LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

samedi 9 juillet 2022

Clap de fin pour Naftali BENNETT

 

CLAP DE FIN POUR NAFTALI BENNETT


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

       


          La décision a été prise le 29 juin 2022 ; Naftali Bennett a renoncé à se présenter aux élections législatives du 1er novembre 2022. Sa décision a été murie car il a été abandonné par toutes les troupes de Yamina et harcelé par son adjointe Shaked. Idit Salman et Uri Orbach ont reçu une belle proposition de figurer en position éligible sur la liste du Likoud en remerciements de l’abandon en rase campagne de leur soutien à la coalition. Trois députés sur sept ont pris le large. Ayelet Shaked avait tout fait pour protéger Benjamin Netanyahou en refusant la loi qui pouvait l’empêcher de se présenter aux élections. Il est probable qu’elle sera récompensée par le Likoud mais il existe une forte opposition interne de la part de ceux qui ne lui pardonnent pas d’avoir quitté le Likoud mais surtout d’avoir sauvé l’opposition en apportant son soutien à un gouvernement de coalition.


Les députés Yamina


            Bennett a tiré ses conclusions qu’il n’a pas été un bon meneur d’hommes et surtout qu’il n’a pas su fédérer des éléments venus de toutes parts. Il n'a eu aucune autorité sur un parti non homogène constitué de personnes qui n’avaient pas trouvé grâce dans les autres partis et qui avait cherché un point de chute pour obtenir un mandat à la Knesset, en prenant ensuite leur liberté. L'idéologie était absente de leur parcours. Ce fut le cas de Amichai Chikli qui a fini par être expulsé de son parti. Yamina est devenu une coquille vide, sans leader charismatique. Ayelet Shaked est candidate pour prendre la suite mais on ne voit pas avec qui, sauf à reconfigurer à nouveau une entité constituée de bric et de broc.

Au début de sa prise de fonction, le premier ministre Naftali Bennett était conscient des réserves de ses adversaires qui le considéraient fragile, inconsistant et dénué de charisme pour le poste auquel il a été désigné. Il était à la tête d’un parti chétif de 7 députés et pourtant Lapid lui a fait l’honneur de lui laisser sa place. Il a donc cherché à acquérir une stature d’homme d’État en multipliant les voyages auprès des dirigeants internationaux. Son premier voyage officiel du 25 août 2021, pollué par les évènements d’Afghanistan, a été bien sûr auprès de l’allié américain, Joe Biden, avec qui il devait renouer des relations israélo-américaines troublées après les épisodes du gouvernement Netanyahou. Bennett voulait créer un lien positif et sans intermédiaire entre lui-même et le président américain. Les deux parties voulaient prouver que la relation américano-israélienne était sur la bonne voie après l'ère Netanyahou et surtout l’ère Trump. Certains ont raillé la courte durée de la première réunion en tête-à-tête de 50 minutes, mais elle s’est exceptionnellement déroulée autour d'un thé dans la salle à manger privée de Biden à côté du bureau ovale.

Bennett avec Biden


Avant cette réunion, le 8 juillet, Naftali Bennett avait secrètement rencontré le roi Abdallah II dans son palais d'Amman pour assainir les relations tendues entre la Jordanie et Israël. À cette occasion, il avait donné son accord pour la vente de 50 millions de mètres cubes d'eau supplémentaires à la Jordanie. Il s’agit de la plus grande vente d'eau d'Israël à la Jordanie depuis le traité de paix, qui prévoit une allocation automatique de 55 millions de mètres cubes d'eau sur une base annuelle.

            Aussitôt après, la visite en Égypte le 13 septembre s’imposait auprès du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi tandis que l’opposition fustigeait cette rencontre qui intervenait en plein trouble avec Gaza et sur fond d’attentat au couteau à la gare routière centrale de Jérusalem. Bennett a eu droit au tapis rouge dans l'enceinte présidentielle de la station balnéaire de Sharm al-Sheikh, dans le Sinaï, pour une réunion chaleureuse et amicale. Les symboles étant importants avec les pays arabes. D’une part, le drapeau israélien flottait juste à côté du drapeau égyptien ; d’autre part la réunion a duré plus de trois heures pour permettre aux deux dirigeants de se connaitre. L’ancien premier ministre Netanyahou n’a jamais connu de tels égards de la part des Égyptiens et il ne semble pas qu’il n’y ait jamais eu de relation profonde entre eux. Le bilan de ces deux visites a été impressionnant pour un dirigeant novice qui a réussi à se forger une réputation d'homme d'État.



