LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 7 août 2022

Israël : une équation géopolitique complexe par José GARSON

 


ISRAËL : UNE ÉQUATION GÉOPOLITIQUE COMPLEXE


Par José GARSON


          L’État Israël d’aujourd’hui, comme le Royaume de Juda et celui d’Israël aux temps bibliques, ont une équation géopolitique : ils sont géographiquement situés en un lieu du globe qui a son propre magnétisme et ses propres contraintes en matière de relations internationales. Aux temps bibliques, la méconnaissance répétée de cette équation géopolitique causa la disparition successive des deux Royaumes : Israël puis Juda. La prise en compte intelligente de la même équation permit la reconstruction du Temple, un siècle puis plus tard. Elle permit aussi, des millénaires plus tard, l’émergence du Foyer juif au travers de la décision l’Angleterre de publier la Déclaration Balfour.



Babyloniens et Assyriens


Une frontière invisible

La Terre Promise, dont les contours n’ont jamais été définis d’une façon acceptée par tous, est géopolitiquement située sur une frontière invisible entre deux Mondes. C’est cela son équation. Dans l’antiquité, il y avait, d’un côté de la frontière, le Monde du Sud et de l’Ouest : l’Égypte puis Rome. De l’autre, il y avait le Monde du Nord et l’Est : l’Assyrie, la Babylonie et la Perse. Ces deux Mondes furent dans une constante lutte à mort. Aujourd’hui, il n’est pas difficile de voir quels États font partie de chacun de ces deux Mondes, et comment ils s’affrontent eux aussi dans une lutte à mort.

À toutes les époques, Israël a donc toujours été au milieu -littéralement- de la tempête. C’est pour cela qu’il ne doit jamais se tromper d’alliés et d’ennemis : sa survie en dépend.  Le Monde du Sud-Ouest -l’Égypte des temps anciens- fut en général aimable avec Israël. Pas de mal à cela car c’était un véritable coffre-fort imprenable. On ne pouvait y pénétrer que par une petite porte (le Sinaï). Une fois qu’on y avait pénétré, on était dans une prison qui enserrait l’envahisseur entre des déserts de tous côtés. L’Égypte fut ainsi le cauchemar des Assyriens, des Babyloniens et des Perses car elle était presque impossible à conquérir. Et, bien au chaud dans cette position, elle fut toujours prête à exciter les Rois de Judée pour qu’ils partent en guerre contre le Nord : pas de danger pour l’Égypte, ce sera la Judée qui absorbera l’offensive et les destructions venues de l’Est.



Le Monde du Nord-Est, quant à lui, resta toujours à regarder ce qui se passait à l’Ouest, du côté de la Méditerranée et de l’Égypte. N’ayant aucune possibilité de s’étendre sur l’Est, il allait en permanence fondre sur des proies à l’Ouest. Et au passage, la Judée était ravagée.    

Jérémie

L’un de ceux qui comprirent le mieux l’équation géopolitique du Royaume de Juda fut le Prophète Jérémie. Sa prophétie, véritable analyse géopolitique, répétait deux vérités, que les Rois de Juda ne voulurent pas comprendre : (a) l’Histoire bascule et l’Égypte n’est pas le bon allié pour le Royaume de Juda (b) le regard, et la diplomatie du Royaume, doivent se tourner vers Monde de l’Est d’où le danger va venir. Impossible pourtant de convaincre les Rois de Judée qu’il n’y avait rien à attendre de l’allié traditionnel égyptien. Jérémie recommandait aux Rois de Juda de rapidement changer d’alliance et de façon de penser, mais personne ne l’écoutait. Quelques siècles plus tôt, pourtant on avait vu les Assyriens, venus de l’Est eux aussi, détruire le Royaume d’Israël. Ignorant les recommandations de Jérémie, on provoqua l’Est constamment sur plusieurs années. On connait la suite.

Cyrus, Amman et Alexandre

La Bible et la tradition juive donnent de nobles motifs à Cyrus pour avoir permis la reconstruction du Temple en -538. Il ne fait cependant aucun doute que Cyrus eut aussi l’arrière-pensée d’utiliser à son profit l’équation géopolitique de la Judée. Un Temple reconstruit en Judée ne pouvait-il pas constituer un sérieux obstacle qui empêcherait le Monde du Sud (Égypte) de faire sa jonction avec ce nouveau peuple concurrent venu du Nord-Ouest, les Grecs ? Permettre aux Judéens de reconstruire le Temple, devenait pour les Perses une nécessité géopolitique pour éviter de voir se créer, là-bas, un bloc hostile. Et, après Darius, cela fonctionna.

