LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

samedi 30 janvier 2021

Faits et indiscrétions sur les élections du 23 mars 2021

 


FAITS ET INDISCRÉTIONS SUR LES ÉLECTIONS DU 23 MARS 2021


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps


         

          Dans cette nouvelle rubrique, nous publierons quelques faits ponctuels et des indiscrétions sur les prochaines élections législatives du 23 mars 2021, au fur et à mesure qu’elles nous parviendront. Elles sont proposées à l’état brut, sans commentaires, avant de tomber dans l’oubli. L’article sera alimenté régulièrement, au jour le jour, les plus récentes nouvelles seront placées au début de l'article. Notre but est d'informer les électeurs sans aucune prise de position militante. 

Les opposants à Netanyahou

LISTE ARABE

Finalement le parti Ta'al reste dans la liste commune arabe tandis que le parti Ra'am maintient sa course indépendante aux élections.


Itzik SHMULI

Le ministre du Bien-être social, Itzik Shmuli, a annoncé le 3 février qu'il quittait la politique et ne se présenterait donc pas aux prochaines élections. Dans sa déclaration, il a écrit : «J'ai décidé de faire une pause dans la politique pour envisager d'aller de l'avant. Je démissionnerai également de mon poste au gouvernement. Les dirigeants devraient également savoir admettre leur erreur et assumer leurs responsabilités et mon cœur me dit que c’est la bonne chose à faire». C'est une figure de la Révolution des tentes de 2011 qui disparait du paysage politique.


Omer YANKELEVICH

La ministre de la diaspora Omer Yankelevich, membre du parti Kahol Lavan, a décidé de ne pas se présenter pas aux prochaines élections à la Knesset, déçue que son parti risque de ne pas dépasser le seuil électoral.


Stella WEINSTEIN

Naftali Bennett chasse sur les terres d’Avigdor Lieberman. Il vient d’annoncer que la conseillère municipale d'Ashdod, Stella Weinstein, sera candidate sur sa liste Yamina aux élections du 23 mars. Weinstein, 33 ans, est leader d'immigrants russes et a représenté Israël Beitenou au conseil municipal. Elle était chef de cabinet du leader Avigdor Lieberman lorsqu'il était ministre des Affaires étrangères. C’est une bonne prise de guerre. Elle s'est faite connaitre en tant que chef du mouvement de protestation contre la fermeture des gymnases et des clubs de santé en raison du coronavirus. Elle est née en Russie et a fait son alyah il y a six ans. Le paradoxe est que laïque, elle a été très critique à l’égard de l’establishment religieux


Moshe YAALON

Moshé Yaalon a entériné le fait qu’il ne passerait pas le seuil électoral mais qu’il «ne gaspillerait aucune voix». En conséquence, il est en pourparlers avec Huldaï et Michaeli pour rejoindre le Parti travailliste avant la soumission des listes à la Knesset. Mais si aucun accord n’est trouvé, il prendra sa retraite de la politique. Triste fin de l’un du «quarteron» de mars 2020 qui avait soulevé un grand espoir dans le pays. Aucun accord n'ayant été trouvé le 1er février, il a décidé de quitter la politique.


Merav BEN-ARI

Merav Ben-Ari, née le 13 novembre 1975 à Raanana, est fille d’un immigrant iranien (Ayoubi) et d’une juive libyenne. Elle a été responsable de l'éducation de la brigade Golani. Elle a obtenu un BA en droit et gouvernement et une maîtrise en administration des affaires au Centre interdisciplinaire Herzliya. En 2013, elle a été élue au Conseil municipal de Tel-Aviv et a reçu le portefeuille pour la promotion de la jeunesse. Elle a été élue à la Knesset en 2015 sur la liste Koulanou mais placée 6ème aux élections d’avril 2019, elle n’a pas été réélue. Vivant à Tel-Aviv, c’est la première mère célibataire à la Knesset. Elle a décidé le 1er février de rejoindre la liste Yesh Atid de Yaïr Lapid. 


Hila SHAI VAZAN

La députée Hila Shai Vazan, qui a quitté Kahol Lavan, a annoncé le 31 janvier qu'elle rejoignait le parti de Gideon Saar. Shai Vazan, 40 ans, originaire de Bat Yam et résidente de Modi'in Maccabim Reut, mère de quatre enfants, est membre de la Knesset à la 23e Knesset. Ancienne membre du conseil municipal de sa ville et présidente de la commission pour la promotion de la femme et l'égalité des sexes. Shai Vazan est titulaire d'un BA et d'une maîtrise en sciences politiques et communication avec mention de l'Université Bar Ilan.   


Avi NISSENKORN

Plus dure sera la chute.  Nissenkorn, ancien ministre de la justice, analyse les sondages avec une grande déception car il n’a pas réussi à convaincre puisque la liste de Ron Huldaï risque de ne pas passer le seuil électoral. Il répugne par ailleurs à retrouver les rangs du parti travailliste. En conséquence, il vient d’annoncer qu’il suspendait sa vie politique.


Orly LEVY-ABECASSIS

Le Premier ministre Netanyahou a décidé que l'ancienne chef du parti de centre-droit Gesher, qui s’était présentée aux précédentes élections sur une liste de Avoda, recevra une place éligible sur la liste du Likoud.


Judaïsme unifié de la Torah

La maladie de la division frappe aussi les religieux orthodoxes ashkénazes, Agoudat Israël et Degel HaTorah, qui présentent une liste commune sous le nom de Yahadut Hatorah (Judaïsme unifié de la Torah). Ces deux clans ont décidé de se séparer pour les élections de mars 2021.  Degel HaTorah (Moshe Gafni, Yitzhak Pindros, Yaakov Asher) affirme qu'ils peuvent se présenter seuls aux élections et remporter cinq sièges en se séparant de Agoudat Israël (Yaacov Litzman, Meir Porush et Yaakov Eichler).