            En fait Bennett a toujours été sous la tutelle de Lapid. En effet la visite avait été en fait préparée le 12 septembre par le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid qui avait présenté un plan pour améliorer la vie des Gazaouis, leur offrant des mesures de réhabilitation économique en échange du calme à la frontière et de l'arrêt du renforcement militaire du Hamas.

De même, de hauts responsables israéliens dirigés par le ministre de la Défense Benny Gantz avaient ouvert un canal de communication direct avec Mahmoud Abbas sur la base de réunions personnelles et d'appels téléphoniques. Bennett, premier ministre de droite, a été contraint de suivre le mouvement. En revanche, les membres de droite du gouvernement, y compris le ministre de la Justice Gideon Saar, n’ont pas pris part au débat dans une sorte d’opposition silencieuse. La Droite a condamné Bennett pour avoir rompu ses promesses et pour n'avoir pas attaqué le Hamas, malgré les roquettes tirées de Gaza sur Israël. Elle n'ignorait pas que le premier ministre ne voulait pas saboter sa réunion avec Al Sissi.

Netanyahou avait trouvé l’occasion d’intervenir pour fustiger Bennett : «Dans son effort pour offrir plus de cadeaux gratuits aux Palestiniens et pour remettre la question palestinienne à l'ordre du jour international. Le gouvernement ne parvient pas à gérer la crise des coronavirus et l'État est affaibli, sur le plan stratégique et sécuritaire». C’était de bonne guerre pour le chef de l’opposition.



La compétition était rude entre Bennett et son alliée fidèle, la numéro-2 de Yamina. Les relations entre ces deux dirigeants ont toujours été conflictuelles dans le cadre d’une concurrence pour le leadership du parti. Il n’existait aucune compréhension entre eux. La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked s'opposait sans arrêt à Bennett ainsi lorsqu'elle s’était attaquée violemment à Mahmoud Abbas après la rencontre de Bennett avec Sissi. Elle avait déclaré à la Conférence internationale sur la guerre contre le terrorisme à l'Université Reichman : «En ce qui concerne Abbas, mon opinion est bien connue. Cela n'a pas changé. Abbas verse de l'argent aux terroristes qui assassinent des Juifs. Il poursuit des soldats et des commandants de Tsahal à La Haye et n'est donc pas un partenaire. Le Premier ministre n'a pas l'intention de le rencontrer». Mais Abbas n’en a pas tenu compte puisqu’il a ignoré le premier ministre en discutant avec les deux pointures politiques de la coalition, Yaïr Lapid et Benny Gantz. La conclusion était évidente ; le premier ministre doit être issu d’un parti disposant de plusieurs députés sinon il perd de sa crédibilité.

En fait Bennett avait peaufiné sa stature internationale tandis qu’il avait confié à Shaked le rôle de maintenir sa base électorale à droite en adoptant une ligne dure. Mais dans son habit de premier ministre, il avait renoncé ouvertement à certains idéaux pour se maintenir au pouvoir. Il a cependant réussi sur le plan international puisque Naftali Bennett a été choisi comme l'une des «100 personnes les plus influentes de 2021» par Time Magazine. Il a tiré les conclusions qu’une défaite de son camp était prévisible et il a préféré tirer sa révérence. Il laisse son parti croupion entre les mains d’Ayelet Shaked qui aura beaucoup de mal à faire revivre une entité déjà dans le coma. Son échec d'interdire le retour de Netanyahou au pouvoir a été total.

6 commentaires:

frenkel david a dit…

Selon le Talmud la destruction du second temple et le "Galouth" ont été provoqués par le "Sinath chinam", la haine gratuite des juifs entre eux. L'Histoire n'est-il pas en train de se répéter ? Le "Rak lo Bibi",cette haine gratuite, ne va-t-elle pas plonger tout l’État d'Israël dans la catastrophe ? A l'heure où une cinquième colonne, sous la forme d'arabes israéliens voulant y créer un État palestinien se fait de plus en plus jour en Israël, on peut se demander si l'on ne s'achemine pas vers l'anéantissement de l’État juif.

Georges Kabi a dit…

Je suis etonne, M.Frenkel que vous puissiez mettre en parallele le "tout sauf Bibi" et la "haine gratuite". Bibi a faut tout pour meriter cette repulsion que tous les gens honnetes en Israel (il y en a encore) face a ses efforts pour se faire gracier ou mieux innocenter dans des histoires de pots-de-vin et corruption en mettant en danger l'Etat d'Israel.
Je ne hais personne, je n'aime pas le style de certains politiciens. Ils pourraient ameliorer leur vocbulaire et etre moins agressif. Appelez vous cela de la Haine Gratuite?

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

À Frenkel David : La raison de la destruction du second Temple et de la Galout donnée par le Talmud est FAUSSE. En effet, LA BIBLE nous dit ceci (je vais résumer chronologiquement les faits) :

Il y a 2000 ans, il y avait un sacrificateur nommé Zacharie. Sa femme, descendante d’Aaron, s'appelait Elisabeth et était stérile. Ils étaient avancés en âge. Or «pendant que Zacharie s'acquittait de ses fonctions devant Dieu (…) un ange du Seigneur lui apparut (…) et dit : Ne crains point, ta prière a été exaucée. Ta femme t'enfantera un fils que tu appelleras Jean (ce sera «Jean baptiste»).» (Luc 1). Peu de temps après, Elisabeth tombe enceinte.
6 mois après, Marie, jeune juive fiancée à Joseph, reçoit également la visite d’un ange qui lui annonce qu’elle va être enceinte. Marie l’interroge. L'ange lui répond : «Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’EST POURQUOI le SAINT enfant qui naîtra de toi sera appelé FILS DE DIEU. Voici, Elisabeth, TA PARENTE, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse...»
Joseph, au courant de rien, projette de rompre avec Marie. Or «comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe et dit : Joseph, descendant de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie car l'enfant qu'elle a conçu vient du SAINT-ESPRIT ; elle enfantera un fils que tu appelleras JESUS ; c'est lui qui SAUVERA son peuple de SES PECHES.» (Matthieu-Levi 1)
Au terme de sa grossesse, conformément aux prophéties, Elisabeth accouche d’un garçon que Zacharie nomme Jean et «Zacharie fut rempli du Saint-Esprit, et il prophétisa en ces mots : Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'il a VISITE et racheté son peuple, et nous a suscité un puissant SAUVEUR dans la maison de DAVID, son serviteur...» [cette prophétie concerne donc JESUS, en gestation dans le ventre de Marie, car Zacharie est de Levi et non pas de Juda]. Puis Zacharie s’adresse à son fils : «Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; Car tu marcheras devant la face du Seigneur pour PREPARER ses voies afin de donner à son peuple LA CONNAISSANCE DU SALUT PAR LE PARDON DE SES PECHES, grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, en vertu de laquelle le soleil levant nous a VISITES d'en haut, pour éclairer (…) pour diriger nos pas dans le chemin de la PAIX». Effectivement Jean Baptiste prophétisera de Jésus : «Voici l’AGNEAU de DIEU qui ôte le péché du monde» (Jean 1).

3 mois après, Marie accouche de Jésus. Jésus grandit et entre dans son ministère de salut, manifestant les œuvres et prodiges par la puissance DIVINE, pardonnant les péchés de tous ceux qui viennent à lui, repentants et reconnaissants…

A la fin de sa mission terrestre, Jésus fait son entrée à Jérusalem sur un ânon : «Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit : Si toi aussi, au moins en ce jour qui t'est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à TA PAIX ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t'environneront de tranchées, t'enfermeront, et te serreront de toutes parts ; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, PARCE QUE tu n'as pas connu le temps où tu as été VISITEE.» (Luc 19)
Puis Jésus va mourir en se donnant en SACRIFICE pour l’expiation et la purification de nos péchés, ressusciter, monter au Ciel et, du Ciel, envoyer l’Esprit-Saint sur la terre et sur ses disciples… En l’an 70, conformément à ses prophéties, le Temple et Jérusalem sont détruits, et les Juifs dispersés (Galout) PARCE QUE… ils n’ont pas connu le temps où ils ont été VISITES.

Israël est de retour dans son pays, donc de retour aussi le temps de la VISITATION divine, temps où les Juifs sont appelés à se repentir et à CROIRE de tout leur coeur que JESUS est leur Messie qui a versé son sang à Golgotha pour le pardon de leurs péchés...

