Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 14 juillet 2020

Billet d'actualité : humour et alyah par Philippe BLIAH


BILLET D’ACTUALITÉ : HUMOUR ET ALYAH

Par Philippe BLIAH
Ancien avocat en France



Un libérateur à l'horizon pour l'alyah prévisible des Juifs de France? Celui- ci dans la rubrique «comme son nom l'indique» aurait rapporté le Canard Enchaîné porte  un nom bien prédisposé : il se nomme HaGoel qui signifie précisément libérateur en langue hébraïque.
Vice-président de l'Organisation Sioniste Mondiale, Hagoel a mis au point en liaison avec le ministère de l'intégration un programme permettant de faire venir 50.000  Juifs «Francs» désireux de «franchir la ligne bleue des Vosges», mais  en direction de la Terre promise. 



C'est que, dit-il, bien que pour sa part n'ayant rien lu de tel dans le Monde ni Libération, la situation en France se détériore tous les jours. «Entre l'aggravation de la crise économique, la montée de l'antisémitisme et le fait que la France penche vers un djihadisme extrémiste » (Traduction libre de l'anglais : The situation in France is deteriorating every day, Hagoel said : Between the worsening economic situation and rising anti-Semitism, and France is giving in to extreme Islamic Jihad.)
A la bonne heure, mais «qui l'eut crut» concernant ceux qui se prétendaient «Heureux comme Juif en France» pour paraphraser l'expression  qui aujourd'hui déclencherait une crise de fou rire mêlée de délectations moroses d'un passé révolu. De tels plans étaient à l'époque destinés aux malheureux et mal aimés Juifs en situation de détresse matérielle, physique et économique, soumis à des pouvoirs autoritaires de plus en situation  de crise.
Ce fut le cas des Juifs dans les pays arabes, des Juifs d’Éthiopie, d'Union Soviétique et d'autres en moindre nombre dont ceux de Roumanie. Mais les Français, quand même!! Le pays irrésistible des Droits de l'Homme sans devoirs! Le pays de la haute gastronomie en devenir hallal et de l'antiracisme exacerbé aussi avancé que son socialisme de facto en mode libéral altermondialiste.
Le pays champion de la taxation fiscale semant à tous vents, plus loin que le Larousse, les allocations redistribuées aux chances pour la France tout en en conservant une partie au profit des «pov palestiniens» dont l'amour obsessionnel ne cesse d'augmenter selon le théorème d'Archimède revu et corrigé : Plongé sans repos au  fluide médiatique français, tout corps palestinien à peine égratigné provoque une violente poussée antisémite, migrant de bas en haut sans rapport aucun au poids de son importance réelle déplacée.
Eh bien oui, la roue tourne... Ça eut payé, se serait exclamé Fernand Raynaud face au cha-hut actuel. Eh bien cette fois au bon sens du terme pour ces Juifs,  Maréchal les voilà! Marion(s)- les à Israël en leur offrant de bonnes conditions rappelant aussi qu'en toutes serrures il y'a le pêne susceptible un jour de crise de bloquer la Frontière Sublimeme pour des raisons que l'on peut imaginer.
Passons à d'autres réalités en matière d'intégration : Qui n'a pas en mémoire les difficultés empêchant la réalisation d'une intégration sereine ? Par exemple le dentiste qui après plusieurs décennies d'exercice en France se voit contraint comme un débutant de passer des examens pratiques contraignants, l'administration lui refusant l'usage de son diplôme en Israël sous prétexte qu'il lui manque un point. Un tout petit point sur lequel les examinateurs ne fermeront pas les yeux?
Ou le pharmacien, ayant brillamment réussi en France son doctorat, obligé de repasser  son équivalence qu'il n'aura qu'après plusieurs tentatives, toujours à un point prés, victime présumée du quota inscrit dans  la discrimination positive au profit d'autres ethnies nationales. Heureusement ces obstacles, après multiples débats suscitant des Commissions parlementaires et professionnelles,  ont été levés, mais reste le problème des autres chercheurs d'emploi. Quid de ces aides ?

Le dit plan n'a pas à ce jour été dévoilé dans son ampleur- à supposer qu'il en ait une -Tout au plus le Libérateur semble avoir pris conscience de la baisse de candidats à l'alyah depuis 2015 «due à diverses barrières et difficultés d'intégration» (sic). Le Plan projette d'y remédier en réunissant une liste d'entreprises susceptibles d'employer les nouveaux venus en contrepartie de subsides et d'avantages fiscaux en mettant ce système en place depuis la France ce qui permettrait une intégration plus performante.
Pour couper court à toute critique, quel pays au monde de taille aussi petite qu'Israël fait montre de pareille  ambition? A suivre.
Souhaitons une belle réussite à ce projet dans l'espérance que cet espoir ... ne restera pas un espoir ! Pour l'anecdote : à noter que ni BHL ni Finkielkraut, ne se sont à ce jour portés candidats dans la crainte de se voir offrir un emploi en Judée Samarie.


2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Le problème, car quoi que vous disiez, il y en a un : juif ou pas juif, un Français reste un Français !
Et voir débarquer 50 000 Gaulois réfractaires mérite de pouvoir y réfléchir !

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Go’el, c’est plutôt « rédempteur »...Le choix d’émaux le choc des faux taux.
L’ange des chus.