Ron HULDAÏ

Le maire de Tel Aviv constate qu’il ne décolle pas dans les sondages. Des sources autour de lui font état de sa volonté de quitter la course s’il ne parvient pas à concrétiser une alliance.


LISTE ARABE

La liste arabe a explosé. La commission de la Knesset a approuvé à l'unanimité les demandes de scission au sein de la liste commune arabe. Le député Mansour Abbas a demandé que sa faction, la faction Ra'am, soit séparée de la faction de la liste conjointe. Le député Ahmad Tibi a demandé que sa faction, la faction Ta'al, soit également divisée.


Oded FRID

Né le 16 juillet 1981, Oded Frid, directeur général de l'Association pour l'égalité des LGBTQ en Israël, a annoncé jeudi qu'il se présenterait aux primaires du Parti travailliste pour les élections du 23 mars : «J'ai le sentiment que l'élection de Merav Michaeli à la présidence a insufflé de l'espoir chez beaucoup, et je suis moi aussi fier de retourner dans le parti dans lequel j'ai grandi dès l'âge de 15 ans. Je crois qu'il est temps de bâtir le nouveau parti travailliste ensemble».


Amir PERETZ

Clap de fin pour un militant historique. Amir Peretz quitte le Parti travailliste mais restera au gouvernement. Il vient d’informer la nouvelle dirigeante travailliste Merav Michaeli qu'il mettra fin à son adhésion au Parti travailliste mais qu'il restera ministre. Il n’est pas impossible qu’il intègre la liste Kahol-Lavan avec Itzik Schmuli qui lui aussi a quitté Avoda. 


Mansour ABBAS

Le dirigeant du parti arabe Ra'am, Mansour Abbas, a quitté la liste arabe pour se lancer dans une course indépendante à la suite de sondages qui le montrent bien placé. Abbas a reconnu qu'«il n'y a pas de véritable alternative à Netanyahu, et il continuera à diriger le pays après les prochaines élections. Lors des sept dernières élections, nous avons essayé de le remplacer et nous n’avons abouti à rien». Né le 22 avril 1974, il a fréquenté l'Université hébraïque de Jérusalem pour étudier la dentisterie et  les sciences politiques à l'Université de Haïfa. En 2010, il a été élu vice-président de la branche sud du mouvement islamique. Il est dentiste de profession.


Haïm Har-Zahav

Né le 7 février 1978, Har Zahav a décidé de se présenter aux primaires du parti travailliste pour une place sur la liste à la Knesset. Il est membre du Parti travailliste depuis de nombreuses années, de la faction de la Histadrout. Il est l'un des fondateurs de l'Organisation des journalistes israéliens.  Au sein de l'organisation, il a mené des luttes ouvrières contre les fermetures de médias et les licenciements. Il a publié le best-seller «Liban: la guerre perdue» et a milité pour que le Liban soit reconnu comme une guerre ce que le gouvernement a décidé.


Ram SHEFA

Né le 18 février 1985, le député Kahol-Lavan, Ram Shefa, et président de la commission de l’éducation a annoncé qu'il quittait son parti pour rejoindre le parti travailliste. Ancien de l’unité d’élite Shaldag, il a commencé en 2016 une maîtrise en politique publique à l'Université de Tel Aviv et a été élu président de l'Union nationale des étudiants israéliens.


Meirav MICHAELI

La députée de gauche vient de remporter la primaire du parti travailliste avec 77,5% des voix. Née le 24 novembre 1966, elle était journaliste chroniqueuse d'opinion pour le journal Haaretz et présentatrice de télévision. Elle a été élue à la Knesset pour la première fois le 29 novembre 2012. En avril 2019, mal classée, elle avait perdu son siège mais était revenue à la Knesset en août 2019 après la démission de Stav Shaffir. Mais sitôt élue, elle a lancé des pourparlers de fusion de liste avec Huldaï.

Hila PEER

Titulaire d’un BA en psychologie et d’un MBA Business administration, Hila Peer est présidente d'Aguda, l'Association pour l'égalité des LGBT en Israël. Elle veut être le chef du groupe LGBT et la première lesbienne à la Knesset. A l’heure actuelle un record, six députés hommes s’affichent comme homosexuels. Ron Huldaï a décidé de l’inclure dans sa liste aux prochaines élections.


Parti arabe BALAD

Le député Samy Abu Shahadeh a remporté le 23 janvier les primaires pour la direction du parti Balad et a vaincu son prédécesseur, le député Mtanes Shihadeh, qui ne sera pas à la prochaine Knesset. Balad est l'un des quatre partis qui composent la faction de la Liste commune à prédominance arabe. Pour situer le personnage, il a affirmé qu'Israël était une «entité raciste» créée par le sionisme, qu'il a décrit comme «un projet laid et raciste».

Benny BEGIN

L'ancien ministre Benny Begin a décidé de rejoindre Gideon Saar. Selon lui : «Nous sommes témoins d'un phénomène étrange et dangereux - des attaques vives et grossières contre les institutions étatiques émergeant du gouvernement lui-même». C’est un poids lourd symbolique qui quitte le Likoud créé par son père.


Yaïr LAPID

Le chef de l'opposition et député de Yesh Atid, Yaïr Lapid, a déclaré le 20 janvier qu'il n'y avait aucune discussion entre son parti et Kahol-Lavan sur une éventuelle collaboration car Benny Gantz est «indigne de confiance». Il ne lui pardonne pas d’avoir rejoint Netanyahou. En revanche, il a déclaré qu'il était prêt à collaborer avec le maire de Tel Aviv, Ron Huldaï, ainsi qu'avec Gideon Saar.


