LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 7 août 2022

Attaque préventive à Gaza

 

ATTAQUE PRÉVENTIVE ISRAÉLIENNE À GAZA

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright ©  Temps et Contretemps

Réunion sécuritaire du 5 août 2022

          Le gouvernement Lapid, sur les conseils de Benny Gantz, a totalement changé de stratégie vis-à-vis des Palestiniens en n’acceptant ni le chantage et ni les menaces. Et fidèle à son histoire, Tsahal a décidé de prendre des mesures préventives à la fois en Cisjordanie avec des actions répressives contre les terroristes et les cellules dormantes ainsi qu'à Gaza où des chefs du Djihad islamiste ont été visés. Des signes avant-coureurs, qui ne trompent pas, avaient donné le ton sur la détermination de Benny Gantz de sécuriser le sud du pays sans attendre les tirs de roquettes. 


 Réunion sécuritaire au sommet



À la suite de la mort de 19 Israéliens depuis le début de l’année dans des attentats, le gouvernement avait donné de nouvelles instructions à Tsahal pour nettoyer la Cisjordanie de ses éléments perturbateurs. Il n’y avait pas de nuit sans que des arrestations aient lieu en Cisjordanie. Ce 1er août, l’armée israélienne a alors mené une vaste opération dans le camp de réfugiés de Djénine, le cœur «de la résistance armée palestinienne» pour arrêter l’un des leaders du Djihad islamique palestinien en Cisjordanie, Basaam al-Saadi, ainsi que son gendre Ashraf al-Jada.

Basaam al-Saadi

L’opération a été menée par des agents israéliens infiltrés du Shin Bet protégés par les soldats d'élite du Nahal. Accueillis par des tirs à balles réelles, Tsahal avait riposté en tuant Dirar al-Kafrini, un Palestinien de 17 ans. Tsahal s’attendait à des représailles et c’est pourquoi il a pris l’initiative en déployant des «drones d'attaque» au-dessus de Gaza. L’effervescence au sein de l’État-major avait atteint son paroxysme. Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a alors procédé ce 5 août à une évaluation de la situation au quartier général du Commandement Sud, avec la participation du chef d'État-major, du général du Commandement Sud et du commandant de la division de Gaza. À 11h00, le ministre de la Défense avait fait une déclaration aux médias avec une obligation de censure militaire jusqu’à 14 heures. 



Tsahal a procédé par étape en fermant tous les points de passage vers la bande de Gaza, un jour après avoir arrêté Bassam al-Saadi. La fermeture a interrompu le transport de marchandises et d'aide vers Gaza et a empêché les travailleurs de passer en Israël. La seule centrale électrique de Gaza est menacée d'arrêt imminent car les camions qui l'approvisionnent en carburant ne peuvent pas traverser.

Le Djihad avait sonné l’alerte parmi ses militants pour des représailles imminentes. Israël n’a pas voulu sous-estimer les implications possibles que l'arrestation d'al-Saadi pourrait avoir sur la situation à la frontière entre Israël et Gaza. Les rodomontades du Djihad ont convaincu Lapid qu’aucune désescalade n’était prévisible, au contraire. Le Premier ministre israélien a alors déclaré «qu'Israël n'hésitera pas à utiliser la force pour rétablir une vie normale dans le sud du pays, et nous n'arrêterons pas la politique d'arrestation de terroristes en Israël».

Les forces de secours palestiniennes opèrent près d'un bâtiment touché par une frappe de Tsahal 


Israël a pris l’initiative en frappant Gaza après avoir prévenu les villes israéliennes situées à 80kms autour de Gaza de prendre des mesures sécuritaires. Benny Gantz a expliqué que «Ceux qui nuisent à la capacité de 14.000 travailleurs de gagner leur vie, qui font que les produits restent et se gâtent aux points de passage, et qui entraînent des pénuries d'électricité et de nourriture - nuisent avant tout à la population de Gaza, et devront assumer leurs responsabilités pour cette souffrance». 

