ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 30 juillet 2016

L'Egypte veut redevenir leader arabe au Moyen-Orient



L’EGYPTE VEUT REDEVENIR LEADER ARABE AU MOYEN-ORIENT

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps 

           

La place est à nouveau libre. Après les déboires avec son armée et avec la Syrie, Erdogan aura du mal à prétendre au leadership du monde musulman. Il en rêvait au point de sacrifier son alliance avec Israël pour rejoindre le monde arabe alors en ébullition. La révolution de 2011 a fait tomber Moubarak et sa mainmise incontestable sur les pays arabes. Al-Sissi estime à présent qu’il doit redonner à l’Égypte son lustre d’antan en lui rendant sa place de leader du monde arabo-musulman. Mais il estime que cela passe par le conflit israélo-palestinien.



Choukry-Netanyahou

            Le voyage, le 10 juillet, du ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry, premier à fouler le sol israélien depuis 2007, entrait dans cette stratégie. Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi avait anticipé ce voyage dans un discours, le 17 mai, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle centrale électrique d’Assiout qui va donner plus d’autonomie au pays. Les plus hauts dignitaires égyptiens étaient présents pour l’occasion et le président égyptien en a profité pour donner sa propre vision de la région. Il avait alors déclaré que «les Palestiniens et les Israéliens ont une réelle opportunité pour parvenir à la paix».
Il a affirmé que les différentes parties, y compris les États-Unis, la France et les pays arabes, doivent conjuguer leurs efforts pour parvenir à un accord qui sera bénéfique à la fois aux Palestiniens et les Israéliens : «Je dis aux Israéliens qu'il y a une réelle opportunité de parvenir à la paix et l'Égypte est prête à déployer tous les efforts nécessaires pour résoudre le conflit de longue date». Sissi a réaffirmé l'engagement de son pays à la solution à deux États. Ce discours a été prononcé quelques jours après la visite au Caire du président palestinien Mahmoud Abbas qui avait salué le rôle de l'Égypte dans le soutien du processus de paix et des droits du peuple palestinien.

La visite de Sameh Choukry en Israël entrait dans le cadre d’une stratégie plus large visant à instaurer une paix juste et globale entre les parties israélienne et palestinienne. Il avait déjà porté son message aux dirigeants palestiniens de Ramallah le 29 juin.  Mais il n’a pas été suivi par toute la classe politique égyptienne, toujours frileuse quand il s’agit d’Israël. Elle a d’ailleurs exprimé sa colère face à ce qu’elle a appelé l’aveuglement d’Al-Sissi dans sa façon de tenter de résoudre la question palestinienne. En effet, la conférence commune entre Netanyahou et Choukry, ainsi que le dîner officiel, ont eu lieu à Jérusalem ce qui pour certains représentait une faute puisque cela était interprété comme une reconnaissance implicite de Jérusalem comme capitale d’Israël. Les Égyptiens ont aussi peu apprécié que Netanyahou laisse publier une photo de Choukry dans sa résidence officielle en train de regarder le match de l’Euro 2016 entre la France et le Portugal.  Cela affichait une certaine complicité, sinon une réelle intimité. D’ailleurs le député Mustapha Bakri a réagi en exigeant des explications officielles sur cette rencontre privée, venant après une rencontre avec une délégation de dirigeants communautaires juifs américains en février.

Certains voient dans l’initiative d’Al-Sissi une volonté de se substituer aux Américains alors que Barack Obama est en fin de mandat et que les yeux sont actuellement fixés sur l’élection présidentielle du 8 novembre. Après la révolution égyptienne de 2011, qui a forcé l’Égypte à négliger le conflit israélo-palestinien, Al-Sissi veut insérer à nouveau la cause palestinienne dans les préoccupations de son pays. Mais beaucoup de scepticisme existe car le conflit est constitué de plusieurs couches disparates qui compliquent toute solution dans un environnement où de nombreuses puissances régionales sont impliquées.