Hagit MOSHE

La maire adjoint de Jérusalem, Hagit Moshe, a été nommée à la tête de Habayit Hayehudi (Foyer juif). C’est la première femme qui dirigera un parti religieux orthodoxe. Elle a travaillé dans l'administration de l'éducation de Jérusalem pendant des années avant d'entrer en politique. Elle a battu son concurrent Nir Orbach après un vote du comité central composé de 960 membres. Le chef du parti Rafi Peretz avait annoncé le 5 janvier 2021 qu'il se retirait de la politique.


Itzik SHMULI

Itzik Shmuli, ministre du Bien-être social, a annoncé le 19 janvier qu'il ne se présentera pas à la direction du parti travailliste lors des primaires et a décidé de quitter le parti. Il n'a pas commenté son avenir politique, mais il est très probable qu’il rejoigne un autre parti.


David ELHAYANI

Le président du Conseil de Yesha, chef des implantations, David Elhayani, a décidé le 18 janvier de quitter le Likoud pour rejoindre Gideon Saar. Un coup dur pour Netanyahou car Elhayani est un militant historique. Pour lui, Netanyahou a rejeté les valeurs du Likoud et celles de Begin et de Shamir. 


Pr Gabi BARBASH

Le professeur Barbash rejoint Naftali Bennett de Yamina qui lui a promis le poste de ministre de la Santé en cas de réussite de sa liste.


Yossi SHAIN

Né le 21 septembre 1956 en Israël, Yossi Shain est professeur et directeur de science politique à l'Université de Tel Aviv et professeur de gouvernement comparé et de politique de la diaspora à l'Université de Georgetown. Il a obtenu son BA (philosophie-1981 avec distinction), sa maîtrise (science politique-1983) de l'Université de Tel Aviv et a obtenu son doctorat ès-science politique (avec distinction) de l'Université de Yale en 1988. Il a annoncé le 15 janvier qu'il rejoignait le parti Israël Beitenou, dirigé par Avigdor Lieberman : «je sens que ma contribution est significative pour façonner l'idéologie, façonner le discours, façonner le centre du parti. En tant que professeur de relations internationales aux États-Unis également, je connais les arènes internationales et je serais honoré si je pouvais fournir un service».

 

Parti Travailliste

Le parti travailliste sera le seul parti en Israël à organiser des primaires pour désigner son leader et la liste des candidats, à la suite de la décision de la Cour suprême. Trois candidats sont sur les rangs : Meirav Michaeli opposée à Gil Beilin et à Itzik Shmuli. Il y aura beaucoup de travail pour le leader qui sera élu car tous les sondages montrent que le parti, dans l’état actuel, ne passera pas le seuil électoral. 


Annan WAHABI

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldaï, a annoncé le 13 janvier que l'un des candidats sur sa liste sera le colonel druze à la retraite, Annan Wahabi. Habitant le village druze de Daliat al-Carmel, Wahabi a servi dans l'unité d'élite de reconnaissance générale, Sayeret Matkal, et a reçu deux fois des citations du chef d'État-major de Tsahal.


Dani DAYAN

Né le 29 novembre 1955, Dani Dayan est un défenseur du développement et du maintien des implantations israéliennes de Cisjordanie. Il a été président du Conseil Yesha de 2007 à 2013 puis son envoyé principal à l’étranger. Nommé ambassadeur au Brésil mais refusé par le gouvernement de Brasilia, il s'est rabattu en mars 2016 sur le poste de consul général d'Israël à New York. Dayan est perçu par beaucoup comme le visage du mouvement de colonisation israélien auprès de la communauté internationale. Il a rejoint le parti Nouvel espoir de Gideon Saar. Une bonne prise.


Amir PERETZ

Le président du parti travailliste, Amir Peretz, a annoncé le 13 janvier qu’il n'avait pas l'intention de se présenter à la 24e Knesset. Une grande figure politique quitte la scène bien qu’il continuera à se faire entendre.


Nouveau parti arabe MA’AN

Un parti israélo-arabe nouvellement formé, Ma'an, dirigé par Mohammad Darawshe, aimerait s'associer avec des partis juifs centristes tels que Yesh Atid, mais seulement s'ils s'engagent à mettre fin à la discrimination au sein de la société israélienne. «Nous devons nous déplacer vers le centre de la société israélienne afin de nous légitimer, mais principalement pour créer la capacité d'être influents. L'identification des partis israélo-arabes et de leurs politiciens exclusivement avec l'extrême gauche de la carte politique israélienne a été une erreur».


Assaf ZAMIR

Ancien maire-adjoint de Ron Huldaï à la mairie de Tel Aviv et ex-député Kahol Lavan, l'ancien ministre du tourisme Assaf Zamir a décidé de ne pas se présenter aux prochaines élections législatives. Il pourrait concourir pour le poste de maire si Ron Huldaï devient député.


Benny GANTZ prône l’union

Gantz a appelé le 11 janvier à l'unification dans le bloc de centre-gauche : «Unissons-nous pour que Netanyahu parte. Je me suis trompé en serrant la main de Netanyahu, il m'a trompé, vous aussi une fois de trop». Gantz a approché le président de Yesh Atid, Yair Lapid, Ron Huldai, le président du Meretz Nitzan Horowitz, le président de Telem Moshe Yaalon, le président de Israël Beitenou Avigdor Lieberman, le président du parti travailliste Amir Peretz, le député Ofer Shelah et le président du parti économique Yaron Zelicha. «Moi, le général de division Bnei Gantz, soldat de l'État d'Israël, je m'adresse directement à vous - qui luttez depuis de nombreux mois pour se débarrasser de Bibi, celui qui tient un pays entier à la gorge pour échapper à la terreur du tribunal». Mais Avigdor Lieberman refuse de rencontrer Gantz : «Vous aviez le choix de remplacer Netanyahou et vous l'avez gaspillé». 


