Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

lundi 2 avril 2018

Tsahal : nous sommes imbattables sur le plan militaire



TSAHAL : NOUS SOMMES IMBATTABLES SUR LE PLAN MILITAIRE
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

          
          À l’occasion des fêtes de Pessah, le chef d’État-major de Tsahal, Gadi Eizenkot, a accordé une interview exclusive au journal Maariv qui pourrait se résumer en une phrase : «sur le plan militaire, nous sommes imbattables». Il est né il y a 58 ans à Tibériade de parents originaires du Maroc, a grandi et étudié à Eilat. En revenant sur ses origines, il a révélé qu’il y a quatre mois, il avait assisté à une conférence à Washington des chefs d'armées de 70 pays de la coalition qui ont défait Daesh et avait échangé des poignées de mains avec deux chefs militaires marocains.


            
Netanyahou au Golan
          Eizenkot a révélé qu'Israël avait mené des centaines d'actions offensives en 2017 pour empêcher le renforcement du Hezbollah et la possession de missiles de précision capables d'atteindre des cibles en Israël. Il a souligné deux points importants ; aucune confrontation n’est attendue avec le Hezbollah cette année ; Israël a réussi à empêcher l'Iran d'approcher de la frontière du Golan.
            Il est assez optimiste sur l’accord nucléaire avec l’Iran : «Il n'y a pas d'argument qu'il n'est pas assez bon. L’Iran a fait un revirement stratégique avec l’arrêt du programme nucléaire pendant 12-14 ans, avec une supervision internationale. Les Iraniens veulent certes une capacité nucléaire mais en attendant ils l’arrêtent».
MBS et Meir Ben-Shabbat

            Eizenkot a révélé que MBS, le prince héritier saoudien, avait rencontré le chef du Conseil de sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat : «Il y a un intérêt commun en Israël et en Arabie Saoudite vis-à-vis de la menace iranienne, la menace fondamentaliste sunnite, il y a un intérêt commun dans la stabilité régionale, et il y a un intérêt commun dans la stabilité régionale. Nous avons un allié commun - l'Amérique - la réalité a changé, et la pensée que nous ne pouvons pas coopérer à cause du problème palestinien a été quelque peu émoussée».  
          Il ne parle pas pour l’instant d’alliance mais d’intérêt commun. Malgré la chute du F-16, «l’aviation a mené une campagne très intensive qui exprime nos avantages en tant qu'armée, notre intelligence, notre supériorité aérienne et opérationnelle au Moyen-Orient, la façon dont nous sommes perçus comme un État puissant et précis. Le fait que les citoyens israéliens vivent tranquillement ces dernières années prouve le succès de nos méthodes d'opération».
Enterrement iranien

            Selon lui, Tsahal a réussi à dissuader les Iraniens d’atteindre la frontière : «La présence de l’Iran en Syrie a diminué ces dernières années car il fallait réduire le nombre de victimes. Dans le passé ils étaient 3.000 militaires iraniens. Ils sont moins nombreux aujourd’hui parce qu’ils ont été remplacés par 10.000 miliciens chiites d’Irak, du Pakistan et d'Afghanistan, des mercenaires qui touchent des centaines de dollars dont ils ne pouvaient pas rêver chez eux. Ajoutés à ceux-là on compte près de 20.000 miliciens du Hezbollah sous leur contrôle».
            La question de l’État islamique a été abordée : «Daesh est vaincu, et les Iraniens comprennent qu'ils se dirigent vers la deuxième étape, une réalité différente qui fait partie de leur vision, de leur rêve d'obtenir l'hégémonie chiite dans la région. Ils ont compris qu'ils ont l'occasion de s’établir en Syrie. Ils ont investi beaucoup d'argent. Ils voulaient y construire de grandes forces et espéraient construire des capacités après avoir reçu un port et des bases aériennes le long de la frontière. Au cours de la dernière année, il y a eu une activité très importante aux abords du Golan. Ils n'ont pas osé s'approcher de notre frontière, car ils savent qu'ils risquent de payer un lourd tribut. En revanche, ils ont lancé un drone sur notre territoire. C'est la première fois que l'Iran prouve sa capacité opérationnelle en Israël».
Daesh

            Mais il semble que la stratégie de Tsahal en Syrie ait évolué : «Depuis le début de la guerre civile, il y a sept ans, nous évitions d'intervenir directement, en aidant à vaincre Al-Qaïda et Daesh, en créant de bons voisins le long de la frontière et en empêchant la consolidation iranienne. Daesh est un phénomène étonnant de la globalisation et de la terreur, et par conséquent c'est une menace sérieuse».
            Le positionnement d'Eizenkot vis-à-vis d’Assad est très clair : «Si vous regardez les printemps arabes, ce qui s'est passé en Libye, en Irak, au Yémen et dans une certaine mesure en Syrie, la leçon est que partout où un leader est renversé, une réalité chaotique émerge; donc je ne vois pas dans notre génération un autre arrangement gouvernemental au Moyen-Orient à l'exception du Liban, de l'élite religieuse, de la monarchie ou du chaos. Mais Assad est un meurtrier et il est faux de le soutenir moralement».

