LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

lundi 6 septembre 2021

Responsable par Claude MEILLET

RESPONSABLE

Par Claude MEILLET


 

Colons israéliens

          Parfois venait se joindre au groupe une vieille dame, souriante, malicieuse, bienveillante. Selon les jours, alerte ou un peu branlante mais toujours attentive, un peu en retrait, prenant visiblement plaisir à suivre leurs débats. A y participer aussi, parfois, émettant un avis, ou moquant des opinions trop tranchées. Ils furent tous surpris ce matin-là, de la voir arriver, avec à la main un jeu de feuilles de papier, qu’elle demanda à Jonathan de distribuer aux participants. Ce qu’il fit, bien entendu, après l’avoir aidée à s’installer auprès de lui, sans regarder le texte proposé à la lecture.




Invitée, d’un regard, à s’exprimer, elle expliqua, gênée mais volontaire. Votre dernière discussion, sur la complicité, individuelle et collective, s’est télescopée avec un sentiment de culpabilité qui devient chaque semaine chez moi, plus envahissant. Au rythme des reportages d’un journaliste, controversé pour ses opinions mais reconnu pour son professionnalisme. Il reporte, donc, dans un hebdomadaire, sur des exactions, graves et répétées, commises par des «settlers» et/ou des soldats israéliens sur des villageois palestiniens, enfants, vieux, femmes ou hommes. Or, il se trouve que j’ai personnellement subi, fui les occupants allemands en France ; que mon fils aîné m’a raconté ce qu’était l’occupation française en Algérie. Désolée de plomber ainsi votre réunion matinale. D’habitude plus guillerette. Mais, je vous rappelle, c’est vous qui avez commencé. Si Jonathan m’y autorise, je vous invite à lire deux extraits d’articles. Pour en parler ensuite.

Surpris mais intrigués, tous s’exécutèrent.

«Enchaîné, battu, attaché à un arbre : brutalement attaqué par des colons. Dans la colonie de Homesh, supposée évacuée, un Palestinien de dix ans a été pris par des colons, soumis à des abus physiques pour plus de deux heures. C’est une pratique régulière sur ce site, que le tribunal a ordonné, longtemps avant, être ouvert aux Palestiniens…Pas moins de sept assauts violents ont été documentés depuis mars 2020. A une occasion, ils ont attaqué un groupe de femmes et d’enfants, une autre fois frappé un fermier à coups de bâtons et de pierres, une troisième fois, cassé la jambe d’un berger, deux fois attaqué les maisons et les voitures à la bordure du village…..Ils ont amené cet enfant près d’un arbre, l’ont pendu par les mains, de sorte que ses jambes flottaient en l’air. Avec une autre corde ils ont attaché son corps au tronc pour environ cinq minutes. Il a ensuite senti qu’un des colons frappait ses plantes de pieds avec une barre de fer et qu’un deuxième leur appliquait quelque chose de brulant…»

«La chaleur torride n’a pas empêché Israël d’abuser les Palestiniens vivants dans la Vallée du Jourdain, de détruire leurs propriétés et leurs maigres moyens de vivre. Cette semaine, les autorités ont confisqué des précieux panneaux solaires, décimé des routes de terre et déraciné les plantations. Branchements au réseau électrique, à l’infrastructure d’accès à l’eau sont interdits. Les constructions sont interdites, le pâturage d’animaux n’est pas permis. En bref, la vie est bannie, ici. Ce dernier dimanche, par exemple, le personnel de l’administration, dans une opération conjointe avec les troupes de la Force de Défense israélienne a confisqué huit panneaux solaires dans la cour de la maison de Salim Abu T., un fermier du village lointain de Khirbet Yarza. A l’effet particulièrement drôle de ‘’stopper la destruction d’antiquités’’. Sauf qu’il n’y a rien d’amusant dans cette zone occupée du nord de la vallée, un lieu où l’apartheid règne sur chaque colline, où les implantations illégales sont d’un vert luxuriant grâce à l’eau dont elles disposent abondamment».
Implantation

