LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

samedi 25 septembre 2021

Pragmatisme par Claude MEILLET

 

 

PRAGMATISME


Par Claude MEILLET


       Le choc provenait d’une rencontre. Celle d’une statistique et d’une opinion. La première, récente, indiquant qu’en 2011, 30% des moins de 18 ans en France métropolitaine ont une ascendance immigrée, dont 19% extra-européenne. Conférant donc une matérialité à une situation controversée. La seconde, dans un tout autre domaine, émise par un analyste politique, préconisant de substituer au pourrissement du statut quo du conflit israélo-palestinien, ou à l’improbabilité d’une quelconque solution politique, une démarche simplement économique et sociale. Une rencontre de ce qui m’est apparu comme deux vérités de nature différentes, mais toutes deux empiriques, évitant les idéologismes traditionnels.





Son vieux copain, tirant sur son éternelle pipe, avait visiblement envie de partager avec lui, les réflexions que ce croisement d’informations avait provoquées chez lui. Intrigué tout de même, Jonathan lui resservit un café et se cala dans son fauteuil pour écouter sagement.

Pour commencer, son ami mit bout à bout deux aphorismes pour éclairer son propos. «La statistique est la forme suprême du mensonge» et «Le contraire de la vérité n’est pas le mensonge mais la conviction» selon Nietzsche. Il prenait donc le chiffre des Français de moins de 18 ans avec le recul nécessaire. Mais il lui permettait cependant de rompre avec la dénégation qu’il opposait jusque-là automatiquement, et à vrai dire idéologiquement, à la dimension prise par l’immigration dans la population du pays. Jusque-là, sa conviction intime l’entraînait trop loin d’une certaine vérité. Tout comme, inversement, une conviction de nature idéologique ou phantasmagorique tirait la réalité vers la dénonciation du «grand remplacement». Une réalité mise à mal par des démographes et des statisticiens. Qui, relativement à l’évolution de la population globale, et comparativement avec des pays voisins européens, retoque cette notion comme abusive sinon fausse.

Stimulé par l’interrogation de Jonathan, quant au conflit quasi centenaire entre Israël et les Palestiniens, après deux bouffées de pipe régénératrices, la démonstration reprit. Fatigue, habituation, résignation, le statut quo a pris rang de solution pour une majorité d’Israéliens. En dépit même du terrorisme contestataire à Gaza. Conforté par le support de facto du pouvoir politique palestinien. Un acquiescement donc partagé de la perpétuation d’une «guerre de cent ans» moyen-orientale. Troublé plus ou moins périodiquement par des idéologues des deux bords. Ceux du Grand Israël et ceux de l’anéantissement d’Israël. Une situation bloquée, qui rend illusoire au temps présent toute solution, à deux ou un État, confédérée ou séparée, locale ou régionale. Ce qui amène vers une approche résolument réaliste, pragmatique. Faire bouger les lignes par une amélioration active économique et sociale, sur le terrain, dans les territoires et à Gaza. Démarrant un rééquilibrage et initiant une nouvelle confiance, fierté, croyance.

Stimulé une nouvelle fois par un sourire de Jonathan qu’il interpréta comme l’expression d’un scepticisme amical, le fumeur de pipe passa, comme il dit, «la surmultipliée». La rapidité, la profondeur et la complexité de changement du monde renforcent l’impact des idéologies. Leur radicalisme simplifie et rassure. En même temps qu’elles provoquent l’affrontement de vérités antagonistes, au lieu d’une recherche de l’établissement d’une vérité commune.  Plus difficile à atteindre. Alors, soyons cartésiens. «Conduire nos pensées par ordre. Décomposons les difficultés en parcelles». Aller du plus simple au plus complexe. Soyons pragmatiques. Tentons d’éviter la peur comme l’inconséquence. Objectivons la connaissance des faits historiques, géographiques, religieux, générationnels et des chiffres concernant l’immigration en France. Objectivons la connaissance des réalités économique, sociale, culturelle, religieuse, géographique, militaire, à Gaza et en Cisjordanie.

Et à partir de vérités établies aux différents niveaux, dans un cas comme dans l’autre, commençons par le plus facilement opérationnel. Dans une démarche non pas imposée mais concertée, partagée. Par les acteurs de terrain. Très modestement. Jouer localement, puis régionalement sur les facteurs d’intégration les plus simples à mettre en place. Déterminer, là aussi localement, les partages de compétence possibles, les petites améliorations dont la somme commencera à devenir perceptible. Activer les moteurs d’évolution que sont l’effort d’éducation, le tissu très dense et très efficace des associations de tous ordres. Pour obtenir que, finalement en France, une vraie politique d’intégration, se dessine d’elle-même. Gommant des écarts culturels trop tôt jugés insurmontables. Pour générer une évolution souterraine dans la situation israélo-palestinienne, qui peu à peu génère une révolution mentale, puis politique…….

Je suis passé, comme tu le vois, conclut l’homme à la pipe, du ‘’wishful thinking au wishful acting». Prévenant ainsi ce qu’il pressentait de la réaction de Jonathan. Lequel, bon prince, reconnut qu’il préférait de très loin aux whishful imprécations d’Ayatollahs d’idéologies variables, le wishful du pragmatisme ainsi exposé.

Se demandant par ailleurs si dans ses bouffées de pipe, ne se cachaient pas, sous le choc de la rencontre initiale, furtivement, des bouffées d’optimisme trop longtemps réprimées.

 

3 commentaires:

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Oui, Jonathan ! Soyons pragmatiques. Voici donc :
Au coeur de Jérusalem, il existe un édifice doré construit au 7ième siècle sur le Mont du Temple. Cet édifice, connu sous le nom de «Dôme du Rocher» (Qubbat As-Sakhrah), est un sanctuaire religieux voué à allah, le dieu de l'islam et du coran. Or sur la terre d'Israël, l'islam n’ayant rien à voir du tout avec l’enseignement BIBLIQUE du DIEU de la BIBLE, Dieu d’ISRAËL (on est d’accord sur ce point-là Jonathan ?), il devient évident qu’allah n’est ni plus ni moins qu'une divinité étrangère. Par conséquent, le Dôme du Rocher, lieu de culte étranger en Israël, est-il précisément ce que la Bible appelle un HAUT-LIEU. Or, à propos des hauts-lieux et cultes étrangers, voici ce que DIEU dit à ISRAËL, à l’époque où il allait entrer dans la Terre Promise :

«L’Eternel parla à Moïse dans les plaines de Moab près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho.
Il dit : Parle aux fils d’Israël, et tu leur diras : Lorsque vous aurez passé le Jourdain (pour entrer) dans le pays de Canaan, vous déposséderez devant vous tous les habitants du pays, vous ferez disparaître toutes leurs idoles de pierre, vous ferez disparaître toutes leurs images en métal fondu et vous détruirez tous leurs HAUTS-LIEUX. Vous prendrez possession du pays et vous vous y établirez ; car je vous ai donné le pays pour qu’il soit votre propriété. (…) Mais si vous ne dépossédez pas devant vous les habitants du pays, ceux d’entre eux que vous laisserez seront comme des ECHARDES dans vos YEUX et des AIGUILLONS dans vos CÔTéS, ils seront vos ADVERSAIRES dans le pays où vous allez vous établir.» (Torah, Nombres 33, 50-55)
«Tels sont les commandements et les ordonnances que l’Eternel donna par l’intermédiaire de Moïse aux Israélites, dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho.» (Nombres 36, 13)
Un autre passage dans le même sens se trouve en Juges 2, 1 à 3, et ailleurs encore.

Nota bene : Les Cananéens de l’époque ne sont absolument pas les Palestiniens d’aujourd’hui qui, quant à eux, n’ont rien à voir non plus avec les Philistins antiques qui, pour leur part, venaient de la Crète (Kaphtor) et occupaient la bande de Gaza.

En OBSERVANT ce qui se passait à cette époque, nous voyons de toute évidence que, sur le sol d’Israël, Dieu établit clairement et incontestablement UN LIEN DE CAUSE A EFFET entre la présence de HAUTS-LIEUX et les CONFLITS DE TERRITOIRES qui existent entre les populations liées à ces hauts-lieux et les autochtones, savoir les Juifs.

À noter que les positions territoriales tenues par ces populations idolâtres étaient principalement : les YEUX (au niveau donc de la TÊTE égal CAPITALE égal JERUSALEM) et les CÔTéS (bande de Gaza…).

Par conséquent, d’après la Bible, la CAUSE du conflit actuel palestino-israélien, qui dure et perdure, étant SPIRITuelle (Dôme du Rocher par conséquent allah), ce conflit qui en est son EFFET direct n’est ni plus ni moins qu’également SPIRITuel. Alors on peut déduire que si la cause ET l'effet sont d'ordre SPIRITuel, LA SOLUTION, quant à elle, ne pourra qu'être d'ordre SPIRITuel également.
Ainsi vouloir régler ce conflit de manière économique et sociale n’a finalement rien de pragmatique mais tout de vain SI le paramètre SPIRITuel «DIEU D’ISRAËL», et son conseil, n’est pas pris en compte dès le départ dans l’équation du problème...

limone a dit…

bonjour le prosélytisme ! la bible dit a la fin des temps des nations
l'anti christ je n'aime pas trop ce terme mais bon ..
car l'anti christ est aussi anti israel donc le faux messie
ira s'assoir dans le temple se proclamera dieu lui même
je n'ose même imaginer 1 seconde que le faux messie
ira s'assoir dans le temple reconstruit ce n'est pas possible
comme certains le prétendent , pour le moment la mosquée est là
ils sont assis là c'est eux les patrons, dieu la prévu ainsi ..
donc je pense qu'il faudra attendre encore un peu


limone a dit…

le spirituel a rien a voir avec le conflit israel palestine
la torah et une loi morale et sainte pour le peuple juif
ensuite pour ceux des nations au travers du messie par l'esprit pour
ceux qui y croient, quelle rapport avec la loi et le spirituel aucun
la notion du spirituel viens du mysticisme ésotérique c'est le paganisme
dans l'église dite chrétienne occidental qui a rejeter israel qu'ils ont transformer en laboratoire expérimental du saint esprit en imposant les mains sur les gens
pour des expériences divers avec d.ieu avec de la salade théologique imaginaire qui n'a
aucun fondement, quelle rapport entre le spirituel
et la loi sainte et morale de d.ieu aucun. ces choses se font dans l'église
charismatique surtout évangélique et pas mal chez les cathos maintenant
ces gens sont des malades mentaux ils sont en grave danger ils pensent pouvoir
régler touts les problèmes que par le spirituel et l'esprit c'est de la pur folie
il faut la loi de d.ieu un gouvernement une armée une économie donc une nation stable et équilibrer pour vaincre surtout garder les pieds sur terre il n'y a vraiment aucun rapport entre le spirituel et la loi de d.ieu