ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 7 février 2013

LE FRONT NATIONAL SE BANALISE par Gérard AKOUN



LE FRONT NATIONAL SE BANALISE

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM


Le baromètre  annuel d’image du Front national réalisé par TNS-Sofres pour le Monde, France info et Canal+ montre que ce parti se banalise et que plus d’un tiers des français adhèrent à ses idées. Marine Le Pen recueille ainsi les fruits de la politique qu’elle pratique depuis son élection à la présidence du  parti. Elle s’est efforcée de sortir le Front national du ghetto dans lequel son père l’avait enfermé, de le dédiaboliser.  

Cliquer sur le lien pour écouter la chronique



video


Loin du père fondateur



Elle s’est démarquée du discours négationniste de son père, de son antisémitisme, de ses mauvais calembours. Elle s’est affranchie de son père et de sa vieille garde qui sentait le souffre, pour s’entourer d’une équipe rajeunie, avec laquelle elle essaie de se débarrasser de l’étiquette familiale  facho raciste qui lui colle à la peau. Cela semble lui avoir réussi puisque la candidate «Bleue Marine» est arrivée en troisième position dans la dernière élection présidentielle. Les fondamentaux du Front national n’ont pas, pour autant, changé même si Marine Le Pen a mis en avant dans sa campagne des propositions économiques et monétaires, ce sont toujours la sécurité, l’immigration, la préférence nationale. Alors où se situe le changement ? Jean Marie Le Pen se contentait du rôle de batteur d’estrade, dans lequel il excellait, mais il ne souhaitait absolument pas accéder au pouvoir alors que la fille s’y prépare ; elle  veut faire du FN un parti de gouvernement. Elle se rapproche de son objectif.

47% des personnes interrogées estiment que le Front National «ne constitue pas un danger pour la démocratie», ils sont 54% chez les sympathisants de l’UMP et les mêmes considèrent que Marine Le Pen représente «une droite patriote attachée aux valeurs traditionnelles», 35% des sondés considèrent qu’elle est capable de gouverner. Il est à craindre que les barrières érigées par l’UMP pour éviter tout accord électoral  avec l’extrême droite aient du mal à résister, lors des prochaines élections municipales en 2014, dans la mesure où le FN serait  perçu par les sympathisants  de droite comme un élément constitutif  de cette droite.


Repli de l’opinion




Mais il ne faudrait pas mettre cette banalisation du FN uniquement au crédit de Marine Le Pen, elle profite  de ce que constate un sondage Ipsos pour le Monde, le Cevipof, la Fondation Jean Jaurès paru il y a quelques jours : «un profond repli de l’opinion qui se caractérise par une très forte défiance à l’égard du monde extérieur et d’autrui». Ce sondage s’intitule: France 2013 : les nouvelles fractures. Pour 78% des personnes interrogées «on n’est jamais trop prudent quand on a affaire aux autres», pour 62% des français «la plupart des hommes et des femmes politiques sont corrompus» quant aux journalistes, ils font mal leur travail pour 58% et ne parlent pas des vrais problèmes des français pour 72%.  Une très forte majorité, (87%) «a besoin d’un vrai chef pour remettre de l’ordre»,  la montée du  populisme devient une vraie menace  dans un pays en crise à partir du moment  où le peuple se cherche un sauveur… n’est pas le Général de Gaulle qui veut.

On n’en est pas encore là. Mais il faut prendre garde. Des fractures, qui ne sont pas nouvelles, s’approfondissent ; la xénophobie : 70% des français considèrent «qu’il y a trop d’étrangers en France», ou le rejet de l’islam. Pour 74% des français, la religion musulmane n’est pas tolérante et pas compatible avec les valeurs de la société française ; pour la religion  catholique  les chiffres sont respectivement de 28% et 11%, et pour la religion juive de 34% et 25%.  Ces chiffres sont inquiétants, car ils remettent en cause, le vivre ensemble dans la société française. Certains juifs ont eu du mal à trouver l’équilibre entre le respect de leurs obligations religieuses et la vie dans une société laïque,  mais ils y sont parvenus. Les musulmans devront en faire autant, s’ils veulent rassurer les français  de bonne foi qui s’angoissent.   Ces deux sondages, rendus publics à quelques jours d’intervalle, constituent un avertissement, pour le gouvernement et pour le président Hollande, ces fractures ne se refermeront pas par une victoire au Mali mais par une victoire en France remportée sur le chômage et la précarité.


