ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 17 juillet 2016

Erdogan joue avec le feu avec ses généraux


ERDOGAN JOUE AVEC LE FEU AVEC SES GÉNÉRAUX


Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps    

          Pour comprendre la tentative de coup d'Etat en Turquie, nous republions intégralement un article du 6 février 2013 qui a gardé toute son actualité. Fantassins, tanks, aviation, hélicoptères, il semble que le coup d'Etat se soit pas le fait d'un "colonel isolé".



            La situation semble se tendre à nouveau entre le gouvernement turc et son armée. Le 29 juillet 2011, le chef d'État-major, le général Isik Kosaner, ainsi que les commandants des armées de terre, air et mer, avaient démissionné suite à un désaccord profond avec les dirigeants islamistes turcs. Des divergences étaient apparues entre le gouvernement et la direction militaire concernant la promotion des généraux et des 250 officiers (173 militaires d’active et 77 du cadre de réserve) incarcérés et soupçonnés d’être impliqués dans des prétendus complots contre le gouvernement.




Erdogan et Kosaner


Rumeurs de complot


Le chef d’État-Major s’était estimé incapable, dans son message d'adieu à ses «frères d'armes», de protéger les droits des militaires détenus dans des procédures judiciaires imparfaites. Plus de 40 généraux d’active qui participaient à un exercice militaire, l'opération Sledgehammer, avaient été arrêtés sous suspicion de complot contre l’AKP, le parti au pouvoir.

L’armée, pro-occidentale, avait avalé plusieurs couleuvres sans intervenir mais pourtant elle avait mal accepté le changement de stratégie vis-à-vis d’Israël, amorcé par le premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui avait décidé un changement d’alliance pour se rapprocher des «forces du mal» selon la terminologie  américaine. Il voulait s’afficher comme le nouveau leader du monde musulman car la place était devenue libre après le remplacement de Hosni Moubarak. Pour cela, il avait besoin de redonner à la Turquie un statut de puissance régionale musulmane en s’appuyant sur les Palestiniens dont la cause faisait consensus dans le monde arabe.
Etat-Major turc
            L’Europe croyait pouvoir être rassurée par les militaires turcs postés en embuscade. L’armée turque, garante des institutions, tient au maintien des relations privilégiées avec l’Occident. Son poids politique, léger en période de stabilité, s’alourdit quand la situation sécuritaire s’assombrit. Elle reste l’arbitre ultime qui saurait réagir si ses intérêts étaient touchés. L’Histoire a montré qu’elle s’opposait à toute mainmise islamique de la Turquie qui risque  de porter atteinte à l’indépendance et à la laïcité du pays. Mais elle a du mal à donner de la voix aujourd’hui.

            Des bruits sérieux avaient circulé en 2009 sur l’existence d’un complot préparé par un colonel pour favoriser un putsch militaire tendant à renverser le gouvernement. Un document révélé par le quotidien Taraf faisait état d’un «Plan d’action pour combattre le fondamentalisme religieux» établi par le réseau putschiste turc Ergenekon. Ce réseau était composé de militants d'extrême-droite, d'officiers de l'armée et de la gendarmerie. 300 personnes avaient été arrêtées de juin 2007 à novembre 2009, malgré les dénégations molles du chef de l’armée qui feignait d’ignorer que les actions permettant de renverser le gouvernement légitime étaient détaillées par le menu.




Réunir le monde musulman



            Israël observe avec inquiétude le déroulement des évènements car la Turquie constitue un pion important dans la stratégie occidentale de la région mais il garde espoir face à une armée restée pro-israélienne. Après l’incident de la flottille, Benjamin Netanyahou n’avait pas envoyé à Ankara son ministre des affaires étrangères mais son ministre de la défense Ehoud Barak, proche des militaires turcs, pour recoller les morceaux et pour assurer la poursuite de la coopération militaire. La brouille ne s’était pas estompée pour autant.

