LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 14 août 2022

Où est Israël ? par José GARSON

  

OÙ EST ISRAËL ?


Par José GARSON


     


        Osons ici poser la question : où est Israël ? Que fait Israël ? Le monde est en train de changer, et de changer en défaveur d’Israël, et où sont les dirigeants israéliens ? A-t-on entendu un commentaire, une déclaration d’Israël après la rencontre Russie-Iran ? Ou après la rencontre passée Iran-Turquie-Russie ? Voit-on Israël avoir une position sur la scène mondiale ? Jamais. Ou plutôt : oui ! On voit Israël polarisé…sur les affaires de Gaza. Encore et encore. Comme si Israël ne disposait pas d’une armée excellente qui peut s’occuper de cela toute seule. Comme si les media et les politiques israéliens avaient besoin, une fois de plus, de disserter ad nauseam sur ce qui a été fait, aurait pu être fait, aurait dû être fait, etc., … à Gaza. Tout en laissant le reste, qui se passe dans le monde, sans réflexion et dans le silence.


Tsahal


On a envie de dire :  Wake up Israël ! Le monde change et Israël est l’éternel absent, celui qui n’intervient sur rien, le grand muet qui n’ouvre la bouche que pour dire qu’il fait bien les choses à Gaza, ou pour répondre à ceux qui disent qu’il a fait mal à Gaza… Gaza est sujet important certes. Mais c’est du court terme. Le moyen terme politique se joue à Ankara, Téhéran, Washington, Pékin, Moscou, etc., ... Le moyen terme se joue sur une scène internationale où seules comptent les déclarations des ministres des affaires étrangères et des présidents, pas celles d’un porte-parole de l’Armée qui dit que l’Armée a bien fait les choses….

Il est clair que le monde politique israélien ne se rend pas compte qu’en restant, la tête dans le guidon, fixé au jour-le-jour sur ces questions, il devient autiste et perd de sa puissance sur le plan international. Israël est d’ailleurs devenu maintenant une puissance politique de second ordre, malgré sa puissance militaire et son poids économique. Sa participation visible à la vie du monde est faible : Israël n’a d’avis sur rien, ne soutient rien, ne s’oppose à rien. Et pourtant, s’il veut se préparer pour répondre à une grave attaque, Israël ne doit-il pas disposer d’une immense puissance politique ? Les alliés se cherchent-ils au dernier moment ?

Ghetto juif


Le paradigme du ghetto

En fait, qu’on veuille le reconnaitre ou pas, le monde politique israélien fonctionne encore en grande partie sur le paradigme du ghetto d’Europe centrale. On reste bien entre nous, on gère les millions de problèmes qui se passeront si celui-là se présente aux élections du vaad contre celui-ci, on monte une très bonne milice d’auto-défense, et on compte sur le Prince protecteur, non-juif, qui là-bas, en dehors du ghetto, veille sur ce qui pourrait arriver au ghetto. Le protecteur là-bas, c’est l’Amérique qui est censée dispenser Israël de toute politique étrangère et le protéger contre ses ennemis.

La mauvaise nouvelle est qu’Israël, avec un PNB/habitant plus élevé que celui de la Grande Bretagne, devrait maintenant être un État indépendant. Et que, de toute façon, son «protecteur» américain est en train de sombrer. Et que personne, en Israël, ne semble s’en rendre compte. On a vu l’erreur que fut la visite de Biden en Israël. On a moins parlé des commentateurs et des politiques qui, visiblement hors sol, applaudirent à ce qu’ils considéraient comme le renouvellement d’un «partenariat» entre Israël et les USA...Israël est probablement le seul État au monde à avoir des leaders d’opinion qui croient encore à cela. Car on le sait bien : plus tard se fera le désengagement d’Israël vis-à-vis de l’Amérique, plus dur sera le réveil dans ce monde où Israël devra apprendre à se débrouiller tout seul, alors même qu’auparavant il n’a jamais développé une politique étrangère digne de ce nom. Les obstacles sont immenses. Mais ne faut-il pas commencer un jour ? C’est le moment aujourd’hui.



Un défi

Même s’il a peu de chances d’être entendu, un défi doit être lancé au monde politique israélien : que soit entrepris en urgence le montage d’un véritable appareil de politique étrangère qui fonctionne de façon ultra-moderne et ultra-efficace, à l’image même de ce que fut le montage de Tsahal, il y a plusieurs décennies. Pas un appareil de type «militaires à la retraite» ni de type «services secrets». Un appareil qui s’occupe de structurer une politique étrangère cohérente et visible pour placer Israël sur l’échiquier mondial. Qui sache formuler cette politique, la mettre par écrit et la communiquer au public. Qui donne publiquement, à chaque évènement international important, l’opinion d’Israël sur cet évènement. Impossible ?

 

4 commentaires:

Bidermann a dit…

Bonjour, c'est qd même balayée un peu vite les accords d'Abraham et le rapprochement avec l'Arabie saoudite. Sans parler de la gestion de la relation avec les russes.
Je vous trouve un en peu rapide dans votre constat .
Cdt

Hervé a dit…

Israël ou du moins ses dirigeants pas plus que ses journalistes, ne savent absolument pas répliquer aux mensonges de ses ennemis pas davantage que ses soi disant "ami" dont la france qui est la plus virulente, quai d'orsay, afp et tant d'autres presses écrites ou audiovisuelles.
Il est vrai que la france est devenue depuis longtemps un grand pays arabe et musulman subsaharien. Ceci explique cela. Mais avant l'ouverture du pays à des millions de maghrébins par giscard, la france n'était elle pas déjà antisémite? A mon avis chaque fois que le pays veut preuve à l'appui, démontrer que les massacres d'enfants arabes sont le fait de ces soi disant "palestiniens" comme cela a été vu récemment lorsqu'une quinzaine d'enfants ont été tués par les roquettes arabes tombées sur gaza, il y en a eu 300, les soi disant amis, veulent une enquête, malgré qu'ils savent pertinemment qu'il s'agit de la vrai version, alors que les bicots dits "palestiniens" accusent Israël. Moi je suggère qu'il n'est même pas nécessaire de répondre aux accusations mensongères et d'envoyer nos "amis" se faire foutre par les melons, ils aiment bien.

Véronique ALLOUCHE a dit…

@hervé
Curieux votre commentaire à la fois surréaliste et haineux à souhait. Je pensais naïvement que les termes « bicots », « melons » étaient aujourd’hui désuets mais j’ai fait erreur.
D’autre part à moins d’avoir mal lu, le sujet de l’article n’est pas le comportement de la France mais plutôt le danger que court Israël face à l’allégeance aux États Unis et ses conséquences négatives. Le danger de se mettre sans cesse en retrait face aux grands débats de notre temps dont Israël s’exclut à tort.
A l’école on suggère de relire deux fois un texte pour le comprendre…

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

C’est sans compter avec l’accord du 15.06.2022 de l’U.E. signé avec Israël et l’Egypte pour l’approvisionnement de gaz naturel israélien en Europe. L’Union européenne, après s’être affranchie de la Russie, va donc devenir dépendante d’Israël pour cette ressource, ce qui joue plutôt EN FAVEUR d’Israël qui, de ce fait, est véritablement en train de devenir une puissance MONDIALE économique incontournable en matière d’énergie notamment pour l’Europe qui ne pourra plus se passer de lui. Ce n’est quand même pas négligeable d’autant plus que ça va dans le sens des prophéties eschatologiques. Donc Israël est bien là, présent sur la position économique de l’échiquier mondial...