ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 13 août 2012

L’ECONOMIE PALESTINIENNE EN QUESTION


L’ECONOMIE PALESTINIENNE EN QUESTION

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
            
Fayyed et Abbas
      Pendant que Gaza se débat avec les terroristes qui traversent les tunnels pour attaquer l’armée égyptienne et que l’on spécule sur une possibilité de dialogue avec les palestiniens, la Cisjordanie reste à l’écart de l’agitation des mouvements politiques de la région.



Économie et paix

Netanyahou à la Knesset

A son arrivée au pouvoir, Benjamin Netanyahou avait prôné une «économie de paix» dans les relations israélo-palestiniennes mais la sémantique anglaise donnerait plutôt à penser qu’il songeait en fait à une «paix par l’économie». Il avait exposé sa doctrine à la tribune de la Knesset pour convaincre ses interlocuteurs qu’il mettrait sa mandature sous l’égide de la coopération avec les palestiniens et non de la confrontation. Le premier ministre palestinien a été de ceux, parmi les  dirigeants de l’Autorité palestinienne, qui l’ont bien écouté.
Mais dans les Chancelleries occidentales, la croissance de l’économie palestinienne reste un tabou comme si les seules informations à diffuser doivent concerner le «malheur de la population sous le joug israélien». Les presses étrangères adorent jouer les éplorées quand il s’agit des palestiniens.
Arafat en tenue militaire à l'ONU
 
            Nommé le 15 juin 2007, Salam Fayyed ne s’était pas présenté lors de son investiture avec une tenue militaire et un holster chers à Yasser Arafat mais plutôt avec sa calculette, l’arme des brillants économistes. Né en 1952 dans un village de Cisjordanie, près de Tulkarem, il a fui sa ville natale à la suite de la Guerre de Six-Jours pour s’installer avec sa famille à Amman. 
      Très nationaliste, il refusera la voie de l’activisme militaire pour celle d’études brillantes qui le mèneront du diplôme d’ingénierie de l’université américaine de Beyrouth, au doctorat d’économie et à la maitrise en comptabilité à l’université du Texas.

Esprit occidental aux manettes

            Ses aptitudes le conduiront à la Banque Mondiale à Washington de 1987 à 1995, au Fonds Monétaire international (FMI) à Jérusalem de 1995 à 2001 puis enfin à la présidence de l’Arab Bank en Cisjordanie. Il avait une conception du rôle de premier ministre tendant à marquer sa mission d’une empreinte purement économique. Il tient à obtenir l’indépendance de la Palestine, sans armes et sans bombes, dans une guerre où les cadavres ne seraient que des entités économiques. Il a intégré depuis longtemps, contrairement à ses amis, l’idée qu’il ne peut pas se mesurer militairement à Israël. 
Salam Fayyed et Stanley Fischer
   Il veut donc rendre la Palestine indépendante économiquement de son voisin dans un combat loyal. Lorsqu’il aura les moyens économiques, alors il réclamera à l’ONU, comme Israël en 1947, le droit pour son pays d’exister en tant qu’entité indépendante, même dans une petite portion de la Cisjordanie comme naguère Ben Gourion avait préféré un «petit Etat plutôt que pas d’Etat du tout».
            Grâce à lui, l’économie palestinienne, qui avait un fort retard, a subi un bond radical que les experts comparent à celui de la Chine, toutes proportions gardées. La croissance du PIB palestinien s’est élevée à 9,3% en 2010 avec de fortes chances qu’elle atteigne les deux chiffres l’année suivante. Il doit cette croissance exponentielle à la confiance que lui accordent les palestiniens et au fait que, dans la situation de ni-guerre et ni-paix, Israël a décidé de collaborer avec l’Autorité palestinienne.

Revenus

            Alors les revenus des taxes collectées par l’État juif, de l’ordre de 50 millions de dollars par mois, sont régulièrement transférés, sans contrepartie politique, sinon le calme aux frontières. Israël transfère par ailleurs automatiquement à Gaza, tous les mois, 12 millions de dollars pour couvrir les salaires des employés dépendant de l’Autorité palestinienne.
Mahmoud Abbas, l'Emir du Qatar et Khaled Mechaal
        Malgré une amélioration notable du système bancaire, un contrôle plus efficace de l’usage des fonds et une réelle crédibilité, Salam Fayyed n’arrive cependant pas à équilibrer son budget car les aides promises par les «frères arabes» ne lui parviennent pas. Il a dû refuser les exigences politiques qui lui étaient imposée par certains. Les princes et émirs ne se pressent pas pour mettre la main à la poche, sans pour autant cesser de pleurer sur le sort des palestiniens.
De 2007 à 2012, Salam Fayyed a ramené le déficit courant de 27 % à 14 % du PIB et réduit le nombre des fonctionnaires de 180.000 à 150.000. Malgré cela, l’aide aux palestiniens s’est effondrée : de 3 milliards de dollars en 2008 à 1,8 milliard en 2011. Les États-Unis ont suspendu les 150 millions de dollars d’aide annuelle en raison de la demande d’adhésion de l’Autorité palestinienne à l’Unesco. Le refus des pays arabes riches en pétrodollars de combler le déficit du budget palestinien, de l’ordre de 200 millions de dollars, s’explique par leur volonté de laisser pourrir l’abcès de fixation palestinien alors que l’Arabie saoudite gagne 40 milliards de dollars par an avec son pétrole.
           
