Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 26 novembre 2019

Et maintenant en Israël...



ET MAINTENANT EN ISRAËL…

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            
Netanyahou et Mandelblit

          C’est une journée triste que subissent le premier ministre Netanyahou et l’État d’Israël, une situation dramatique inédite qui intervient alors que la situation politique est bloquée depuis une année, après deux élections législatives stériles. Benjamin Netanyahou a été mis en examen pour corruption, fraude et abus de confiance, par le procureur général de l’État, Avichai Mandelblit, qui a expliqué succinctement à la télévision les charges principales contenues dans les dossiers.


            
-Enfin il est finalement arrivé
- Qui ? Le gouvernement d'unité
           Une heure plus tard, le premier ministre s’est exprimé à son tour en prenant à témoin les Israéliens, en attaquant la police et les enquêteurs et en mettant en doute l’action de la justice. Commençant par un discours presque larmoyant pour attirer l'attention des téléspectateurs, il a ensuite exposé son dossier très épais qu’aucun citoyen non qualifié ne peut aborder. Il faut laisser à la justice et aux avocats le soin de le traiter de manière sereine. Mais si Netanyahou a recherché un soutien du côté de ses militants, il a lancé une charge terrible contre la justice et la police de son pays. Après l'attaque contre la Cour Suprême, cela fait désordre et cela crée un doute sur les réelles motivations du premier ministre.



            Avichai Mandelblit était un juriste obscur au sein de l’armée. C’est Netanyahou qui a décidé de le mettre à la lumière en 2013 en le nommant Secrétaire de son Gouvernement jusqu’en 2016, date à laquelle le premier ministre le désigne Procureur général de l'État. Mandelblit est véritablement une créature du premier ministre a qui il doit tout. Il ne peut donc être suspect de «gauchisme» au service d’officines occultes. Il faut lui tirer le chapeau car, dans sa mission difficile, il a tenu à servir la justice malgré son amitié pour Netanyahou. Il fait honneur à sa fonction et a su résister à toutes les pressions venant du Likoud même s'il a attendu le désistement de Gantz pour lancer l'inculpation. Il a expliqué que sa décision était «une responsabilité et non pas un choix»
            Sans vouloir prendre position dans un dossier difficile, cela parait surnaturel d’accuser le procureur de fomenter contre le premier ministre un putsch. Lorsqu’un pays n’a plus confiance dans sa police, dans son armée et dans sa justice alors c’est que l’État de droit est bafoué et qu’il vit sous le régime de la dictature. Lorsque le premier ministre attaque deux institutions comme la justice et la police alors qu’il en est le garant par sa fonction, c’est que la démocratie est malade.Si un juriste de Tsahal disposant du grade de général, par ailleurs ancien secrétaire du gouvernement et aujourd'hui Procureur général, est un pourri comme le prétend Netanyahou, alors c’est à désespérer de l’État d’Israël et nous n’aurions plus rien à faire dans ce pays.


            Il ne nous appartient pas de prendre position, notre rôle se borne à mettre un bulletin de vote dans l’urne. Au-delà, les députés élus doivent prendre leur responsabilité. Netanyahou a décidé de se maintenir à son poste et éventuellement de se présenter aux nouvelles élections. C’est son droit absolu puisque, à l’exception des députés et des ministres, le premier ministre n’est pas tenu de démissionner quand il est inculpé. A la rigueur il hypothèque les chances de son parti pour le prochain scrutin. 
          Mais la question se pose de sa disponibilité pour assurer sa défense ardue tout en assurant les prérogatives de sa fonction. Par ailleurs un premier ministre mis en examen sera dévalué vis-à-vis de ses partenaires étrangers. Le Likoud prend sa responsabilité. On entend déjà les idolâtres francophones, dévoués au culte du chef infaillible, trouver des arguments pour traiter le procureur «d’homme de gauche» et justifier ainsi l'inculpation

            Après les échecs de Benjamin Netanyahou et de Benny Gantz pour former un gouvernement, les règlements de compte sur fond de récriminations personnelles vont animer les 21 prochains jours. Les raisons des échecs vont être analysées et les «coupables» éventuels seront désignés à la vindicte populaire. Israël entre dans une situation de turbulence inédite qui a vu pour la première fois deux candidats échouer. 
      Benny Gantz vient de renoncer en rendant son mandat au président Réouven Rivlin : «J'ai soulevé chaque pierre pour tenter de former un gouvernement d'union nationale libérale mais Netanyahou a privilégié ses intérêts personnels aux dépends des intérêts du pays et il devrait se rappeler que nous sommes encore en démocratie et que la majorité du peuple a voté pour une politique différente de la sienne et ne peut être l'otage d'une minorité extrémiste».
            La Knesset a 21 jours pour choisir le nouveau premier ministre capable de réunir 61 signatures de députés sur son nom. On voit mal qui pourrait être désigné sans l’imprimatur de Netanyahou et de Gantz car rien n’a changé dans les esprits et dans les volontés. La décision judiciaire qui vient d’être prise pourrait débloquer la situation au sein du Likoud qui piaffe d’impatience pour organiser des élections internes. Certains députés osent reprendre leur indépendance et s’affirmer. De toute façon, le règlement interne du parti impose la tenue de primaires avant chaque élection législative, règle à laquelle s'oppose pour l'instant Netanyahou.

