Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 23 avril 2020

Pawel FRENKEL : l'autre oublié du Ghetto de Varsovie



PAWEL FRENKEL L’AUTRE OUBLIÉ DU GHETTO DE VARSOVIE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

      
          La révolte du Ghetto de Varsovie est le soulèvement armé, organisé et mené par la population juive du ghetto de Varsovie contre les forces d'occupation allemandes entre le 19 avril et le 16 mai 1943. C'est l'acte de résistance juive pendant la Shoah le plus connu et le plus commémoré. En cette journée de commémoration du soulèvement nous rééditons un article qui met en lumière un autre héros du soulèvement.
Pawel Frenkel

          Un héros de la Shoah semble avoir été volontairement oublié alors qu’il a été l’un des instigateurs de la révolte du Ghetto de Varsovie avec Mordechai Anielewicz et Marek Edelman. Il a été victime de la rivalité politique entre la gauche et les nationalistes de droite de l’époque précédant la création de l’État d’Israël. Il a été effacé des manuels d’histoire juive par la volonté des dirigeants historiques de contrôler le passé.


Cliquer sur la suite pour voir une vidéo originale



Zeev Jabotinsky
Video partie-1


Vidéo partie-2

Pawel Frenkel, leader de la jeunesse juive polonaise à Varsovie et l'un des hauts commandants de l'Union militaire juive, ou le ZZW, avait mené la bataille centrale du soulèvement de la place Muranowski, symbole du combat désespéré pour l'honneur du peuple juif. À cette occasion le drapeau sioniste et le drapeau polonais avaient été déployés sur le toit du plus haut bâtiment de la place pour lancer l'insurrection contre les Allemands. Frenkel avait été membre du Betar, mouvement de jeunesse sioniste révisionniste dirigé par Jabotinsky, et avait été recruté dans la milice clandestine d'Israël, Etzel, qui était chargée de créer un réseau de cellules clandestines en Pologne.
Ben Gourion

Le Mapaï, le Parti des travailleurs était un parti politique israélien de gauche qui fut la force principale de la politique israélienne jusqu'à sa fusion au sein du Parti travailliste israélien en 1968. Le parti fut fondé le 5 janvier 1930 par Aaron David Gordon et David Ben Gourion. Le Mapaï avait acquis une position dominante dans la politique sioniste. En prenant le contrôle du parti, Ben Gourion était devenu de facto le chef de la communauté juive en Palestine mandataire.
Jusqu’à la création de l’État d’Israël et même après, le Parti a largement contrôlé l’éducation et a influencé la formation de la mémoire collective. C’est pourquoi, il était difficile pour Ben Gourion de glorifier les combattants de l'insurrection du ghetto de Varsovie qui avaient été en majorité des partisans de Jabotinsky, son principal adversaire. Il a donc minimisé l’influence de Frenkel. 
Zivia Lubetkin au procès d'Eichmann

         Les rescapés du ghetto, Antek Zuckerman et Zivia Lubetkin, qui faisaient partie du groupe de combat d’Anielewicz, ont alors été chargés de diffuser les éléments de langage : «La lutte dans le ghetto de Varsovie et dans d'autres ghettos et les camps, a été initiée, organisée et effectuée par nos organisations, et en premier lieu par les mouvements ouvriers et les mouvements de jeunesse du travail Eretz Israël». Exit donc le Betar. Ces deux rescapés ont ensuite réitéré leur témoignage au procès Eichmann en occultant à nouveau le rôle de Frenkel.
  Alors que Marek Edelman, farouche opposant au mouvement Jabotinsky, n'a pas vu son rôle reconnu par Israël dans le soulèvement, il a estimé devoir nier par opportunité idéologique que Frenkel et ses combattants ont contribué de manière significative à l'insurrection du ghetto de Varsovie. Selon lui ils n’étaient «qu’une bande de porteurs, de contrebandiers et de voleurs» faisant partie d’un mouvement semblable au «fascisme italien».
Mémorial Frenkel à Varsovie

Il est dramatique de constater que, pour des raisons idéologiques opposées, le récit de l'insurrection du ghetto de Varsovie a ignoré certains de ses héros pour des raisons purement politiques. Pawel Frenkel, tué le 19 juin 1943, et ses combattants en ont été les victimes. Il est important aujourd’hui de leur rendre hommage.

Lire l'article sur l'autre oublié du Ghetto Marek EDELMAN

http://benillouche.blogspot.co.il/2015/04/marek-edelman-lautre-heros-oublie-du.html

2 commentaires:

Elizabeth GARREAULT a dit…

Pendant mes années d'étudiante, les copains qui étaient au Beitar ne citaient que les héros de leur mouvement pendant les cérémonies de commémorations du soulèvement du ghetto. A l'époque, ça me scandalisait - récupération insupportable et malhonnête que je pensais. Et puis avec le temps, j'ai fini par comprendre. Chaque mouvement de jeunesse avait raison à sa manière. Espérons qu'aujourd'hui les choses ont évolué et qu'on a dépassé les clivages idéologiques pour mieux comprendre ce qui s'est vraiment passé et rétablir la vérité historique.

2 nids a dit…

ZAKHOR AL TICHKAR !