ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 17 janvier 2013

LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES 5/ LE PROBLEME IRANIEN



LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES
5/ LE PROBLEME IRANIEN


Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
Ahmadinejad à la centrale de Natanz
               
Le problème du nucléaire iranien est celui qui divise les États-Unis et Israël mais aussi une partie de la classe politique et militaire du pays. Les sondages montrent que la préoccupation majeure des israéliens reste les problèmes économiques et que le problème iranien est placé en dernier. Pourtant, Benjamin Netanyahou a préféré faire de l’Iran son cheval de bataille dans la campagne électorale alors que son gouvernement est tombé pour des divergences sur le budget. Il a assuré ses électeurs que sa priorité était de «stopper» le programme nucléaire iranien : «Il nous reste encore beaucoup de choses à faire. Avant toute chose, nous devons stopper le programme nucléaire iranien, et le temps passe. C'est ma première mission en tant que premier ministre». Il a encore menacé de recourir à une opération militaire contre l'Iran.


 

Cybernétique et services secrets




Selon de nouveaux rapports de renseignement à Jérusalem, l'Iran se prépare à devenir le plus récent et  «petit» nouveau nucléaire puisqu'il dispose déjà de 250 kilogrammes d'uranium enrichi à 20% pour construire sa première bombe nucléaire. Une source sécuritaire israélienne anonyme a par ailleurs révélé que l'Iran avait déjà mis au point le détonateur et les fusibles qui seraient insérés dans une ogive nucléaire et monté sur un missile balistique Shehab-3 capable d'atteindre Israël.
Test de missile


Mais le nouveau gouvernement devra mettre de l’ordre dans la cacophonie qui règne au sommet des services sécuritaires israéliens qui font des déclarations publiques déplacées sur l’opportunité ou non d’une action militaire alors qu’ils sont tenus au devoir de réserve. Sont visées en particulier les déclarations des anciens du Mossad Efraïm Halevy et Meir Dagan qui ont déclaré qu’un Iran nucléaire n’était pas une menace existentielle pour Israël, au moins dans l’immédiat. 


Il est vrai qu’une frappe israélienne sur l'Iran est un casse-tête militaire. Envoyer plus d'une centaine de chasseurs et de bombardiers à des milliers de kilomètres de leurs bases est une opération risquée, incertaine et très compliquée. Israël avait prévu d’attaquer les installations nucléaires en fin 2010 mais les États-Unis l’ont empêché bien que le roi Abdallah d'Arabie saoudite ait cautionné cette frappe. Les dirigeants israéliens, usant d’analyses fluctuantes, ont donné le sentiment de ne pas avoir de stratégie précise. Ils ont  en fait brouillé les pistes sur leurs intentions réelles à l’égard de l’Iran. L’ancien chef du Mossad Meir Dagan avait tempéré la situation en précisant que l’Iran n’aurait pas de capacité nucléaire militaire avant 2015.

Ces atermoiements ont été justifiés par les dysfonctionnements intervenus dans les centrales nucléaires sous l’effet du virus Stuxnet. Les experts sont maintenant convaincus que ce virus avait été conçu pour s'attaquer aux centrifugeuses de Natanz utilisées pour enrichir l'uranium. Contrairement aux virus de type «familiaux», Stuxnet avait été élaboré «sur mesure» pour s’attaquer spécifiquement aux sites nucléaires iraniens. Il était chargé de saboter exclusivement les alimentations électroniques des centrifugeuses nucléaires. Le virus a ainsi agit comme une arme de destruction, nouvelle génération.



Rumeurs militaires


A l'office de placement iranien : Quelle coïncidence, nous avons besoin d'un physicien nucléaire à Natanz.....Autant me tuer immédiatement !




Parallèlement à cette attaque cybernétique, une guerre totale des services secrets avait été engagée entre l'Iran et Israël. Des savants iraniens ont été assassinés, retardant d'autant la réalisation du programme iranien. Le virus Stuxnet et les assassinats de scientifiques ont suffisamment retardé le programme nucléaire pour qu'Israël renonce presque officiellement à une attaque risquée et incertaine.

Le chef adjoint des forces armées iraniennes, le général Mohammad Hejazi, a menacé, devant les rumeurs persistantes d’une attaque israélienne, de prendre le premier l'initiative des hostilités. «Notre stratégie consiste maintenant si nous sentons que nos ennemis veulent mettre en danger les intérêts nationaux de l'Iran, à agir alors sans attendre leurs actions.» Téhéran, qui se sent en position de force, face au conflit ouvert entre Washington et Jérusalem, cherche à exposer auprès des puissances mondiales les risques de cette menace militaire. Il profite par ailleurs du geste conciliant de Barack Obama, qui l’autorise à enrichir de l’uranium jusqu’à 5%, pour tenter une nouvelle négociation.

Benjamin Netanyahou considère que les menaces d’une frappe préventive contre Israël restent du domaine de la propagande interne. Les dirigeants de la République islamique rivalisent de nationalisme et de rodomontades. L'arrivée en Méditerranée de deux navires de guerre iraniens qui ont mouillé dans le port syrien de Tartous faisait partie de cette stratégie visant à montrer les moyens et la détermination de l’Iran à se défendre. Il s'agissait aussi de faire comprendre que la présence de navires russes dans ce port montre aux israéliens que leur capacité d'intervention est limitée.



Complexité technique



Il faut dire que les rumeurs sur l'imminence et la rationalité d'une attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes sont tenaces. Pour autant, les responsables militaires ne mésestiment pas les difficultés qu’ils auront à surmonter. Frapper les installations du programme nucléaire iranien se heurte à des obstacles de taille. Le bureau des opérations de Tsahal doit surmonter cinq difficultés majeures. 
La longue distance pour atteindre l’Iran varie entre 1530 et 2260 kms et, même beaucoup plus, selon le chemin utilisé. Les techniques de ravitaillement en vol exigent l’utilisation d’avions-citernes. L’annihilation ou la neutralisation des défenses aériennes iraniennes passent par l’usage de moyens électroniques sophistiqués. La frappe implique une action simultanée contre plusieurs sites nucléaires. Enfin la logistique doit prévoir la coordination de l’attaque et de la défense à l’aide de plus de 100 avions.

Les experts militaires américains du Pentagone sont formels sur la complexité d’une telle attaque et ont mis en garde leurs homologues israéliens. Selon eux, cette opération n'a rien à voir avec le  bombardement du réacteur irakien Osirak en 1981 ou la destruction du site nucléaire de Syrie en 2007. Le général américain David A. Deptula, qui vient de quitter son haut poste dans les renseignements de l’US Air Force et a planifié la campagne aérienne de 1991 dans la première guerre du Golfe et celle de 2001 en Afghanistan, estime que les israéliens ne sont pas au bout de leur peine.

Pour autant, le gouvernement israélien semble bien décidé à ne pas renoncer à cette option, à voir la pression fébrile de l'administration Obama pour le dissuader comme l’a démontré encore la visite éclair en Israël du conseiller à la sécurité nationale, Thomas Donilon. Simultanément, le chef d’État-Major américain, lors d’un entretien à la chaine CNN, enfonce le clou, précisant qu’une frappe israélienne serait «déstabilisante» pour la région. Il a même été relayé par le ministre anglais des affaires étrangères William Hague qui s’est exprimé sur la BBC: «l’attaque ne serait pas une sage décision  en ce moment». Mais Israël, par la voix de son porte parole à Washington, maintient que «toutes les options sont sur la table». Les analystes américains tentent de convaincre Israël que le risque de représailles iraniennes, qui mettraient à feu et à sang le Moyen-Orient, pourrait s’avérer plus couteux que la seule détention d’armes nucléaires par l’Iran.

Capacité militaire d'Israël


La véritable question tient à la capacité des israéliens à mener seuls une opération de cette envergure. Les américains s’inquiètent de devoir finir le travail engagé par Israël en raison de la complexité d’une frappe qui pourrait se poursuivre sur plusieurs semaines. Ils craignent les conséquences d’éventuelles représailles iraniennes qui restent certes floues mais probables. Certains pensent qu’Israël bluffe en menaçant les américains d’une action solitaire parce qu’ils veulent les impliquer de force. L’ancien directeur de la CIA de 2006 à 2009 Michael Hayden estime que de telles frappes iraient «au-delà des capacités d’Israël».

