LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 11 avril 2021

Contre...Temps,...Traste,...addiction... par Claude MEILLET

 

 

CONTRE…TEMPS,… TRASTE, …ADDICTION…


Par Claude MEILLET


 

Netanyahou au tribunal

          Astucieuse, inventive, audacieuse, dynamique, cette petite nièce l’avait toujours bluffé par son efficacité. En moins de trois années de prise d’initiatives, d’activité incessante, de renversements de montagnes, elle avait réussi à se faire une place dans le secteur, pourtant très compétitif, de la distribution de séries télévisées, de films, de documentaires. Petite, boulotte, souriante, elle venait de faire irruption, façon ouragan, dans le salon, en lui disant, tout en l’embrassant, Vous, les Israéliens, vous êtes décidemment imbattables dans la production de séries à suspens. Plus vraies que vraies ! Cette petite dernière, ‘’Tous contre tous’’, un vrai bijou.




Jonathan n’eut qu’à opiner de la tête pour répondre à la question rafale qui suivit, Tu sais de quoi je parle ? Sirotant son café, sans surtout ouvrir la bouche, enfoncé dans le plus confortable des fauteuils, il dégusta le spectacle-démonstration-exclamation qui suivit immédiatement.

Le contretemps, génial. Nominer un candidat premier ministre le jour même où son procès pour «bribe, fraud, breach of trust», excusez du peu, démarre, il fallait l’inventer. Le zoom avant sur le palais de justice, sur la salle du tribunal, suivi d’un second zoom sur les cérémonies officielles, le Parlement, le tapis rouge, c’est tout simplement du jamais vu, jamais fait. Quant au personnage du président, Commandeur, empêtré dans la loi ligotant la morale, qui ne fait que symboliser l’incongruité de cette superposition des temps c’est une invention digne des plus grandes.

Le grand contraste, lui également, devra figurer dans les annales. Offrir au citoyen voyeur, une confrontation dantesque. Celle des échanges publics de mamours entre le premier ministre candidat premier ministre, et le chef de parti frère, issu de son camp, apparemment dissident mais tout de même porteur du même semblant d’idéologie nationale libérale. Alors qu’au tribunal, un premier témoin raconte en long et en large comment le premier ministre s’était jadis efforcé de dénigrer, rabaisser ce frère politique susceptible de lui faire de l’ombre.



Enfin, l’art pur. L’art de la contradiction. Si l’on voulait aller encore plus loin, l’art de la contre-addiction. L’attaque de la justice au nom de la justice. Par celui qui a pour mission la défense et la protection de la justice. Développer un argumentaire revendiquant la prééminence démocratique de l’exécutif et du législatif sur le juridique. Alors que le principe de la démocratie est de confier au juridique la mission de contrôler les actions du législatif et de l’exécutif. Un art confirmé sur un terrain tout aussi symbolique. Celui des minorités arabes israéliennes. Faisant allègrement et sans complexe passer la description de ces minorités comme d’une horde de tous les dangers, envahissante du champ électoral, à une respectable population sœur, méritant tout le support et la compréhension d’une majorité bienveillante.

Jonathan, alerté dans son doux plaisir de spectateur par un changement de ton, dressa l’oreille. Bien entendu, le succès d’une série vidéo, aussi extraordinaire soit-elle comme c’est le cas, ô combien ici, tient à un niveau suffisant de conformité de la réalité à la fiction proposée. Si la contre-vérité qu’on peut lui opposer devient trop visible, le risque de flop peut très vite devenir menaçant.

Les acteurs perdent leur aura et se transforment en personnages contre nature. Effectivement, le traitement de la pandémie du Corona est un succès. Mais ce succès ne tient-il pas plus à l’efficacité du système de Kupat holim (ndlr caisses de sécurité sociale) qu’à celle de gouvernants antagonistes sur ce sujet comme sur d’autres. Effectivement le développement des secteurs de la biologie, de la hightech, s’inscrit dans la légende d’Israël, mais ne s’agit-il pas d’une richesse qui s’auto génère. Effectivement la relative stabilité économique et financière du pays dans des temps difficiles, mais n’est-ce pas malgré l’absence ahurissante de budget national durant deux exercices, en dépit d’une baisse drastique du niveau de l’éducation, de l’absence de stratégie de support des activités empêchées pendant la crise, d’un pourrissement de la question israélo-palestinienne. Effectivement la population se sent relativement heureuse de son sort, mais n’est-ce pas au prix d’un endormissement du sens moral qui autorise des settlers à molester régulièrement et impunément des populations arabes sans beaucoup de défense.



Il semblerait que tu mettes un bémol à ton enthousiasme initial ? Interrogea Jonathan, un peu traitreusement à contre-courant. Ce qui pourrait suggérer que le spectacle qu’elle venait de lui délivrer serait contrefait, ajouta-t-il avec une certaine gourmandise. Ce qui amena la jeune productrice à préciser, qu’en effet, l’accueil réservé à cette nouvelle série israélienne, à l’étranger, risquait de produire une contre image du pays. La dramaturgie est indéniablement de la plus haute qualité. Elle ne reniait rien de son enthousiasme professionnel. Mais elle préférait attendre, comme c’est la règle dans les séries, voir la fin de l’histoire pour conclure au génie ou à la catastrophe.

Inch Allah, conclut le grand oncle, irrévérencieux.

 

4 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Il me semble que la condition sine qua non, pour que cette nouvelle série soit un véritable succès, c'est évidemment que, quels que soient les protagonistes qui y exercent leur art de la contradiction - que ce soit le représentait de l'exécutif ou celui du juridique ou même du législatif - ils soient tous filmés assis dans des fauteuils, et qu'aucun - et surtout aucune - ne se trouve relégué comme un malpropre, sur un canapé !

Jonathan a dit…

Top !!

Yaakov NEEMAN a dit…

Merci de préciser où et quand la vidéo a été tournée et dans quelles circonstances...

Jonathan a dit…

Désolé de ne répondre que maintenant, après avoir juste lu cette demande.
Autant que je sache, elle est passée sur plusieurs chainse de TV israéliennes, y compris I24 News, elle a été prise dans les territoires et montre des settlers très courageux, s'en prenant à plusieurs à un arabe palestinien.