4 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…


Hollande a été élu parce qu'il avait promis de "réenchanter le rêve des Français".
Neuf mois plus tard "le gouvernement s'inquiète des risques d'explosion sociale".
Cherchez l'erreur !
La gauche est incapable de sortir notre pays de son marasme économique. Elle n'a de cesse de diviser les Français sur des sujets sociétaux qui ne présentaient aucun caractère d'urgence.
La droite, elle, n'en a pas encore fini avec ses querelles intestines.
Dans ces conditions il est tout à fait "normal" qu'un parti qui n'a jamais partagé la responsabilité du pouvoir, qui s'est toujours conformé aux règles de notre République, finisse par attirer l'attention les électeurs qui ne savent plus à quel saint se vouer, et se mettent à regarder le Front national comme une alternative possible, que cela plaise ou non.

andre a dit…

Le Front National ne peut pas arriver au pouvoir . Il peut empêcher la Droite républicaine d'y parvenir et c'est l'idée géniale de François Miterrand qui a installé le PS au pouvoir en enfermant la Droite dans un nœud coulant: en s'éloignant du peuple, elle perd le pouvoir et, en s'en rapprochant, elle perd son honneur . La seule solution est celle de l'école buissonnière, de Patrick Buisson, reprendre à son compte les aspirations légitimes du peuple français mais ne rien concéder sur la démagogie, le populisme et le racisme insidieux . Manuel Valls se positionne de la même manière.
André M

Mivy a dit…

La gauche nous amuse avec des problèmes de société, qui divisent les français.
Elle n'a pas été élu pour favoriser le vote des étrangers, ni le mariage gay, mais pour inverser les priorités économiques, réduire le chômage et la misère.
Or elle continue la politique de Sarkozy. Que dire du refus d'augmenter le point d'indice des fonctionnaires ? de cesser d'indexer les retraites sur le coût de la vie ?
Il s'agit d'appauvrir les français, de freiner la consommation, de réduire les recettes fiscales, d'aggraver déficits, qui imposera de baisser encore plus les salaires et les retraites.
Et cette politique se prétend de gauche et porteuse d'espoir ? ? ?
Pour qui voter si la gauche fait "ça" ? ?

airdularge a dit…

Et si ?
Et si, au delà de ses préférences "aryennes" et du discours plus policé de l’héritière des "valeurs" du FN, la thèse défendue par le Front National correspondait, à autre chose qu'à un repli ?

Nombre de Français n'en peuvent plus des incivilités, pour utiliser un terme soft que remplacerait avantageusement le terme violence ;
faut-il s'étonner, dans ces conditions, que face à la relative mollesse, en ce domaine, des autres partis, les petites gens voient un recours dans les idées affirmées par ce parti ?

La peur de l'avenir et de la délinquance expliquent, sans doute, le succès croissant du FN.

Sur le second point, devons nous avoir peur, nous aussi, d'utiliser les mots appropriés ?

Pourquoi, par exemple, accepte-t-on sans réagir de voir les médias utiliser si souvent le terme "Jeunes" pour qualifier des délinquants, pour ne pas dire plus ?

Le dégoût que nous inspire les idées glauques de ce parti ne doit cependant pas nous induire en erreur.

Et nous sommes assez bien placé pour savoir ce que nous inspire d'autres idéologies tout aussi détestables comme l'Islamisme.

Simplement, le FN le clame plus fort que le reste de la société civile !

L'écho qu'il rencontre pourrait bien être justifié par l'absence d'un certain courage politique.

Avons nous une alternative à proposer ?