Bezalel SMOTRICH

Le président de l'Union nationale, Bezalel Smotrich, a décidé le 11 janvier de rompre avec le président de Yamina, Naftali Bennett, et de se présenter séparément aux prochaines élections de mars. La droite du Likoud a explosé.


Moshé YAALON - TELEM

Moshé Yaalon du parti Telem a décidé le 9 janvier 2021 de se séparer de Yesh Atid et de se lancer seul dans une course indépendante. Le professeur Hagaï Levin a décidé de démissionner de son poste de président de l'Association des médecins de santé publique pour rejoindre le parti Telem et se consacrer uniquement à la politique. Levin était connu comme un opposant à la politique gouvernementale et à la politique d'imposition de fermetures. L'avocat Gonen Ben Yitzhak a également annoncé son adhésion au parti de Yaalon. En 1996, il avait été recruté au Shin Bet en tant qu'officier du renseignement dans le secteur arabe, dans la région de Ramallah. Il est l'une des figures de proue des manifestations contre Benjamin Netanyahou.


Benny GANTZ

Le président de Kahol-Lavan et ministre de la Défense Benny Gantz a rejeté le 7 janvier les informations selon lesquelles il envisageait de se présenter aux élections avec Ron Huldaï ou avec Naftali Bennett. Gantz s'est dit imperturbable par les sondages, qui prédisent que son parti remportera un nombre de sièges à un chiffre et risque même de ne pas dépasser le seuil électoral


Union nationale-Tkuma

Rupture à l’extrême-droite. L'Union nationale (Tkuma) dirigée par Bezalel Smotrich prévoit de se séparer de Yamina de Naftali Bennett. Avant les élections de 2013, l'Union nationale s'était scindée, tous les partis membres à l'exception de Tkuma se séparant pour former Otzma LeYisrael, laissant Tkuma comme le seul parti de l'Union nationale. Il semble que Naftali Bennett veuille se séparer de ses éléments les plus extrémistes, en particulier Bezalel Smotrich et Rafi Peretz pour devenir un parti "respectable".  Un sondage annonce  le gain de deux sièges avec ce départ. Des rumeurs font aussi état de ces exigences pour que Benny Gantz et les survivants de Kahol-Lavan rejoignent Yamina qui deviendrait alors un parti de centre-droit, par opposition au parti de Ron Huldaï de centre-gauche. Bennett viserait le magot électoral, une dot de 22 millions de shekels d'aide électorale accumulés par Gantz. 


Dan HAREL

Dan Harel, ancien directeur-général du ministère de la Défense et ex-chef d’État-major adjoint, a rejoint le parti de Ron Huldaï. Il est titulaire d’un BA en sciences politiques de l'Université de Haïfa. Il s’était distingué en étant responsable du retrait d’Israël de la bande de Gaza en 2005 en tant que chef du commandement du sud. Général de division, né en 1955 à Haïfa, il a évolué dans toutes les chaines de commandement dans Tsahal. Il a participé à la guerre du Liban en 1982 en tant que commandant de bataillon. Il avait été nommé chef du Commandement Sud, poste qu'il a occupé de 2003 à 2006. Bien que l'on s’attendît à ce qu'il prenne sa retraite après le désengagement, Harel a été nommé attaché de défense et de coopération de défense d'Israël à Washington en janvier 2006. Le 1er octobre 2007, il était devenu chef adjoint de l'État-major général.


Premiers nommés de la liste Ron Huldaï

Ron Huldaï peaufine sa liste en présentant quatre nouveaux venus. Le professeur Karine Nahon, l’ancien député Einav Kabala, l’éducateur Karen Tal et Adi Tsabari.

Karine NAHON, née le 6 décembre 1972 à Tel-Aviv de parents immigrés du Liban avant le déclenchement de la guerre civile libanaise, est une spécialiste dans le domaine de l'information, de la technologie et de la société. Elle occupe un double poste de professeur agrégé à l'école d'information de l'Université de Washington et au centre interdisciplinaire Herzliya. Elle a obtenu un B.Sc. en informatique, BA en science politique et M.Sc. et Ph.D. en gestion des systèmes d'information de l'université de Tel-Aviv.

Einav KABALA a été élue députée Kahol-Lavan par application de la loi norvégienne. Einav Kabala, religieuse orthodoxe, réside à Tel-Aviv. Elle est avocate titulaire d'une maîtrise en droit et experte dans le domaine des relations de travail et des retraites. Elle avait précédemment travaillé aux côtés de l'ancien ministre de la Justice Avi Nissenkorn. Elle a été directrice de la division syndicale de la Histadrout et a ensuite été nommée chef de la Histadrout.

Karen TAL née le 31 août 1964 à Fez (Maroc), d’une famille religieuse qui a immigré à Jérusalem en 1968. Elle détient un baccalauréat en éducation et en langue hébraïque de l'Université de Jérusalem et une maîtrise en administration de l'éducation de l'Université de Tel Aviv. Elle est éducatrice et entre les années 2005 et 2011, elle a dirigé le campus Bialik-Rogozin dans le sud de Tel Aviv, un campus éducatif de treize années d'études de la maternelle au lycée. Karen est la fondatrice et PDG d'Insights in Education - une initiative mise en place pour donner un coup de pouce aux directeurs d'école et leur permettre de provoquer une révolution éducative et sociale dans les centres éducatifs qu'ils gèrent.