 

Après leur avoir laissé le temps de lire et relire ces textes, la vieille dame justifia, de sa voix douce, son initiative. Elle savait encore, dans sa chair, ce que sont l’occupation, les occupés et les occupants. Que le dominant est dominé par sa domination. Chaque semaine, ainsi, son sentiment de responsabilité s’accroit. Ces exactions tant qu’elle les ignore, elle les permet. En son nom. Elle qui sait. Leur échange sur la complicité avait été la goutte d’eau faisant déborder son mal-être. Provoquant cette envie, irrépressible, de partager son sentiment.

Un des participants précisa immédiatement que, lui aussi, connaissait ces reportages. Qui, tous sont suivis d’un communiqué quasi standard. Justifiant pour une raison ou une autre l’intervention en réaction au non-respect d’une loi, ou d’un règlement, et annonçant une enquête en cours. Qui, autant qu’il sache, reste sans aucune suite.

Jonathan, se remémorant plus tard la discussion, passionnée, contradictoire, qui avait eu lieu, se souvint du regard, intériorisé, compréhensif, de la vielle dame, attentive aux uns et aux autres. Et comment il l’avait, lui, vu devenir vaguement désabusée, au fur et à mesure que les tenants et les opposants à l’attitude de responsabilité échangeaient leurs arguments. Jusqu’à ce qu’un éclair apparaisse dans ce regard fixe. Quand des membres du groupe lança dans la discussion, en référence à Saint-Exupéry, «Chacun est seul responsable de tous». 

21 commentaires:

Allouche Véronique a dit…

Pour que la fiction s’efface devant la réalité il faut des sources fiables. À moins d’avoir mal lu l’article, je n’en ai pas trouvées.

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Claude Meillet, votre texte me sidère littéralement tout en me laissant songeuse. À vous lire, Israël et son armée sont le méchant et le cruel et le sadique qui opprime et torture les Palestiniens dont les femmes et les enfants. Mais…
Mais avez-vous oublié qu’Israël a donné à l’époque aux Palestiniens la bande de Gaza qui pourtant lui appartenait par décret divin ? Or, de cette portion de jardin d’Eden, qu’en ont fait les Palestiniens ? Car elle est devenue quasiment un champ de ruines, mis à part peut-être ce centre commercial quelque peu huppé, vu il n’y a pas si longtemps dans un article paru sur ce site de Jacques.
Qu’est-ce que les Palestiniens ont fait de cette tranche de terre d’Israël qu’Israël leur a abandonnée dans un état absolument impeccable à l'époque (maisons et jardins, vergers, potagers...), malgré les pleurs et les cris de ceux qui, au prix de la sueur et du sang, avaient fait sortir de terre ces maisons et planté ces plantations ?
Ma question : Quel est votre camp ? Clairement.
Il y a peu, un jeune soldat Juif israélien est mort parce qu’il n’a pas tiré sur ses ennemis qui pourtant, en poussant des cris de guerre et de victoire, l’assaillaient.
Il y a peu, ce jeune soldat Juif est mort parce qu’il a voulu épargné des civils palestiniens parmi lesquels se trouvaient des enfants, civils palestiniens qui, quant à eux, n’ont pas eu ce même état d’âme que lui, et l’ont abattu à bout portant. Et après coup, ces mêmes Palestiniens ont fêté avec force joie et cris de victoire sa mort. Ils ont dansé en exultant. Et le monde entier, en dépit des apparences, a du en faire autant...
Ma question : Quel est votre camp ? Clairement.
Pourquoi n’avoir pas été inspiré par l’attitude honorable de ce jeune soldat pour en faire une histoire glorieuse du don de soi et du respect de la vie humaine, de la même manière que vous faites ici de l’histoire de ces Palestiniens de votre article un hymne au martyr palestinien ?!
Ma question : Quel est votre camp ? Et où se situe votre coeur pour que vous choisissiez délibérément de salir et de jeter le discrédit, je le ressens ainsi, sur Israël dans son ensemble, peuple et pays ? Parce que je ne pense pas que ce que vous dites ici sur les tortures infligées aux Palestiniens soit du fait de toute la population juive israélienne.
Quel est votre camp ? Et où est votre coeur ? Quand il est clairement établi que les Palestiniens, dans leur immense majorité quand même, veulent la terre d’Israël tout à eux c'est-à-dire sans partage. Mais de cela, où en est-il question dans votre article ?
Vous savez, le monde a déjà pris fait et cause pour les Palestiniens et contre Israël. Il était donc inutile d'en rajouter avec force détails sordides, et surtout d'en rajouter sans donner les références de vos sources.

