ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 6 août 2013

TURQUIE : ERDOGAN NEUTRALISE SON ARMEE



TURQUIE : ERDOGAN NEUTRALISE SON ARMEE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

Kosaner et Erdogan
             
          La direction militaire turque avait démissionné le 29 juillet 2011. Le chef des forces armées turques, le général Işık Koşaner ainsi que les commandants des trois armes (armée de terre, armée de l'air et marine) avaient pris cette décision au moment où des divergences étaient apparues entre le gouvernement et la direction militaire concernant la promotion des généraux et des 250 officiers (173 militaires d’active et 77 du cadre de réserve) incarcérés et impliqués dans des prétendus complots contre le gouvernement. 



Rumeurs de complot


 Ilker Basbug, Isik Kosaner


Le chef d’État-Major nommé un an auparavant s’estimait incapable, dans son message d'adieu à ses «frères d'armes», de protéger les droits des militaires détenus dans des procédures judiciaires imparfaites. Plus de 40 généraux d’active qui participaient à un exercice militaire, l'opération Sledgehammer, avaient été arrêtés sous suspicion de complot contre l’AKP, le parti au pouvoir.

L’armée turque pro-occidentale avait déjà avalé plusieurs couleuvres sans intervenir. Elle avait mal accepté le changement de stratégie vis-à-vis d’Israël, amorcé par le premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui avait décidé un changement d’alliance pour se rapprocher des «forces du mal» selon la terminologie  américaine. Il lorgnait à l’époque le leadership du monde musulman en remplacement de Hosni Moubarak. Il avait estimé que pour redonner à la Turquie un statut de puissance régionale, il devait soutenir les palestiniens, tout en profitant  des déconvenues économiques et financières de la Grèce. 
Etat-majour turc

            L’Europe n’avait pas réagi à ce revirement politique car elle se sentait rassurée par la présence des militaires turcs postés en embuscade. L’armée turque, garante des institutions, tient au maintien des relations privilégiées avec l’Occident. Son poids politique, léger en période de stabilité, s’alourdit quand des nuages assombrissent la situation. Elle occupe le poste d’arbitre ultime pour réagir si ses intérêts étaient touchés. Elle ressemble de ce point de vue à l’armée égyptienne qui veille au maintien de ses privilèges. L’Histoire a montré qu’elle voyait d’un mauvais œil la Turquie tomber entre des mains extrémistes islamistes promptes à porter atteinte à l’indépendance et à la laïcité du pays.



Ergenekon
Répression contre les laïcs




            Des bruits sérieux avaient circulé en 2009 sur l’existence d’un complot préparé par un colonel pour favoriser un putsch militaire tendant à renverser le gouvernement. Un document révélé par le quotidien Taraf faisait état d’un «Plan d’action pour combattre le fondamentalisme religieux» établi par le réseau putschiste turc Ergenekon. Ce réseau était composé de militants d'extrême-droite, d'officiers de l'armée et de la gendarmerie. 300 personnes avaient été arrêtées de juin 2007 à novembre 2009, malgré les dénégations molles du chef de l’armée qui feignait d’ignorer que les actions permettant de renverser le gouvernement légitime étaient détaillées par le menu.

            Les nouvelles faisant état d’un putsch éventé avaient changé la donne en Turquie. Douze militaires, pour la plupart des officiers, avaient été inculpés et écroués par un tribunal d'Istanbul pour avoir ourdi un complot visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur turc. Les autorités turques avaient maintenu en examen 20 officiers, dont cinq amiraux et trois généraux, arrêtés pour une tentative de putsch présumée et pour appartenance à une organisation clandestine. Par ailleurs de nouvelles arrestations de militaires avaient été décidées dans une stratégie d’intimidation de l’armée.



Pouvoir de l’armée



            Le pouvoir politique turc ne s’était jamais attaqué de front à l’armée. En s’opposant  ouvertement aux militaires et, par ricochet à l’Occident, Erdogan risque  d’ébranler son pouvoir alors qu’il croyait compter sur la docilité et la neutralité de son armée. Elle n’avait effectivement pas réagi lorsque la Constitution, votée après le coup d’État de 1980, avait été modifiée. Le pouvoir avait profité de cette révision pour rogner sur les prérogatives des militaires et pour islamiser en douceur la Turquie.
Kemal Atatürk

Une dizaine de coups d’État ont déjà eu lieu chaque fois que l’armée sentait que le pouvoir civil déviait des préceptes édictés par Kemal Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne. L’opposition s’était interrogée sur les raisons de s’en prendre à des «généraux en pyjama» alors que le camp des laïcs était totalement affaibli par la chape de plomb imposée par les islamistes.

