LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

samedi 9 janvier 2021

Ces nouvelles que les médias vous épargnent par Michèle MAZEL

 


CES NOUVELLES QUE LES MÉDIAS VOUS ÉPARGNENT


La chronique de Michèle MAZEL



Les services de sécurité israéliens ont arrêté hier un jeune arabe israélien de seize ans. Il y a quelques semaines il a assassiné un camarade de classe, âgé de seize ans lui aussi. Ils se connaissaient depuis toujours. Le meurtrier s’était enfui tout de suite après avoir accompli son forfait. Il a pourtant été retrouvé relativement rapidement. Il y a des cas où les langues se délient, même dans la société arabe réputée si fermée. Au début il a essayé de nier mais a vite compris que c’était inutile. Non seulement l’arme du crime avait été maladroitement dissimulée dans l’appartement où il vivait avec ses parents mais il y avait encore des traces du sang de la victime sur son unique paire de chaussures.


Une voiture frappée par des pierres lors d'un attentat terroriste près de l'implantation de Neve Tzuf, en Cisjordanie, le 3 janvier 2021

Pourquoi ce meurtre ? Il ne s’agissait pas d’une rivalité romantique, les deux ne se disputait pas le cœur d’une charmeuse de leur âge. Encore moins d’une dispute portant sur un bien que l’un aurait pris à l’autre. Non. Le mobile, ce qui a poussé un adolescent à en tuer un autre, n’avait rien de personnel. Simplement un lointain différent opposait leurs familles et c’est en vertu de ce conflit, dont l’origine se perd dans le brouillard des années et des mémoires, qu’un échange de propos s’est terminé dans le sang. Il y a lieu de craindre que ce meurtre ne soit pas le dernier, la famille de la victime ayant à cœur de la venger.

On vous expliquera que c’est une question d’honneur. Et n’allez pas accuser les mœurs des sociétés arabes : comme Corneille l’a si bien raconté, Rodrigue, amoureux de Chimène, va pourtant provoquer en duel son père et le tuer pour venger l’affront fait à son propre père. Évidemment c’était il y a quelques siècles et la société occidentale a quelque peu évolué depuis.

L’autre histoire s’est déroulée dimanche en Samarie et on y chercherait en vain honneur ou valeur. Selon les éléments connus à ce jour, un groupe de jeunes palestiniens, huit semble-t-il tapis au bord d’une route, guette l’apparition du premier véhicule aux plaques israéliennes. L’un d’eux se présente enfin. Les jeunes surgissent ; la voiture ralentit.

Suspects capturés


Il est un peu plus de deux heures de l’après-midi et il fait très beau ; la visibilité est parfaite.  La conductrice est une mère de famille de quarante-deux ans, accompagnée de son fils de quinze ans et de sa fille de douze ans. Peu importe. L’un des «jeunes» court à sa rencontre. Arrivé à la hauteur de sa vitre, il lui lance une grosse pierre à la tête avant de s’enfuir en courant, suivi du reste du groupe. Très grièvement atteinte, la femme s’effondre tandis que la voiture continue sa course ; le fils a la présence d’esprit de serrer le frein à main avant de couper le contact. Une dizaine de suspects sont actuellement entendus. 

La presse française n’a pas évoqué cet incident ; l’aurait-elle fait, elle n’aurait pas manqué de faire remarquer qu’il est intervenu en «Cisjordanie occupée» et que la victime réside dans une «colonie». L’Union européenne, quant à elle, demande des éclaircissements à Israël à la suite d’un affrontement entre Palestiniens et forces de l’ordre au cours duquel un Palestinien a été blessé.

 

9 commentaires:

bliahphilippe a dit…

Deux poids deux mesures... A qui faire croire que l'antisionisme de la presse francaise n'est pas de l'antisémitisme déguisé sous le vernis respectable d'une fausse bonne conscience épousant le sentiment d'une societé malade de la contamination islamo-gauchiste croulant sous le poids du nombre de ses propres "jeunes" ? Avec un sentiment d'inutilité à commnenter ce qui est devenu une habitude des cette presse si tant est qu'elle puisse intéresser encore un public averti de sa disparition si des subventions massives ne venaient pas annuellement à sa rescousse comme dans un vulgaire pays communiste.
Consolons-nous par le fait qu'engoncée dans le politiquement correct ennuyeux de l'air du temps celle ci est prise à ses propres mensonges sémantiques : elle n'ose pas dénoncer sans circonlucutions les maux provoqués par les memes "jeunes" qui pullulent dans sa société, ni meme discuter sérieusement des problémes liées qui la rongent.
Du calvaire d'Israel ou de celui de la France lequel s'en sortira le mieux?
Réponse dans la presse française ; concernant Israel il suffit de lire le contraire de ce qu'elle écrit.