Adi TSABARI a obtenu un BA d’histoire de l’université de Jérusalem et un MBA de l’IDC d’Herzliya. Depuis 2008, elle est responsable du Renouvellement urbain à Tel Aviv. Projets de rénovation de bâtiments, procédés de préservation et projets du plan directeur national 38 contre les tremblements de terre. En outre, elle est responsable de la mise en œuvre du «logement abordable» à Tel Aviv-Yafo


Meirav COHEN

La ministre Kahol-Lavan de l’égalité sociale, Meirav Cohen, rejoint Yesh Atid. Yaïr Lapid lui a garanti une place éligible dans sa liste. Elle avait conseillé à Gantz de fusionner avec Yesh Atid sous la direction de Lapid, mais Gantz a brûlé les ponts avec Lapid en l’insultant à la télévision. Elle était très courtisée par Ron Huldaï. Elle quittera la Knesset et le gouvernement le 6 janvier. Née le 26 août 1983 à Jérusalem, de parents originaires du Maroc, elle a étudié à l'Université hébraïque de Jérusalem et a obtenu un BA en économie et administration des affaires et une maîtrise en gestion urbaine.


Rabbin Haïm AMSALEM

Le président du parti Am Shalem, Haïm Amsalem, a décidé d'être candidat aux élections de mars 2021. Ancien député de Shass, il avait quitté le parti en 2010 après avoir été vivement critiqué au sein de son parti. Amsalem était considéré comme trop libéral pour de nombreux membres haredi après avoir plaidé pour que les jeunes orthodoxes s'enrôlent dans l'armée israélienne et travaillent tout en maintenant les valeurs de l'étude de la Torah. Lors des élections à la 21e Knesset, Amsalem avait rejoint le parti Zehut de Moshe Feiglin en étant placé à la deuxième place mais le parti n’avait recueilli que 2,75% des voix et n'avait pas franchi le seuil électoral.


Yesh Atid-Telem

Le parti Telem de Moshé Yaalon envisage de se séparer de Yesh Atid de Yaïr Lapid et de participer seul aux élections. Décidément le Quarteron, qui avait fait l’originalité des élections de mars 2020, se disloque prouvant que les partis à plusieurs têtes ne sont pas viables.

 

Rafi PERETZ

Le ministre des Affaires de Jérusalem, Rafi Peretz, leader de Habayit Hayehudi envisage de quitter la politique. On s'attend également à ce qu’il démissionne de son parti. En effet il avait rompu avec Naftali Bennett et s’était séparé de Yamina en devenant le seul ministre de la faction de la droite nationaliste, contre la volonté de ses amis. Or les responsables du Foyer Juif ont annoncé qu’ils étaient en pourparlers avec Yamina pour une course conjointe aux prochaines élections à la Knesset.  Rafi Peretz a donc tiré les conclusions qui s'imposaient.


Nail ZOABI

Le Likoud veut réserver une place sur sa liste électorale à Nail Zoabi, ancien directeur d’école arabe du village de Nein, près de Nazareth dans le nord d'Israël, dans le cadre d’une campagne visant à attirer les électeurs arabes. Netanyahou n’a pas caché qu’il espère recueillir les votes de la communauté arabe lors des prochaines élections de mars et il a d’ailleurs ostensiblement effectué plusieurs visites très remarquées dans des villes arabes israéliennes. Zoabi, qui a démissionné il y a plusieurs semaines de son poste d’enseignant, est un partisan de Netanyahou et un activiste de longue date du Likoud. Militant social et contrairement à beaucoup de ses collègues du secteur arabe, il soutient le service national pour les Arabes israéliens


MERETZ

Le président du parti Meretz, le député Nitzan Horowitz, a proposé le placement en place éligible de Mme Jida Rinawi-Zuabi, candidate arabe née à Nazareth, à la quatrième place sur la liste Meretz pour la Knesset. Elle sera incluse sur la liste à la place de l'ancien député Ilan Gal-On, qui a décidé de ne pas se présenter à cette campagne électorale, aux côtés d'un autre député arabe, Issawi Freij.


Danny YATOM

L’ex-chef du Mossad et ancien membre de la Knesset a annoncé la création d'un nouveau parti de centre-droit dans lequel il se présentera aux prochaines élections à la Knesset, et un certain nombre de noms bien connus devraient le rejoindre. Né le 15 mars 1945, Danny Yatom fut directeur du Mossad de 1996 à 1998 et élu du Parti travailliste à la Knesset du 17 février 2003 au 2 juillet 2008. 


Kobi MATZA

Kobi Matza, membre du tribunal du Likoud, a décidé le 3 janvier 2021 de rejoindre le parti de Gideon Saar. Avocat au sein de l’organe judiciaire supérieur du parti au pouvoir, le Likoud, il a annoncé sa démission du parti.

Einav KABLA

Einav Kabla, née le 27 septembre 1979, avocate, députée sous l’étiquette Kahol-Lavan. Titulaire d’une maîtrise en droit à l'Université Bar-Ilan, elle s'était spécialisée dans les relations de travail et sur les retraites. Elle a travaillé pour le ministre de la Justice Avi Nissenkorn. Placée 37ème sur la liste, elle n’est devenue députée qu’en remplacement d'Asaf Zamir, qui avait démissionné de son siège en vertu de la loi norvégienne. Elle a démissionné le 3 janvier 2021 de la Knesset car elle devrait rejoindre Ron Huldaï et son nouveau parti.


TNUFA (Ofer Shelah)

L'ancien député de Yesh Atid, Ofer Shelah, a annoncé le 2 janvier 2021 que le nom de son nouveau parti serait «Tnufa», ce qui signifie l'élan.


Michal DIAMANT

Michal Diamant, titulaire d'un baccalauréat en droit et de deux maitrises en gestion et en droit, petite-fille de l’ancien Premier ministre Yitzhak Shamir, rejoint le parti de Gideon Saar. Elle fera partie de l'équipe préparant le nouveau plan de réforme du système judiciaire, et se concentrera sur la question des droits civils dans les enquêtes et la loi. Elle a environ 12 ans d'expérience dans de grands cabinets d'avocats. Sa famille était profondément anti-Netanyahou. 


Judy SHALOM NIR-MOZES

A la mort de leurs parents, Judy, née le 14 août 1958, et son frère Arnon, ont pris le contrôle du journal Yediot Aharonot, le plus grand journal d'Israël détrôné par le quotidien gratuit Israël Hayom. En 1993, elle s'est remariée avec le député Silvain Shalom du Likoud, qui a occupé divers postes ministériels en Israël, et avec qui elle a eu trois enfants. Elle réfléchit sérieusement à entrer en politique en mars 2021. «Je pense que le temps des généraux est écoulé» en faisant allusion à Ron Huldaï et Benny Gantz. «Je ne parle pas de gauche et de droite, je veux voir qui agira le plus possible pour les citoyens». Elle a ensuite poursuivi : «Saar me plaît moins parce qu'il y a Hauser et Haendel avec lui. Une fois qu'ils ont planté des couteaux dans mon dos, je ne peux pas leur faire confiance. Gantz s'est battu avec un couteau dans le dos. Bennett ira avec Bibi. Alors j'attends de voir ce qui arrivera au groupe de gens qui se soucient des gens». Pour l’histoire, il faut rappeler que Yaïr Lapid a fait toute sa carrière dans son journal.

Benny GANTZ

Le premier sondage de 2021 publié par Maariv montre que Benny Gantz ne passera pas le seuil électoral de 3,25% des voix et ne sera donc pas membre de la prochaine Knesset. Plus dure sera la chute!


Yizhar SHAY

Né le 16 juillet 1963, il avait obtenu un certificat en génie électrique du Technion et avait ensuite travaillé dans le secteur de la haute technologie. Il avait d’ailleurs créé une startup qu’il a ensuite revendue. Yizhar Shay a été élu député de Kahol-Lavan en mars 2019 puis a été réélu aux élections de septembre 2019 et mars 2020. En mai 2020, il a été nommé ministre des Sciences et de la Technologie. Avec l’accord de Benny Gantz, il a décidé le 31 décembre de ne pas se représenter aux élections de mars 2021.


Zvi GENDELMAN

Le maire de Hadera, Zvi Gendelman, a annoncé le 31 décembre qu'il quittait le Likoud pour s'associer au parti de Gideon Saar. Né à Tibériade, le 12 septembre 1956, il était général de brigade de l'unité d’élite des forces spéciales navales de Tsahal, Shayetet 13.  En 2003, il avait été nommé attaché militaire au Royaume-Uni, en Irlande et en Finlande, un poste qu'il a occupé jusqu'en 2006. En octobre 2018, il avait quitté son parti centriste Yesh Atid pour le Likoud. Il a déclaré qu'il valorisait trop son rôle de maire pour quitter ses fonctions, mais qu'il ferait campagne et soutiendrait Saar de toutes ses forces.


Ram SHEFA

Le député de Kahol-Lavan, Ram Shefa, vient d’annoncer le 31 décembre son départ du parti. Né le 15 février 1985, il avait occupé le poste de président de l'Union nationale des étudiants israéliens. C’est un ancien de l’unité d’élite Shaldag qui opère essentiellement à l’étranger. Président de la commission de l'éducation, il quitte la politique sans point de chute car «les désaccords ne lui ont pas permis de continuer».


Primaires Likoud

Le comité constitutionnel du Likoud a décidé le 30 décembre que le parti ne tiendra pas d'élections primaires avant le vote national de mars 2021. Le parti a par ailleurs attribué au premier ministre le droit de choisir six candidats éligibles à inclure sur la liste du parti.


Yaron ZELIHA

L'ancien comptable général du ministère des Finances, Yaron Zeliha, a annoncé, le 30 décembre, qu'il formerait un nouveau parti socio-économique qui se présentera aux élections du 23 mars. Zeliha, qui occupait déjà le poste lorsque Netanyahou était ministre des Finances, a ouvertement annoncé que son objectif était d'être ministre des Finances. Dans une conférence de presse, Zeliha a fustigé les politiques économiques non seulement de Netanyahou, mais aussi de Gideon Saar, de Yaïr Lapid et de Naftali Bennett et la corruption de l'ancien Premier ministre Ehud Olmert et de son ministre des Finances Avraham Hirchson.


Gabi ASHKENAZI

Le ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a annoncé le 30 décembre sa démission du parti Kahol-Lavan : «J'ai décidé, comme indiqué, que je n'ai pas l'intention de continuer à me présenter à la prochaine campagne électorale dans le cadre de Kahol-Lavan et que je prends une pause pour réfléchir à ma voie à suivre. Je resterai en poste au ministère des Affaires étrangères aussi longtemps que je le souhaiterai».

Gadi EIZENKOT

30 décembre. L'ancien chef d'État-major Gadi Eizenkot a décidé de ne pas se présenter aux prochaines élections de mars 2021 malgré les propositions qui lui sont soumises. Il a informé de sa décision Gideon Saar, Yaïr Lapid et Avigdor Lieberman. Selon lui, il n’a pas eu le temps de construire une base politique et il n'a pas trouvé de foyer politique qui conviendrait à ses positions.

 

Gabi ASHKENAZI 

Le ministre des Affaires étrangères et dirigeant de Kahol-Lavan, Gabi Ashkenazi, a annoncé le 29 décembre qu'il ferait une pause dans la politique et qu'il se retirait des prochaines élections en mars. Il tire ainsi les conclusions de son échec au gouvernement. Le parti se réduit en peau de chagrin.



