ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 23 novembre 2012

BUISSON : LE GOUROU DE LA DROITE FORTE


BUISSON : LE GOUROU DE LA DROITE FORTE
Par Jacques BENILLOUCHE
copyright© Temps et Contretemps


Patrick Buisson


        Le courant de l'UMP, "la droite forte", animé par Jean-François Copé, puise ses idées dans celles de l'ancienne équipe de campagne de Nicolas Sarkozy. Patrick Buisson, qui  a toujours officié dans l’ombre comme conseiller à l’Élysée, en tant que maitre des sondages et expert en médias, a un passé revendiqué dans l’extrême-droite. Il est à l’origine de la droitisation du programme du candidat Sarkozy qui recherchait ouvertement les voix de Front national, après avoir pillé certains de ses thèmes porteurs.


Patrick Buisson, journaliste, avait rejoint en 1981 l'hebdomadaire d'extrême-droite «Minute», pour se spécialiser dans les articles contre les «socialo-communistes». Il en a profité pour décrire l’ascension politique de Jean-Marie Le Pen avec beaucoup d’indulgence, pour ne pas dire de lyrisme.

Il a produit en 1984 avec Alain Renault, ancien secrétaire national du Front national, François Brigneau et Roland Gaucher «l’Album Le Pen» qui magnifie la personnalité et les projets du président du FN. François Brigneau, de son vrai nom Emmanuel Allot, journaliste, écrivain, éditeur et militant d'extrême droite français, s’était orienté vers la Collaboration durant la Seconde Guerre mondiale et n’avait pas caché son admiration pour Robert Brasillach, fusillé pour faits de collaboration et rencontré à la prison de Fresnes. Au lendemain du débarquement allié en Normandie, il s’était engagé dans la Milice. Roland Gaucher, de son vrai nom Roland Goguillot, homme politique, journaliste et écrivain nationaliste français, avait commencé sa carrière à l'extrême gauche comme membre du groupuscule trotskyste, Fédération des étudiants révolutionnaires. Mais il devint l’un des fondateurs, en octobre 1972, du Front national.




Patrick Buisson n’avait pas caché ses sympathies pour l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète) qui s’était opposée à l’indépendance de l’Algérie par des actions terroristes en France et en Algérie. Il ira jusqu’à rédiger avec Pascal Gauchon un ouvrage à la gloire de cette organisation. Pascal Gauchon, membre d'Ordre nouveau, s'associa en juin 1974 à la création du PFN (parti des forces nouvelles) avec François Brigneau, Jean-François Galvaire, Roland Gaucher, Jack Marchal et Alain Robert. Il devint secrétaire général du PFN, mouvement d'extrême droite, de 1974 à 1981.





De 1976 à 1978, Patrick Buisson a collaboré à la revue «Item» qui «se veut un instrument de réflexion pour lutter contre le terrorisme intellectuel de la gauche». La revue donne la parole aux anciens collabos, aux membres du FN et aux amis politiques de Jean-Marie Le Pen. Il développe les thèmes traditionnels de l’extrême-droite et des pétainistes : l’ordre, la morale, la tradition. Il y écrit notamment : «Le seul Ordre qui vaille et qui dure implique un retour à la valeur qui met l'inégalité au service de l'unité et à laquelle les hommes s'épurent et se mesurent. Une société saine assoit sa hiérarchie sur des inégalités fonctionnelles résultant de différences naturelles. Purifier l'ordre social par les forces qui lui sont extérieures, c'est-à-dire reconstruire une société où les rapports et les hiérarchies s'enracinent dans la nature et s'élèvent jusqu'à Dieu.»

Le message de Jean-François Copé est clair. En mettant en valeur les idées d'un expert qui a flirté avec des militants et des organisations d'extrême-droite, sinon antisémites, il montre que tous les moyens sont bons pour gagner les prochaines élections et, plus tard, garantir son élection à la présidentielle. En précisant ouvertement l’orientation droitière qu’il compte donner à son programme, il s'est distingué de François Fillon qui n'approuvait pas cette dérive et qui préférait rassembler au centre. Il veut pomper les voix de l'extrême-droite comme naguère Mitterrand avait syphoné celles du parti communiste. Ce serait une excellente stratégie si elle réussissait car elle éliminerait toute nuisance politique.
Toutes les méthodes sont bonnes pour attirer à lui les voix de Marine le Pen, quitte à s’entourer de tous les gourous qui ont fait les beaux jours de son père. Mais il joue avec le feu car, à prôner les thèses d'extrême-droite, il risque de pousser de nombreux électeurs ou militants à choisir l'original plutôt qu'une pâle copie et à voter pour Marine Le Pen. Certains pourraient d'ailleurs quitter le parti pour d'autres horizons, le centre par exemple. La politique a des raisons que la raison ignore.




3 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Vous m'excuserez, monsieur Benillouche, mais je ne comprends pas le but de votre article.

Patrick Buisson est pratiquement inconnu en France. Alors fouiller dans les poubelles de l'Histoire pour le discréditer me paraît, disons, inopérant.

Et puis si on fouille les poubelles, pourquoi se limiter à celles de l'extrême-droite ?

Sans remonter jusqu'à la francisque de Mitterrand et à son amitié indéfectible pour le charmant Bousquet, pourquoi ne pas se demander combien d'anciens trotskistes sont au parti socialiste aujourd'hui et gravitent autour de Hollande ainsi que de parfaits socio-démocrates ?

Je crois qu'en politique, de temps à autre, il est bon de remettre les compteurs à zéro, et laisser les citoyens juger de l'offre qui leur est faite. Car à réactualiser sans cesse les griefs anciens en les décontextualisant, on risque, ni plus ni moins, de faire le lit de la guerre civile.

Très cordialement

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Justement chère Marianne, ce sont des militants de l’UMP qui m’ont à nouveau transmis cette information qui n’est pas si anodine et si vieille.
Patrick Buisson agit toujours aux côtés de Jean-François Copé et son action les dérange. Je constate et informe. Connaitre la nouvelle stratégie de l’UMP est impératif et il n’y a pas lieu de cacher la vérité qui est dangereuse pour le parti qui risque d’être absorbé par le FN s’il n’y prend pas garde. Alain Jupé que je respecte vient de mettre en garde les militants dans sa conférence de presse.

Il est normal qu’un journaliste juif s’inquiète des éventuelles dérives extrémistes de certains dirigeants.

Il ne s’agit pas d’équilibrer la balance mais je ne m’intéresse qu’au présent et croyez-moi, si vous commencez à me connaitre, je diffuserai toutes les informations sans exclusive, sans ménager aucun parti, ni aucune personne.
De même que j’ai fait un papier sur Laurent Fabius qui n’a pas été apprécié par le Quai, je le ferai pour d’autres.

Le problème n’est pas de relever l’origine politique des militants mais de montrer du doigt ceux qui dictent en coulisses une stratégie à nos dirigeants. A ma connaissance, aucun gourou dangereux n’est aux côtés de François Hollande. Si tel était le cas, je le dénoncerai.

J’ai l’avantage d’être libre et financièrement indépendant donc vous ne trouverez jamais dans mes articles, ni compromission et ni indulgence mais je ne suis pas Dieu et j’accepte qu’on relève mes erreurs.

J’apprécie toujours vos commentaires.

Daniele GERMON a dit…

Pourquoi la remontée spectaculaire à la présidentielle de Sarkosy ne serait elle pas due à ce concept droite forte ? Cette hypothèse peut être vraie ?