2 nids a dit…

Bon article et comme d'habitude nous constatons que les autorités françaises n'ont aucun respect d'eux même, ils ont fait rentrer à tout va des étrangers des Turcs qui envahissent nos campagnes ou des "réfugiés" musulmans, et tout ces gens ne chanteront jamais la Marseillaise et n'habiterons pas les quartiers bourgeois, bref, une mondialisation qui écrase nos identités locales et qui laisse la porte ouverte à la racaille, l'inculture pour mieux nous manipuler !
Alors qu'ISRAEL reste vigilante et ne laisse rien passé !
bonne année à tous en nous épargnant de cette pandémie...

Acacia52 a dit…

Merci à l'auteur qui en ce début d'une nouvelle annéee contnue à nous informer de tout ce que la pressse française ne nous dit pas . Bonne ammée Mme Mazel et merci de contnuer par vos choniques à nous parler de ce que on ne nous parle pas en France!

Marianne ARNAUD a dit…


Je suis obligée d'avouer que cet article m'a laissée perplexe. Ainsi, madame Mazel reproche à la presse française de n'avoir pas relaté ce qu'elle appelle : deux "nouvelles", à savoir, deux meurtres perpétrés en Israël. Dois-je rappeler à madame Mazel qu'en France, on dénombre 120 attaques à l'arme blanche en moyenne par jour, et que l'on y compte le plus grand nombre de meurtres par habitants, par rapport au reste de l'Europe. Gageons qu'en France, où on peut maintenant décapiter les gens en pleine rue, les deux "nouvelles" de madame Mazel n'auraient pas eu le moindre écho médiatique non plus !

Cela dit, je suis loin de me satisfaire de la situation des media français et de leur manque d'indépendance qui s'explique tant par leur concentration dans les mains de quelques industriels et financiers, que par les subventions et autres avantages dont profitent les titres et leurs "journalistes" aux ordres. Et cette situation s'est encore dégradée depuis l'élection du président Macron.

J'ajouterai à toutes fins utiles, que selon le classement mondial du point de vue de leur liberté de la presse, en 2017, Reporters sans Frontières, avait classé la France au 40e rang sur 180 pays, ce qui n'est pas très glorieux, je vous l'accorde.
Pour mémoire, selon ce même classement, Israël figurait au 91e rang, place qu'il partageait avec le Nicaragua.

Véronique ALLOUCHE a dit…

Excellent commentaire de Marianne Arnaud pour l’article de Michèle MAZEL. Pourquoi tant de haine pour la France? Un chat serait écrasé en Israël qu’elle critiquerait encore les médias français de ne pas en parler!

Michèle Mazel a dit…

Mon article appelle à la réflexion sur l'éducation et les valeurs qui inspirent de tels actes. Dommage que certains y cherchent ce qui ne s'y trouve pas.

Faure a dit…

S'attacher au classement établi par Reporters sans frontières est risible quand on connaît la partialité de cet organisme. Quant à la polémique entre l'auteure et certain lecteur, elle vient semble-t-il du fait que le titre ne s'attache qu'à un point minime de l'article et que ce lecteur passe complètement à côté de l'essence de l'article.

Jacques galazka a dit…

Le mendonge convient tres bien aux Francais ,ils y sont habitues ,et mentir sur l etat Juif leur convient parfaitement.!

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

À Jacques Galaska : Cher Monsieur, désolée de devoir vous contredire au sujet du mensonge et des Français, mais les Français ne sont pas tous des menteurs ni tous habitués au mensonge ni même tous menteurs à propos de l’État Juif. Dire ce que vous dites revient en fait à dire, par exemple, que les Israéliens sont fiers de l’homosexualité puisque, en Israël, l’homosexualité est une fierté (gay pride). Or, est-ce le cas, Cher Monsieur, TOUS les Israéliens sont-ils fiers de l'homosexualité ?