Résultats encourageants
Ouvriers palestiniens entrant en Israël


            Les premiers résultats ont été obtenus en ce qui concerne la situation de l’emploi  puisque le chômage s’est stabilisé en passant de 17,7% en 2007 à 20% en 2010 mais en n’ayant aucune commune mesure avec les 47% de la bande de Gaza. Salam Fayyed s’en félicite et l’utilise comme argument de poids pour démontrer que les islamistes du Hamas avaient fait le mauvais choix de la confrontation violente. Les employeurs israéliens ont obtenu un accroissement des permis de travail pour ouvriers palestiniens traversant la «ligne verte» de l’ordre 60.000 car le bâtiment israélien, en forte croissance, souffre du manque de main-d’œuvre. Les difficultés faites aux hommes d’affaires palestiniens ont été levées pour permettre à 1.500 d’entre eux de traverser librement tous les check points grâce aux BMC (Business Man Card).
         La Cisjordanie devient pour les investisseurs étrangers un nouvel Eldorado malgré une ambiance économique mondiale maussade. Des centres commerciaux se construisent et ouvrent dans les principale villes, Naplouse en particulier, autrefois bastion du terrorisme. Les palestiniens ont compris qu’ils devaient développer les services, à quelques encablures de Tel-Aviv pour des coûts nettement moindres, en imitant les pays du Maghreb. 
Alors, les expositions et les conférences se multiplient à Hébron, Al-Bireh et Naplouse apportant à ces villes austères un visage rayonnant et serein. Le visiteur de Ramallah s’étonne aujourd’hui de la vivacité de cette agglomération qui se transforme progressivement avec ses cafés, ses restaurants et ses lieux de plaisir qui n’ont plus rien à envier à Tel-Aviv.
        Les palestiniens craignent les évènements de la région qui augmentent les risques sécuritaires en éloignant  les étrangers bourrés de dollars, à la recherche d’exotisme. L’hôtellerie a fait un bond avec le doublement du nombre de touristes dans la zone de Bethléem. Un million de personnes s’y sont déplacées depuis la persistance d’un cessez-le-feu généralisé. D’autres villes recherchent les touristes, comme Jéricho qui a accueilli 500.000 personnes, entrainant une croissance de 42% des séjours à l’hôtel. L’infrastructure hôtelière n’est pas encore aux normes occidentales mais les investisseurs étrangers pourraient combler ce passif.

Projets concrets

Ville nouvelle près de Ramallah-Naplouse

         Salam Fayyed a convaincu les occidentaux, échaudés par la corruption sévissant du temps de Yasser Arafat, qu’il ferait un bon usage de leurs dons surtout s’ils s’impliquaient directement dans des projets concrets. Ainsi autour de la ville de Bethléem, une zone industrielle de 230 kilomètres carrés a été créée en 2009 sous l’impulsion du gouvernement français. Elle pourra générer des emplois locaux et susciter des investissements français et des délocalisations d’entreprises israéliennes. et de consolider la paix dans la région. L’indépendance électrique de la Cisjordanie sera par ailleurs assurée par la construction de quatre transformateurs entièrement pris en charge par la Banque Européenne d’Investissement.
        Les échanges dans les deux sens entre Israël et la Cisjordanie sont en croissance continue comme le confirment l’augmentation de 41% du trafic de camions et l’accroissement de 44% des ventes d’automobiles. Cette montée en puissance des échanges est due en particulier à la réduction des postes de contrôle décidée par le ministre de la défense Ehoud Barak qui a ordonné la suppression de 100 barrages routiers et l’ouverture continue de plusieurs autres.
        Enfin le gouvernement israélien tient à marquer sa volonté de participer au développement de la Cisjordanie par une aide directe. Il le doit aux sollicitations pressantes du président de l’Etat, Shimon Pérès, partisan de la paix. Le ministère israélien des finances a donc lancé un appel d’offres pour financer les entreprises palestiniennes qui a été remporté par le fonds d’investissements Pitango. Un fonds de capital-risque de 30 millions d’euros a été constitué entre l’Etat d’Israël participant à hauteur de 16 millions et des fonds privés.  Le but final est d’inciter d’autres groupes israéliens ou étrangers à investir dans une région en voie de pacification et aux opportunités immenses en termes d’infrastructures.
        Salam Fayyed est conscient que pour réussir il doit d'abord vaincre l'antagonisme du Hamas qui n'est pas prêt à lui faciliter la tâche puisqu'il pose comme condition sa mise à l'écart de tout gouvernement. Il n’est certes pas un bon politique, au sens politicien du terme, mais il a prouvé que seule une cessation des hostilités pouvait engendrer des résultats économiques probants et peut-être, la "paix par l'économie" chère à Netanyahou.   

Aucun commentaire: