ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 31 janvier 2011

LES JUIFS TUNISIENS DANS LE DOUTE



LES JUIFS TUNISIENS DANS LE DOUTE

Par Jacques BENILLOUCHE



video


Si les juifs tunisiens sont très exubérants en France, ils sont extrêmement discrets en Tunisie. Des 120.000 membres qui étaient installés depuis plusieurs générations, ils ne sont plus que 1.000 à vivre à Djerba dans un moyen-âge anachronique et 500 à Tunis. Les juifs de la Capitale, à l’exception des vieillards dans des maisons de retraite, sont constitués en majorité d’hommes d’affaires et d’industriels riches qui ont misé sur la dynamique économique du pays. Les évènements liés à la chute du régime de Ben Ali refont parler d’eux car l’avenir de cette petite communauté est tiraillé par le doute.


Une vie dans la quiétude

Les juifs tunisiens n’ont jamais été visés et leur vie n’a jamais été menacée car il était dans la tradition du pays de respecter une minorité installée depuis plusieurs siècles, qui avait participé de surcroit à l’élan économique de la région. Des signes forts ont été donnés par les autorités locales puisque, pendant les dernières émeutes, la grande synagogue de Tunis a été protégée par des forces de police importantes pour éviter les déboires de 1967 lorsqu’à l’occasion de la Guerre des Six Jours des manifestants avaient brûlé le symbole du judaïsme tunisien.
Les organisations internationales juives, présentes localement, l’American Jewish Committee ou le Joint,  restent cependant sensibilisées par la situation d’une communauté discrète dont quelques membres vivent au sud profond, Zarzis, complètement assimilés à la population locale.
Les arabes tunisiens n’ont jamais fait preuve d’agressivité à l’égard d’une minorité qui avait atteint le nombre maximum de 120.000 âmes. Quelques incidents mineurs avaient émaillé la vie paisible de cette communauté discrète mais il s’agissait d’exceptions individuelles. Pourtant, les juifs ont quitté librement, de leur propre gré, leur terre natale alors que rien ne les y obligeait. A l’arrivée des français, ils avaient fait le choix du colonisateur parce qu’il représentait l’émancipation, l’ouverture à la culture occidentale et la possibilité de promotion sociale grâce aux écoles françaises. L’indépendance de la Tunisie en 1956, qui suivit de près la création de l’Etat d’Israël en 1948, créa un dilemme puisque les uns, petits bourgeois, avaient décidé de rejoindre les colonisateurs en France tandis qu’une minorité pauvre et inculte faisait le choix de la « Terre Promise » avec les pionniers sionistes. Ce ne fut pas sans difficultés ni sacrifices car l’intégration de populations disparates fut difficile en Israël d’autant plus qu’elles ont été envoyées pour peupler des zones arides et isolées du bout du pays et pour faire fleurir un désert qu’elles étaient incapables de maitriser. Ceux qui restaient dans leur ville natale étaient suspectés de sympathie sioniste même s’ils avaient donné des gages vis-à-vis du nationalisme tunisien.
L’antisémitisme restait cependant ancré chez certains sympathisants proches des islamistes. Ainsi, le parti d’opposition P.D.P (parti démocrate progressiste) n’hésita pas à troubler le consensus par des déclarations controversées. Sa secrétaire général et passionaria de l’opposition à Ben Ali, Maya Jribi, avait demandé au gouvernement tunisien d’interdire l’accès des pèlerins juifs à la synagogue de La Ghriba à Djerba et de refuser aux israéliens, même originaires du pays, de se rendre en Tunisie. Elle rejoignait ainsi les idées racistes du parti islamiste Ennahdha, certes minoritaire, qui n’a jamais caché sa haine du juif.