Marianne ARNAUD a dit…



Il me semble qu’un article de cette teneur - incriminant sans le nommer « un journaliste controversé…mais reconnu pour son professionnalisme » - tombe sous la responsabilité d’être commenté par monsieur Benillouche lui-même, faute de quoi nous ne pourrions que comprendre qu’il cautionne ce contenu absolument révoltant, tant par le fond que par la forme.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

A tous nos lecteurs,

Notre site a pour vocation d’être ouvert à toutes les sensibilités, de droite comme de gauche, laïque ou religieuse. Nous réprouvons toute censure car nous sommes souvent victimes d’une police des idées. Nous sommes blacklistés par des médias qui considèrent détenir seuls la vérité. Parce que j’interviens sur RT France, le site financé par Poutine, on m’attribue une grande amitié avec les Russes alors que mon but est de diffuser une parole différente moins tendancieuse et moins anti-israélienne, pas forcément pour convaincre des convaincus, et auprès de lecteurs peu habitués à nous lire.

Claude Meillet nous a proposé son article avec beaucoup d’appréhension sachant qu’il allait soulever un débat au-delà des normes habituelles. Sans hésiter, nous avons accepté de le publier sachant que les chroniqueurs sont libres et responsables de leurs écrits. Notre site n’est pas la Torah et les thèses exprimées reflètent la diversité des pensées. Nous ne sommes pas la Pravda d’hier. Toute idée mérite d’être exprimée même si la majorité des chroniqueurs n’y adhère pas. C’est cela la démocratie.

Les articles sont nominativement signés et leurs auteurs, parfaitement identifiés, sont totalement responsables de leur plume. Il appartient aux lecteurs d’exprimer dans la courtoisie leur mauvaise humeur mais je m'interdit de bâillonner quiconque exprime des idées iconoclastes.

Cordialement

Jacques BENILLOUCHE a dit…

En complément à notre commentaire, il est important de préciser que notre site n’est pas financé par la publicité ni par le nombre de clics obtenus. Donc nous ne sommes pas contraints de créer le «buzz» pour exister.

Nous n’avons aucune contrainte financière qui peut nous amener à publier l’impossible. Pour nous seule l’information libre compte. Nous sommes cependant heureux de constater une progression régulière de nos lecteurs de l'ordre de 15% tous les ans, à travers tous les pays du monde.

Véronique Allouche a dit…

@jacques
Faute de sources vérifiables et actées cet article laisse penser que l’auteur fait une interprétation erronée des faits qu’il décrit. Dès lors il manque de crédibilité et de sérieux.
Il ne suffit pas d’affirmer pour convaincre et je m’étonne que Jacques n’ait pas mis un bémol à ce papier. Plutôt que de parler de censure il aurait été préférable de sa part qu’il nuance fortement les propos de Claude Meillet. S’il veut les conforter c’est son droit mais encore faut-il apporter au minimum un début de preuve de ce que décrit l’auteur de ce papier. En ne le faisant pas il se décrédibilise, lui et son blog.

