LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 4 février 2021

Robert Malley, le diplomate qui inquiète les Israéliens

 

ROBERT MALLEY, LE DIPLOMATE QUI INQUIÈTE LES ISRAÉLIENS

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps


            

          Né en 1963 à New York, d’un père juif égyptien d’origine syrienne, figure de la lutte pour la décolonisation, et d’une mère américaine qui travailla pour le Front de libération national (FLN) algérien, Robert Malley s’était installé en 1969 avec sa famille à Paris où ses parents avaient fondé la revue Afrique-Asie, qui se classait au premier rang de la presse tiers-mondiste de langue française. La dénonciation sans détour de la politique colonialiste française sur le continent africain est à l’origine de l’expulsion, en 1980 vers New-York, des Malley sur décision du gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing.


Négociation sur le nucléaire

 La Maison Blanche a confirmé le 29 janvier la nomination à la tête de l’équipe chargée de renégocier un accord avec l’Iran sur le nucléaire de Robert Malley, avocat et politologue. Il avait été conseiller du président Barack Obama pour le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le Golfe. Ami d’enfance du Secrétaire d’État Antony Blinken, il a été l’un des principaux artisans de l’accord sur le nucléaire signé en 2015

            Cette nomination prouve que Joe Biden cible l'héritage de Trump au Moyen-Orient. Elle marque le virage que prend le nouveau président en matière de politique étrangère et surtout sa volonté de reprendre les négociations avec Téhéran sur l’accord sur le nucléaire abandonné en 2018 par les Américains. Cela pourrait avoir un impact certain sur l’élection présidentielle iranienne qui aura lieu le 18 juin 2021.

Par ailleurs, le retour de Malley est considéré comme une défaite pour les néo-conservateurs et les faucons américains qui le qualifient d’anti-israélien et pire, d’iranophile. Ils lui reprochaient surtout de ne pas avoir anticipé les «printemps arabes» et surtout d’avoir minimisé le rôle contre-révolutionnaire de l’Iran. Ils accusaient Robert Malley d’avoir défendu une ligne pro-iranienne et de s’être opposé aux sanctions imposées par Donald Trump. Enfin, ils le trouvaient complaisant vis-à-vis de l’expansionnisme régional iranien et de la politique étrangère de Téhéran. 

A Camp David avec Arafat

Cet héritage politique familial a favorisé la volonté de Robert Malley de contrebalancer le discours américain en matière de politique étrangère. Assistant spécial du président Bill Clinton sur la question israélo-arabe entre 1998 et 2001, il s’était toujours exprimé à contre-courant en remettant en cause publiquement le récit officiel concernant l’échec des négociations israélo-palestinien attribué à Yasser Arafat. Dans un article rédigé en 2001, il avait fustigé la tactique du Premier ministre Ehud Barak qui avait formulé une offre de telle manière qu’elle ne puisse être acceptée par les Palestiniens. Cela ne pouvait que provoquer la colère des inconditionnels d’Israël tandis qu’il était devenu une idole pour les Palestiniens au point que la dirigeante Leila Shahid avait parlé de lui dans des termes élogieux : «Cela témoigne de la droiture du personnage. Il a été d’une honnêteté extraordinaire, je dirais même historique». 

Antony Blinken

Si Robert Malley n’a pas bonne presse auprès des Israéliens, il est aussi mal vu dans les milieux syriens et irakiens en raison de la politique qui avait été suivie par Barack Obama face à l’Iran et la Syrie. D’ailleurs le nouveau secrétaire d’État américain Antony Blinken a reconnu l’échec de l’administration Obama sur la Syrie et évoqué des regrets. Robert Malley est à présent face à un défi qu’il devra relever s’il veut la réussite de la diplomatie américaine. Il devra contraindre l’Iran à respecter ses engagements de 2015 avant la levée des sanctions imposées par Donald Trump. Il devra aussi persuader les Iraniens de la nécessité d’élargir l’accord sur le nucléaire pour l’étendre aux questions des missiles. Il s’agit d’une tâche ardue et d’un objectif ambitieux pour lesquels Robert Malley n'a pas encore de calendrier précis s’il veut garder sa crédibilité.

Négociation avec l'Iran

Il faut aussi qu’il s’affranchisse de sa réputation d’avoir de la sympathie à l'égard du régime iranien et d’être hostile à Israël. Malley a longtemps défendu un rapprochement avec les Frères musulmans et le Hamas alors que les États-Unis avaient déclaré le Hamas comme une organisation terroriste en 1997.

Malley et Blinken devront affronter non seulement le nouveau gouvernement israélien issu des élections du 23 janvier 2021 mais aussi les Juifs américains de droite qui défendent un changement politique au Moyen-Orient. Le seul espoir minime des Israéliens reste que Malley doit rendre compte à Blinken qui pourrait modifier ses ardeurs.

2 commentaires:

bliahphilippe a dit…

"Tiers mondiste, pro FLN, anti-israélien, iranophile", quelle panoplie révèlant le choix des démocrates américains nouvellement au pouvoir! Y ajoutant s'il en était besoin l'influence possible car trés active de l'aile islamo gauchiste des Omar, Tlaib et d'autres dont Trump disait à juste titre "comment a t'on pu voter pour ces gens qui détestent leur pays"?
A se demander au passage comment les juifs américains majoritairement pro démocrates ont-ils pu se montrer aussi aveugles? A moins tout simplement que la perspective d'un soutien à la défense d'Israel ne les intéresse tout simplement pas vu leur degré abyssal d'assimilation aux valeurs de la "cancel culture" dont nombreux sont les chantres dans les universités et plus généralement dans tout ce qui baigne dans le milieu intellectuel politiquement correct.
Cette nomination n'incite pas à l'optimisme.
Tout au plus peut on penser qu'Israel devenue puissance régionale incontournable-ce qu'il n'était pas à ce point il y'a huit ans sous OBAMA- avec des alliés meme ponctuels devrait avoir les moyens de résister aux ardeurs de ses ennemis au sein de l'administration "Biden -"Obama bis".
Surtout considérant que les USA, démocrates ou républicains souhaitent se désengager de la région du Moyen Orient pour se consacrer à des problèmes plus sérieux dans la r2gion asiatique. Enfin, sans préjuger de l'avenir on peut raisonnablement penser que si les mollah iraniens ont réussi malgré de terribles pressions économiques les menant à la ruine, à résister admirablement aux USA pendant une dizaine d'années on ne voit pas pourquoi Israel dont la survie dépend de ses étroites frontières ne tiendrait pas lui aussi quelques petites années contre des ennemis avérés comme ce Malley.
Sans doute Natanyahou bien placé pour affronter cette menace plus que tout autre nain politique a t-il encore de beaux jours devant lui! Et qui sait encore si Israel contraint de prendre ses distances face à l'ami américain devenu potentiellement -qui sait?- nuisance dangereuse ne procéderait pas doucement mais surement vers d'autres coopérations économiques et militaires, encore que dans ce dernier domaine les puissantes sociétés d'armement US ont des liens coopératifs fructueux trés étroits avec Israel, au point de freiner certaines ardeurs malveillantes outre atlantique.

Harry NUSSBAUM a dit…

Jacques, je trouve votre article comme d'habitude clair et documenté. Mais je ne peux m'empêcher d'opposer le caractère factuel et rationnel de vos analyses aux imprécations et aux anathèmes de ceux qui croient que les diplomates font passer leurs sympathies ou antipathies subjectives avant la realpolitik et l'intérêt de leur pays.