On peut d’ailleurs lire la Méguila à la lumière de cette problématique géopolitique. Amman, nous dit-on, était un Amalécite donc originaire de territoires proches de la Judée. En tant que minoritaire en Judée, Amman, on peut le penser, était un fervent partisan de l’arrivée du Monde grec en terre persane et de sa connexion avec l’Égypte. Dès lors, quoi de mieux que de détruire les Juifs de l’Empire perse pour affaiblir, par-là, leur soutien au Yichouv qui avait commencé à prendre vie autour du Temple de Jérusalem avec Ezra et Néhémie ? Assuérus, apparemment, comprit le danger et, comme Cyrus et Darius avant lui, renforça le Yichouv de Judée en arrêtant Amman et en refusant de laisser le gigantesque massacre prendre place.

Mais cette défense montée par Cyrus au travers de la Judée ne tint pas longtemps. Avec Alexandre, venu lui aussi du Nord, le verrou judéen sauta et les Grecs firent enfin leur jonction avec l‘Égypte. Ils partirent ensuite vers l’Est pour détruire l’Empire perse. Mais, cette fois, la Judée, ne souffrit pas sur le passage d’Alexandre car elle avait compris que son équation géopolitique lui imposait de rester neutre, et elle n’opposa aucune résistance à Alexandre.

Déclaration Balfour


Lloyd George et Balfour

Lloyd George, premier ministre et patron de Balfour, connaissait parfaitement sa Bible. En 1917, entre un Empire ottoman allié des Allemands et une Égypte occupée par l’Angleterre, il fallait placer, de toute urgence, un verrou pour faire obstacle à une descente des Ottomans vers l’Égypte : l’éternel danger du Nord se connectant avec l’Égypte ! Certes, depuis des décennies, il y avait déjà le Yichouv en Judée. Mais le Yichouv était sur terre ottomane : il ne constituait pas un véritable verrou politique. Lloyd George se souvint de l’utilisation par Cyrus de l’équation géopolitique de la Judée. Reconnaitre le droit des Juifs sur la Terre promise -comme Cyrus l’avait fait pour le Temple, deux millénaires plus tôt- fut l’idée de génie qui permit, par une simple déclaration, de transformer le Yichouv en un pion anglais en territoire ottoman. Cela solidifia définitivement la présence anglaise et amena l’édification de l’État d’Israël moderne. Avantages supplémentaires non négligeables pour les Anglais : on faisait voler en éclats les rêves naïfs français du plan Sykes-Picot, et on faisait basculer les Juifs américains vers l’Angleterre. Avec l’équation géopolitique de la Judée utilisée à son profit, l’Angleterre tourna une page d’Histoire.

Aujourd’hui

Ces lignes, qui demanderaient à être développées bien davantage, cherchent à montrer qu’une entité politique sise, comme l’État d’Israël d’aujourd’hui, sur cette Terre bien particulière ne peut être dirigée au gré des idées politiques flottantes de tel ou tel homme/femme politique. La géopolitique impose à Israël ses contraintes en matière d’international et d’alliances. Faute de connaitre et de respecter ces contraintes, on s’expose à des conséquences, dont le 9 av nous rappelle, chaque année, la portée tragique.

 

11 commentaires:

Anonyme a dit…

C’est une analyse géopolitique de l’histoire biblique des deux Temples fort interessante

Marianne ARNAUD a dit…

Alors en définitive, c’est quand qu’on va le reconstruire ce Temple ?

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Ma chère Marianne,

Pour un laïc ignare comme moi, j'avais estimé que les deux temples juifs détruits avaient été construits par des hommes et que rien ne s'opposait donc à la construction d'un troisième temple à Jérusalem où l'espace ne manque pas. Mais c'était sans compter sur les Orthodoxes qui affirment aujourd'hui que le troisième temple ne sera construit qu'à l'avènement du Messie, autant dire ......

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

Autant me demander d’imaginer l’État du Vatican sans Saint-Pierre-de-Rome : équation impossible !

Très cordialement.

Henri OLTUSKI a dit…

Lorsque le juifs se détestent ,ce sont les ennemis qui en profitent .Bien se rappeler les destructions des Royaumes de Juda et d'Israël, car cela peut se reproduire .Mais bon les politiciens ,eux ne pensent qu' à leur bien-être et privilèges .Quand verrons-nous un véritable homme ou femme d'état pour ce beau pays ? Je suis très pessimiste .Comme disait Chirac ;Notre maison brûle ,et on regarde ailleurs

Anonyme a dit…

Merci pour cette leçon d'histoire, pour ce qui concerne la reconstruction du Temple...patience, qui vivra verra...2nids Sabrié Stiller Goldenberg/Maury

Unknown a dit…

Evidament,les ne pense même pas que le Messie ne viendra pas A CAUSE d'eux même.
En tout cas,la perfection il faut la chercher ailleurs.(Sorry,c'est trop longue a aprofondir)