Les pertes du Hezbollah en Syrie

            En ce qui concerne le Hezbollah, il est plus optimiste : «Le Hezbollah avait 10.000 missiles et roquettes et maintenant plus de 100.000. Il est difficile d’empêcher les organisations de se renforcer, mais nous avons réduit considérablement le renforcement du Hezbollah puisqu’il n’a pas la capacité de mettre des armes dans un avion ou de lancer un missile sur une cible précise de notre pays. La question est de savoir l'étendue de leur capacité. S'il s'agit de quelques missiles, c'est une chose, et si nous parlons de grandes quantités qui pourraient causer des dommages stratégiques à Israël, c'est une autre affaire. Nous avons les capacités les plus avancées au monde pour attaquer des milliers de cibles. Très peu d'armées peuvent le faire, nous avons des capacités de défense : Dôme de fer, David Sling et Arrow. Nos ennemis le savent».

            Enfin il a abordé la question palestinienne : «Abou Mazen, 83 ans, n'est pas en bonne santé, mais il n'y a aucun danger pour sa vie. Israël a clairement intérêt à ce que l'Autorité palestinienne ait un leadership fort, efficace et efficace avec qui nous sommes en bons termes. Il y a 2,8 millions de Palestiniens en Judée-Samarie et quelqu'un doit gérer leur vie. En l'absence de leadership, il n'est pas difficile d'imaginer qui sera là. Nous ne voulons pas qu'il y ait un effondrement sanitaire, éducatif et moral, sans loi et sans ordre, sans les tribunaux et la police. Sans tout cela, il y aura une réalité chaotique ».

            La situation de Gaza le préoccupe : «Il y a une situation humanitaire très grave là-bas, la qualité de l'eau, le manque d'électricité, l'effondrement du système de santé, le système d'égouts et la pollution des terres, qui touchent aussi Israël, l'ampleur de la pauvreté a un problème de gouvernance. Les leaders construisent des capacités militaires avec des roquettes et des missiles antichars, ils achètent des matériaux et investissent dans des tunnels. Nous avons intérêt à avoir de l'électricité, de l'eau, un système de santé fonctionnel à Gaza, que la pollution de la terre ne provoque pas de maladies de masse, qu'il n'y ait pas de famine. Mais pour améliorer leur qualité de vie, ils doivent libérer les deux civils israéliens prisonniers et rendre les deux corps de nos soldats».
Nitzan Alon

            La dernière question concernait la menace existentielle pour Israël : «Je ne vois aucune menace existentielle pour l'État d'Israël. Militairement, Israël est invincible. Malgré les réductions dans les réserves, nous avons la plus grande armée du Moyen-Orient. Plus grande que l'armée turque. Ce ne sont pas des mots de louange, je connais nos capacités. Les déclarations que l’armée est faible sont totalement absurdes surtout lorsqu’on l’on traite de gauchiste Nitzan Alon (*) qui a contribué à la sécurité d'Israël. Les citoyens du pays comprennent que l'armée est la garantie de la continuation de la vie ici».

* Nitzan Alon est chef du commandement central de Tsahal

2 commentaires:

YAAKOV NEEMAN a dit…

"Nous sommes imbattable sus sur le plan militaire" Cela veut donc dire que sur un autre plan nous sommes vulnérables. Effectivement, c'est sur le plan de la communication qu'Israël est mal barré. C'est sur ce plan que nos ennemis ont développé leur stratégie. Elle est simple et efficace : elle consiste à prendre le monde à témoin de la barbarie supposée d'Israël. Il s'efforcent pour cela de placer Israël dans une situation qui pourrait nous contraindre à ouvrir le feu sur d'"innocents civils". Le modèle de cette communication, c'est l'affaire Dura, qui vient se rejouer à plus grande échelle ces jours derniers sur la frontière qui nous sépare de Gaza. Tsahal devrait d'ailleurs faire un film pour dénoncer cette mise en scène. Israël, qui s'est contenté de faire savoir que nos troupes tireraient cette fois à balles réelles, aurait dû annoncer le script écrit par les scénaristes du Hamas : ils veulent qu'on leur inflige une Shoah. Ils savent qu'à l'ONU on y sera sensible. Espérons qu'Israël ne tombera pas dans ce piège. En tout cas, il faut démonter exposer la logique de ce piège aux Nations Unies. Danny Danon saura-t-il faire ça ?

Anonyme a dit…

Les propos de Gadi Eisenkot portent un nom...GAAVAH
Attention a se croire invincible...Chien qui aboie ne mort pas