ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 18 janvier 2013

LA VÉRITÉ AU GRAND JOUR D’ALEXANDRE JARDIN




LA VÉRITÉ AU GRAND JOUR D’ALEXANDRE JARDIN

La collaboration en France

Le gouvernement Pétain à Vichy

            
Alexandre Jardin s'attendait aux représailles de sa famille, mais pas à celles de la France tout entière. C'est dans un registre plus dramatique et loin du romantisme que le célèbre auteur de Fanfan a dénoncé le passé controversé de ses proches dans son roman : Des gens très bien. Au-delà des violentes réactions, ce livre grave sur la collaboration des français avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale a eu une influence irréversible sur l'écrivain, qui a désormais pris goût au vrai.

            Merci à André Gotlieb et à son ami Sylvain de nous avoir fait découvrir ce témoignage poignant de vérité sur les collaborateurs nazis français masqués. Voir la vidéo de Alexandre Jardin.



video
Cliquer sur le triangle noir pour voir la vidéo



        Jean Jardin, grand-père d'Alexandre, est en janvier 1941 chef de cabinet adjoint d’Yves Bouthillier, ministre des Finances de Vichy. Dans l’équipe de la rue de Rivoli, où se trouvent Alfred Sauvy et Maurice Couve de Murville, il travaille sur de grands dossiers, comme l'indemnisation à verser au Troisième Reich et l’aryanisation des entreprises juives.
         Au printemps 1942, il est nommé directeur de cabinet de Pierre Laval, responsable des fonds secrets. Il en fait profiter des opposants, multiplie son réseau, aide discrètement des résistants,  rend des services à des juifs, à d'anciens hommes politiques de la Troisième république et à des intellectuels poursuivis par le régime. Il cache notamment, dans sa maison de Charmeil, Robert Aron qu'il a connu dans le mouvement l'Ordre nouveau.

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

"Faire surgir la vérité dans un pays" dit Alexandre Jardin.

Pour moi, c'est typiquement le travail des historiens, qui n'ont pas attendu Alexandre Jardin pour étudier la Collabotation.

Je ne suis pas sûre que ce soit le rôle des fils ou des petits-fils de dénoncer publiquement les turpitudes de leurs parents, d'autant que ce faisant, ils se font publicité et argent.

Il est décidément facile de prendre la posture du héros en faisant de la dénonciation, sans avoir à se demander une seule seconde ce que, mis dans la même situation que son grand-père, il aurait lui-même fait.

Jean Smia a dit…

Mais bien sûr, Marianne !!!
Ne dérangeons surtout pas les valeurs de la « bienpensance » :
- que les descendants de nazis restent à jamais des nazis
- que les familles de banquiers restent à jamais des escrocs,
- que les descendants de Mesrine restent assassins
Non mais, enfin quoi, où irait-on si on changeait constamment les acquis de l'offuscation ?