Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 16 juillet 2020

Allemagne, France, le grand amalgame par BAZAK


ALLEMAGNE, FRANCE, LE GRAND AMALGAME

Par BAZAK


Kahla, ville d'ex-Allemagne de l'Est 

Depuis septembre 2001, le monde entier vit dans l’insécurité. Le terrorisme sous toutes ses formes, est devenu la colonne vivante de toutes les peurs. L’Allemagne de 2020 malgré son histoire, ou à cause d’elle, n’est pas à l’abri. Nous avions déjà évoqué la montée des actes néo-nazis d’extrême-droite. Depuis, il y a eu des morts.
La France, malgré un calme relatif et sa vigilance affichée, subit depuis novembre 2018 des événements qui se traduisent par des violences continuent, plus fréquentes et d’un niveau croissant qui fait craindre le pire. La pandémie semble avoir constitué un accélérateur indirect de ces violences.



Un premier constat déjà fait ailleurs s’impose ; devant une menace asymétrique on ne ne réagit pas à l’aide de la bureaucratie et encore moins par des invocations et des résolutions vides d’effets. La question est désormais posée avec urgence et acuité, l’État de droit de 2020 peut-il faire face à de telles menaces ? Même si l’exemple ne vaut pas à l’identique, la montée du nazisme a bénéficié aussi d’une telle situation.
En Allemagne, la bonne nouvelle est que les actes des extrémistes de droite comme de gauche ont été moins nombreux en 2019. En revanche, la très mauvaise nouvelle est qu’ils ont franchi une marche de plus, en atteignant un niveau de violence inconnu jusque là. Les attentats mortels contre des hommes politiques et une synagogue en témoignent. Le rapport annuel des services de sécurité allemands qui vient d’être publié le souligne. Les délits attribués à l’extrême-droite ont augmente d’un tiers et sont trois fois plus nombreux que ceux commis par l’extrême-gauche. Sont visés l’AFD ainsi qu’un groupe qui en est issu, dénommé l’Aile. Le plus inquiétant, constate ce rapport, est que ces actes trouvent de plus en plus d’écho parmi la population et provoquent de nouvelles adhésions à l’AFD, comme ses récents succès le confirment.
Comme en France, on minimise la violence d’extrême-gauche par mettre le projecteur sur la violence d’extrême-droite, dont la présence dans les institutions est la plus visible. Le rapport ne cite aucun chiffre concernant l’islamisme, grâce à la vigilance et à l’efficacité des services, souligne ce rapport.
Mireille Knoll

Au fil des actes de violence, on assiste  à la renaissance d’un néo-racisme sans races, qui avait été observé en Pologne vide de Juifs après guerre. En France, comment ne pas avoir été frappé par la violence, accompagnée de propos antisémites et racistes lors de la manifestation orchestrée par diverses associations d’extrême-gauche devant le tribunal de Paris ? Comment expliquer et accepter qu’il ait fallu deux ans à la justice pour qualifier le meurtre abominable de Mireille Knoll en mars 2018 d’assassinat antisémite ?
Pourquoi devons nous attendre pour connaitre l’identité de l’automobiliste bien connu des services de la police, qui a fauché à mort une gendarme ? Et celle des agresseurs du chauffeur de bus qui voulait faire respecter l’obligation de porter un masque ? Les tirs à la Kalachnikov de Dijon ? Autant d’actes de la violence ordinaire ? Ce sont devenu des actes de la violence ordinaire.
AFD

Comment accepter que ces groupes d’extrême-gauche tentent, sous couvert de dette historique, de réécrire l’Histoire en développant une théorie profondément raciste pour effacer et finalement ébranler ce qui fait l’Histoire de France. L’AFD en Allemagne n’agit pas autrement, en s’appuyant sur les mêmes arguments mettant en valeur les qualités du troisième Reich, et ce faisant, propose un nouveau récit national aux Allemands.
Enfin pour les révisionnistes de l’Histoire, ils seraient bien inspirés de regarder autour d’eux. On évalue à 40 millions dans le monde, le nombre d’êtres humains en esclavage. En Afrique, on dénombre plus de 9 millions de femmes maintenus en esclavage. Plutôt que de propager ce nouveau mot de désordre, Black Live Matters en France, les mêmes fervents partisans de L’Éveil, qu’on appel le Woke, devraient aussi se préoccuper de ce qui se passe tout prés, à Londres, où un rapport de 2019 recense 12.000 cas d’esclavagisme dans le Royaume ! Le maire Sadiq Khan a constitué une commission pour étudier l’implantation des monuments, voire leur suppression.
Alors comment ne pas comprendre qu’une telle situation encourage et favorise de plus en plus le vote  des extrêmes !