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

A José Garson :
La disparition des royaumes d’Israël et de Juda, la destruction de Jérusalem et de ses temples successifs, et leurs reconstructions respectives n’ont absolument rien à voir du tout avec la méconnaissance ou même la prise en compte d’une quelconque équation géopolitique. En effet, voici notamment ce que Jérémie et Esdras ont dit à ce sujet :

Jérémie 25 : «La parole fut adressée à Jérémie sur tout le peuple de Juda (…) c'était la première année de Nebucadnetsar, roi de Babylone, parole que Jérémie prononça devant tout le peuple de Juda et devant tous les habitants de Jérusalem, en disant : Depuis la treizième année de Josias, fils d'Amon, Roi de Juda, il y a vingt-trois ans que la parole de l'Eternel m'a été adressée ; je vous ai parlé, je vous ai parlé dès le matin, et vous n'avez pas écouté. L'Eternel vous a envoyé tous ses serviteurs, les prophètes (…) Ils ont dit : Revenez chacun de votre mauvaise voie et de la méchanceté de vos actions, ET vous resterez dans le pays que j'ai donné à vous et à vos pères, d'éternité en éternité ; n'allez pas après d'autres dieux, pour les servir et pour vous prosterner devant eux, ne m'irritez pas par l'ouvrage de vos mains, et je ne vous ferai aucun mal. MAIS vous ne m’avez pas écouté, dit l'Eternel (...)
C’EST POURQUOI (…) PARCE QUE vous n'avez point écouté mes paroles (…) je ferai venir Nebucadnetsar, roi de Babylone, contre ce pays et contre ses habitants et (…) tout ce pays deviendra une ruine, un désert, et ces peuples seront asservis au roi de Babylone pendant soixante-dix ans...»

Jérémie 29 : «Mais voici ce que dit l'Eternel : Dès que soixante-dix ans seront écoulés pour Babylone (…) je vous rassemblerai de toutes les nations et de tous les lieux où je vous ai chassés, dit l'Eternel, et je vous ramènerai dans le lieu d'où je vous ai fait aller en captivité.» 

Rien à voir avec une question de géopolitique mais c’est à cause de la désobéissance d’Israël que la destruction de la ville et du temple, et la dispersion du peuple ont eu lieu.

Par ailleurs, Cyrus a ORDONNE que le temple soit reconstruit AU SEUL MOTIF que Dieu lui en a intimé l’ORDRE. Donc par motif d’OBEISSANCE. Pas d’autre motif ou quelconque arrière-pensée de quoi que ce soit :

- Esaïe 44, 28 : «Je (l’Eternel) dis de Cyrus : Il est mon berger, et il accomplira toute ma volonté ; Il dira de Jérusalem : Qu'elle soit rebâtie ! Et du temple : Qu'il soit fondé !»
Cyrus n’existait pas encore mais Dieu, 700 ans avant, avait déjà donné ses ORDRES prophétiquement. Et cela s’est parfaitement accompli :

- 2 Chroniques 22-23 : «La première année de Cyrus, roi de Perse, AFIN QUE s'accomplît la parole de l'Eternel prononcée par la bouche de Jérémie, l'Eternel réveilla l'esprit de Cyrus, roi de Perse, qui fit faire de vive voix et par écrit cette publication dans tout son royaume : Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : L'Eternel, le Dieu des cieux (...) m'a COMMANDE de lui bâtir une maison à Jérusalem en Juda. Qui d'entre vous est de son peuple ? Que l'Eternel, son Dieu, soit avec lui, et qu'il aille !

Mais ensuite la construction a été empêchée par des gens qui se sont plaint à Darius, successeur de Cyrus. C’est pourquoi Esdras dit à Darius que c’était Cyrus qui leur avait donné l’ORDRE de rebâtir  :
- Esdras 5, 14-15 : «Et même le roi Cyrus ôta du temple de Babylone les ustensiles d'or et d'argent de la maison de Dieu, que Nebucadnetsar avait enlevés du temple de Jérusalem et transportés dans le temple de Babylone, il les fit remettre au nommé Scheschbatsar, qu'il établit gouverneur, et il lui dit : Prends ces ustensiles, va les déposer dans le temple de Jérusalem, et que la maison de Dieu soit rebâtie SUR LE LIEU Où ELLE ETAIT.»

D’où...

