LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 5 octobre 2021

Islamitude par Claude MEILLET

 

ISLAMITUDE


Par Claude MEILLET

               

Mosquée


Comme si les cataclysmes climatiques et écologiques, la pandémie à répétition, les abysses des déficits financiers publiques, l’enracinement du terrorisme, des multiples guerres et massacres, l’accroissement des inégalités, l’infection des réseaux sociaux, les cyber-attentats, les dérives du capitalisme et les vacillements de la démocratie…ne suffisaient pas ! A ce tableau à la Prévert, où ne manquaient que les ratons-laveurs, voilà qu’un ovni médiatico-politique ajoute une lancinante litanie sur le «Grand Remplacement» musulman.  Dans une France grande ouverte, dans une Europe inconsciente. Et, pourquoi pas, dans un monde désarmé.





En partie, vrai, confirma son ami Ahmed, prof sociologue à l’université d’Aix-Marseille. En précisant que le renouveau de l’islam était d’autant plus visible que sa pointe islamiste prenait forme violente. Par opposition à la propagation de l’Évangélisme, beaucoup plus conquérant, car beaucoup moins douloureux, car beaucoup plus subtil. Précisant en outre que l’exploitation du phénomène dans le champ politique en France, en plein bouillonnement présidentiel, se voyait surtout magnifié par un univers médiatique, fasciné par «ce serpent qui siffle sur nos têtes».

Démêle-moi donc le vrai du faux, relança Jonathan, tout ouïe. Tu as une demi-heure, avant que mon dentiste ne m’arrache la tête. Pour rentrer dans les clous, le prof annonça centrer l’éclairage sur le phénomène et sur son exploitation. Il y a d’abord la réalité qualitative. L’islam. La religion des musulmans. Qui, dans son esprit et dans sa forme n’est effectivement pas, naturellement, adaptable aux caractéristiques de la civilisation occidentale. La soumission contre la liberté. L’ensemble contre l’individu. Politique contre privé. Puis la réalité quantitative.

Les chiffres. Le dérapage commence ici. Nombres d’étrangers (venus de ces pays aux noms effrayants, Maghreb, Afrique noire), entrés en France les quatre dernières années, fraude sociale, pourcentage de retraités…tout est sourcé. Mais sur des sources, pur hasard, réputées d’extrême droite, et un dénombrement systématiquement surgonflé. Imposant le CQFD et encourageant la peur.  Il y a aussi, la réalité de terrain. Celle, mise en exergue, des quartiers, disséminés sur le territoire, devenus sous contrôle combiné de la loi islamique et de la drogue et du banditisme. Celle d’une proportion importante prise dans l’insécurité, la violence nationales. Celle de l’anti israélisme/sémitisme proclamé.

Par rapport à cette situation, un triple constat. La démission a ouvert la voie à la démagogie. Démission des autorités publiques de tous bords. Qui dénoncent en boucle les effets, sans jamais analyser et traiter réellement les causes, sociales, économiques, culturelles, urbanistiques, éducatives. Mystère. Peur, incompétence, aveuglement ? Vide stratégique en tout cas, devant lequel s’engouffre, à la hache, notre ovni. Renvoi de masse, arrêt total d’immigration, fourches caudines de la loi, rien que la loi. Jusqu’à, pourquoi s’en priver, l’abolition de la peine de mort. Distillant ainsi, en boucle, un discours qu’il sait entrer en résonnance réjouissante avec un public franchement réactionnaire, éventuellement autoritaire, vaguement raciste.

