministre russe Dimitri Medvedev a estimé, le 27 janvier, que Bassar al-Assad avait trop tardé à mettre en œuvre des réformes politiques : «Il aurait dû agir beaucoup plus vite et inviter l'opposition pacifique qui était prête à s'asseoir à la table des négociations avec lui. C'est une grave erreur de sa part, peut-être fatale». Il signait ainsi la fin probable du régime de Damas qui pourrait tenter un baroud d’honneur soit en utilisant les armes chimiques contre les rebelles, soit en les mettant à la disposition du Hezbollah pour mettre à feu et à sang la région en provoquant Israël. 
Général Qassem Soleimani

            L’implication de plus en plus évidente de l’Iran en Syrie, par Hezbollah interposé, est un danger qui se rapproche de plus en plus des frontières d’Israël. Ainsi un convoi militaire a sauté sur le Golan syrien, ce 25 janvier, à la suite d’une mystérieuse explosion qui a tué officiellement huit policiers sans compter les nombreux miliciens étrangers. Mais les sources sécuritaires révèlent qu’il s’agissait en fait de membres des brigades iraniennes Al-Qods, venus prêter main forte au régime de Damas. Des hauts dirigeants de ces brigades ont ainsi trouvé la mort après que deux voitures, postées sur la route menant au quartier général, ont explosé au passage des officiers iraniens. Cette présence n’était pas en soi une surprise puisque le porte-parole américain avait accusé Téhéran de s’impliquer dans le conflit syrien ; il avait révélé que le commandant en chef d’Al-Qods, le Général Qassem Soleimani, s’était rendu à Damas pour assurer l’arrivée d’armement iranien au président syrien.

Victimes iraniennes
Chars israéliens positionnés au Golan face à une village syrien

            Des hélicoptères ont survolé le lieu de l’attentat pour porter secours aux nombreuses victimes, prouvant en cela le haut rang des victimes. La collaboration irano-syrienne semble entrer dans une étape importante avec la mise au point d’une ultime opération de grande envergure contre les rebelles. Les stratèges iraniens ont ainsi ciblé plusieurs villages le long de la frontière avec la Jordanie et avec Israël, tombés aux mains des rebelles qui s’estiment en sécurité avec la proximité de l’armée israélienne. Ils veulent neutraliser les sanctuaires qui servent de relais aux opposants au régime de Damas.

            Certains observateurs pointent du doigt la main des services secrets israéliens dans ces opérations contre les iraniens. Ils s’appuient en cela sur la nomination décidée le 24 janvier par Aviv Kohavi, patron des renseignements militaires, du colonel G. commandant de l’unité d’élite Sayeret Maktal du chef d’État-major, au rang de général pour «la réussite de ses opérations secrètes». Ils font même allusion à la récente explosion qui a détruit une partie de l’usine nucléaire de Fordo, construite dans des sous-sols à l’abri de toute action militaire étrangère.



Arsenal chimique

  

            Israël a donc alerté Washington qui persiste à minimiser le transfert d’armes chimiques par la Syrie. Il presse l’Onu à agir avant que cet arsenal chimique syrien ne tombe entre les mains du Hezbollah libanais en raison du chaos qui règne en Syrie. Le porte-parole du Conseil national de Sécurité, Tommy Vietor, s’est borné à rassurer l’opinion internationale : «Le président Obama a été très clair lorsqu'il a dit que si le régime du président Assad commettait la grave erreur d'utiliser des armes chimiques ou manquer à ses obligations de les sécuriser il aurait à en assurer la responsabilité ». Selon lui,  le président américain a affirmé que l'utilisation d'armes chimiques ou l'absence de contrôle des arsenaux d'armes chimiques constituaient «une ligne rouge» au delà de laquelle les américains pourraient être amenés à intervenir de manière plus énergique dans le conflit.

            Mais la situation est jugée suffisamment sérieuse pour que le cabinet israélien de sécurité des neuf principaux ministres se réunisse le 27 janvier pour statuer sur les mesures à prendre face à ces nouvelles données. Le ministre de la Défense, Ehud Barak, est rentré précipitamment du Forum économique mondial de Davos tandis que l’ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapira, a été appelé pour consultation avec Benjamin Netanyahou. 

Mesures militaires
Dôme de fer

           Par ailleurs, l’État-major a pris des mesures préventives en déployant au nord du pays des rampes du système d’interception de missiles «Dôme de fer», qui a fait ses preuves lors de l’opération «pilier de défense» contre Gaza. Par ailleurs, le général de réserve Yaakov Amidror, attaché militaire du premier ministre Benjamin Netanyahou, aurait effectué, il y a quelques jours, une visite éclair à Moscou pour demander aux Russes d'empêcher à tout prix la disparition de ces armes non conventionnelles.

            Les renseignements israéliens ont identifié les sites de stockage des armements chimiques à Lattaquié, Hama, Homs et El-Sapir, constitués de gaz moutarde et de gaz sarin. La réunion ministérielle avait pour but d’envisager les mesures à prendre pour empêcher le transfert des armes chimiques dans les souterrains libanais du Hezbollah.  L’aviation israélienne a repris ses vols de contrôle au dessus de l’espace aérien libanais tandis que Tsahal a renforcé la surveillance au Liban-sud, sur les hauteurs surplombant la région du fleuve Wazzani où trois chars Merkava ont été postés. Une certaine fébrilité règne au nord d’Israël et à la frontière syrienne en prévision d’une chute éventuelle de Bassar Al-Assad.

            Les israéliens sentent que les iraniens, qui poursuivent trois objectifs, veulent les pousser à la guerre. Toute flambée militaire dans la région détournerait l’attention des occidentaux sur la guerre civile en Syrie en profitant à Bassar Al-Assad. Israël, occupé à traiter le problème des armes chimiques aux mains du Hezbollah, repousserait par ailleurs tout projet d’attaque contre les installations nucléaires iraniennes. 
Défilé du Hezbollah

         Enfin, Téhéran gagnerait encore quelques mois dans ses négociations avec les Grands, lui permettant d’avancer dans son programme d’enrichissement de l’uranium. L’Iran voudrait aussi profiter  du fait que les regards de la France et des ses alliés sont tournés vers le Mali tandis que l’Égypte se débat dans des troubles internes qui mettent en danger la survie du régime de Morsi. Le moment lui parait idéal pour avancer ses pions avec l’aide du Hezbollah libanais.   


1 commentaire:

Avraham NATAF a dit…

Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre, Les USA démentent l'accident de Quoum par l'officieux NY time; les armes chimiques syriennes comme le nucléaire iraniens sont a l'état d'études. Si l'Iran a envoyé et récupère un singe dans l'espace, aucune des agences d'observations et de renseignements a noté quoique ce soit