Yoav Kish

            Le député Yoav Kish (Likoud) exige des primaires pour désigner la nouvelle direction du Likoud et s’oppose à ceux qui au Likoud veulent les annuler : «Je ne peux pas voir une situation où les primaires ne sont pas tenues pour trouver un nouveau leadership pour le parti, nous sommes un parti démocratique, c'est la base de ce parti. Il y a des députés qui veulent se présenter en tant que leader». Il n’a pas précisé pour qui il voterait. Il s’oppose ainsi à Netanyahou qui refuse les primaires pour rester le seul candidat du parti.
Gideon Saar

            Gidéon Saar sort enfin du rang car lui-aussi appelle à la tenue d'élections internes mais en plus, il se porte candidat. Il estime qu’il peut «former un gouvernement et unir le pays et la nation. Nous devons fixer un calendrier pour la tenue des primaires. Nous sommes un parti démocratique, nous ne ressemblons pas au parti Yesh Atid qui a annulé ses élections internes. Le Likoud n'a pas organisé de primaires depuis de nombreuses années». En revanche, il est certain du nouvel échec du premier ministre en cas de nouvelles élections. Mais le ministre des communications Amsalem, fidèle parmi les fidèles, est monté au créneau pour exiger de Saar une plus grande fidélité à Netanyahou : «C’est une urgence nationale, pas une période de luttes internes fondées sur l’ego».
            Des rumeurs font état d’une nouvelle candidature d’un haut dirigeant du Likoud à la tête du part qui sera annoncée dans les prochains jours.
            La situation s’éclaircit car Moshé Kahlon, ex-Koulanou, avait estimé qu’il n’accepterait jamais de figurer dans un gouvernement dirigé par un dirigeant mis en examen. Mais les choses évoluent très vite et l’attrait d’un portefeuille font oublier les promesses. Benny Gantz a toujours dit qu’il pouvait se joindre à un gouvernement Likoud avec un nouveau leadership. Il n’est pas raisonnable que le pays attende mars 2020, et plus tard même, pour avoir un gouvernement alors que la situation sécuritaire et économique urge.
            En revanche la mise en examen rebat les cartes et elle peut entraîner une recomposition du paysage politique même au sein du parti Bleu-Blanc qui lui aussi connait des tensions internes. 
Zvi Hauser

            Gantz a tiré les conséquences de son échec qu’il impute à Yaïr Lapid et à son aile droite. Le premier a refusé toute cohabitation avec les orthodoxes tandis que l’aile droite, représentée par Zvi Hauser et Yoaz Hendel, proches de Moshé Yaalon, n’ont pas voulu envisager de constituer un gouvernement minoritaire avec les partis arabes : «À cause de Yoaz Hendel et Tzvika Hauser, je ne suis pas Premier ministre, et à cause de Lapid, les chances d’unité ont diminué». Hendel, ancien assistant de Netanyahou, et Hauser, ancien secrétaire de cabinet, ont formellement averti qu’ils s’opposeraient à un tel accord. On retrouve ainsi les inconvénients d’un parti hétéroclite qui a fait appel à des membres venus de divers horizons. Cela peut être utile pour constituer une diversité mais un facteur de blocage quand il faut décider.
            Les tirages internes à Bleu-Blanc compliquent à présent la situation. Les trois composantes, Yesh Atid de Yaïr Lapid, Telem de Moshé Yaalon, et la faction de Gabi Ashkenazi risquent d’exploser devant les difficultés et les rivalités personnelles.

            Si une solution n’est pas trouvée pour éviter des élections en mars 2020, qui de toute façon ne déboucheront sur rien d’exceptionnel, alors le pays entrera dans une phase de tempêtes dans un contexte d’incertitude politique. Le peuple juif adore se faire peur et reste toujours prêt à envisager sa destruction non pas par ses ennemis mais de l’intérieur. On attend l’homme providentiel qui arrivera à dénouer la situation avant qu’elle ne s’embrouille vers le chaos politique.



1 commentaire:

Véronique Allouche a dit…

Se poser en victime en osant parler « d’un coup d’état », mettant en cause la police, les juges et les journalistes, ce n’est pas se défendre, c’est mettre à bas les garde- fous du pays, c’est comparer Israël à un république bananière.
Bien cordialement