Pendant des décennies, ces deux pays se sont épaulés face aux défis stratégiques de la région tout en tissant des liens militaires au détriment du monde arabe. Le changement constaté est «un développement inquiétant» aux dires de l’ancien chef d’État-major israélien de l’armée de l’air : «La Turquie est vitale pour l’entraînement de nos forces armées aériennes sur de vastes espaces, étant donné surtout la localisation stratégique de la Turquie proche à la fois de l’Iran et de la Syrie.» Il faisait allusion au fait que les bombardiers israéliens avaient emprunté l’espace aérien turc lors de l’attaque du site nucléaire syrien en 2007.

            Les rumeurs périodiques, faisant état d’un putsch, donnent l’occasion au gouvernement d’Erdogan de purger l’armée. Récemment encore douze militaires, pour la plupart des officiers, ont été inculpés et écroués par un tribunal d'Istanbul pour avoir ourdi un complot visant à renverser le gouvernement turc. Les autorités turques ont maintenu en examen 20 officiers, dont cinq amiraux et trois généraux, arrêtés pour une tentative de putsch présumée et pour appartenance à une organisation clandestine. Par ailleurs de nouvelles arrestations de militaires sont annoncées dans une stratégie d’intimidation.




Atteinte au pouvoir de l’armée



            Le pouvoir politique turc ne s’était jamais attaqué de front aux militaires. Il s’oppose  à présent à l’armée, en comptant sur sa docilité ou sa neutralité et, par ricochet à l’occident. Erdogan prend des risques qui peuvent ébranler son pouvoir. Il sait qu’une dizaine de coups d’État ont déjà eu lieu chaque fois que l’armée a senti que le pouvoir civil déviait des préceptes édictés par Kemal Atatürk, le créateur de la Turquie moderne. L’opposition s’interroge aussi sur les raisons de s’en prendre à des «généraux en pyjama» alors que le camp des laïcs est totalement affaibli par la chape de plomb imposée par les islamistes. Elle s’alarme que le gouvernement décapite l’armée au moment où des opérations sanglantes ont lieu contre les kurdes et où le front syrien s’échauffe de jour en jour. Les démissions et les purges ont affaibli une armée devenue inefficace. Ainsi la deuxième armée la plus puissante du Moyen-Orient vient de perdre coup sur coup ses deux amiraux, dont l’amiral Nusret Guner, numéro deux, qui a renoncé à prendre le commandement  de la marine qui n’a plus de chef. De nombreuses frégates de la marine sont ainsi clouées dans les ports car  elles ne parviennent pas à trouver un pacha.  

            Tayyip Erdogan commence à avoir des doutes sur une stratégie qui affecte le moral des troupes. Plusieurs centaines d’officiers sont à la retraite ou en prison entraînant l’impossibilité de pourvoir des postes de commandement alors que l’armée subit des échecs répétés. Certes il ne contrôle pas totalement l’armée puisque les généraux gèrent leur propre budget militaire et que le chef d’État-Major ne dépend pas du ministre de la défense. Il est vrai aussi que l’accusation de complot contre l’AKP devient récurrente mais pas tout à fait infondée : les militaires ont tenté en 2007 d’arrêter Abdullah Gul et ont cherché à interdire l’AKP en 2008.




Tentatives de déstabilisation



En décembre 2012, les services secrets turcs ont révélé que deux lignes téléphoniques, permettant l’écoute dans le bureau du premier ministre à son domicile d'Ankara, avaient été découvertes en février. C’est pourquoi Zeki Bulut, chef de la sécurité rapprochée d’Erdogan, avait été limogé le 7 septembre en devenant chef de la police d’une ville de province, Denizli. Simultanément quatre commissaires, cinq officiers et 200 policiers affectés à la protection rapprochée du premier ministre ont été brusquement remplacés.

