ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 6 septembre 2012

INEFFICIENCE GOUVERNEMENTALE ET INNOVATIONS



INEFFICIENCE GOUVERNEMENTALE ET INNOVATIONS

Par Johann HABIB
Avocat Israélien
copyright © Temps et Contretemps

Tendance

Marius Nacht (Checkpoint)
Avec un marché intérieur actif, mais assez limité par le nombre d'habitants, les entreprises israéliennes sont très orientées vers le commerce extérieur. Dès lors, notre économie est particulièrement sensible aux fluctuations conjoncturelles.



Cette dépendance peut, dans une période de turbulence comme la nôtre, expliquer une certaine prudence, voire une politique budgétaire très rigoureuse. D'autant qu'Israël n'est pas les Pays-Bas et évolue dans un environnement hostile. «Au Proche- Orient, les faibles n'ont pas leur place» déclarait récemment Ehud Barak.

Cependant, la crise mondiale actuelle ne peut servir de prétexte à certains choix de finances publiques et au mauvais état des infrastructures nationales.

Finances publiques

Netanyahou et Steinitz

Le gouvernement israélien poursuit les hausses de taxes indirectes. Mais cette fois-ci, il semble que Steinitz et Netanyahou n'ont pas mesuré le trop plein des israéliens en la matière. La hausse vertigineuse de 1% de la tva et de 11 centimes d’euro du litre d'essence font plus de vagues qu'attendues malgré la situation sécuritaire, la préparation des fêtes juives et la rentrée scolaire. 

L'agence de notation Moody's (Cf. Calcalist du 3 Septembre 2012) a conservé la note A1 pour Israël, mais alerte le gouvernement sur les conséquences des turbulences dans la zone euro et de l'arrêt de la fourniture en gaz égyptien. Elle l'épingle sur l'instabilité gouvernementale, le risque de révolte sociale, la corruption et l'incapacité à fournir des nouveaux logements à prix abordables. 

Il est notable, qu'outre ces avertissements, l'agence, comme l'auteur de ces lignes voilà quelques semaines, regrette que les  leaders gouvernementaux n'aient pas profité de la majorité historique dont ils disposaient, pour aboutir à des avancées concrètes dans le dossier du conflit avec les palestiniens.

Mouvement social 2.0.
Trajtenberg

Par ailleurs, il semble qu'un mouvement social moins spectaculaire mais plus profond prenne forme, paradoxalement depuis les propositions de la commission Trajtenberg de l'an passé. Il a déjà été évoqué ici l'intérêt de la population pour le parti politique «il y a un avenir» de Yaïr Lapid, qui fait actuellement un travail de réflexion de fond dans tous les domaines de la société : éducation, service national, dépenses publiques et situation des classes moyennes. 

Un autre mouvement social «réveillez-vous!» (Orou) est initié depuis un an par Marius Nacht, fondateur de Checkpoint, société phare de la high-tech israélienne. Dans une longue interview au journal Globes du 4 Septembre, ce discret vice-président de cinquante ans, né en Roumanie, revendique au nom de son mouvement apolitique incarner la révolte sociale 2.0. sur le long terme. «Il ne s'agit pas de gagner un sprint mais un marathon», indique-t-il en fustigeant le gouvernement, qui trouve toujours un prétexte, comme la loi Tal ou la menace iranienne, pour ne pas agir dans l'intérêt de la majorité. A suivre.

Baisse de compétitivité


En outre, Calcalist nous apprend, le 5 septembre, que la compétitivité israélienne a baissé de quatre places, passant du 22e au 26e rang mondial, derrière des pays comme les Emirats, la Malaisie ou la France.  Le pays, malgré son fabuleux 3e rang mondial en matière d'innovation et un accès facile au capital-risque, est lourdement lesté par une bureaucratie omniprésente, voire paralysante, et un enseignement catastrophique dans certains domaines comme en mathématiques.
Clé USB

C'est bien un système entier qui est à revoir, en utilisant les formidables énergies créatives déjà présentes en Israël. Au pays de la clé USB et de la voiture électrique, au pays où les Prix Nobel en sciences participent à un clip de nouvelle année en dansant, on devrait avoir l'esprit assez ouvert pour réinventer un moyen de mieux répartir efforts et richesses, et permettre à chacun d'accéder à la connaissance et au bonheur en préservant nos acquis. L'impulsion semble être donnée, il reste à trouver la volonté politique.

4 commentaires:

Pat Quartier a dit…

..."l'auteur de ces lignes voilà quelques semaines, regrette que les leaders gouvernementaux n'aient pas profité de la majorité historique dont ils disposaient, pour aboutir à des avancées concrètes dans le dossier du conflit avec les palestiniens."
L'auteur reduit la portee de son article pourtant interessant dans ses grandes lignes en faisant passer ses idees politiques usees de gauche, gauchess et a gauche, toutes contraires a de l'innovation.
C'est une manie dans la classe bourgeoise Tel-Avivienne de faire porter un retard, un echec ou une impossibilite de negociations avec des palestiniens en placant des torts sur Israel.
C'est prendre le gouvernement ou le peuple pour des imbeciles qui ne s'apercevraient pas que des palestiniens n'ont aucun interet a des negociations qui n'aboutiraient pas a terme a supprimer l'etat d'Israel.((Etat Judenrein, Retour des refugies en grand nombre, Revision du statut de Jerusalem...en attendant une liaison dangereuse avec les arabes israeliensen 5 ieme colonne et le Hamas au moment opportun.
Les innovations procederient dans l'esprit de l'auteur,(quoi d'autre satisferait les palestiniens, voyons!) a de nouveaux retraits "negocies" bien sur.
Sans preciser que cela aurait rapproche encore d'une dizaines de kms les muissiles de nos "partenaires" a proximite peut-etre de ses bureaux a Tel-Aviv.
Or on peut lui vouloir que du bien quitte a contrarier Yohann Habib sur ce point.
Mais repetons le, il est tres specieux de melanger de cette facon les genres dans un article portant sur des justes problemes sociaux et economiques.
Le procede rappelle celui du journal "Le Monde" .Il est dommage que Yphhan Habib s'y adonne, car les lecteurs ne sont pas tous dupes.

Jean Smia a dit…

Prouver sa non-islamophobie mène nos journalistes à l'auto-flagellation, l'uniformité et la désinformation.
Il y a un moule pour les journalistes « modernes »:Prendre des postures critiques envers ceux partagent leur sensibilité afin de souligner leur impartialité ou leur ouverture d'esprit.
Pas pour toi, Jacques, mais en général et plus spécifiquement en France.
La crainte du « politiquement incorrect » leur interdit l'appréciation constructive, la crainte de se faire qualifier d'«activiste» interdit l'évaluation positive, et la crainte de passer pour un «islamophobe» évite de souligner certaines informations.
Curieux terrorisme intellectuel que le barbarisme islamophobe ,et si on n'entend jamais christianophobe, judéophobe ou démocratophobe, c'est parce que ceux qui mettraient le sujet sur le tapis seraient accusés d'islamophobes.
C'est ainsi que tous les journaux télévisés et toute les presses écrites non seulement se ressemblent mais paraissent avoir le même rédacteur en chef.

C'est par crainte d'islamophobie que nos journalistes ont occulté, le 5/08/90, la Déclaration du Caire des droits de l'homme en Islam qui projette de soumettre tous les humains à l'Islam. 60 pays l'ont signée. (Wikipédia: tapez O.C.I.)
C'est encore par ce même effroi qu'aucune information ne vient relayer la Déclaration de NOTRE parlement de Bruxelles du 09/07/2012 qui s'oppose officiellement, fermement et totalement à cette Déclaration du Caire. Plus de 12 ans après, le gouvernement de Bruxelles, prenant acte que cette déclaration était une déclaration de guerre aux Droits de l'Homme, donc à nos constitutions, incite impérativement TOUS nos gouvernements nationaux à prendre des mesures appropriées:
https://www.youtube.com/watch?v=uP88w-AArWg&feature=player_embedded

Pourquoi personne n'a relayé cette information dans notre actualité ?? Encore la crainte de l'islamophobie ??
Cette incitation à « prendre des mesures » est-elle à l'origine des cours de « morale laïque » à l'école? Sera-ce la seule mesure?
Malgré mon antipathie pour El Assad : tout le monde crie au loup et jette sa pierre conventionnelle, mais y-a-t-il un seul journaliste qui est conscient qu'il incite au massacre de plusieurs centaines de milliers d'Alalouites ? Ce sont des familles avec des enfants et des vieillards. Mais, accepter par avance un massacre aux cris d'Allahouakbar prouve qu'on n'est pas islamophobe. Par contre silence sur qui a fomenté cette révolte, son but ni ni son objectif. Personne pour se préoccuper de la multitude de cultures/religions qui forment ce pays. Il suffit de se proclamer « armée de libération » puis de crier « Allahouakbar » et l'on a la bénédiction de tous ceux qui craignent l’anathème d'islamophobe. Schéma identique vécu en Tunisie : tout le monde avait jeté sa pierre au dictateur en se gargarisant du mot printemps, et nos naïfs Tunisiens, sortis de l'enfer Ben Ali+Trabelsi, se retrouvent plongés dans l'hiver d'un purgatoire Islamiste. Sans une olive en plus.Cependant ce purgatoire, se créant aux cris de Allahouakbar,le dénoncer, est-ce islamophobe, messieurs les journalistes ?
Grâce à votre silence, la démocratie attendra plusieurs siècles en Orient et remet d'actualité la phrase : « Tuez les tous, Allah reconnaîtra les siens ».
Somme toute, c'est bien plus rentable de critiquer à sa porte, bien confortable devant son écran, sur des sujets comme les testicules d'Armstrong, la justice américaine, les dépenses du roi d'Espagne ou la santé de Johnny.
Enfin et surtout pas parler des otages Français : Y a des otages Français ?? Y a un nouvel OMO ?Vous les aviez oublié ?? Chut !! SILENCE !!! c'est islamophobe d'en parler.
Finalement, il suffirait aux Israéliens d'envahir pas la Palestine aux cris de Allahouakbar pour avoir la bénédiction de ces journalistes.......vous croyez pas ??