Al-Sissi et l’Égypte veulent s’attribuer la responsabilité de la cause palestinienne qui n’est pas spécifiquement arabe ni a fortiori européenne comme le laisse croire l’initiative française. Mais le conflit palestinien n’est pas la seule préoccupation de Sissi. La situation sécuritaire dans le Sinaï lui fait craindre un été chaud face aux nombreuses violations du cessez-le-feu. L’Égypte ne veut pas d’une nouvelle guerre à Gaza qui pourrait déborder au-delà des frontières d’Israël. Il est donc de l’intérêt d’Al-Sissi de jouer à nouveau un rôle modérateur dans la région après en avoir été absent. Une victoire en politique extérieure rejaillirait sur l’ensemble de la situation en Égypte. Il est fort probable que cette action de concertation ait été coordonnée avec l’Arabie saoudite qui, depuis longtemps, tient à organiser un large front pour contrer les menaces iraniennes.

Mais Al-Sissi sait que l’avenir de ces négociations incombe uniquement au gouvernement israélien et non pas à une initiative internationale. En particulier la poursuite des constructions dans les implantations est, selon lui, un élément défavorable à un partenariat israélo-égyptien. L’Égypte, qui veut mettre fin à son déclin, veut par ailleurs écarter la Turquie et l’Iran pour reprendre son rôle central au Proche-Orient après avoir laissé un vide après la révolution de 2011.
Les questions sécuritaires ne sont pas étrangères à l’évolution de la stratégie égyptienne. Le Sinaï est infesté de terroristes djihadistes ayant prêté allégeance à Daesh.  Ils lancent de manière régulière des attaques sanglantes contre les forces égyptiennes qui ont besoin des Israéliens pour les renseignements satellitaires, faibles en Égypte, et pour une aide concrète avec leurs drones militaires. L’armée égyptienne essuie de lourdes pertes au Sinaï; au moins 70 soldats ont été tués dans la péninsule du Sinaï. Avec l’accord des Égyptiens, Tsahal a d’ailleurs lancé plusieurs attaques de drones contre les terroristes opérant dans la péninsule du Sinaï. Les deux pays ne font plus aucun secret de leur coopération sur les opérations militaires conjointes car les Frères musulmans n’ont pas désarmé et se sont liés aux djihadistes de l’E.I, de Jabhat al-Nosra ou d’Al-Qaïda pour bouter l’armée égyptienne hors du Sinaï. Israël a autorisé l’Égypte à gonfler ses effectifs militaires au Sinaï tout en gardant la main sur les mouvements de terroristes au Sinaï.
Véhicule égyptien blindé 

Le chef d'État-major adjoint de Tsahal, Yaïr Golan, a révélé la collaboration sans précédent des services secrets israéliens avec ceux de l'Égypte et de la Jordanie : «Nous ressentons fortement le besoin de mettre de côté les hostilités dans la région afin de nous focaliser sur nos intérêts communs et déployer nos efforts pour lutter contre les menaces que représentent les terroristes. Je parle de coopération entre les services de renseignement, je ne parle pas de réconciliation entre les nations».

L’Égypte a besoin d’Israël pour éradiquer les terroristes qui portent un coup sévère au tourisme et donc à l’économie égyptienne. Depuis les problèmes au Sinaï, les touristes ont déserté Sharm el-Cheikh. Al Sissi craint que les terroristes ne débordent sur le Canal de Suez en mettant en danger la circulation des supertankers qui paient leur droit de passage. Il doit aussi réorganiser les services de renseignements qui avaient pour principale mission de contrer les opposants politiques alors qu’à présent, il doit lutter contre les djihadistes venus de Gaza, du Yémen et du Soudan. Israël, qui a de l’expérience dans ce domaine, peut lui apporter son expertise. Israël voit avec un œil favorable le retour de l’Égypte sur la scène moyen-orientale, au moins pour neutraliser l’effet iranien.





1 commentaire:

Davy ZINS a dit…

Quand on est "ami' d’Israël, tout devient possible car la marge d'évolution des pays du Moyen Orient est fantastique et Israël est le pays qui a les capacités de les aider. C'est d'ailleurs peut-être ça qui fait peur aux autres états arabes : "et si leurs peuples évolués et devenaient majeurs !".