Yaakov NEEMAN a dit…

...@à l’intention de Mme Ingrid I-A : Nous vous avons déjà expliqué qu'au moment de la destruction du Deuxième Temple, la situation spirituelle du monde se présentait comme suit : d'un côté un peuple juif attaché au D.ieu unique, mais ne cherchant pas à répandre leur foi -- et de l'autre des peuples en proie aux polythéismes les plus variés. Le Créateur, qui aime Ses créatures, s’est demandé : « Comment vais-je les rapprocher de Moi [qui suis l’Unique] ? Pas question de laisser le monde dans cet état ! » Voici ce qu’Il fit : d’un côté, en contraignant Son peuple à l’exil, il poursuivait à travers eux la diffusion planétaire de Son ineffable et difficile Unicité. De l’autre, pour sortir les nations de leurs idolâtries, le Maître de l'Histoire a alors envoyé Jésus, avec pour objectif d’épurer leurs multiples et fausses croyances en popularisant une approche TRINITAIRE du divin (le père, le fils et le saint-esprit). Et cela, il l’a réussi. Maintenant, après ces deux mille et quelques dernières années, le défi du monde, qui concerne autant le peuple juif que les autres, c'est de passer à une compréhension UNITAIRE de la divinité. Jésus a fait son job. D’ailleurs, seul un juif pouvait faire ce job. Il ne fait pas de doute qu'il aura participé au dévoilement de la divinité dans le monde, mais aujourd’hui sa mission s'arrête là. Rester attaché à lui, c'est bloquer la nécessaire révélation de l'Unité de D.ieu, laquelle est inéluctable. La difficulté est que nous sommes, nous les juifs, invités à être les moteurs de cette dynamique. Et ce n'est pas facile : l'Autre Côté multiplie les tentations et les initiatives pour nous en détourner…

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

À M. Yaakov N. : Je ne sais pas sur quoi vous vous basez pour vos explications mais il est clair que ce n’est pas sur la Bible car dans la Bible, la destruction du Temple (1er et 2nd) et les exils du peuple d’Israël ont toujours été dus à la désobéissance de ce dernier à la loi divine. En effet :

* Pour ce qui concerne le 1er Temple, voici ce que la mise en garde divine à Salomon nous laisse entendre : «Mais si vous vous détournez, si vous abandonnez mes lois et mes commandements que je vous ai prescrits, et si vous allez servir d'autres dieux et vous prosterner devant eux [égal polythéisme et idolâtrie], je vous arracherai de mon pays que je vous ai donné, je rejetterai loin de moi cette Maison (le Temple) que j'ai consacrée à mon nom, et j'en ferai un sujet de sarcasme et de raillerie parmi tous les peuples.» (2 Chroniques 7, 19-20)
Ici, Dieu parle à Israël qu’il met en garde contre la transgression de la Loi (égal péché), et aussi contre le polythéisme et l’idolâtrie dont les conséquences seraient la dispersion du peuple et la destruction du Temple. Par conséquent, il ne fait aucun doute que la Galout et la destruction du Temple sont les effets de la cause «péchés d’Israël». Ce dont la suite de l’histoire témoigne où Dieu a fait preuve de patience «JUSQU’A ce que la colère de l'Eternel contre son peuple devînt sans remède. ALORS l'Eternel fit monter contre eux le roi des Chaldéens (...) il livra tout entre ses mains. Nebucadnetsar emporta à Babylone tous les ustensiles de la Maison de Dieu (...) Ils BRÛLERENT LA MAISON DE DIEU, ils démolirent les murailles de Jérusalem, ils livrèrent au feu tous ses palais et détruisirent tous les objets précieux. Nebucadnetsar EMMENA CAPTIFS à Babylone ceux qui échappèrent à l'épée...» (2 Chroniques 36, 16-20)

Après le retour du peuple, et la reconstruction du Temple de Jérusalem...
* Pour ce qui concerne donc le 2nd Temple, revoici le passage de mon commentaire précédent auquel vous avez réagi : - A la fin de sa mission terrestre, Jésus fait son entrée à Jérusalem sur un ânon et - «comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit (…) Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t'environneront de tranchées, t'enfermeront, et te serreront de toutes parts ; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre PARCE QUE tu n'as pas connu le temps où tu as été VISITEE.» (Luc 19)

Ce qui est arrivé en l’an 70 où le Temple et Jérusalem ont été détruits, et les Juifs dispersés.

