Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mardi 25 septembre 2018

Le diable dans sa barbe par Jean SMIA



LE DIABLE DANS SA BARBE
Le billet d'humeur de Jean SMIA


Dans l’histoire du peuple juif, les deux destructions d’Israël ont toujours eu lieu lorsque ses prêtres dirigeaient la politique et l’économie du pays ou du royaume. Aujourd’hui, ces mêmes personnages, forts de leur intrusion en politique, ont décidé de diminuer le financement du nombre d’heures vouées à l’enseignement des mathématiques et des sciences et d’augmenter celui consacré aux temps d’étude de la Torah.




Chefs religieux

Ainsi, il devient inutile aux ennemis d’Israël de s’armer pour le détruire par la guerre ; il leur suffit de financer les partis religieux israéliens pour qu’ils gagnent de plus en plus de sièges. En effet, c’est la méthode la plus efficace et la moins dispendieuse pour ramener, en quelques années, ce pays au même niveau culturel et technique que son hostile environnement. Et plus ils auront de sièges, moins il y aura de financements destinés à l’enseignement des sciences profanes.
Et moins il y aura d’Israéliens accédant à ce savoir qui a fait d’Israël une «success story», plus ce que ses ennemis ambitionnent leur sera accessible. En perdant ses facultés de faire perdurer une invincibilité qui ne s’appuie que sur une permanente avance technologique, Israël sera irrémédiablement fragilisé. Puisque, ramené au même stade technologique que ses ennemis, le rapport des forces ne s’évaluera plus qu’en fonction du nombre de soldats qui s’affronteront.
Yeshiva

Ce qui menace l’Israël d’aujourd’hui n’est ni le BDS, ni les Islamistes, ni les Frères musulmans, ni le Hezbollah, ni tous ces Bachar, Tayyip ou autres Corbyn, mais ce sont ses religieux qui idolâtrent le modèle d’organisation gouvernementale iranien : des Gardiens de la révolution issus des yeshivot et un premier ministre désigné par les chefs de partis religieux.
Et je ne crois pas, quoi qu’en pensent ces curateurs de culte, que la mer s’ouvrira à nouveau pour engloutir les hordes sanguinaires.

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Il y a une autre possibilité qui vaut ce qu'elle vaut mais c'est l'idée qui m'est venue en vous lisant !
Et si, comme au temps du Royaume d'Israël et du Royaume de Juda, il y avait deux peuples juifs ? Celui d'Israël, qui serait plutôt le gardien des traditions millénaires, tandis que celui des États-Unis serait plutôt dévolu à la "success story" ?

Très cordialement.

Jean Smia a dit…

Merci,Marianne. C'est le sujet de mon prochain papier. ( Si Jacques le fait paraitre)