La distorsion annihile la vérité. La pointe de l’islamisme radical dissimule l’iceberg de l’islam traditionnel. La vraie majorité musulmane ne se reconnaît pas dans la carricature faite d’elle. Elle travaille, apprend, éduque, participe. Dans l’effort, la durée, la lutte. Enfin et surtout.  L’ovni, pour reprendre l’expression fabusienne éculée, apporte les plus mauvaises réponses à un vrai problème. L’assimilation proposée vaut dissolution. Car elle veut l’abandon identitaire d’une population. Les Arabes en France, doivent devenir des Français descendants de Clovis. Alors que les difficultés qualitative, quantitative, de terrain, ramenées à leurs vraies proportions, relèvent d’une thérapie non plus punitive et de rétorsion. Mais, après la reconnaissance de leur réalité, d’une politique participative, d’éducation, de formation culturelle et linguistique, d’investissement et d’accompagnement économique, d’épurement des traditions, de mise à mort des filières mafieuses, de reconquête des quartiers perdus, de planification du court au long terme. Pour finir par apporter au pays, l’enrichissement d’une culture différente, d’un dynamisme particulier.



Il te reste un quart d’heure, scanda Jonathan, faussement sévère. Alors foin du phénomène, droit à son exploitation, répondit Ahmed. Fort de son accaparement du sujet de la place des musulmans et de l’islam en France, de l’engouement médiatique, de sa qualité de «débateur», de l’étalage d’une relative culture historique, du support d’une organisation plus ou moins occulte, notre ovni, puisqu’il s’agit de lui, ne se sent plus de joie. Il ouvre un large bec et…. Non, ne laisse pas tomber sa proie. Il saisit un plus grand fromage encore. Celui de la priorisation. Aucun besoin de s’intéresser à «voir plus haut» : les crises, climat, nature, santé, déficit, emploi, terrorisme, capitalisme même, ni démocratie.

Au commencement, est le problème islamique. Un a priori d’une simplicité quasi biblique. Le préambule à traiter. Avant toute tentative «autre». L’exploitation en boucle de de cette exclusive filière argumentaire présente l’immense avantage de la doctrine : l’unicité fait la force. Bien sûr, il y a l’inconvénient d’une répétitivité lassante, enfantine presque. Mais il y a la pénétration de population séduites par cette simplicité. D‘autant plus qu’en poussant le bouchon de la démonstration vers une logique idéologique agréable à cette population, on renforce son adhésion. Vers un maréchal Pétain, bon père de la nation et amoureux des juifs. Vers des bon Français, innocents de la rafle du Vel d’Hiv. Vers l’admiration de ces bons responsables de régimes populistes d’Europe centrale.

     La démarche atteint un point culminant quand la référence au chantre obstiné de l’apaisement et de l’unité de la nation française, le général de Gaulle, couvre une opération délibérée de fracturation de la société. Un grand bruit doit se faire entendre au cimetière de Colombey-les-deux églises. Quand l’exploitation à fin électorale d’une difficulté singulière, abolit le traitement de tous les autres. Et conduit à l’affrontement d’une France contre une autre.

Quatre minutes, pour une conclusion, ça te convient ? demanda Jonathan, semi sonné, semi rieur. La suite vint en rafale. On parle d’Ahmed, de Mohamed, n’en déplaise à d’autres, d’Aïcha, comme de Jonathan, de Pierre ou de Jeanne. C’est-à-dire d’êtres humains. D’histoires particulières. Pas exclusivement de l’Histoire. Arbitraire et sanglante. Renvoyer, interdire le regroupement familial, c’est toujours de quelqu’un de vivant. Qui mérite mieux qu’un traitement automatisé d’une mécanique politique. Il s’agit bien d’un test civilisationnel. Non pas de celui dont notre ovni se fait le héraut. Non celui de l’invasion conquérante contre la nation établie. Celui de l’ouverture maîtrisée contre le repli racisant.

Une conclusion qui vaut bien un fromage, revendiqua Ahmed, espérant qu’un peu plus tard, l’ovni s’apercevra qu’on ne le prendra pas. 

 

10 commentaires:

Véronique Allouche a dit…

A la question de Ruth Elkrief : Êtes-vous républicain Monsieur Zemmour? Sa réponse fut (je cite de mémoire) « je suis français avant tout , on peut être royaliste, communiste ou républicain , moi je suis français d’abord. » un peu plus il aurait entamé l’air de Maréchal nous voilà.
Il est inquiétant parce qu’il dit des vérités en exagérant à souhait la réalité.
Il est inquiétant parce que dans son flot de paroles assénées comme une litanie il fait un constat éminemment sectaire et partial d’une situation certes compliquée mais qui demande une autre approche que de jouer sur les peurs et la haine.
Il est inquiétant parce qu’il veut abolir la loi Pleven, toutes opinions racistes ne seraient plus un délit.
Pour autant il a un certain mérite puisque ses outrances ont l’air d’avoir réveillé quelque peu le gouvernement qui durcit drastiquement l’octroi des visas des pays du Maghreb.
Entre laxisme et idées extrêmes il y a une marge qu’il est largement temps de combler pour ne pas laisser place à ce discours nauséabond.
Bien à vous.

davidex a dit…

https://goldnadel.tv/france/yves-mamou-ce-que-j-ai-dit-aux-elus-lr-sur-le-s?autoplay=true&mode=video

Lui est un OVNI, vous êtes sur une autre planète.

Jonathan a dit…

Véronique, tout-à-vous, d'une autre planète

davidex a dit…

Parce-que "Maréchal nous voilà" n'est pas nauséabond ?

Véronique Allouche a dit…

@davidex
Quand Zemmour aligne sur un même plan les victimes de Toulouse et l’assassin qui leur a ôté leur vie on peut se poser des questions sur le personnage que dépeint très bien Claude Meillet en le nommant l’ovni. Quand ce même Zemmour certifie que Pétain a sauvé les juifs français de l’extermination alors que c’est une aberration totale on est en droit de le juger nauséabond.
Ce faiseur de haine et de peur méconnaît l’Histoire mais pire encore, il méconnaît sa propre Histoire.

davidex a dit…


@ Véronique

Vos mots déforment et cela suffit pour soulever le coeur. Zemmour est beaucoup plus nuancé. Il ne fait ni l'apologie de Pétain ni un alignement victimes/bourreau. C'est un homme intègre et trop intelligent pour entrer dans le moule où tous ses détracteurs veulent l'enfermer.
Je ne le suis pas sur bien des points se rapportant à Israël et au Judaïsme. Je suis déconcerté par sa façon de se tirer plus qu'une balle dans les pieds mais à la difference de bien de Juifs de cour, je me dis qu'il n'y a pas urgence à tirer des conclusions,
1 : parce que son point de vue n'est que l'expression d'une mise en équation de données intellectuelles où l'inconnu est tout sauf nauséabond.
2 : Il suffit de se pencher sur la façon dont le politiquement correct s'accroche à la polémique des prénoms, faisant ainsi écran à l'essentiel, pour ouvrir les yeux sur ce qui leur manque le plus : le courage.

M. Onfray accuse Eric Zemmour de vouloir renvoyer tous les Arabes hors de France. C'est un mensonge éhonté. Seriez-vous prête à dénoncer cette malhonnêteté ou bien considérez-vous que tout ce qui rentre fait ventre ?

Se poser des questions oui, mais pas seulement en regardant du côté qui plaît le plus à l'oeil.

Ce faiseur de haine et de peur n'a pas encore réussi à me faire trembler. C'est son côté OVNI qui me subjugue le plus.


Véronique Allouche a dit…

@davidex
J’ai un remède pour vous désenvouter de l’ovni, il suffit de lire ces lignes dans son dernier livre :
« Assassins ou innocents, bourreaux ou victimes, ennemis ou amis, ils voulaient bien vivre en France, faire de la garbure en France ou autre chose, mais pour ce qui est de laisser leurs os, ils ne choisissaient surtout pas la France, étrangers avant tout et voulant le rester par-delà la mort », a écrit Eric Zemmour.
Cher monsieur je vous souhaite une rapide guérison.

davidex a dit…


@ Véronique

Il y a un mieux. Vous avez évacué le 'Maréchal nous voilà' Boutade que je trouve plutôt déplacée. S'il est plus aisé de démontrer que le procès d'intention s'agissant de Pétain dépasse en gravité l'intention de Zemmour, cela ne le dédouane pas pour autant sur le plan du respect de nos morts. Idem pour votre ordonnance, si je n'ai rien à redire sur le remède que vous me proposez, je vous informe que vous ne m'avez rien appris. Oui, c'est choquant, mal venu, etc... Mais est-ce être malade de relever qu'il s'en est expliqué et que, quand bien-même alambiquée, son explication de texte mérite d'être décantée avant le rameutage des loups. S'agissant d'Israël et des Juifs, je tiens par-devers moi une longue liste de griefs et j'ai déjà écrit que les Juifs n'ont rien à attendre de lui.
Mais Zemmour, ça n'est pas que ça. Tout le monde feint de l'ignorer mais pas grand monde n'est dupe. Je développerais volontiers mais je sais qu"il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Il est vrai que tellement rôdé aux merveilles de l'antisémitisme, je ne fais plus semblant de bondir pour un oui, pour un non. Je suis plus choqué par l'affaire Sarah Halimi que par les dires de tant de nos compatriotes qui haîssent le Juif qu'ils ont dans la peau. Juste que, pour vous retourner le compliment, mon diagnostic à moi, c'est le deni. Vous et l'auteur de l'article avez du chemin à faire pour affronter le réel. C'est tellement courageux d'hurler avec les extra-terrestres, chère Madame.

Elie BENICHOU a dit…

Je souscrit à ce que dit Davidex. On peut penser ce que l’on veut de Zemmour. Il y a du très très bon, du bon et du bcp moins bon (je le concède). Mais, je pense que nos frères Juifs qui ont eu à souffrir (et certains continuent à souffrir hélas) en banlieue d’agressions, de menaces, d’insultes, de tags, de dégradations de domicile ou véhicules etc... tout ça parce que Juifs, et dont les auteurs sont à 100% issus de cette immigration musulmane folle que la France a accueilli à bras ouvert depuis plus de 30 ans. Et dont une large frange sombre dans l’islamisme. Et bien je pense que ces coreligionnaires là doivent se dire ces jours ci : « enfin la France se réveille ». Et de plus en plus de Français le pensent aussi, manifestement. Enfin quelqu’un qui se lève et dit tout haut ce qu’une écrasante majorité de gens pensent tout bas. Et n’osent rien dire par peur des remontrances et censure de la bien-pensance gaucho-bobo qu’on nous serine à longueur de journée dans les médias ce qu’il faut penser. Et voir ensemble la Droite qui nous a trahi et Mme Le Pen, se liquéfier... et bien ça, voyez-vous, Mme Allouche,,. C’est jubilatoire !!

Jonathan a dit…

Véronique, Désolé d'avoir donné l'impression de vous avoir abandonné en rase de votre campagne contre vos très patriotes, très militants, très juifs, contradicteurs. Je découvre cet affrontement. C'est un classique. Ceux qui savent et qui osent contre ceux qui rêvent, qui nient et se soumettent.
Désolé encore, car aucune chance que vos arguments percent le mur de certitudes bien solidifiées. Aucune chance de montrer que la lecture juive du phénomène peut conduire la judéité dans le piège du nationalisme extrémiste franco-français. Aucune chance de démontrer que cette première énormité en cache une seconde, plus déterminante. L'exploitation du vide et du rejet du politique, obsessionnelle et exclusive, s'inscrit dans la réanimation d'une radicalité raciste, rétrograde, révisionniste.
J'orienterai au moins la volée de bois vert qui va suivre sur une autre tête que la votre.