Des deux côtés, le bluff est de mise. Les américains surestiment sans doute la difficulté de l'opération et les israéliens la minimisent. Une certitude en tout cas, l'arsenal militaire israélien réserve des surprises et notamment des armes électroniques secrètes, même pour leurs alliés. A ce jour, les moyens électroniques mis en jeu pour rendre muets et aveugles les systèmes de détection et les radars syriens à l’occasion de la frappe de 2007 restent un mystère qui n’a jamais été percé puisque certains généraux israéliens sont incapables d’expliquer la technologie utilisée. Anthony Cordesman, analyste au centre pour les Études stratégiques et internationales à Washington  estime que «il y a beaucoup d’inconnues, il y a beaucoup de risques potentiels mais il est probable qu’Israël doit savoir que ces risques ne sont pas sérieux».

Routes stratégiques



L’attaque israélienne ne peut pas se borner à détruire une seule usine iranienne. Pour porter un vrai coup d’arrêt au programme d'armement nucléaire, les experts estiment qu’Israël doit impérativement frapper les quatre principaux sites du programme: les usines d’enrichissement de Natanz et de Fordo, le réacteur à eau lourde d’Arak et l’usine de conversion de Yellowcake d’Ispahan.

Les israéliens ont trois routes aériennes pour parvenir en Iran: le nord de la Turquie compromis en raison des relations turco-israéliennes, le sud de l’Arabie saoudite déjà utilisé pour l’opération Osirak et la route centrale et directe consistant à survoler la Jordanie puis l’Irak. Cette dernière voie semble la plus aisée, donc la plus probable, car l’Irak n’a aucune défense anti-aérienne digne de ce nom. Elle est confiée aux américains mais a été affaiblie depuis le départ des troupes américaines en décembre 2010. Nul n’envisage une éventuelle interception des avions israéliens par les américains. Quand aux jordaniens, ils n’ont pas les moyens militaires, ni la volonté, de s’opposer à la violation de leur espace aérien. 
Ravitaillement en vol

Les israéliens disposent de chasseurs à réaction F-15I et F-16I mais les bombes qu’ils doivent transporter limitent, en fonction de l’altitude et de la vitesse, la distance à couvrir de l’ordre de 3.000 kms. Ils pourraient voir leur temps de vol s’allonger avec la nécessité d’éviter ou de contrer des missiles ou des chasseurs iraniens. Le ravitaillement en vol reste donc la seule solution viable, qui se double d’une nécessaire protection des avions-citernes. Les israéliens ne semblent pas disposer des huit avions américains KC-707 nécessaires à l’opération. Mais des indiscrétions des services de renseignements font état de changement apportés localement à des avions israéliens pour les transformer en avions citernes.

La centaine d’avions nécessaires à la frappe s’explique par les différentes missions qui leur seront confiées. Le problème de la protection aérienne des avions-citernes a été planifié et semble résolu. Mais pour les rendre invulnérables à la défense aérienne, ils doivent voler à 15.000 mètres d’altitude et descendre en altitude normale pour le ravitaillement en vol, encadrés d’avions de chasse dont le rôle durant toute la mission est de les protéger. Par ailleurs, cette attaque doit être précédée par des escadrilles équipées de matériel électronique pour brouiller la défense aérienne iranienne et les radars de détection afin d’ouvrir un corridor aérien pour les bombardiers. Pour les israéliens, le refus des russes de livrer en 2010 des missiles air-sol S-300 leur facilite la tâche.

Efficacité des frappes


Israël mesure aussi l’inconnue des performances des bombes en théorie capables de pénétrer à l’intérieur des sites bétonnés, à neuf mètres sous terre à Natanz, ou construits  à même la montagne à Fordo. Il vient de se faire livrer des bombes GBU-28 de 2.267 Kg capables de percer les bunkers mais la profondeur réelle de pénétration reste une inconnue. 
GBU-31

Le lobby israélien, conduit par l’ancien sénateur démocrate  de Virginie, Charles S. Robb, et l’ancien général de l’US Air Force Charles F. Wald, républicain, a insisté auprès de Barack Obama pour qu’il livre d’urgence à Israël des bombes GBU-31 plus performantes ainsi que trois avions-citernes de dernière génération afin de garantir la bonne fin d’une frappe israélienne.

