Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

samedi 16 novembre 2019

Radio-J : Gaza et la nouvelle stratégie de Tsahal


GAZA ET LA NOUVELLE STRATÉGIE  DE TSAHAL

Jacques BENILLOUCHE
Au micro de
Dov ZERAH
            

          Les récents événements de Gaza ont mis en évidence un changement stratégique important de Tsahal sous la conduite du nouveau chef d’État-Major Aviv Kohavi. 

            Aviv Kohavi a des références militaires qui attestent de ses compétences multifonctions. Il traîne derrière lui une réputation d’officier froid et déterminé, doté d’un génie militaire acquis dès son jeune âge. Il a commandé la division de Gaza de 2004 à 2006, la Cisjordanie de 2006 à 2010 en nouant avec les Arabes des liens francs, presque amicaux, parce qu’il avait toujours privilégié le respect de ses adversaires. Il les a fréquentés en acceptant parfois d’être invité à leur table pour bien leur faire comprendre qu’il les distinguait des terroristes. Il a ensuite occupé le poste expert de chef des renseignements militaires de 2010 à 2014 ce qui lui a permis d’acquérir une parfaite connaissance du problème iranien. Enfin sa dernière affectation de 2014 à 2017 a été le commandement régional du Nord, la zone d’où vient le plus grand danger pour Israël. Il est devenu le 22ème chef d'État-major de l'armée israélienne le 15 janvier 2019, succédant à Gadi Eizenkot.  
Cliquer sur la suite pour réentendre l'émission


Partie/1



Partie/2



1 commentaire:

2 nids a dit…

Merci encore pour ce travail d'explication sur une situation toujours difficile pour ISRAEL, le seul bémol, c'est l'emploi du mot collaboration au lieu d'utiliser le mot coopération , me semblerait plus juste, je n'ai pas besoin de vous rappeler cela, mais en Europe, le mot collaboration a amené à la Shoah et donc, par respect pour nos frères et nos soeurs, il serait souhaitable de ne pas banaliser ce mot de collaboration