4 commentaires:

bliahphilippe a dit…

Mon intervention en guise de commentaire portera seulement sur le probléme français mieux connu par moi que celui de l'Allemagne.
Votre article fait une correcte analyse des faits et méfaits commis sur le territoire français qui tiennent essentiellement à l'immigration continue et massive de nature "islamiste multi ethnique" depuis une bonne trentaine d'années. Vous n'en soufflez mot, pour aboutir à une conclusion évidente empreinte d'une certaine fausse naiveté :"Alors comment ne pas comprendre qu’une telle situation encourage et favorise de plus en plus le vote des extrêmes !"
Je pense que c'est faire injure aux gouvernements et à leurs ministres de l'intérieur que d'imaginer qu'ils ne "comprennent pas" la dite situation. Mais ils preferent gerer au quotidien ce probleme dans le cadre oblige du "vivre ensemble"plutot-on peut les comprendre -que d'en affronter les consequences pratiques qui en decoulent s'il fallait y mettre fin!
Ceci pour dire que les gouvernants sont parfaitement au courant es qualité de récipiendaires des rapports qui s'accumulent dans leur ministére. L'ex ministre de l'intérieur Collomb en a fait état dans des termes plus qu'inquiétants que vous n'ignorez pas.
Avant lui, Fraçcois Hollande évoquait meme un risque de partition.
La véritable question encore sans réponse sur le terrain est celle-ci à mon sens trés commun :
Quelles mesures pour stopper ces spirales de violence et comment y parvenir sans remettre en cause la "paix sociale" achetée à un cout exhorbitant?
Quel est le prix à payer sachant que le poids du nombre de cette population tout confondue à la sauce "Black- Beur- Rouge- rose- Vert et Blanche molle" à l'ideologie politique hostile dispose de soutiens dans la grande majorité des partis politiques existants de l'échelon local au national, leurs clercs ayant besoin de leurs voix pour conserver ou gagner le pouvoir?
Vous avez omis-peut etre n'était ce pas le sujet de rappeller que des islamistes ont été élus directement es qualité de maires et que d'autres font la loi par leur poids électoral. Comment imaginer que tous ces (ir)responsables ne forment pas bloc avec eux pour les besoins de leur survie politique?
La réflexion sans solutions -certainement dans un de vos prochains articles- entraine aussi à des conséquences de nature à remettre en cause des principes imposés par l'UE, ce qui constituerait une régression pour les uns et une révolution salutaire pour les autres. Imaginez vous meme une droite Sarkozyste-totalement en perte de vitesse via les LR- sortir le karcher rouillé du placard? Evidemment non!Cet etat de fait ne peut produire que des extremes : "on est pour ou on est contre"!
Dans cette France bloquée mais qui bout en silence hors du ronronnement médiatique on peut légitimement poser la question d'un avenir difficile.
Celle d'un pays qui risque d'aller à sa perte dans deux cas :1) s'il y'a guerre civile, 2 ) s'il n'y'a pas guerre civile!

BAZAK a dit…

Merci Mr BLIAH pour votre intervention.j’en partage de nombreux points. Cependant ,je suis beaucoup plus inquiet pessimiste que vous.s’agissant de « la paix sociale et du vivre esemble » ces deux concepts piliers d’une société digne de ce nom, sont vidés de leur sens initial., hélas. Ils ont été revendiqués par tois les gouvernements, mais uniquement a des fins électorales ou politiques. Quand on en arrive à un tel degré de violences régulières, de sang versé, qui devient notre ordinaire, alors on doit etre plus qu’inquiets.
Des solitiôs, à defaut de LA solution ? D’abord appliquer sans aucune exception toutes les lois existantes. Ce n’est pas le cas. Ensuite, instaurer des peines planchers automatiques pour les crimes de sang. Il est intolérable qu'après avoir commis leur forfait, les assassins puissent encore plaider, obtenir les circonstances atténuantes ou autres relaxes. Mettre jn terme au règne des caids dans les banlieues. Tache jugées jusqu’ici impossible pour un pays de 67 millions d’habitants. Expulser sans autre forme de procédures- les imams auto proclamés qui bafouent nos lois. Quant à l’immigration, sans faire injure à qui que ce soit dans le besoin, réfugiés politiques, originaires de pays en guerre, instaurer des procedures qui permettent d’integrer ces personnes. De nombreux pays le font sans être taxés d’inhumanité.
La France est laique et doit le rester. Mais au rythme où nous allons, le communautarisme aura bientot pris le dessus.
Bref on ne peut plus rester dans le EN MEME TEMPS et l’A PEU PRES. C’est mon constat.
Bien cordialement,

Unknown a dit…

Lorsque les Français ont elu Sarkozy, c’etait avec l’espoir que l’Etat rétablirait l’ordre et une veritable justice punitive. Que les territoires perdus de la Republique soient reconquis. Bref, que la peur change vraiment de camp. Or rien n’a été fait. Depuis Hollande, la situation va de mal en pis. Les prisons (pour cause de Covid, c’etait fort pratique) se vident. Les derniers événements en date (ce pauvre chauffeur massacré à Bayonne et cette gendarmette fauchée), tous commis par des racailles maghrebines multi-recidivistes, temoignent d’un effondrement de l’autorité et de l’ordre dans ce pays. Macron (tout comme la Droite avant elle) seront tou comptables de l’arrivée ineluctable tôt ou tard de Marine Le Pen au pouvoir.

Marianne ARNAUD a dit…

"Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres."

Antonio Gramsci.