LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

lundi 17 mai 2021

Sirènes sur Jérusalem par Michèle MAZEL

 


SIRÈNES SUR JÉRUSALEM

La chronique de Michèle MAZEL


 

Missiles sur Jérusalem

          Il était six heures et deux minutes en ce lundi dix mai quand l’hululement des sirènes a retenti à Jérusalem, précipitant les habitants vers les abris. On a d’abord voulu croire à une fausse alerte mais le bruit sourd des explosions a vite démontré le contraire.  Le Hamas venait de tirer une salve de sept missiles contre la capitale d’Israël. Il n’avait apparemment pas craint d’atteindre par erreur quelques lieux saints chrétiens ou juifs ou pire encore, la mosquée Al Aqsa. Par chance les missiles ont touché la grande banlieue de la ville, ne faisant que des dégâts matériels.



-Cette roquette peut-elle atteindre quelque chose ? - Je l'espère mais le plus important est que nos copains de la porte de Damas à Jérusalem entendent le souffle


Cette première salve fut suivie du tir d’une trentaine de missiles sur les populations civiles vivant dans le pourtour de la bande de Gaza.  En France, la nouvelle n’a pas fait la Une de la presse, malgré la présence massive à Jérusalem d’envoyés spéciaux venus rendre compte des événements de ces derniers jours. Il faut dire que les commentateurs ont été pris de court. Voilà trois jours qu’au fil de «directs» dramatiques, ils ne commentaient que le point de vue des Palestiniens présentés comme de braves fidèles, attaqués sauvagement et sans provocation par la police.

Alors changer de registre, condamner la salve de missiles ? En analyser les causes, les buts ? Se résigner à dire du bout des lèvres que le Hamas répète en toutes circonstances que son but est d’éliminer l’État hébreu et de construire un califat islamique sur ses ruines ? Rappeler que voilà des dizaines d’années que ce mouvement qualifié de terroriste par de nombreuses capitales occidentales vise rarement des cibles militaires et préfère les cibles civiles ? Relever la gravité qu’il y a de lancer une attaque directe contre la capitale d’un État souverain ce qui constitue un casus belli ? Trop, ce serait trop leur demander.

Alors ces commentateurs aussi objectifs qu’éclairés ont choisi d’attendre. D’attendre la riposte israélienne qui ne pouvait tarder. Elle vint enfin. La délivrance ! Il faut lire le gros titre du Monde : «Affrontements à Jérusalem : vingt morts à Gaza au cours de représailles israéliennes». Où est le rapport ? Veut-on faire croire que c’est en réaction aux émeutes qu’Israël aurait frappé Gaza ? Quid de la salve sur Jérusalem? Ne cherchez pas. Le quotidien se contente de préciser que «Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza… a tiré plus de cent roquettes sur Israël». Et le journal persiste et signe dans son édition du mardi après-midi : «Israël a mené des raids meurtriers dans la bande de Gaza en réaction à des tirs de roquettes lancés en soutien à la mosquée d’Al-Aqsa». Inutile de semer la confusion chez ses lecteurs en évoquant les cinq cents roquettes tirées, les victimes du côté israélien : ce serait sortir du sujet.

Ce qu’il y a de paradoxal dans cette situation, c’est qu’à l’heure où la France vient d’être encore une fois victime de ce qu’elle n’hésite plus à appeler le terrorisme islamique, alors aussi que des militaires français n’hésitent pas à exprimer leur inquiétude face à ce danger, personne ne pense à faire le rapprochement avec ce même terrorisme en Israël.

5 commentaires:

ACACIA52 a dit…

Encore une fois merci à l'auteure de nous donenr les informations que la presse française ne nous donne pas., avec son parti-pris habituel contre Israel.

bliahphilippe a dit…

Madame Mazel : Vous avez bien raison de faire comprendre aux lecteurs français que ce qui se produit chez nous arrivera inévitablement chez eux.
Une partie non négligeable de la population française sans doute commence à percevoir les dangers matérialisés par ce qui se passe au quotidien partout dans leur pays où les "chances pour la France" se sont incrustées.
Par contre, tel n'est pas le cas des élites de gauche ici médiatiques qui par une propagande des plus honteuses trompent leurs lecteurs pour conserver subventions et priviléges liés au parti pris politiquement correct destiné à ne pas faire de
vagues face à une population de plus en plus nombreuse qui les terrorise.

Marianne ARNAUD a dit…

Madame,

Je trouve assez injuste votre façon d'incrimier la France pour ce que vous estimez être son indifférence face au conflit Israélo-palestinien.
Pourquoi ne pas vous en prendre à l'ONU qui a été incapable d'obtenir une déclaration commune après sa réunion du 10 mai ?
Pourquoi ne pas vous en prendre au président Biden accusé dans cette affaire, de "faiblesse", par Donald Trump ?
Mais vous allez être satisfaite puisqu'une fois de plus, de nombreuses manifestations pro-palestiniennes sont prévues, dans toute la France ce samedi 15 mai, avec tous les débordements qui pourraient s'ensuivre, pour dénoncer une guerre qui n'est pourtant pas celle de la France !

Avec mes regrets.

bliahphilippe a dit…

A Madame Arnaud, Chére Madame,
Permettez une brève réponse sur vos observations sans me substituer à l'auteur de ce juste article.
1)L'article en question évoque le parti pris flagrant malhonnete d'organes de la grande presse francaise, comme à son habitude à chaque fois qu'Israel réagit aprés des attaques de missiles par centaines tirées de Gaza sur ordre du Hamas indifférent à toute population civile.
2)Il n'y a pas une ligne sauf mauvaise relecture de ma part quant à "l'incrimination de la France en raison de son indifférence face au conflit".
Entre parenthéses la France n'est jamais indifférente-nous aurions au moins apprécié qu'elle le fut- mais plutot ouvertement partisane, joignant systématiquement à l'ONU et autres instances internationales,l'UNESCO-son vote aux pires dictatures arabes qui déposent cyniquement des motions tendant à deligitimiser Israel.
3) Cette presse française dénoncée par Mme Mazel est le reflet,et plus encore, le relais de ces positions anti-israéliennes ...lesquelles de facto sont importées sur le territoire français par le biais d'une immense partie des "jeunes" de la population immigrée musulmane et ses soutiens politiques.
4)Enfin, l'article fait état que le terrorisme que subit Israel a une origine islamique et que c'est ce terrorisme de meme nature que l'on voit tous les jours se developper en France, denoncé à juste titre par les militaires français lesquels sont bien placés pour en avertir des dangers.
De ce fait l'auteur relève simplement le paradoxe si ce n'est l'aveuglement de ces élites médiatiques de vouloir combattre légitimement l'islamisme en france -en tout cas en paroles- tout en dénigrant Israel qui le subit.
A mon sens une schizophrénie qui se paie trés cher partant de la constatation que ce qui se produit en Israel venant de cette meme population ethnico-religieuse se produira inévitablement en France, piégée dans cette nasse d'intellectuels collabos.
Curieux, les pays d'Europe de l'Est plus en phase avec Israel ne souffrent pas du terrorisme islamique.





Marianne ARNAUD a dit…

bliahphilippe

Monsieur,

Je vous remercie d'avoir donné tant d'importance, quoi que vous en disiez, à mon commentaire, et même, quoi que vous en disiez aussi, de vous être bel et bien substitué à ce qu'aurait pu m'en dire l'auteur.

Mais permettez-moi ces quelques remarques sur ce que vous me reprochez :

1 - Cela fait très longtemps que je ne lis plus - pour la sauvegarde de ma santé mentale - ce que vous appelez : "les organes de la grande presse française" !

2 - Peut-être est-ce donc moi qui ai fait une mauvaise lecture de madame Mazel, lorsque j'ai assimilé la phrase : "En France la nouvelle n'a pas fait la Une de la presse" à une constatation de l'indifférence de la France pour le conflit.
Quant à votre parenthèse sur l'ONU, vous auriez pu vous en dispenser, car il est difficile de m'en tenir pour responsable.

3 - Rebelote sur la presse française ! Devrais-je rappeler ici, que je n'ai jamais partagé les positions anti-israéliennes de la presse française, pas plus que je ne suis un soutien de la politique immigrationniste que nous subissons en France, depuis plus 40 ans ?

4 - Je vous donne volontiers acte d'avoir fait le parallèle entre le terrorisme que nous subissons en France, et celui qui sévit en Israël. Sauf que ce n'est pas la France qui vient de faire 35 morts dont 12 enfants, à Gaza. Et, que vous le vouliez ou non, cela fait une différence !
Évidemment cela n'augure en rien de ce qui pourrait éventuellement se passer si, comme nous en avertissent nos militaires, une guerre civile devait éclater sur le sol français.

Bien à vous.
M.A.