Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

jeudi 13 septembre 2018

Le torchon brûle entre Macron et Erdogan



LE TORCHON BRÛLE ENTRE MACRON ET ERDOGAN
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps


En rupture avec les Américains, la Turquie se découvre faussement européenne, par dépit ou par opportunisme. Erdogan veut donc relancer sa procédure d’adhésion à l’Union européenne et a convoqué son groupe d’action chargé de préparer la négociation. Ce groupe est composé des ministres les plus importants de son gouvernement ; le ministre de la Justice Abdülhamid Gül, le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, le ministre des finances Berat Albayrak, et le ministre de l'Intérieur Suleyman Soylu. Ces ministres se sont engagés à préparer les réformes imposées par l’UE sur le plan politique, juridique et économique. Mais de sérieux doutes existent, sinon sur la volonté, au moins sur la possibilité de satisfaire ces réformes démocratiques.




Erdogan a été encouragé par les prises de position de la chancelière allemande Angela Merkel et du président de la Commission européenne qui ont critiqué la guerre économique lancée par Donald Trump contre la Turquie. Il compte sur la forte consolidation des liens économiques de son pays avec l’Europe. Il semble vouloir mettre sur la balance son rapprochement avec la Russie et la Chine pour compenser la détérioration de ses liens avec les Occidentaux. Il prépare une sorte de chantage discret pour imposer ses vues.
Ce groupe d’action a été crée en 2014 et ne s’est plus réuni depuis février 2015. A l’issue de la réunion du 29 août 2018, les ministres qui le composent ont analysé les réformes qui pousseraient l’Europe à émettre son avis favorable. Mais le président Macron a provoqué une tempête à Ankara à la suite de son discours du 27 août devant les ambassadeurs français ; il a proposé une adhésion au rabais. Il a appelé à un «partenariat stratégique avec la Turquie au lieu de lui accorder l’adhésion à l’UE». Le président français n’a pas usé d’un langage très diplomatique : «Le président turc Recep Tayyip Erdogan a un projet panislamique contraire à nos valeurs européennes. La Turquie du président Erdogan n'est plus la Turquie du président Mustafa Kemal Atatürk. La Turquie est aujourd’hui anti-européenne».


La réaction turque ne s’est pas faite attendre : «Notre pays est une partie inséparable de l'Europe d'un point de vue politique, géographique et historique et a toujours fait plus que son rôle pour la sécurité européenne. Affirmer que notre pays est anti-européen ne reflète certainement pas la réalité». Le porte-parole du gouvernement Omer Celik a abondé dans le même sens : «La Turquie est aussi européenne que la France. Elle a de nombreux attributs. Elle a une perspective méditerranéenne et asiatique centrale, mais le fait qu'il s'agisse d'un État européen est indiscutable».
Mais si les dirigeants turcs ont un regain d’optimiste face à cette demande d’adhésion, ils sont conscients que la Turquie a un problème d’image en Europe. De nombreux obstacles politiques et juridiques doivent être surmontés, en particulier le fonctionnement de la démocratie, les droits de l'homme et la liberté d'expression. Des milliers de personnes, dont le Pasteur Brunson et de nombreux citoyens d’origine turque de l’UE, sont emprisonnés sur la base de preuves non convaincantes. Pire, pour se débarrasser de ses opposants politiques, Erdogan exige à présent de son parlement le rétablissement de la peine de mort contraire aux principes européens.


Même si l’état d’urgence a été suspendu, des lois draconiennes ont été maintenues qui permettent de traduire en justice tout citoyen considéré simplement comme suspect par le gouvernement. Par ailleurs, de nombreux États membres de l'UE refusent d'extrader des personnes accusées par Ankara d'être impliquées dans le coup d’État sur la base de preuves légères. Erdogan s’est élevé contre l'asile politique qui leur a été accordé.
On se demande les motivations de la réunion du groupe après trois ans d’inactivité alors qu’aucune réforme n’a été engagée en Turquie pendant cette période. On doute de la volonté d’Ankara de relancer les réformes nécessaires. Macron semble donc avoir raison de ne proposer qu’un «partenariat stratégique». On pense donc que cette réunion du groupe n’était que pour la galerie, pour le spectacle turc.


Petite Syrie : camp de réfugiés en Turquie

Erdogan sait que l’Europe le soutient uniquement parce qu’il maintient sur ses terres, moyennant finances, des centaines de milliers de réfugiés qui ne doivent rejoindre aucun pays européen. De leur côté, les banques européennes, qui ont prêté des sommes considérables à la Turquie, poussent leurs gouvernements à garantir la stabilité financière de la Turquie. Malgré ces arguments, le président turc sait qu’il fait face à un dilemme ; ou bien il laisse tomber les réformes démocratiques imposées par l’UE pour en faire partie, ou bien il les adopte avec le risque de compromettre son emprise sur la Turquie et d’être écarté du pouvoir. Il est donc fort probable qu'il renoncera à l'Europe.


3 commentaires:

Philippe BLIAH a dit…

A l'heure ou les contestations nationalistes menacent l'existence de l'UE au sein de plusieurs de ses etats membres ,ni Macron, ni Merkel ne peuvent se permettre encore de fraire rentrer immediatement en Europe des dizaines sinon plus de millions de citoyens musulmans turcs.C'est ce que dit Macron et il a raison. Pourtant la Turquie a fait partie du projet européiste encouragé par les bonnes élites du journal "Liberation"qui sous la plume de Bernard Guetta son éditorialiste s'impatientait du retard pris à faire rentrer la Turquie dans l'UE arguant que le poids de ce pays accouplé a sa main d'oeuvre pas chère aurait eu pour résultat de faire de l'UE un continent plus puissant .... pour faire face à la bete noire des gens de Gauche :les USA. Aujourd'hui Libération se garde bien de reproduire ce genre d'article concernant la Turquie bien qu'au fond cette élite francaise est devenue tellement collabo islamo gauchiste qu'elle regrtette de n'avoir pas fait le nécessaire en temps utile. A présent la contestation intérieure antiislamique gronde au point de retarder ce projet, les élites ayant conscience du besoin de protéger leurs postes.Ceci dit si l'islamisation de la France et de l'UE se poursuit l'entrée de la Turquie dans cette UE malade n'est qu'une question de temps.

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

Et si les Occidentaux en général, et l'UE en particulier, se fichaient de la démocratie comme d'une guigne !

https://www.les-crises.fr/la-democratisation-necessite-politique-ou-stratageme-pour-justifier-le-droit-dingerence-par-michel-raimbaud/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29

Quant au président Macron, je crois que "le torchon brûle" surtout entre lui et les Français !

Très cordialement.

denis sabrié a dit…

Pour la Turquie : HORS de QUESTIONS de faire partie de "l'Union Européenne" ce pays doit d'abord reconnaître le génocide contre le peuple Arménien ! après on discutera de la suite..!