LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 18 octobre 2020

Le dégel au Moyen-Orient ? par Michèle MAZEL

 

LE DÉGEL AU MOYEN-ORIENT ?

La chronique de Michèle MAZEL

 


Résignation ? Prise de conscience que la bataille est perdue ? L’Union Européenne qui avait fait grise mine en septembre à l’annonce des accords de normalisation entre Israël et les  Émirats Arabes Unis, bientôt suivie par la nouvelle que Bahreïn prenait le train en marche, est en train de recalculer sa position. Sa principale objection aux accords était qu’ils étaient contraires au dogme selon lequel la solution du problème palestinien était la condition préalable à tout rapprochement entre Israël et les pays arabes.  Ce dogme avait été une première fois mis à mal par les accords de paix conclus avec l’Egypte.



Signature paix Jordanie-Israël

Mais c’est sa seconde violation qui aurait dû faire réfléchir l’Europe. Car enfin la Jordanie, avec ses camps de réfugiés palestiniens, avait elle-aussi fait la paix avec l’État juif en 1994. Nécessité fait loi dit le proverbe. Aujourd’hui les accords signés à la Maison Blanche sont en cours de réalisation. Banquiers et hommes d’affaires multiplient les rencontres, tant virtuelles que réelles. Une première ligne maritime entre Dubaï et Eilat. Un cargo émirati au port de Haïfa. Des liaisons aériennes directes qui auraient dû commencer d’ici quelques semaines mais qui ne débuteront qu’en janvier, covid19 oblige. La décision surprise de l’Arabie Saoudite de laisser les appareils israéliens survoler son territoire. Décision suivie par la Jordanie qui s’est enfin résolue à ouvrir son espace aérien aux avions du voisin qui lui ouvre le sien.

Prince Bandar Ben Sultan Al-Saoud


Il y a aussi eu les déclarations du prince Bandar Ben Sultan al-Saoud. Celui qui fut ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington n’a pas trouvé de mots assez durs pour fustiger les Palestiniens, les accusant pêle-mêle de faire cause commune avec la Turquie et l’Iran, ennemis du royaume, et de faire preuve d’ingratitude envers un pays qui s’est montré si généreux à leur égard. Il n’est pas jusqu’au Liban qui vient de décider d’entreprendre enfin des négociations avec Israël. Certes, des gisements gaziers ont été découverts en Méditerranée et il est devenu impératif de déterminer la frontière maritime entre les deux pays et plus précisément la ligne de partage de leur zone économique exclusive.



Une délégation composée uniquement d’officiers libanais – le représentant du ministère des Affaires étrangères ayant été prié de rester chez lui à la demande du Hezbollah - s’est donc rendue à reculons et de mauvaise grâce rencontrer leurs homologues israéliens au quartier général de l’UNIFIL situé à Nakoura, du côté libanais de la frontière. Ils ont refusé de serrer la main des dits homologues ou même de poser pour la traditionnelle photo. Le Hezbollah crie haut et fort qu’il ne s’agit en aucun cas de pourparlers de paix ; son patron iranien voit d’un très mauvais œil ces contacts avec le petit Satan.

Josep Borrel

Mais revenons à l’Union Européenne. L’accord d’association conclu entre cette institution et Israël en 2000 avait été suspendu en 2013 par Bruxelles après l’Opération Bordure Protectrice. A la suite d’une récente rencontre entre le responsable de la politique extérieure de l’UE, Josep Borrel et le ministre israélien des affaires étrangères Gabi Ashkenazi, il va être remis sur les rails. Bref, malgré l’hiver qui approche, le dégel a commencé. 



Il ne fait pas que des heureux. Les Palestiniens se sentent un peu isolés malgré l’appui de l’Iran et de la Turquie. Ils tirent un peu de réconfort du soutien de la Liste Arabe Commune à la Knesset, le parlement israélien. On sait qu’aux dernières élections, les citoyens arabes israéliens ont voté massivement, et y sont représentés par quinze députés.  Ces derniers viennent d’annoncer qu’ils voteraient contre les accords de normalisation avec les Emirats que le gouvernement va faire ratifier par le parlement.

