ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 6 juillet 2012

LIVRESQUE : LES VENGEURS DE LA MAISON SUBLIME





LES VENGEURS DE LA MAISON SUBLIME

Par Jean-Pierre ALLALI
Editions Glyphe


Le dernier roman de Jean-Pierre Allali est original car il aborde un monde juif peu connu, sinon ignoré. Il sort des sentiers battus pour nous proposer un thriller historique en nous ouvrant sur les juifs français du Moyen-Âge. Denis Levy-Willard [1] avait traité le sujet sous un angle historique universitaire mais, avec ce roman, le lecteur aura le loisir de se cultiver mais surtout de se distraire. L’auteur a travaillé sa documentation pour nous raconter le moyen-âge de la France profonde, la Normandie en l’occurrence, qui a accueilli une communauté juive qui s’est développée malgré les vicissitudes des lois anti juives.

L’arrivée des juifs en  Gaule avait coïncidé avec la conquête par Rome. Ils s’y sont maintenus sous les Mérovingiens et ont connu une période de prospérité sous les Carolingiens. Au XIe siècle, la France est devenue un pôle florissant de la culture juive, abritant au nord les communautés ashkénazes parmi lesquelles fleurit en Champagne l'école de Rachi (Rabbi Shlomo ben Itzhak HaTzarfati) et de ses continuateurs, et, au sud, les juifs de Provence et du Languedoc.

Normandie au moyen âge


Jean-Pierre Allali a choisi pour son roman la trame de l’histoire des communautés juives de Normandie au moyen âge, mal connue, alors que Rouen fut durant plusieurs siècles un très important centre de culture juive. Il s’est inspiré de la persécution qui frappa les juifs de Normandie avec une chronique qui eut lieu en l'an 1007. Un notable juif de Rouen, Jacob bar Jeqouthiel, qui avait été d'abord emprisonné par le duc Richard II, reçut l'autorisation de se rendre auprès du pape, en laissant l'un de ses fils en otage aux mains de Richard. Le pontife Jean XVIII aurait écouté ses doléances et envoyé un message en France demandant qu'un terme soit mis à la persécution.
L’auteur dresse les tréteaux où les comédiens de la vie vont jouer le drame d’une couple de jeunes juifs frappé par la vindicte imposée par un seigneur féodal. C’est un roman policier avec tous les ingrédients du suspense et une histoire de vengeance dans la pure tradition des mauvais garçons. Histoire sérieuse certes, mais ludique. On y apprendra beaucoup plus de choses sur les juifs que dans un livre d’Histoire. 
La volonté de l’auteur est louable et il arrive à capter l’attention du lecteur qui veut en savoir plus à la fois sur ces juifs de l’époque mais aussi sur l’épilogue de l’histoire qu’il conte avec des mots et des phrases de qualité. Il n’est pas osé de dire qu’il s’agit de bonne littérature, loin du verbiage des polars traditionnels.
En cette période de vacances où la bête bouge encore, ce roman de plage se lira sans discontinuer avec l’impression finale qu’on s’est enrichi mais surtout qu’on n’a pas bronzé idiot. Certainement l'un des romans de l’été 2012.

[1] Le Livre dans la société juive médiévale de la France du Nord Par Denis Lévy Willard (éditions Cerf)

Aucun commentaire: