Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 26 mars 2020

Israël, pays des Israéliens et non des Juifs




ISRAËL, PAYS DES ISRAÉLIENS ET PAS DES JUIFS


Copyright © Temps et Contretemps
           
Israéliens rapatriés du Pérou
          La crise du coronavirus a mis en évidence un fait qui dérange parce qu’il s’agit d’un tri entre Israéliens et Juifs. Le principe même de ce tri est inadmissible; il rappelle de mauvais souvenirs. Israël a été conçu pour être le havre de tous les Juifs du monde en cas de problème, un refuge pour tous ceux qui ont besoin d’être sauvés. Or Israël, pour des raisons sanitaires certes évidentes, a choisi de privilégier ses nationaux. La frontière est hermétiquement fermée pour tous sauf pour les Israéliens qui vivaient ou séjournaient temporairement à l’étranger. Des avions ont été affrétés par l’État ou par des organisations juives pour rapatrier les Israéliens d’Amérique du sud et parfois d’Europe pour les mettre à l’abri, loin d’une contamination éventuelle.  Des mesures ont été prises pour les contrôler sur le plan sanitaire ou pour les mettre en quarantaine chez eux mais au moins ils sont à l’abri.


Dan hôtel

            Mais les Juifs de l’étranger n’ont plus le droit d’entrer dans le pays et ceux qui vivaient en Israël dans les hôtels, alors qu’ils étaient en vacances, ont été priés instamment de quitter le pays.
            On a poussé à l’extrême la sécurité au détriment de l’intérêt des familles. Les Français, qui ont des proches ou des enfants à Ra’ananna, Ashdod, ou Netanya, sont considérés comme des pestiférés interdits de rejoindre leurs familles car l’objectif reste de se protéger du coronavirus qui prend cependant moins d’ampleur en Israël. Demain, les Anglophones de Jérusalem ou de Modiin ne pourront pas fêter Pessah avec leurs parents ou leurs enfants venus de l’étranger. Les Juifs non israéliens n’ont pas le droit de se rendre en Israël, sauf après l'obtention d'une autorisation du consulat israélien prouvant l'existence d'un lieu de résidence en Israël : du jamais vu !
            Pourtant la déclaration d’indépendance est formelle : «l'État juif dans le pays d'Israël, ouvrirait ses portes à tous les Juifs et conférerait au peuple juif l'égalité des droits au sein de la famille des nations… l'État d'Israël sera ouvert à l'immigration des Juifs de tous les pays où ils sont dispersés». Certes on y parle d’immigration mais la sauvegarde des Juifs du monde est mise en filigrane.     

            Nous constatons de nombreux décès parmi les Juifs du monde, des rabbins même sont parmi les victimes, souvent parce qu’ils n’ont pas eu droit à des soins appropriés, pourtant disponibles en Israël. Des parents qui ont d’abord envoyé tous leurs enfants, avant de les rejoindre ensuite, voient leur droit de visite ou de protection sévèrement restreint parce qu’ils ne sont pas israéliens. Verra-t-on comme en 2015, non pas une alyah fiscale mais cette fois une alyah sanitaire, l’alyah de ceux qui veulent se protéger de la maladie. Nous avons eu droit à l’alyah des escrocs mais l’alyah de secours est devenue très compliquée. Les parents ou les enfants à l’étranger n’ont pas le droit de se retrouver avec leurs proches pour les fêtes, les fêtes qui sont le symbole de la liberté retrouvée et de la réunion des familles.
            On a prétendu que si Israël avait été créé pendant la Shoah, de nombreux Juifs auraient été sauvés mais n’aurait-on pas pratiqué le tri comme aujourd’hui ? Bien sûr Israël a accueilli des centaines de milliers d'immigrants du monde libre animés principalement par l'idéalisme mais de très loin les chiffres d'immigration les plus importants concernent des pays que les Israéliens qualifient de «pays en détresse». 


Alyah juive
        Au début des années 1990, Israël a réalisé des opérations de sauvetage de moindre envergure, mais non moins audacieuses, pour évacuer les communautés juives de la Géorgie ravagée par la guerre, de Moldavie, du Tadjikistan, de l'ex-Yougoslavie et de Tchétchénie. Quand un Juif est en danger en diaspora, il peut compter sur Israël qui a ramené sains et saufs au pays la quasi-totalité des derniers membres des communautés juives de Syrie et du Yémen.
            La solidarité juive impose de recevoir aujourd’hui parmi leurs familles tous ceux qui s’estiment en détresse sanitaire ou morale dans les pays d’Europe, quitte à leur imposer des mesures drastiques de confinement. Mais au moins on aura fait le geste de considérer les Juifs de la diaspora comme nos frères, au moins comme nos égaux, et pas uniquement comme des soutiens politiques ou financiers.

4 commentaires:

Michel LEVY a dit…

Cela me semble logique, et souhaitable.
Et Israël ne peut pas abandonner le sionisme, et les liens charnels qui existent entre la diaspora juive et Israël ne peuvent pas être supprimés.
Le pays a l'obligation morale d'être fidèle à sa déclaration d'indépendance, et devrait avoir la sagesse d'éviter le tribalisme, le développement séparé, et toutes ces divisions qui font le malheur du tiers monde.
Le pays est le pays de tous ses habitants, et les partis ethniques sont dangereux pour l'unité nationale.

Sylvain.C.T a dit…

J'avoue ne pas comprendre ce billet d'humeur. Israël est le pays de ses citoyens. Il est normal qu'il les protège comme le fait tout autre pays. Je ne sais pas quel est le degré de confinement en Israël, mais il me semble dangereux de fêter Pessah comme s'il n'y avait pas un danger de contamination. Et de plus je ne vois en quoi ces juifs de la diaspora n'auraient pas droit à des mesures appropriées dans leur pays, au même titre que les autres citoyens.

2 nids a dit…

La peur s'infiltre partout, pourtant, un illustre prédécesseur nous a dit : N'ayez pas peur" que penser d'une telle situation pour ISRAEL..?, c'est vraie Mr Benillouche, ISRAEL ne devrait pas fermer ses portes aux Juifs de ce monde mais mettre ses frères ou ses soeurs en quarantaine, es ce un bon accueil?
Situation bien difficile..

Chantal Desages a dit…

Incompréhensible ! Il me paraît normal que la citoyenneté soit assortie de droits et de devoirs, en Israël ou ailleurs. Et quand on voit l’attitude de beaucoup de français, israéliens ou non, qui ne se sentent pas concernés par les instructions du Ministère de la Santé israélien, et ne respectent pas le confinement - ils sont en vacances !! - je préfère qu’ils restent CHEZ EUX, en France. Tout ce qu’ils veulent d’Israel, ce sont des avantages fiscaux ou sanitaires mais ils n’aiment pas ce pays et n’ont pas de respect pour ses habitants. Par ailleurs, nous avons fait notre alyah il y a plusieurs années et nos enfants et petits enfants également. Pourtant, nous passerons les fêtes seuls car nous sommes tous confinés. Le problème, c’est le virus. Si vous étiez confinés dans votre pays, vous auriez le temps d’y réfléchir au lieu de vous trouver une nouvelle raison de ne pas aimer Israël mais de lui réclamer des droits qui ne vous reviennent pas.