8 commentaires:

Yaakov NEEMAN a dit…

Prenons du recul. Avec les accords conclus avec les Etats des Golfe, peut-être sommes-nous en train d'assister à une nouvelle étape dans le retour d'Ychmaël à la table d'Avraham-Ibrahim. Le retour d'Israël sur sa terre a provoqué un changement dans la façon de comprendre et de vivre le temps. Les pendules sont désormais bibliques. Bien sûr, l'événementiel continuera à peser de tout son poids sur les opinions (et les décisions) des uns et des autre. Ce qui est à craindre, c'est un acte désespéré des ennemis de la paix, pour enrayer la dynamique qui s'est mise en marche. De notre côté, il faudrait quand même qu'on soit davantage un "phare pour les nations", et pas seulement une start-up nation. On est porteur d'une immense message éthique : peut-être le moment est-il propice pour commencer à vouloir l'actualiser. Sinon d'autres s'en chargeront, et on risque de nous faire payer très cher le fait de n'avoir pas été à la hauteur de notre... élection. (Mot fétiche à ne pas prononcer dans le contexte que l'on sait)

Acacia 52 a dit…


merci à l'auteure de nous montrer cette dynamique de paix qui s'enclenche . Souhaitone lui longue vie

Marianne ARNAUD a dit…


Madame,

Je suis tout à fait d'accord avec vous, ni la France - ni encore moins l'UE dominée par l'Allemagne - n'ont aucune légitimité à défendre un dogme, quel qu'il soit, concernant les relations d'Israël avec ses voisins.

Cependant , reconnaissez que les "banquiers et hommes d'affaires" font irruption très tôt dans votre propos (9e ligne), façon problématique de mettre les pendules à "l'heure biblique" comme aimerait que le soit Yaakov NEEMAN.

Quant à monsieur Neeman, j'aimerais lui faire remarquer que pour être à la hauteur de cette belle ambition, la start-up nation a encore des efforts à faire.
Car comment imaginer que l'Arménie déjà victime d'un génocide au début du XXe siècle, pourrait en subir un autre au XXIe siècle, sous les bombes fabriquées par le "phare pour les nations" ?

Cordialement.

http://www.slate.fr/story/195905/haut-karabakh-conflit-armenie-azerbaidjan-suprematie-militaire-drones-munitions-intelligentes-vente-israel

sion a dit…

Bien sûr, en tant que juif, je désapprouve la vente d’armes israéliennes à l’Azerbaidjan, mais il ne faut pas perdre de vue que ce pays est le seul musulman à avoir des relations vraiment amicales et commerciales avec Israel. Comme le disait le grand Charles, les états n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts

Germax a dit…

Les banquiers et hommes d'affaires émiratis, plutôt qu'acheter des grands magasins, des hôtels de luxe ou des immeubles de rapports à Paris comme les Quataris si chers à la classe politique française, vont participer à des start-ups israélo-indiennes dans le domaine de la recherche médicale. Les projets de collaboration en matière agricole avancent vite aussi et nécessitent aussi des fonds qui, jusqu'à nouvel ordre, ne proviennent pas et ne proviendront pas de Bruxelles. Donc tant mieux si le nerf de la guerre arrive tout de suite après ces accords d'Abraham.

Véronique Allouche a dit…

@marianne Arnaud
Chère Marianne, j’ajoute à votre commentaire si lucide que si Israël est porteur d’un immense message éthique comme le dit avec emphase Yaacov Neeman, « le phare pour les nations » n’a toujours pas reconnu le génocide arménien. Ce qui revient à dire suite au commentaire de Sion que « les relations amicales et commerciales » éclaboussent quelque peu la morale et l’éthique.
Très cordialement vôtre

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

à Yaakov Neeman,
UNE PREMIERE CHOSE : Les pendules ne sont pas « désormais bibliques » car elles l’ont toujours été. Le temps en effet a toujours été mesuré sur la pendule de Dieu. Sauf que ni Israël ni le monde n’en avaient vraiment conscience. C’est pourquoi le retour d’Israël sur sa terre n’a été rien d’autre que l’accomplissement de plusieurs prophéties au temps marqué sur la pendule divine. Voyons cela en remontant 2000 ans en arrière dans le passé biblique d’Israël sous occupation romaine...
- en l’an 33, «comme Yeshoua (Jésus) approchait de Jérusalem, en la voyant, il pleura sur elle et dit : Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t'environneront de palissades, t'encercleront et te presseront de toutes parts ; ils te nivelleront au ras du sol, toi et tes enfants au milieu de toi, et ne laisseront pas en toi pierre sur pierre...» Un peu plus tard «Comme Yeshoua s'en allait, au sortir du temple, comme quelques-uns disaient du temple qu'il était orné de belles pierres et d'objets apportés en offrandes, Yeshoua dit : Les jours viendront où, de ce que vous voyez, il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée (…) Ils [les Juifs] tomberont sous le tranchant de l'épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis (ou jusqu'à la fin des temps des nations).» (Bible section « Nouveau Testament, ou Nouvelle Alliance - Levi-Matthieu 24 v. 1-2 ; Yohanan-Marc 13 v. 1-2)
Ensuite, l'histoire séculière nous apprend qu’environ 40 ans après ces paroles de Yeshoua...

- En l'an 70, Titus détruit Jérusalem et son temple :
LA PROPHETIE DE YESHOUA COMMENCE A S’ACCOMPLIR.
Puis, après d’autres événements et révoltes juives :
- Dispersion du peuple et...
- Occupations successives du pays d'Israël par des nations étrangères.
LA PROPHETIE DE YESHOUA CONTINUE DE S’ACCOMPLIR :
* Occupation byzantine (324 Constantin - Saint Sépulcre),
* occupation perse (614 sassanides),
* occupation arabo-musulmane (638 - 691 : Dôme du rocher -),
* occupation égyptienne (900-1100),
* occupation franque (1100, croisés),
* occupation mamelouke (1187 Saladin),
* occupation turque-ottomane (1517 Soliman le Magnifique), et finalement
* occupation britannique en 1917 jusqu'en…
- 1948 où Israël est rétabli devant le monde entier en tant que Pays-Etat-Nation (proclamation officielle de David Ben Gourion). Avec (1/2) Jérusalem : Capitale biblique.
À ce moment-là, il y a aussi accomplissement de la prophétie d’Isaïe donnée 700 ans avant la naissance de Yeshoua, à savoir : «Avant d'être en travail, Sion a accouché ; avant que les douleurs lui viennent, elle a donné le jour à un fils. Qui a jamais entendu rien de pareil ? Un pays peut-il naître en un jour ? Une nation est-elle enfantée d'un seul coup ?» (Isaïe 66 v. 7-8) OUI ! un pays peut naître en un jour : Israël, et OUI ! une nation est enfantée en un jour : Israël, exactement le 14 mai 1948 car dit l’Eternel : «Je veille sur ma parole pour l’exécuter.» (Jérémie 1 v. 12)
- Puis, en juin 1967, la Guerre des Six-Jours débouche sur la victoire fracassante d'Israël sur les nations arabes : Jérusalem est réunifiée (2/2), c’est-à-dire relevée.
LA PROPHETIE DE YESHOUA S’EST PARFAITEMENT ACCOMPLIE dans tous ses termes :
* Destruction du temple et de Jérusalem, foulée aux pieds,
* dispersion du peuple,
* occupations successives d'Israël par les nations, et Jérusalem foulée aux pieds par les nations,
* relèvement (= réunification) de Jérusalem en 1967, et donc, par conséquent,
* également en 67, officiellement, accomplissement, ou « fin des temps des nations ».

La pendule divine a toujours fonctionné, toujours mesuré le temps et d’Israël et des nations. La pendule divine biblique ne s’est jamais arrêtée.
UNE DEUXIEME CHOSE maintenant par rapport notamment à Israël « phare pour les nations »...

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

DEUXIEME CHOSE, quelques précisions sur certains points vus précédemment :

- Le message central du Messianisme est la «Bonne Nouvelle» (grécisée : Evangile) qui peut être résumée dans ces versets bibliques : «Et l’amour de Dieu consiste (...) en ce que Dieu nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire [ou propitiation] pour le pardon de nos péchés ; Yeshoua est la victime expiatoire morte pour le pardon de nos péchés» car «sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon» ; «la Bonne Nouvelle est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque CROIT, du Juif PREMIEREMENT, puis du Non-Juif. En effet la justice de Dieu s’y révèle par la foi et pour la foi, selon qu'il est écrit : Le juste vivra par la foi.» (Bible, 1 Yohanan-Jean 4 v. 10)

- A noter que cette Bonne Nouvelle - de la purification des péchés par le sang versé du Messie, Yeshoua, victime expiatoire - n’a absolument RIEN à voir avec le catholicisme, qui est une religion déviante du Christianisme ou Messianisme alors que le Messianisme est une ALLIANCE : «En ces jours-là [Pâque JUIVE], Yeshoua prit du pain, et après avoir dit la bénédiction, il le rompit et le donna à ses disciples en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe, et après avoir rendu grâce, il la leur donna en disant : Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’ALLIANCE, qui est répandu pour beaucoup, pour le pardon des péchés.» (Levi-Matthieu 26, v. 26 ; Yohanan-Marc 14, v. 14 ; Luc 22, v. 19) Ici, Yeshoua institue symboliquement la Nouvelle ALLIANCE qu’il va sceller par son sacrifice accompli quelques heures plus tard à la croix de Golgotha. Cette Nouvelle ALLIANCE avait été prophétisée par Jérémie, à l’époque de la destruction du temple de Jérusalem par Babylone (Jérémie 31, v. 31). On entre dans cette ALLIANCE non par héritage traditionnel (catholicisme) mais par une démarche LIBRE et PERSONNELLE de foi...

- A propos d’Israël « phare pour les nations » : La diaspora JUIVE a duré environ 2000 ans durant lesquels, parallèlement, les nations ont eu l’occasion d’entendre le message du Messianisme (grécisé : Christianisme) EXPORTé d’Israël par les apôtres et disciples de Yeshoua, au départ TOUS JUIFS, rejoints au cours du temps par les «gentils» des nations qui recevaient ce message JUIF messianique. Ces 2000 ans de propagation du Messianisme constituent bibliquement «les temps des nations». Et…
Et ces JUIFS qui, SUR L’ORDRE du Messie, Yeshoua, ont propagé cette Bonne Nouvelle de la rédemption par la foi en son sacrifice constituent l’ «ISRAËL, LUMIERE DES NATIONS », qui a donc amené la connaissance du salut et des commandements divins, donc la civilisation parmi les nations barbares et polythéistes de l’époque. Et à cet « Israël, phare pour les nations » se sont greffés tous les Juifs et les croyants non-Juifs qui, de génération en génération, ont reçu ce message messianique au cours du déroulement du temps qui passe. Voilà l’«ISRAËL PHARE DES NATIONS», cet Israël «porteur d'un immense message éthique», toujours d’actualité, qu’il continue à propager aujourd’hui encore.

- Comme vu précédemment, 1967 a été l’année du relèvement de Jérusalem (2/2), et a marqué l’accomplissement, ou «fin des temps des nations». Et cet accomplissement prophétique divin extraordinaire concernant le relèvement de Jérusalem a été suivi d’une RIPOSTE SPIRITUELLE incroyablement violente du monde des ténèbres, à travers spécifiquement la jeunesse en France, mouvement de rébellion et de rejet du divin : MAI 68 qui a marqué véritablement le début de la déCHRISTianisation, ou déMESSIanisation, si je puis dire...