Les difficultés techniques d'une attaque menée par Israël, seul, contre les installations nucléaires iraniennes militent aux yeux des spécialistes militaires pour une action conjointe avec les américains. Eux seuls disposent de gros bombardiers à long rayon d’action, d’avions furtifs F-22 et de missiles de croisière embarqués dans des sous-marins, sans compter les drones, avions sans pilote, basés à proximité. Les États-Unis exploitent des bases au Qatar, à Al-Udeid, ou dans l’Océan Indien à Diego Garcia. La menace d'Israël d'agir en solitaire vise peut-être à convaincre l'administration américaine de songer à une solution militaire si les négociations et les sanctions contre Téhéran ne s'avèrent pas plus efficaces dans les prochains mois.

Le président des États-Unis Barack Obama a affirmé qu'il restait une fenêtre pour résoudre la crise avec l'Iran sur son programme nucléaire, et promis des efforts diplomatiques à cet effet dans les mois à venir, sans confirmer de pourparlers bilatéraux. Je veux vraiment que l'on parvienne à une solution diplomatique au problème : «Je l'ai dit clairement avant la campagne présidentielle, je l'ai dit clairement pendant la campagne et je le dis encore clairement après la campagne, nous ne laisserons pas l'Iran obtenir une arme nucléaire. Mais je pense qu'il existe toujours une fenêtre pour nous afin de résoudre cette affaire de façon diplomatique. Nous avons imposé les sanctions les plus strictes de l'histoire contre l'Iran en raison de son programme nucléaire» .

Pour Barack Obama, ces sanctions, qui visent en particulier les secteurs bancaire et pétrolier iraniens, ont des conséquences sur l'économie de l'Iran. Il pense qu’il devrait y avoir un moyen pour eux de profiter d'une énergie nucléaire pacifique tout en respectant leurs obligations internationales et en donnant des assurances claires à la communauté internationale qu'ils n'essaient pas de se doter d'une arme nucléaire. Mais les efforts pour voir s’il peut ouvrir un dialogue, pas seulement avec l'Iran mais avec la communauté internationale, sont vains. Le président américain a toutefois assuré que les informations publiées par le New York Times sur le principe de pourparlers bilatéraux entre l'Iran et les États-Unis étaient infondées.

Position des candidats


            Les candidats à l'élection législative pointent le danger du nucléaire iranien mais ils affirment un certain consensus pour laisser aux militaires la décision finale. Ils donnent l’impression de souhaiter en majorité une action conjointe avec les américains.

            De retour de voyage, Tsipi Livni avait fait une confidence : «Je rentre des États-Unis avec l’impression que si Barack Obama est réélu en novembre, il frappera les installations nucléaires de l’Iran, car il n’aura plus rien à perdre, ce sera son deuxième et dernier mandat».

En septembre à la tribune des Nations unies à New York, Benjamin Netanyahou avait réussi à marquer les esprits en brandissant le dessin d’une bombe sur laquelle il avait tracé lui-même au feutre la fameuse «ligne rouge» qu’Israël considère comme inacceptable dans les progrès nucléaires de l’Iran. La démonstration a été assortie d’un calendrier puisqu’il estime que l’Iran s’approchera de cette ligne rouge «au printemps ou au plus tard à l’été 2013» relançant ainsi les spéculations sur une possible frappe israélienne sur les installations nucléaires iraniennes.

Naftali Bennet a été le plus prolixe sur l'Iran. Malgré certaines divergences avec le premier ministre, il n’a pas hésité à l’appuyer sur cette question : «La presse est tombée sur la tête ; la force nationale est nécessaire. C'est la première fois dans l'histoire de l'État d'Israël qu’une campagne orchestrée et approfondie est menée contre le droit de l'État d'Israël à se défendre. Il n’y a pas de jour sans qu'un gros titre ne dise : «Israël n'est pas prêt pour la guerre», «Netanyahou va nous conduire à une catastrophe», «le front intérieur n'est pas préparé». Le tout afin d'effrayer l'opinion publique israélienne à s'opposer à des mesures israéliennes contre la nucléarisation de l'Iran. Ils essaient de dépeindre Netanyahou comme messianique, délirant, fou et irresponsable. Sur la base des relations personnelles que j'ai avec lui, laissez-moi dire clairement: Netanyahou prend soin de l'avenir de la nation d'Israël sur sa terre, de façon responsable. Que pensent-ils? Que Netanyahou veut envoyer des gens à la mort? Qu'il aspire à ce que des missiles viennent voler au dessus de Tel-Aviv? Que moi et les gens comme moi sont excités au sujet du port des uniformes, en disant au revoir à nos familles et de combattre à nouveau? »

Aucun commentaire: