ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 22 avril 2014

BILLET D’HUMEUR : OVERDOSE Par Jean SMIA



BILLET D’HUMEUR : OVERDOSE

Par Jean SMIA




Ces braves otages que l'on parade sur toutes les chaînes où chacun se congratule soit :
- de l'efficience et de l'habileté des «services  diplomatiques» qui ont abouti à cette «victoire», alors qu'il ne s'agissait que d'un marchandage de souk,
- d'avoir évité que ne perdure le calvaire de ceux qui sont allé chercher ce calvaire.
- du soulagement des familles photographiées comme de bien entendu avec les enfants.



Impuissance diplomatique


Car au bout de tout ça, qu'est-ce que leur expédition, enquête ou mission pouvait nous apporter de nouveau dans l'évaluation de la situation en Syrie ? Hormis nous confirmer l'impuissance diplomatique à faire cesser ce carnage. Il ne s'agit pas de braves promeneurs qui, au hasard de la méconnaissance du terrain, se seraient retrouvés impliqués dans un conflit dont ils n'étaient pas informés.
Lorsqu'un amateur en volcanologie se promène sur un volcan en short et baskets, il ne doit pas venir se plaindre qu'il s'est brûlé, à l'image des inconscients qui font du hors-piste sans connaître la montagne ou, de la spéléologie sans équipement adéquat, et pour qui on déploie hélicoptères, gendarmerie, armée et toute une logistique qui coûtent une fortune.
      Et, sortis de leur «aventure», tous ces «héros» trouvent un éditeur pour publier leur saga.
Qui les avait missionnés ? Et dans quel but ? N'y aurait-il pas, dans les intentions non avouées de leurs employeurs, un vague espoir de prise d'otage ? Car voilà qui donnerait de l'audience !  Et tout le monde est content :
La diplomatie chante victoire,
Les héros sont libérés,
Les journaux se vendent,
Les infos télévisées se regardent,
La cause des preneurs d'otages bénéficie d'une publicité planétaire.

Interlocuteur reconnu

Le groupuscule preneur d'otages, du fait de l'officialisation de sa négociation avec un État, accroît son importance et devient un interlocuteur reconnu, jalousé par les autres groupuscules qui, pour ne pas être de reste, guettent l'otage «roumi» qui leur permettrait de prendre langue avec un État.
Alors, pour les agences de voyages qui ont bien des difficultés pour remplir leur carnet de commandes, voilà une nouvelle niche très rentable qui s'ouvre pour eux : organisateurs de prise d'otage. Une bonne logistique, des contrats bien rédigés, et c'est dans la poche ! Toutes les parties sont disposées à payer pour ça.


4 commentaires:

AMMONRUSQ a dit…

Votre présentation me plaît,le problème de la prise d'otages c'est bien de savoir ou on va,cela affaiblit les gouvernants quels qu'ils soient,pendant que les preneurs passent à la caisse ,d'une manière ou d'une autre.
Nos politiques ainsi les médias devraient la mètre en sourdine !

andre a dit…

Leur libération a permis que le scandale Aquilino Morelle ne fasse pas la une des 20 heures et les manchettes des quotidiens .
La décision de payer ou de faire payer le montant réclamé pourrait selon certains avoir été prise pour cette raison.

Bernard KAYES a dit…

Il est bizarre que seuls des journalistes français (en majorité) soient pris comme "otages", et sont présentés par les politiques pour des Héros. Ils savent pertinemment que leur gouvernement paiera les rançons, et les Kidnappeurs en jouent, et renflouent leurs caisses pour d'autres prises d'otages. Avec l'argent du contribuable, bien sûr ! Les rançons doivent être prises en charge par les employeurs, patrons de presse, ou autres industries implantées dans ces zones à risques. Je vous garantis qu'ils réfléchiraient à deux fois, avnt de jouer avec les Deniers Publics !

Anonyme a dit…

très bonne analyse de la situation actuelle des prises d'otages et de leurs libérations.Quelle confusion dans ce monde avec la prolifération des groupuscules de preneurs d'otages dans le monde. C'est effectivement une surenchère continuelle.Alors qu'il faut raboter dans notre quotidien pour faire des économies de misère,c'est indécent et inacceptable de penser à tout cet argent versé pour nourrir des terroristes avides.Nos gouvernements n'ont pas le pouvoir d'arrêter cela, ils sont de moins en moins fiables!