Michaël BOUTBOUL a dit…

Les Juifs ont un esprit talmudique, discuter et critiquer. Pourtant, le choix est simple, lire ou ne pas lire l’article. Le site étant gratuit, nous ne devons avoir aucune exigence vis-à-vis de Jacques Benillouche. Pour une fois où l’on a un endroit où lire de bons articles, nous ne devons pas nous priver. Pour ceux qui le souhaitent, j’ai une liste de sites pourris où ils pourront trouver leur bonheur.

Jonathan a dit…

Bien fait pour lui, comme l'indique Jacques Benillouche, Jonathan savait entrer en zone de pleine tourmente, en prenant le risque de proposer cet article.

En première réponse, il s'excuse de ne pas avoir eu le réflexe de d'authentifier les deux extraits de reportages par leur référence: Haaretz, le 22/8/2021 pour ''Vallée du Jourdain'', le 26/8/2021 pour ''l'enfant palestinien''. En précisant que ce ne sont que deux exemples d'une très longue et très effrayante liste.

Par ailleurs, il lui semble que les réactions, automatiquement prévisibles, en termes de diabolisation d'un ''camp choisi'' (appuyée sur une exploitation en amalgame avec le drame récent), ou de double ''révolte'', constituent elles aussi de mauvaises réponses à un questionnement qui ne se prétend ni bon, ni mauvais. Qui lui paraît simplement incontournable, hors tout parti pris.

Jonathan a dit…

Désolé de ne lire que maintenant ces deux commentaires:
- Jonathan reconnait son erreur de ne pas avoir cité les sources de ces deux extraits d'articles, erreur qui vient d'être rectifiée,
-Il ne veut pas se substituer à Jacques Benillouche pour défendre la crédibilité d'un site de libre publication, mais il témoigne de son parfait respect pour ses auteurs dans l'expression de leurs opinions. A ce titre, il adhère totalement au dernier des commentaires

Marianne ARNAUD a dit…

Eh bien forte de ce que monsieur Benillouche déclare s’interdire de "bâillonner quiconque exprime des idées iconoclastes » – et bien que n’étant pas israélienne, ni même juive, et étant de plus en plus convaincue que dans les dissensions qui les opposaient, c’était Israël Zangwill qui était dans le vrai, et non Theodor Herzl – je tiens à affirmer ici, que je trouve cet article parfaitement abject.

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Puisque Jonathan a donné ses sources, et que la chose abjecte semble avérée, la question qui se pose à présent, qui permettrait peut-êtrre d’apporter la paix dans le débat et du baume au coeur : La justice a-t-elle été rendue aux victimes de ces sévices, par conséquent les coupables ont-ils été punis comme il se doit ? Allons jusqu'au bout de la vérité...

bliahphilippe a dit…

Lorsque ce "Jonathan" porte un regard critique, c'est curieusement dans un langage littéraire ampoulé au discrédit de la société israélienne en en relevant des aspects négatifs donnant l'impression au lecteur non averti d'une généralisation...du haut de son 'un point de vue... minoritaire.
Au point de se demander effectivement comme le note judicieusement une lectrice :" à quel camp appartenez-vous"?
Oserais-je répondre "à celui du Quai d'Orsay?"qui n'en renierait pas une ligne.
Le fond à présent :
-Toute societé a une minorité ou plusieurs minorités "turbulentes".
S'emparer du sujet pour lui donner des proportions hors de toute raison dans un cadre national contrevient au devoir d'honneteté , voire témoigne d'une certaine malveillance lorsque les éléments de réflexion et de comparaison sont occultés.
Au fait ces jeunes "colons" impétueux, combien de divisions pour reprendre l'expression de Staline?
Jonathan ne le dit pas, soit par méconnaissance inexcusable, soit parce qu'il le cache aux lecteurs: une dizaine de milliers, plusieurs milliers ou ...quelques centaines?
Ici, Jonathan oubliera de signaler que ces fameux jeunes des collines ne représentent sur quelques 80 localités que quelques centaines de jeunes dispersés en marge meme de communautés juives environnantes peuplées de "colons"...entourés comme chacun sait mais comme l'ignore Jonathan de pacifiques Suédois boudhistes auquel la notion d'attentats meurtriers est totalement étrangére à leur culure puisque ces habitants colons n'ont jamais subi d'actes terroristes ou autres attaques quasi quotidiennes à coup de couteaux et jets de pierre.
Non pas les pierres de Pierre sur laquelle il voulait batir son Eglise!!

Or Jonathan aveuglé par l'idéologie bien pensante omettra de signaler egalement qu'ici le terme "colon" est discutable en raison du rattachement cultuel, culturel , historique et biblique à ce territoire....sans besoin d'évoquer le caractére stratégique de la Judée Samarie indispensable à la survie d'Israel ... et à la tranquillité des habitants de Tel Aviv.
Justement, parle-t'on ici de territoires disputés selon la version anglo-saxonne en vigueur dans les tiroirs de l'ONU? Ou de territoires occcupés?- Clairement Jonhatan a choisi la version et l'aversion française du Quai d'Orsay qui s'y connait en matiére de "colons"!
Quel regard porter sur ce Jonathan sinon celui d'un immature qui sous la fausse naiveté de ceux qui suivent l'air du temps campent en bas de la colline avec les faux amis d'Israel donneurs de leçons de morale prétendument humanistes mais surtout profondément dévoyés.
Méfions-nous des Jonathan des temps modernes : ils ont souvent le discours trompeur des responsables de Ben&Jerry!
"Responsable"? Vous avez dit responsable ? Quel titre bizarre!!

Jonathan a dit…

A voir tous ces noms d'oiseaux éructés par les aboyeurs habituels, Jonathan se dit que la vieille petite dame avait bien raison de s'en remettre à Saint-Exupéry.

Elie BENICHOU a dit…

Je lis et je relis ce « papier ». Et je suis consterné. C’est d’une ineptie totale. On charge à 100% Israël. Il n’y a aucun recul, aucun souci de contextualiser, de nuancer, de rappeler l’Histoire. Car il y en aurait à dire. C’est brut de brut. On croirait lire un article du Monde Diplomatique ou pire, de Politis... tant c’est honteusement orienté. Venant de la part de quelqu’un de notre communauté, c’est aberrant (mais l’auteur n’est pas le seul helas, dans ce cas, il y a cohorte chez les « intellectuels français »).
Franchement, un conseil Mr Meillet, vous devriez rajouter votre nom aux 1000 « intellectuels », de la pétition de Libération pour la fin de « l’apartheid en Israël », ce sera assez logique. En dépit de ce qu’affirme Mr Benillouche, je ne comprends pas que l’on puisse nous laisser lire un tel brûlot sur ce blog.

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Hum Jonathan ! Vous m'avez oubliée, semble-t-il.
Puisque vous avez donné vos sources, et que la chose abjecte semble avérée, la question qui se pose à présent, qui permettrait peut-être, je dis bien "peut-être", d’apporter la paix dans le débat et du baume au coeur : La justice a-t-elle été rendue aux victimes de ces sévices, par conséquent les coupables ont-ils été punis comme il se doit ?
Allons jusqu'au bout de la vérité...
Merci pour votre réponse.

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

A JONATHAN : Pour avoir accès à vos sources, à savoir Haaretz, il me faut être abonnée. En tout cas, c’est à cet obstacle que je me suis heurtée en allant sur internet. Donc je suis allée sur le site d’InfoEquitable - connaissant son travail OBJECTIF et IMPARTIAL du traitement de l’information par rapport à Israël - pour en savoir davantage.
En tapant sur le moteur de recherche : «Vallée du Jourdain», un premier article (le plus récent) est apparu : ‘«Village bédouin détruit par Israël» : ce que montrent les photos aériennes’ du 23.02.2021.
Dans cet article il est écrit entre autre ceci :
«Israël a démoli des structures érigées par des Bédouins dans une zone où l’armée s’entraîne. Il s’agissait de quelques tentes, que les médias ont toutefois décrites comme un «village». Selon un militant cité par l’AFP, 186 familles y vivaient même en 1990 : des photos obtenues par InfoEquitable démontrent que cette affirmation est invraisemblable.
C’est UN PETIT JEU très pratiqué dans les territoires disputés de Cisjordanie / Judée-Samarie.
En plusieurs endroits, des Bédouins soutenus par l’Autorité palestinienne et par un réseau d’ONG souvent financées par des acteurs étrangers construisent des structures d’habitation sommaires et revendiquent la possession du lieu ; Israël démolit ensuite ces structures, en vertu du fait que la gestion du territoire et les permis de construire en Zone C lui ont été confiés par les Accords d’Oslo signés avec les Palestiniens. Puis LE MANEGE RECOMMENCE, avec des cycles de constructions / destructions sur un même terrain.
Lorsque la démolition survient, la machine médiatique se met en marche. Quelques ONG crient au scandale et les grandes agences de presse relaient la nouvelle, en accablant Israël qui empêche des braves gens de vivre pour s’emparer de leur territoire.
C’est arrivé récemment autour du lieu appelé Khirbet Humsa, aussi désigné dans les sources francophones comme Khumsa al-Baqa. L’endroit est situé sur un terrain déclaré zone de tirs militaires par Israël en 1972.
En novembre 2020 déjà, après une démolition survenue au même endroit, l’AFP titrait «Israël détruit un village bédouin dans la vallée du Jourdain»
Le JEU DU CHAT ET DE LA SOURIS reprit, de nouvelles structures furent érigées, et le 3 février 2021, rebelote avec un nouvel article : «Israël détruit à nouveau un village de bédouins palestiniens en Cis-Jordanie».

À JONATHAN : Donc, pour ce qui concerne l’article de Haaretz du 22.08.2021 concernant ces faits récents dans la «Vallée du Jourdain» que vous mentionnez ici, je ne peux que supposer que le manège a recommencé, que le jeu du chat et de la souris a repris et...
et donc «rebelote avec un nouvel article», de Haaretz ?

A l’aide de photographies prises du ciel, InfoEquitable nous MONTRE ce qu’est la REALITE de toutes ces affaires dans la «Vallée du Jourdain». Ainsi j’aurais tendance à croire InfoEquitable plutôt que Haaretz, en lien (de clics en clics) semble-t-il avec l’AFP, AFP dont on connaît les positions pro-palestiniennes par conséquent anti-israéliennes.

Concernant l’affaire de cet enfant palestinien abusé et torturé par des colons (votre mot), je n’ai rien trouvé. Donc je vais demander à InfoEquitable s’il sait quelque chose de ces faits tout récents dont votre article parle. J’espère avoir une réponse à ce sujet...

Marianne ARNAUD a dit…

Puisque monsieur Benillouche nous en laisse le loisir, j’aimerais porter à l’attention de Philippe Bliah - qui dans son excellent commentaire a cru devoir incriminer le Qui d’Orsay - cet extrait qui pourrait peut-être lui faire comprendre que le Quai n’est plus tout à fait ce qu’il était du temps de De Gaulle :



«… Quand Soros (président de l’Open Society Foundation) sollicite Emmanuel Macron, il obtient la réponse avant d’avoir posé la question. C’est ainsi que, le 29 juin 2018, celui qu’on appelle le « puppet master » tance le jeune président à cause d’un rapport transmis à l’Élysée par l’ambassadeur de France à Budapest, Éric Fournier. Comment Soros a-t-il obtenu cette note confidentielle ? Mystère. C’est un message protégé, dans lequel le diplomate courageux met en garde le président Macron contre la « magyarophobie ». Le milliardaire se sent visé, il demande la tête du coupable. Il l’obtient dans le quart d’heure : l’ambassadeur Fournier est limogé par un décret le 30 juin 2018, et Emmanuel Macron, le soir même, dans une conférence de presse, brandit le scalp.

Le pauvre diplomate avait commis l’irréparable en écrivant ces lignes de conclusion à son rapport : « Le regain de magyarophobie a atteint son paroxysme lorsque des affiches utilisant le visage du financier américain sont apparues sur les murs de Budapest en 2017 pour alerter la population sur les risques de son engagement en faveur des migrants. Lorsque Benjamin Netanyahou est venu à Budapest en juillet 2017, il a félicité le Premier ministre hongrois pour cette campagne de dénonciation de la politique de Soros visant à encourager les migrants. Il a rappelé que Soros finançait des ONG appelant au boycott d’Israël et qu’il en faisait bien plus pour les ONG pro-palestiniennes que pour les Juifs eux-mêmes… Accuser en permanence la Hongrie d’antisémitisme ou de populisme, cela revient à s’interdire de considérer le pays dans sa complexité moderne à cause de lois de l’amiral Horthy imposant en 1920 un numerus clausus pour l’entrée des Juifs à l’université. Mais n’est-ce pas aussi une manière de se dédouaner pour tous les actes antisémites commis dans le reste de l’Europe ? En continuant d’accuser les pays d’Europe centrale, notamment la Hongrie, d’antisémitisme, une partie de la presse, française notamment, ne détournerait-elle pas l’attention du véritable antisémitisme moderne, qui serait le fait de certains musulmans radicalisés de France et d’Allemagne et non des Hongrois » «



Philippe de Villiers – J’ai tiré sur le fil du mensonge… - ch. XVII : Le fils spirituel – Fayard éditeur

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

A Jonathan : Voici la réponse d'InfoEquitable :

"Bonjour,

Difficile de savoir à quel point les accusations de maltraitance sont crédibles. Il manque de toute façon à cet article le point de vue opposé, celui de l’armée et de la police israélienne, que l’on trouve dans le Jerusalem Post https://www.jpost.com/arab-israeli-conflict/israel-must-probe-heinous-settler-attack-on-palestinian-teen-un-envoy-678236 :

Both the army and police have linked the report of the attack to a stone-throwing incident that occurred near the evacuated Homesh settlement near the Palestinian city of Jenin, in the Samaria region of the West Bank.
The army said that they had received that day a report of Palestinians throwing stones at Israelis near Homesh. Forces that arrived at the scene saw the Israelis, presumed to be settlers, chasing after a Palestinian teen. The soldiers intervened and returned the teen to his family, the IDF said.
Police said they also believed the Palestinian teen along with other had been throwing stones and that there was no evidence to back up his description of the attack against him.

Ces allégations sur le contexte (jets de pierres par des Palestiniens) et l’intervention des soldats qui auraient rendu l’adolescent à sa famille auraient au moins dû être mentionnées pour permettre aux lecteurs de se faire une opinion…

Bien à vous,

Laurent - InfoEquitable"

Jonathan, j'ai été sur le lien communiqué par InfoEquitable. Et effectivement, lorsqu'on lit l'article du Jerusalem Post, on a une autre version de l'affaire, ou plutôt une version plus complète des informations, version qui change la donne.

Cordialement.
Ingrid I.A.

Jonathan a dit…

Conscient du risque pris, Jonathan ne s'attendait cependant pas à un tel ''excès d'indignité'', pour paraphraser Racine.
Il en retire d'abord le sentiment que les Ayatollahs ne sont pas qu'à Téhéran ou à Kaboul et que l'abjection n'est pas là où prétend qu'elle soit.
Ensuite pour tenter de prolonger à deux niveaux la portée de l'intervention de la vieille dame:
- sur le plan des faits rapportés dans les deux extraits d'articles, la vérification entreprise par une des contestatrices relève, elle, d'une démarche rationnelle et légitime. Sur l'enfant attaqué, ce qu'on peut en tirer, peut-être, est qu'entre les deux visions extrêmes et opposées du Haaretz et InfoEquitable, l'interprétation médiane du Jerusalem Post semble relativement objective. Et il semble qu'elle tempère mais ne remet pas en cause la relation des faits. Sur la vallée du Jourdain, la version officielle de la situation peut, peut-être pour de mauvais esprits, paraître aussi suspecte que la version Haaretz pour de bons esprits. En tout état de cause, les dizaines de reportages de ce type publiés n'ont jamais à sa connaissance fait l'objet de dénis.
Il n'est pas trop nécessaire de dire que les chats blancs et noirs coexistent. Mais arguer des agressions, actes de terrorisme, exactions, réalisés, indéniablement, par les Palestiniens sur les Israéliens, en justification des exactions israéliennes, touche à des limites très fragiles.
- Sur le fond, la question posée implicitement par la vieille dame, les faits n'en constituant que les instruments, est celle de la responsabilité. Telle qu'elle est résumée dans la formule énoncée par Saint-Exupéry. Peut-on démissionner de sa responsabilité morale individuelle au regard d'un endormissement moral collectif ?
Elle qui a ''vécu dans sa chair'' la position de ''occupée'' et la position de ''occupant'', souhaite partager ce questionnement.

C'est le partage de cette question essentielle que Jonathan a aussi voulu aussi provoquer. Apparemment quelques lecteurs Ayatollesques ont réagit à la provocation en oubliant la question. Jonathan espère que les lecteurs silencieux se sont, eux, emparés de la question.

Enfin, sur les conseils de la vieille dame, Jonathan déclare que pour lui, ce débat est clos.

michael a dit…

Les colons agressifs, frustrés, fanatiques, racistes, voleurs de terre, arracheurs d'olivier, messiqniaues d'un Messie imaginaire, sont une marge infâme de la société israélienne. Maix comme les premiers nazis, dont il copient les méthodes, souffrant du syndrome de l'enfant battu et abusé pendant des siècles, ce syndrome que les vrais pionniers ont surmonté biezn avant que ces drogués soient nés, aménerons à votre destruction, et si vous êtes trop vieux pour voir ça, à celle de vos enfants et petits- enfants et a la fin de la réalisation dr rêve sioniste. A cette réalisation, il n'ont pas participé. Dans son armée, ils n'ont pas servi, combattre contre des armée régulières ou des résistants armés et non contre des civils, femmes, vieillard et enfants, ils n'en ont pas eu le courage. Leurs femmes sont tous juste bonne à éjecter des rejetons dont quelques-un seront oubliée dans une voiture. Moins de bouches à nourrir. Lq plupart de ces terribles cas ainsi que les enfant ébouillantés proviennes de cette société, qui refuse d'obeir aux lois des hôpitaux vers où ils les amène.
Il sont les détritus de la société israélienne. Non, ils ne lui appartiennent mmême pas. Si on veut un jour jouir d'une certaine forme de paix il faut, tout simplement, les balayer hors de nous, ce qui ne doit pas être très difficile s'ils ne sont, comme disent leur chefs et idoles vivant dans des villa bon marché à trois paliers sur terre palestiniene, qu'une poignée d'illuminés. pour cela il y a des hôpitaux psychiatriques et des camisoles de force.

bliahphilippe a dit…

A l'attention de Madame Arnaud:
L'évocation du Quai d'Orsay n'est pas à prendre au pied de la lettre, j'évoquais plutot un état d'esprit general, une forme de critique constante, perverse en double standard d'Israel, celle que semble partager le bien pensant Jonathan dont nous avons limage en termes moins ampoulés dans le journal "Le Monde" .