Dieu, par JESUS, avait VISITE Israël avec la manifestation extraordinaire de miracles et de prodiges de toutes sortes mais Israël n’a PAS CRU. Or voici ce qu’a dit Jésus : «Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme (lui-même, Jésus) soit élevé (crucifixion), afin que quiconque CROIT en lui ait la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique AFIN que quiconque CROIT en lui ne périsse point mais qu'il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n'a pas ENVOYE son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais POUR que le monde soit SAUVE par lui...» (Jean 3, 14-19)

L’objectif du «Maître de l’Histoire» était d’ÔTER les péchés d’Israël au moyen de son Fils et Messie donné en sacrifice expiatoire à la croix de Golgotha. Or, pour recevoir le pardon divin, Israël devait CROIRE que Jésus était bien le Messie d’Israël, Sauveur et Rédempteur, envoyé par Dieu dans ce but, selon ce que les Ecritures nous apprennent notamment :

- Par la bouche de Saul-Paul : «Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, AFIN qu'il RACHETÂT ceux qui étaient sous la loi...» (Lettre aux Galates 4, 4) ;
et...

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

À M. Yaakov N. (suite)
et
- Par Jean : «L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, AFIN que nous vivions par lui. Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils COMME victime expiatoire POUR nos péchés.» (Première Lettre de Jean, chapitre 4).

La mission de Jésus : Non pas «épurer les multiples et fausses croyances des nations en popularisant une approche TRINITAIRE du divin» MAIS bien devenir LA VICTIME EXPIATOIRE pour premièrement SAUVER ISRAËL de ses péchés car dira Saul-Paul aux Romains : «Car je n'ai point honte de l'Evangile (égal Bonne Nouvelle) : c'est une puissance de Dieu pour LE SALUT de quiconque CROIT, du Juif PREMIEREMENT, puis du Grec (ou Non-Juif), parce qu'en lui est révélée la justice de Dieu par la FOI et pour la FOI, selon qu'il est écrit : Le juste vivra par la FOI.» (Romains 1, 16-17)

Donc c’est bien PARCE QU’Israël n’a «pas connu le temps où il a été visité», c’est-à-dire n’a PAS CRU (égal FOI) au don de Dieu pour lui pour le pardon de ses péchés qu’Israël a été dispersé et le 2nd Temple détruit. C’est ce que la Bible nous enseigne. La mission divine de Jésus ne fait aucun doute : SAUVER ISRAËL DE SES PECHES au moyen de la FOI de ce dernier en son œuvre expiatrice.

Par ailleurs, la foi en Jésus n’est en rien une atteinte à l’UNICITE du Dieu de la Bible, Dieu d’Israël puisque Jésus est ISSU de Dieu, a été TIRE de Dieu, comme l’a fait savoir l’ange Gabriel à Marie : «Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’EST POURQUOI le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé FILS DE DIEU», ce que Jésus rappelle avant sa mort dans sa prière à Dieu qui en dit long à ce sujet : «Père, l'heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu'il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. (…) Je t'ai glorifié sur la terre, j'ai achevé l'oeuvre que tu m'as donnée à faire. Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de LA GLOIRE QUE J’AVAIS AUPRES DE TOI AVANT que le monde fût (l’origine de Jésus remonte à l’Eternité !). J'ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m'as donnés du milieu du monde (...) et ils ont vraiment CONNU que je suis SORTI DE TOI, et ils ont CRU que tu m'as envoyé. (…) Ce n'est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que

tous soient UN, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient UN en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient UN comme nous sommes UN,- moi en eux, et toi en moi,- afin qu'ils soient parfaitement UN...» (Jean 17, 20-26)

Par rapport à tout ceci, pour finir, je dirai juste : ce n’est pas le fait de rester attaché à Jésus qui bloque la révélation mais, au contraire, celui d’être INCREDULE à son sujet. Or il faut savoir que l’INCREDULITE au sujet de Jésus est un PECHE CONTRE Dieu. En effet, voici ce que Jésus a dit à ses disciples avant d’aller à la crucifixion : «Maintenant je m'en vais vers celui qui m'a envoyé (…) Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur (l’ESPRIT-SAINT) ne viendra pas vers vous ; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai. Et quand il sera venu, IL CONVAINCRA le monde en ce qui concerne LE PECHE, la justice, et le jugement : en ce qui concerne le péché, PARCE QU'ils ne croient pas en moi...» (Jean 16, 5-11).
Donc convaincre une personne de croire en Jésus appartient uniquement au Saint-Esprit de Dieu qui est sur la terre et dont c’est le «job», à condition bien entendu que la personne à convaincre veuille vraiment connaître LA VERITE DIVINE...