JOHANN HABIB AVOCAT ISRAELIEN a dit…

@ Pat quartier
Il y aurait beaucoup à dire sur votre commentaire. les critiques ad hominem n'étant pas constructives, il est préférable de se concentrer sur le fond:
1. Lorsqu'un gouvernement a une forte majorité, il est fort non seulement à l'intérieur mais également face à son partenaire, parce que celui-ci négocie avec 80% de l'assemblée du peuple. A contrario, un gouvernement qui ne représente qu'une faible majorité, donc en manque de légitimité, trouvera face à lui un partenaire peu motivé et peu enclin au compromis. C'est ce qui a pu se passer avec Abbas à certaines périodes.
2. Le "mélange des genres". Deux remarques : le besoin de séparation absolue des disciplines est un mal spécifiquement français, voire "académique". Dès lors, la référence au Monde ne tient pas puisque les plumes de ce quotidien du soir ont été formées à cette école. L'agence Moody's a finement analysé l'interpénétration des domaines économiques, sociaux, et politiques en Israël plus que dans d'autres pays. On ne peut pas faire d’analyse économique israélienne sérieuse sans référence de près ou de loin à la situation sécuritaire. Parvenir à un accord garanti avec nos voisins nous ferait faire d’énormes économies et ouvriraient des perspectives économiques sans précédent pour les entreprises israéliennes.
3. Le mythe de la cinquième colonne: il n'est pas raisonnable de céder au folklore des députés Tibi et Zoabi. L'écrasante majorité des arabes israéliens est parfaitement israélienne et intégrée.

Pat Quartier a dit…

Que vous regrettiez qu'il n'y'ait pas eu d'avancee concrete dans les negociations avec les Palestiniens, ce qui porterait tort a l'economie est une chose, imputer naturellement et sans reserves le defaut d'avancee concrete dans les dites negociations sur le dos du gouvernement israelien fut-il majoritaire est tout autre chose.
Il en eut ete differemment si vous aviez ete a meme de preciser sur quoi aurait pu porter les fameuses avancees en l'etat actuel et sur la base de quelles contreparties reelles.
Je pense que vous seriez bien en peine d'etre clair, precis et probant sur la question de promouvoir cette avancee.
Je me permets une telle replique car les mots que vous avez employes sont exactement ceux utilises lors de conferences en France donnees depuis plusieurs annees par Messieurs Greilsamer et Charbit :
"Le gouvernement Israelien n'en fait jamais assez" pour faire progresser la paix.La responsabilite palestinienne et ses buts finaux sont toujours minimises.
Il est vrai que lorsque des gouvernements israeliens en ont eu l'occasion (de droie ou de gauche)on en a vu les resultats desastreux sur le plan securritaire, les benefices politiques et economiques ayant ete de faible duree apres l'euphorie developpe dans les media de gauche.
Quant a l'agence Moody, je puis concevoir le lien entre economie et politique, mais helas les realites moyen-orientales sont telles que le diable se cache dans les details du mot "paix".
En l'etat,ce genre de regrets ou de recommandations tient de la lapalissade "s'il n'y avait pas de conflits l'economie et le monde se porteraient mieux."
Si la situation securitaire est pour l'instant inextricable,elle tient a un ensemble de causes interieures et exterieures qui influencent fortement les palestiniens.
Concernant les arabes israeliens :
Le mythe suppose invention et fantasme.
Si le vent de la puissance militaire tourne il sera toujours temps d'evoquer l'influence relle des deputes Tibi et Zoabi-sans parler de notre ami Bichara-en fuite au Liban du Hezbollah pour haute trahison.
Le fait que tous ces deputes aient ete elus majoritairement dans le milieu arabe et siegent a la Knesseth ne releve pas du mythe.
Je puis donc me tromper sur la base d'un raisonnement discutable,mais apres tout pas plus que vous .