Il a déclaré que les forces de sécurité se préparent à tous les scénarios, sur tous les fronts, y compris dans le nord et le centre du pays : «Tsahal poursuivra son activité opérationnelle dans tous les secteurs selon les besoins. Nous ne recherchons pas le conflit, mais nous n'hésiterons pas à défendre nos citoyens, si nécessaire. L'État d'Israël et l'armée israélienne poursuivront leurs opérations, sachant la responsabilité que nous portons sur nos épaules - de défendre les communautés et les citoyens du sud d'Israël». 

Fumée au dessus de Gaza

Gantz a rencontré tous les chefs des autorités régionales pour les rassurer : «Je dis aux habitants de la zone - nous sommes à vos côtés et nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour vous défendre, d'une manière à la fois décisive et responsable, et qui réponde aux considérations opérationnelles fixées pour apporter le résultat souhaité résultats». Pour cela 25.000 réservistes ont été appelés pour renforcer la division de Gaza et pour aider les civils.

Tayseer al-Jabari 

Les frappes contre Gaza sont nombreuses et de la fumée s’élève au-dessus de la ville tandis que des explosions ont été entendues. Il semble que de nombreux morts soient à déplorer mais selon Tsahal il s’agit de plus de 10 membres du Djihad islamique qui ont été éliminés, dont un grand chef Tayseer Jabari qui avait succédé au chef militaire du Djihad, Baha Abu al Ata, tué lors d'une frappe de Tsahal en 2019. Les chefs étaient en réunion dans un appartement d'un grand immeuble quand un avion a envoyé un missile avec précision. Le chef du Jihad islamique Ziad Al-Nakhala a promis des représailles pour ces frappes : «Il n'y a pas de lignes rouges dans cette bataille et Tel-Aviv tombera sous les roquettes de la résistance, ainsi que toutes les villes israéliennes». 

Jabari a été impliqué dans la planification d'attaques importantes contre Israël, notamment avec l'utilisation de missiles antichars. Il était responsable de l'arsenal de roquettes du groupe terroriste et était le principal coordinateur du groupe avec le Hamas. Âgé de 50 ans, Jabari est membre du Jihad islamique depuis des décennies et a gravi les échelons du groupe terroriste soutenu par l'Iran et dont les dirigeants résident en Syrie.  A suivre....

3 commentaires:

Georges Kabi a dit…

La politique de dissuasion israelienne n'a pas change d'un mm. Par contre, il n'y a jamais eu de tentative de negocier, de trouver des arrangements, de faciliter la vie quotidienne des habitants de Gaza, des Territoires et de Jerusalem-Est. Et si vous proposez cela, vous ne pouvez etre qu'un ennemi d'israel.

Paul Behar a dit…

Négocier ? Mais pardonnez moi, ne seriez vous pas un doux rêveur ? Vous voulez négocier quoi avec des fanatiques qui veulent tout simplement votre destruction et rien d’autre. Le Hamas et le Djihâd Islamique sont tellement aveuglés par la haine du Juif, qu’ils préfèrent pourrir la vie de leurs frères (construire des tunnels, construire des ateliers de roquettes, etc… au lieu d’écoles, de dispensaires, d’usines…). Cela dure depuis 20 ans. Pourtant Israel a cherché toutes les solutions. Et en premier lieu a quitté ce territoire pour donner une chance aux gazaouis de prendre leur destin en main. Hélas, les Islamistes contrôlent tout. Le jour où ils seront balayés (c’est pas demain la veille…), alors des solutions de coexistence pacifique pourraient, j’en suis convaincu, se faire jour.

Anonyme a dit…

Article intéressant, personnellement, je fais une grande confiance à Mr Benny Gandz très grand ministre de la défense et j'approuve les commentaires aussi maintenant il n'y a plus qu'à croiser les doigts et Israël soit bien protégé