Avi NISSENKORN

Le ministre de la Justice Avi Nissenkorn a annoncé le 29 décembre qu'il quittait le parti Kahol-Lavan pour se présenter sous les couleurs du nouveau parti créé par le maire de Tel Aviv, Ron Huldaï. Son projet de prendre le leadership des Travaillistes tombe donc à l’eau. Il a donc décidé de démissionner le 30 décembre de son poste de ministre de la Justice.


Orly LEVY-ABECASSIS

Orly Levy a beaucoup voyagé en politique. On ne peut pas dire qu'elle soit très fidèle, du Likoud à Israël Beitenou d’Avigdor Lieberman, puis en liste commune avec les Travaillistes et Meretz. Aujourd’hui elle veut retourner à son parti d’origine, le Likoud, car Netanyahou est prêt à lui garantir une place éligible sur sa liste ce qui crée des remous et de l’indignation au sein de son parti.

Michal Cotler-Wunsh

29 décembre. L'hémorragie continue. Née le 18 décembre 1970, la députée vient d’annoncer qu’elle ne se présentera pas avec le parti Kahol-Lavan lors des prochaines élections de mars : «Parallèlement aux défis financiers, sanitaires et sociétaux, il y a des opportunités et des responsabilités qui doivent être réalisées. Nous devons remettre en question et changer les paradigmes». En tant que femme religieuse, libérale et juriste, qui a vécu à la fois en Amérique du Nord et en Israël, elle a développé des liens étendus et significatifs avec de nombreuses personnes d'horizons divers grâce à une compréhension des cultures locales et à l'appréciation de la communication interpersonnelle.

Tsipi LIVNI

28 décembre. Tsipi Livni semble vouloir reprendre du service en politique. L'ancienne ministre des Affaires étrangères va s'associer à Yaïr Lapid pour les élections de mars. Cette ancienne candidate sérieuse au poste de premier ministre voit une opportunité dans la forte baisse de Kahol-Lavan. C’est une bonne prise pour Lapid qui pourra consolider sa liste avec une dirigeante très appréciée à l'étranger.

Ron HULDAÏ

Le maire de Tel Aviv a annoncé le 28 décembre qu’il formera un nouveau parti de gauche qui se présentera aux élections de mars. Selon lui : «Des centaines de milliers d'Israéliens ont le sentiment de ne pas avoir de représentant politique dans cette élection».  Né le 26 août 1944 à Houlda (d’où son patronyme), Ron Huldaï est ancien pilote de chasse, ancien général de brigade des forces aériennes et maire de Tel Aviv depuis 1998. Ancien membre du Parti travailliste, il a été élu maire de Tel Aviv pour la première fois en 1998, puis réélu en octobre 2003, en novembre 2008, de nouveau le 23 octobre 2013 et enfin en 2018.


Merav MICHAELI

La député travailliste Merav Michaeli exige des primaires au sein de son parti : «Ma question est de savoir où va le parti. Je crois que le parti devrait être un organe politique clé dans cette élection et pour cela il a besoin de primaires».


Le Likoud

Le Likoud est à la recherche de nouveaux candidats pour sa liste électorale, de préférence des gens célèbres ou connus. C’est ainsi que le chanteur Yoram Gaon, et les journalistes Ayala Hasson, Sivan Rahav Meir, et Yinon Magal ont été approchés.


Gabi KNAFO

Le maire adjoint d'Ashdod, Gabi Knafo, a annoncé le 28 décembre qu'il rejoindrait le parti de Gideon Saar, peu de temps après que le maire d'Eilat Meir Yitzhak HaLevi a annoncé qu'il ferait de même.


Meir Yitzhak HALEVI

28 décembre. Né en 1953 à Jérusalem et d’origine yéménite, Meir Yitzhak Halevi avait un grand père qui était le grand-rabbin du Yémen. Il s’était installé en 1978 à Eilat et avait suivi le processus classique politique en commençant par entrer au conseil municipal dès 1993.  Il avait été élu maire de la ville en 2003 puis réélu en 2008 et 2013 avec un passage à Kadima. Il avait réussi à faire d'Eilat une «ville sans violence» en fermant les casinos et en réduisant la prostitution, ce qui l’a forcé à être en permanence protégé par la police. Membre du Likoud, il vient de décider de le quitter pour intégrer le parti de Gideon Saar. 


Avi NISSENKORN

28 décembre. Le ministre de la Justice, le député Avi Nissenkorn, va remplacer Amir Peretz à la tête des Travaillistes en grande difficulté dans le but de le rajeunir et de lui redonner son niveau de popularité historique. Peretz et Nissenkorn se connaissent depuis leur activité au syndicat Histadrout. C’est d’ailleurs Perez qui l’avait aidé dans son ascension au sommet de la structure de Kahol-Lavan.

 Miki HAIMOVICH

Benny Gantz a rencontré la députée Miki Haimovich et après une conversation personnelle, il l’a informée qu'elle ne serait pas incluse dans la liste Kahol-Lavan lors des prochaines élections. Avec Assaf Zamir, elle avait refusé de voter en faveur d'une motion reportant la date limite pour le gouvernement de présenter un budget de l'État afin d’empêcher un autre tour d’élections.

Assaf ZAMIR

Le président de Kahol-Lavan, Benny Gantz, s'est entretenu le 27 décembre avec le député Assaf Zamir, ancien maire-adjoint de Tel-Aviv, et l'a informé qu'il ne sera pas inclus dans la liste des candidats de son parti. Il avait déclaré la veille que Gantz ne devrait plus être à la tête du parti. On se souvient que Zamir avait démissionné le 2 octobre de son poste de ministre du tourisme en fustigeant de manière sérieuse tous ceux qui restaient au gouvernement une minute de plus en continuant de maintenir Netanyahou au pouvoir. Il avait voté contre le report du budget, en violation de la discipline de parti. Assaf Zamir a donc décidé de quitter Kahol-Lavan.