Vassalité juive
      
La communauté juive s’est trouvée en porte-à-faux aujourd’hui en raison des prises de position excessives de ses propres dirigeants. Les quelques notables juifs, intéressés par les honneurs, avaient multiplié les déclarations maladroites de vassalité à l’égard d’un régime qu’il pensait éternel : «  le président Ben Ali est le dirigeant le plus capable d'assurer le progrès et la prospérité des tunisiens, grâce, notamment, à sa vision perspicace dans la gestion des affaires du pays et à sa faculté de veiller sur son avenir, en nous faisant profiter de sa politique avant-gardiste ». Ces mêmes flagorneurs qui s’étaient empressés de faire acte de soumission ont été, pour certains, les premiers à quitter le pays pour la France dès la chute du dictateur, en abandonnant à leur triste sort une communauté désemparée.
Les hommes du Livre, eux aussi, ne ratent jamais une occasion de prouver leur incompétence politique dès qu’ils quittent leur synagogue. En effet, le Grand rabbin de Tunisie est sorti de son rôle strictement cultuel le jour de la fête solennelle du Yom Kippour, le Grand Pardon, pour tracer un portait dithyrambique de Ben Ali  et pour lancer du haut de sa chaire un appel au président à se représenter à la présidentielle de 2014. Maladresse ou déclaration excessive ? Dans les deux cas ces propos restent inexcusables car ils mêlent au combat politique une communauté juive dépolitisée et discrète. D’ailleurs, craignant les conséquences d’une déclaration inappropriée, le Grand rabbin qui était présent en Israël au moment de la révolution a annoncé qu’il ne « souhaitait pas rentrer en Tunisie »  rejoindre ses ouailles car sa proximité avec l’ancien régime pouvait lui causer des torts.
La politique à courte vue des notables risque de plonger les juifs, accrochés à leur avenir en Tunisie, dans la peur car les déclarations intempestives rejailliront certainement sur eux. Ce qui était impensable il y a quelques semaines devient d’actualité puisque certains envisagent de quitter le pays car ils craignent des violences aveugles de la part d’extrémistes d’Ennahdha, les sympathisants des Frères musulmans égyptiens. La menace terroriste en provenance du Sahel risque de trouver un nouveau terrain de prédilection dans les zones du sud du pays où El Qaeda menace les touristes, et les touristes juifs en particulier.

Le choix d’Israël

Israël qui se nourrit des troubles dans les pays arabes pour attirer quelques nouveaux immigrants, indispensables à l’expansion du pays, s’intéresse de près au sort des juifs qui l’ont toujours boudé. Ayant implanté historiquement des agents du Mossad du temps où le quartier général palestinien avait été transféré de Beyrouth à Tunis, il garde un œil sur cette petite communauté dont une vingtaine de personnes a déjà été exfiltrée secrètement pour rejoindre l’Etat juif. Il craint que l’islamisme, qui avance masqué pour l’instant, n’exploite les ressorts de la démocratie pour entrer dans la vie politique. Il sait qu’il devra suppléer l’absence ou la passivité des dirigeants communautaires qui auront rejoint l’exil de Ben Ali. Le vice-ministre israélien des affaires étrangères, Danny Ayalon, a certainement exagéré en estimant que les juifs de Tunisie devaient faire face à « une situation effrayante et vivaient dans la crainte de représailles ». Mais c’était de bonne guerre pour instiller la peur et convaincre les derniers réfractaires à quitter le pays, pas forcément d’ailleurs vers Israël. 
            Le gouvernement israélien a tenu à prendre des dispositions si la situation empirait. Il a profité de la visite officielle de la ministre des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, pour envisager l’aide de la France afin de recevoir temporairement les juifs tunisiens en transit vers Israël. Le nombre est bien faible de ceux qui sauteront le pas mais il grandira à mesure que des déclarations revanchardes seront diffusées. Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue Arabe, a fait une annonce qui ciblait de manière indirecte les juifs qui avaient choisi le camp de Ben Ali : « les citoyens arabes sont dans un état de colère et de frustration sans précédent » impliquant que les citoyens juifs n’avaient pas fait preuve d’un bon discernement. Le problème concerne quelques centaines d’individus mais le symbole est grand si la Tunisie devait se vider des derniers témoins de la présence pendant plus de 2000 ans d’une communauté dynamique qui a eu son heure de gloire.

Aucun commentaire: