LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mercredi 12 mai 2021

Deux nobles causes dévoyées par Michèle MAZEL

 


DEUX NOBLES CAUSES DÉVOYÉES


La chronique de Michèle MAZEL

 

Robert L. Bernstein fondateur de HRW

            La direction actuelle de Human Rights Watch, qu’il faudrait traduire en français par «l’observatoire des droits de l’homme» et non comme l’Organisation de défense des droits de l’homme, peut se réjouir de son succès. Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD), une des nombreuses émanations des Nations Unies, va se pencher sur les accusations d’Apartheid portées contre Israël.  Pour la petite histoire, HRW est un avatar de «Helsinki Watch» créé en 1978 pour surveiller l’application par l’Union soviétique des accords d’Helsinki. Dix ans plus tard, et mission accomplie, elle prit le nom de Human Rights Watch et en 1997 son action fut couronnée par le prix Nobel de la paix pour son combat pour l’élimination des mines terrestres.


Kenneth Roth 


L’année suivante son fondateur Robert Louis Bernstein prit sa retraite. Sous l’impulsion de ses successeurs l’organisation se concentra de plus en plus sur Israël et la question palestinienne.  En   octobre 2009, Bernstein relevait dans une tribune que l’organisation avait perdu la perspective critique des événements au Moyen-Orient : «La région est peuplée de régimes autoritaires aux bilans épouvantables en matière de droits humains. Pourtant, ces dernières années, Human Rights Watch a écrit beaucoup plus de condamnations d’Israël pour des violations du droit international que de tout autre pays de la région». 

Cette tribune de son fondateur n’a eu aucune influence sur les orientations de l’organisation. Elle vient de publier le 27 avril   un «rapport» concluant à «l’existence de crimes d’apartheid et de persécution dans les territoires occupés». L’accusation n’est pas nouvelle, et elle a été mainte fois réfutée ; si apartheid il y a, il est du côté de l’Autorité palestinienne qui proclame qu’elle ne laissera aucun Juif s’installer dans ses territoires. Elle a toutefois été répercutée avec enthousiasme par certains médias et notamment Le Monde qui a publié une longue interview de Kenneth Roth qui est à la tête de HRW et qui évoque également des «crimes contre l’humanité».



Curieusement, Neil Rimer, son co-président dirige un fonds suisse de capital-risque qui investit des dizaines de millions de dollars dans des start-up israéliennes. Mais revenons au «Comité pour l’élimination de la discrimination raciale». Il s’agit de l’organe chargé de surveiller la mise en œuvre de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1965.  Il se compose de 18 experts indépendants censés être spécialistes des droits de l’homme, élus au scrutin secret pour un mandat de quatre ans par les pays signataires de la Convention, qui ont chacun le droit de présenter la candidature de l’un de leurs ressortissants. 

Aujourd’hui trois de ces experts représentent les grands défenseurs des droits de l’homme que sont la Chine, la Turquie et l’Algérie. Israël n’a sans doute rien de bon à attendre de cet organisme. Ce n’est hélas pas la première fois qu’il est pris pour cible par des institutions crées avec les meilleures intentions et pour servir de nobles causes mais qui ont depuis longtemps oublié leur mission.

4 commentaires:

Pierre LEKEUX a dit…

Le vrai problème, c'est comment en finir avec le problème de l'occupation des territoires peuplés en majorité de palestiniens. Un problème qui demande une solution depuis trop longtemps. Et ne nous voilons pas la face : les gouvernements de droite en Israël n'ont pas améliorer l'image d'Israël. Espérons enfin un retour à la table des négociations des 2 entitées nationales. Et en attendant, une amélioration des conditions de vie de la population palestinienne. Ou alors quid de la solution à deux états. Autres choses comme état ? Une confédération israélienno palestinienne ?

Elie BENICHOU a dit…

Si Israel avait en face une population cultivée, éduquée dans la tolerance et la recherche la paix (je vous renvois aux manuels scolaires palestiniens qui prônent la haine des Juifs et d’Israel), il ne fait à mes yeux aucun doute que nous aurions depuis longtemps un Etat Palestinien en paix au coté d’Israel. Israel a rendu Gaza et reçoit en retour des roquettes depuis des années. Ça donne une idée de ce qui nous attend avec la Cisjordanie si par malheur, il devait y avoir un retrait unilateral...
En fait, les Palestiniens, pour leur plus grand malheur, sont pris en otage par les islamistes du Hamas, des fanatiques qui ne veulent d’aucune paix. Lorsque les Palestiniens se détourneront de l’Islam rigoriste et embrasserons un islam tolérant alors les choses pourront évoluer dans le bon sens, pour peu qu’Israel fasse preuve lui aussi de tolerance et esprit d’ouverture. La paix avec les Emirats et le Maroc, montrent que la paix avec les Arabes n’est pas une chose impossible. Mais c’est vrai que là, nous avons à faire à des Arabes éduqués, intelligents et pragmatiques. Peut-être qu’avec le temps, les choses évolueront dans le bon sens, j’en veux pour preuve l’incroyable développement et embourgeoisement des arabes Israéliens ces 20 dernières années, lesquels, dans immense majorité, ne veulent surtout pas rejoindre un éventuel état Palestinien. CQFD

bliahphilippe a dit…

La paille et la poutre à l'attention de ceux qui ne comprennnent rien aux problémes complexes et qui feraient mieux de se meler de ce qui se passe chez eux avant de donner des leçons aux autres:
Le vrai problème, c'est comment en finir avec le problème de l'occupation des territoires peuplés en majorité d'islamistes sur les territoires perdus de la république... Un problème qui demande une solution depuis trop longtemps. Et ne nous voilons pas la face : les gouvernements de droite en France n'ont pas amélioré l'image de leur pays devenu une risée dans la communauté internationale face aux troubles qui ne cessent de secouer le pays au point de le dégrader et faire avouer par sondages répétitifs aux français leur déclin inévitable.. Espérons aprés la premiére étape réussie des Accords d'Evian enfin un retour à la table des négociations des 2 entitées nationales. Et en attendant, une amélioration des conditions de vie de la population musulmane ne bénéficiant pas assez de moyens d'intégration du fait dune population raciste et hostile. Ou alors quid de la solution à deux états. Autres choses comme état ? Une partition? Une confédération franco musulmane dans un cadre européen ?

ACACIA52 a dit…

merci à l'auteure et à Elie de nous donner une analyse claire de la situation la paix avec les arabes n'est pas chose imposible mais il faut être deux pour l'atteindre . Espérons que le temps viendra à bout des fanatismes où qu'ils soient au lieu de voir leur deploiement sur la planète!