Bezalel SMOTRICH

27/12/20 Le député Bezalel Smotrich, leader du parti Tkuma, et dirigeant de Habayit Hayehudi, envisagerait de quitter la liste Yamina pour se présenter seul. D’ailleurs il n’a pas soutenu l'annonce de Bennett de se présenter au poste de Premier ministre. La semaine dernière, Naftali Bennett avait déclaré qu'il avait l'intention de maintenir la composition actuelle de Yamina, qui comprend les partis de la Nouvelle Droite et de l'Union nationale. Si Smotrich préfère se présenter sur une liste commune avec Bennett, ils ne sont pas encore parvenus à un accord sur la composition de la liste électorale. Marchandages en vue.

Dates importantes des élections

10 janvier : Le ministre de l'Intérieur finalise la liste électorale

4 février : Date limite pour soumettre la liste de candidats

21 février : Annonce officielle des listes de candidats

11 mars : Vote des marins et des diplomates

23 mars : Jour des élections

31 mars : Annonce des résultats officiels des élections 


26 décembre 2020 Gantz, Nissenkorn, Ashkenazi

Benny Gantz vient d’annoncer qu’il se présentera aux élections en tant que leader de Bleu-Blanc. Le ministre de la Justice, Avi Nissenkorn, se présentera sous une étiquette différente soit au sein des Travaillistes, soit sur une liste conjointe avec le maire de Tel Aviv-Yafo, Ron Huldaï. Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi hésite encore à se présenter aux prochaines élections. Il resterait au parti s'il en prenait la direction. Il pourrait en raison de ses étroites relations avec Gideon Saar le rejoindre

Ofer SHELAH 

Né le 9 février 1960 et ancien journaliste, Ofer Shelah est membre de la Knesset, représentant de Yesh Atid, depuis 2013. Yaïr Lapid, ayant refusé d’organiser des primaires du parti, il a décidé de le quitter pour créer sa propre structure. 

Amir PERETZ 

Né le 9 mars 1952 à Bejaâd au Maroc, Amir Peretz a une longue vie politique derrière lui. Il a été élu régulièrement à la Knesset depuis le 1er novembre 1988. Ministre de la défense du 4 mai 2006 au 18 juin 2007, ministre de la Protection environnementale du 18 mars 2013 au 11 novembre 2014, et ministre de l’économie depuis le 17 mai 2020. Il est à la tête du parti travailliste depuis le 3 juillet 2019. Le 3 décembre il a annoncé sa candidature à la présidence de l’État après le départ de Réouven Rivlin en juillet 2021. Le 23 décembre, il a entériné son échec politique en démissionnant de la présidence du parti travailliste sans cependant le quitter. Il a renoncé à faire liste commune avec Kahol-Lavan. 

Zeev ELKIN 

Né le 3 avril 1971 à Kharkov, Zeev Elkin est arrivé en Israël en 1990. Il a suivi des études à l'université hébraïque de Jérusalem et a obtenu en 1994 un diplôme de premier cycle en histoire et en mathématiques, ainsi qu'un diplôme de second cycle en histoire d'Israël. Il est député à la Knesset depuis 2006. Le 23 décembre, en tant que figure éminente du Likoud, il a décidé d’entrer au parti de Gideon Saar. La prise est de taille car c’est un confident de Benjamin Netanyahou qui le prenait avec lui dans tous ses déplacements à l’étranger et en particulier auprès de Vladimir Poutine. Il était donc dans tous les secrets du parti et de l’État. 

Sharren HASKEL 

Née le 4 mars 1984 à Toronto (Canada) d’une mère marocaine et d’un père membre du Palmah, a fait son service militaire dans la police. Haskel a étudié pendant un an aux États-Unis puis a vécu en Australie pendant six ans. Elle est députée depuis 2015. Le 23 décembre elle a décidé de quitter le Likoud pour rejoindre Saar. 

Michal SHIR 

Née le 18 novembre 1979, titulaire d’un BA en sciences politiques à l'Université Bar-Ilan, Michal Shir s’est lancée dès l’âge de 14 ans dans la politique et a été impliquée dans la création de l'avant-poste de la colonie de Maale Israël. Élue et réélue députée en 2019 et 2020, la députée Likoud vient de décider le 22 décembre de quitter son parti pour celui de Saar. 

Yifat SHASHA-BITON 

Née à Kyriat Shmona en 1973 d’une mère marocaine et d’un père irakien, titulaire en 2002 d’un doctorat en éducation de l'Université de Haïfa, a été ministre de la Construction et du Logement de 2019 à 2020. Anciennement du parti Koulanou, c’est la première députée Likoud qui a fait défection pour rejoindre Saar le 15 décembre 2020. 

Yoaz HENDEL et Zvi HAUSER 

Le 8 décembre, les députés Yoaz Hendel et Zvi Hauser de Derech Eretz, anciens de Telem et proches de Moshé Yaalon, ont participé à la création du nouveau parti de Saar. 

Gidéon SAAR 

Né le 9 décembre 1966 à Tel Aviv d’une famille originaire de Boukhara, il a été membre Likoud de la Knesset de 2003 à 2014 et de 2019 à 2020, ministre de l'Éducation de 2009 à 2013 et ministre de l'Intérieur de 2013 à 2014. Il a quitté le Likoud le 8 décembre 2020 pour créer son propre parti, Nouvel Espoir.

1 commentaire:

Georges Kabi a dit…

Ma'an n'est pas un nouveau parti arabe. Il s'est presente dans plusieurs elections sans pouvoir franchir la barre du minimum electoral. Pendant longtemps, il se reclamait du trotzkysme. Il ne paassera pas les 3.25% requis.