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

A José Garson (suite)
D’où…

- Esdras 6, 1-15 : «Alors le roi Darius donna ordre de faire des recherches dans la maison des archives où l'on déposait les trésors à Babylone. Et l'on trouva à Achmetha, capitale de la province de Médie, un rouleau sur lequel était écrit le mémoire suivant :
La première année du roi Cyrus, le roi Cyrus a donné cet ORDRE au sujet de la maison de Dieu à Jérusalem : Que la maison soit rebâtie, pour être un lieu où l'on offre des sacrifices, et qu'elle ait des solides fondements.»
Sur ce Darius va dire : «Maintenant (…) Laissez continuer les travaux de cette maison de Dieu ; que le gouverneur des Juifs et les anciens des Juifs la rebâtissent SUR l'emplacement qu'elle occupait. (…) Moi, Darius, j'ai donné cet ORDRE. Qu'il soit ponctuellement exécuté. (…) Et les anciens des Juifs bâtirent avec succès, SELON les prophéties d'Aggée, le prophète, et de Zacharie, fils d'Iddo ; ils bâtirent et achevèrent, d'après l'ORDRE du Dieu d'Israël, et d'après l'ORDRE de Cyrus, de Darius, et d'Artaxerxès, roi de Perse. La maison fut achevée...»

Ces rois-là n’avaient absolument aucune arrière-pensée de géopolitique ou d’intérêt personnel mais juste le souci et la volonté d’OBEIR à Dieu. Donc c’est vraiment à cause de la désobéissance d’Israël que la destruction est arrivée, et grâce à l’obéissance à Dieu de ces rois étrangers que le rétablissement a eu lieu.

En outre, concernant la destruction du second temple :
Bible, Evangile (ou Bonne Nouvelle) selon Luc chapitre 19, v. 28-44 :

«Comme Jésus, ASSIS SUR UN ÂNON, approchait de Jérusalem, en la voyant, il pleura sur elle, et dit : Si toi aussi, au moins en ce jour qui t'est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t'environneront de tranchées, t'enfermeront, et te serreront de toutes parts ; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, PARCE QUE tu n'as pas connu le temps où tu as été visitée.»

Jésus, sur un ânon, fait son entrée à Jérusalem, comme Roi d’Israël, conformément à la prophétie de Zacharie 9, 9 : «Sois transportée d'allégresse, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, TON ROI vient à toi ; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, sur un âne, LE PETIT D’UNE ÂNESSE.»

Mais, si la majorité du peuple effectivement l’a accueilli comme tel, cependant les chefs religieux et quasiment tous leurs disciples et adeptes ne l’ont pas reçu comme tel, ne connaissant pas le temps où ils ont été visités...
C’est la raison de la destruction de Jérusalem et du second temple qui ont eu lieu environ 40 ans après cette prophétie de Jésus...

Par ailleurs, à notre époque, que ce soit la résurrection d’Israël en 1948, ou la réunification de Jérusalem en 1967 etc. tout s’est fait selon les prophéties bibliques et l’intervention divine. Et pour ce qui est prochainement du troisième temple, là encore TOUT se fera SELON les prophéties bibliques qui nous donnent les grandes lignes du plan de Dieu et aussi celles des intentions funestes du serpent ancien, L’ADVERSAIRE d’Israël, l’ennemi juré d’Israël qui HAIT Israël plus que tout et par conséquent fera TOUT pour le détruire…

«Oh ! (dit le Seigneur à Israël) SI tu étais attentif à mes commandements (instructions, prophéties…) ! Ton bien-être serait comme un fleuve, et ton bonheur comme les flots de la mer.» (Esaïe 48, 18)

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

À José Garson
Erreur de ma part : Lire «Cyrus n’existait pas encore mais Dieu, environ 200 ans avant,...» et non pas 700 ans avant. Désolée.

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

A Marianne et à Jacques, au sujet du troisième temple.
Jacques, les Orthodoxes affirment aujourd’hui que le troisième temple ne sera construit qu’à l’avènement du Messie parce que c’est ce que nous enseigne la Bible. En effet, de même que le premier temple et le deuxième temple, bien que construits effectivement par des hommes cependant triés sur le volet, ont été bâtis uniquement SUR ORDRE du ou d’un OINT (égal messie), de même ce troisième temple ne pourra être construit que sur ORDRE.
Or cet ORDRE sera donné par celui que les Juifs accueilleront dans un proche avenir comme le Messie, leur Messie, bien qu’il sera en réalité le FAUX MESSIE, le vrai Messie étant Yeshoua (Jésus). En outre, ce troisième temple devra être construit à l’emplacement précis que Dieu avait choisi lui-même sur le Mont du Temple pour ses prédécesseurs.
D’où, pour reprendre la question de Marianne, quand est-ce qu’on va reconstruire ce Temple ? Eh bien, toujours d’après les prophéties des Ecritures, QUAND, c’est-à-dire AU MOMENT où ce faux messie l’ORDONNERA, ORDRE dont le monde entier aura connaissance à ce moment-là…