Les services spéciaux turcs accusent le Mouvement Hizmet, dirigé par Fethullah Gülen, qui représente une organisation islamique disposant de plusieurs journaux et de  chaînes de radio et de télévision. Le mouvement est considéré comme modéré parce qu’il prône un islam moderne ouvert aux autres religions monothéistes. Il cherche à prendre le pouvoir en Turquie en infiltrant les administrations, la police en particulier, et l’armée restée kémaliste laïque.

 La guerre fait donc rage au sommet du pouvoir. Mais Erdogan sait que l’armée ne peut envisager un coup d’État militaire sans subir la condamnation des démocraties occidentales, et de l’Union européenne en particulier, avec toutes les conséquences économiques induites qui entraîneraient une agitation sociale et une guerre civile. Ainsi donc Erdogan surfe sur des prétendus complots pour faire taire les généraux, les intellectuels, les journalistes, et les avocats qui s'opposent à son régime et qui l’accusent de vouloir modifier la Constitution pour renforcer les pouvoir du président afin de se préparer à cette fonction lors des présidentielles de 2014.

            Le gouvernement turc accuse les États-Unis de tremper dans le complot du mouvement Hizmet sous prétexte que son chef Gülen s’est exilé en Pennsylvanie en 1999. Les Américains auraient reçu une aide locale très précieuse pour installer le matériel d’écoutes. Mais la piste russe n’est pas pour autant écartée car les services de renseignements SVR et GRU y sont présents depuis 1929. L’implication des turcs dans le conflit syrien les intéresse au plus haut point.

Israël estime que l’armée turque, héritière laïque de Mustafa Kemal Atatürk, est la seule à pouvoir susciter une prise de conscience d’un gouvernement islamiste qui devra alors redéfinir sa politique en conformité avec les intérêts occidentaux et avec les intérêts d’une population turque jalouse de ses liens avec le monde occidental. Le premier ministre Erdogan joue avec le feu face à la mauvaise humeur de son armée.

.

.  

4 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…


Cher monsieur Benillouche,

N'est-il pas paradoxal pour l'état d'Israël, qui doit tant compter avec ses religieux, de devoir tabler, pour sa sécurité, sur la laïcité de l'armée turque ?

Très cordialement.

airdularge a dit…

Simplement bravo, Madame Marianne Arnaud, pour cette éloquente interrogation.
Voila, en effet, à quoi pourrait ressembler Israël si les règles élémentaires de démocratie continuent à être bafouées.

Cohen JC

Vincent VANNIER a dit…

« Bonjour Jacques. Ne pensez vous pas qu'Israël devrait reconsidérer sa position vis-à-vis de la question kurde pour opérer un rapprochement de la Turquie ? Ou les gesticulations d'Erdogan vont au-delà de la seule question kurde ? »

Jean Smia a dit…

Je fais respectueusement remarquer à Mme Arnaud que, malgré mon hostilité à l'implication en politique des religieux en Israël, la principale différence se situe au niveau du prosélytisme.
La recherche du pouvoir des extrémistes musulmans a pour but l'islamisation obligatoire de toute la population par l'enseignement forcé de l'Islam dans les écoles et l'interdiction de vivre autrement que de la façon que l'Islam impose : vêtements, nourritures etc....
Par opposition, les religieux juifs n'ont pas l'intention de judaïser qui que ce soit.
Ainsi que l'a explicité Jacques, la constitution Turque octroie à l'état major de l'armée la mission de veiller à la laïcité de l'état.
Le plan du gouvernement d'Erdogan est la technique du Bernard l'Hermite consistant à nommer un maximum de religieux musulmans dans cet état major tout en éliminant, sous divers prétextes de complots, les membres de l'état major en place pour qui la ligne rouge de la non-laïcité commence à être atteinte.
La tendance de la Turquie à se diriger vers l’avènement d'un califat n'est pas un problème pour seulement Israël, c'est un problème pour tout l'occident, car cela impliquerait, entre autres, que les bases de l'Otan se retrouveraient en territoire hostile.