 Tayyip Erdogan n’a pas jugé utile de repousser le procès des généraux alors qu’il a connu des manifestations de rues qui ont contesté son régime. La jeunesse turque n’a pas désarmé depuis le 11 juin 2011 même si elle s’est retirée, sous la pression de la police du parc Gezi, site principal de la contestation. Les manifestants s’en sont pris uniquement à Tayyip Erdogan. La personnalité même du premier ministre est en cause et surtout son orgueil déplacé qui l’éloigne de la base. Nombreux sont ceux qui le critiquent parce qu'il se prend pour l’envoyé de Dieu, chargé de présider aux destinées de son pays. 
Manifestations de rue en Turquie

Son autisme face à la mobilisation du pays reste déconcertant. Il est vrai qu’il bénéficie d’un soutien populaire parmi la classe défavorisée peu occidentalisée. Il est vrai aussi qu’il a réussi à s’installer au pouvoir en maitre absolu après avoir éliminé politiquement l’opposition, avoir neutralisé l’armée et avoir placé ses pions islamistes dans tous les rouages de l’État. C’est pourquoi il ne craint pas le bras de fer pour s’opposer aux manifestants de la place Taksim et à l’armée.

Erdogan se sent fort car il puise ses soutiens parmi les habitants de la périphérie d’Istanbul où il est né et qui l’ont aidé à s'élever au sein du parti islamo-nationaliste, Milli Görüs. Il avait alors fait ses premières armes contre le pouvoir kémaliste pour lequel il a gardé un fort ressentiment jusqu’à tenter d’éradiquer son souvenir. Alors il compte sur cet électorat modeste et conservateur qu’il pourrait, si nécessaire, mettre face aux contestataires.



Stratégie politique douteuse



Même ses amis ne comprennent plus sa stratégie politique. Ils n’ont pas approuvé le soutien apporté à l’opposition syrienne dont les effets se sont répercutés en Turquie. En effet, cet activisme y a réveillé le communautarisme des arabophones, des kurdes, des chiites et des alévis qui pratiquent un islam rationaliste et mystique. La paix fragile avec les kurdes risque par ailleurs d’exploser au contact de certains manifestants kurdes qui voudraient encore en découdre.

WikiLeaks avait révélé en 2010 le portrait précis d’Erdogan fait par l’ambassadeur des États-Unis de 2003 à 2005. Éric Edelman le trouvait : «Orgueilleux, convaincu d’avoir été choisi par Dieu pour mener son pays, avec une tendance à la solitude autoritaire qui l’empêchait de constituer un cercle de conseillers forts et avisés, de s’assurer un important flux d’informations fraîches et de développer une communication efficace entre la tête du parti, le gouvernement et les groupes parlementaires». Le portrait était certes acide mais il avait anticipé cette solitude de l’autocrate responsable des évènements actuels et coupé de l’opinion. Il a voulu s’appuyer sur sa légitimité démocratique pour ordonner la répression sans se rendre compte qu’il radicalisait en fait la contestation et même ses propres partisans.



Main lourde de la justice
Ilker Basbug




Les tribunaux turcs ont rendu le 5 août leur verdict contre les putschistes du réseau Ergenekon. La justice turque a prononcé de lourdes peines, dont au moins 12 condamnations à la prison à vie, dans un procès dénoncé par l'opposition comme une chasse aux sorcières. L’ancien chef d'État-major des armées, le général Ilker Basbug, a été condamné à la réclusion à perpétuité pour «tentative de renversement de l'ordre constitutionnel par la force». D'autres anciens généraux, comme l'ex-chef de la gendarmerie Sener Eruygur et l'ex-chef de la Première armée Hürsit Tolon, le journaliste Tuncay Özkan et le chef du petit Parti des travailleurs, Dogu Perinçek, ont également été condamnés à la prison à vie.

Le journaliste renommé du quotidien de gauche Cumhuriyet Mustafa Balbay, élu pendant sa détention député du principal parti d'opposition pro-laïcité, le CHP, a été condamné à 35 ans de prison. Également élu député du CHP, l'ex-recteur Mehmet Haberal a été condamné à 12 ans et demi de prison mais a été immédiatement remis en liberté.

L’opposition a menacé de recourir à des manifestations pour un automne chaud. Des centaines de policiers et de gendarmes anti-émeutes, soutenus par des blindés, ont été déployés autour du tribunal. Le président du tribunal, Hasan Hüseyin Özese a lu le verdict devant un tollé de l'assistance, pourtant réduite sur décision de la Cour. Certains avocats se sont violemment insurgés contre le verdict : «Maudite soit la dictature de l'AKP. Nous sommes les soldats de Mustafa Kemal Atatürk».  
La participation effective de l’armée à ce complot n’est pas avérée. Les avocats ont mis en cause la validité des preuves apportées et le recours à des témoignages anonymes. Cela n’a pas empêché la condamnation en septembre 2012 de 300 officiers à des peines de 16 à 20 ans de prison, portant un coup sévère au prestige de l'armée turque. En fait le gouvernement tenait d’une part à neutraliser l’armée et d’autre part, à marquer un grand coup pour empêcher toute velléité de coup d’État. Il voulait surtout intimider les défenseurs de la laïcité et les militants des droits de l'Homme, en les écartant du champ politique par des procès truqués.

Tayyip Erdogan, sûr de lui et de sa force, a pris des risques en s’attaquant à l’institution la plus respectée et la plus organisée que représente l’armée turque. Il n’est pas certain qu’elle assiste impassible à la mise en cause de ses meilleurs éléments. L’exemple égyptien pourrait servir de détonateur à une remise en cause du régime de Turquie. A trop jouer avec le feu...


1 commentaire:

Gérard AMSELLEM a dit…

Il va pouvoir recréer ses pasdarans version revisitée des janissaires sultanesques.