LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

lundi 25 mai 2020

Magouilles politichiennes par Maxime TANDONNET



MAGOUILLES POLITICHIENNES

Par Maxime TANDONNET

            

          Un nouveau groupe parlementaire, le neuvième, vient d’être créé par l’aile gauche «macroniste». La plupart des commentaires annoncent la fin de la majorité LREM et en font un événement politique. Absurde : ces soi-disant parlementaires doivent tout à l’élection présidentielle. Ils n’ont aucun ancrage, aucun mérite, aucun charisme, aucune vision et nulle autre obsession que leur réélection future dans la foulée de celle de M. Macron. Ce cinéma hypocrite n’a pas une once d’intérêt.



            L’air du temps pue la magouille politichienne. Il est fortement question d’un changement de Premier ministre. Dans le système politique français, il n’y a qu’un seul authentique responsable : l’occupant de l’Élysée qui pavoise jour après jour à la télévision et multiplie les coups médiatiques et les annonces en guise de politique.  Lui seul a vocation à assumer et à partir si quelqu’un doit payer. Changer de Premier ministre n’est rien d’autre, dans ce système bancal, qu’une opération de communication supplémentaire en vue de l’élection présidentielle. De même, quelques articles de presse se font les échos de l’idée de dissoudre la Chambre. Je n’y crois guère, mais si une telle opération avait lieu, ce ne serait rien d’autre qu’un coup dans la perspective de la présidentielle de 2022.
            La France est par terre : 30.000 morts du covid, des milliers de personnes âgées sacrifiées, une économie dévastée, des millions de jeunes sur le carreau et dans la détresse, des libertés saccagées. Je ne partage pas trop l’idée selon laquelle l’écroulement de la France est une vue de l’esprit et une traduction de la haine de soi. Non, l’écroulement de la France a bien eu lieu, surtout comparé à l’Allemagne, et toute la gestion de la crise du covid, marquée par l’aveuglement, les mensonges, les volte-face, le mépris, est bien le résultat d’une faillite particulière de la classe dirigeante française.
            Que dans ces conditions de malheur collectif, des individus puissent songer à leur élection (une candidate s’est déjà déclarée deux ans à l’avance !) ou réélection à l’Élysée est d’une médiocrité indicible. Cette obsession élyséenne n’est rien d’autre que la poursuite d’une perversion du régime politique français qui substitue la démence narcissique au bien commun, à l’intérêt général. Quand j’en parle à des amis politiques, ils me disent outrés : «mais il faut bien incarner!» Incarner quoi ? La bêtise humaine ? Je suis pour la destruction de ce système et la restauration d’une démocratie libérale fondée sur le seul service de la France.

7 commentaires:

V. Jabeau a dit…

Pour qui roulez-vous ? Ce serait honnête de le dire.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@V. Jabeau

Je ne roule pour personne. je ne suis encarté dans aucun parti.

Je suis pour la liberté de l'expression politique. je suis tantôt accusé de gauchisme et aujourd'hui je suis un suppot de l'extrême-droite. Vous avez une conception spéciale de la liberté de penser. La censure n'est pas une politique que j'approuve a fortiori une censure à l'égard d'un haut fonctionnaire qui a été pendant 5 ans au cabinet de Sarkozy à l'Elysée.

Je pense que nos lecteurs savent faire la part des choses.

V. Jabeau a dit…

@M. Benillouche, la question s’adressait à M. Tandonnet. Je vous lis et vous suis sans manquer vos articles. Vous exprimez vos opinions et vos questions avec clarté.
Vous donnez la parole à d’autres personnes et j’en suis ravi. Je m’attends donc à ce que ces personnes soient aussi claires que vous. Je ne souhaite aucune censure mais la clarté des intentions.
D’autre part, en quoi ma question simple vous fait penser que j’ai une conception spéciale de la liberté de pensée ?
Bien à vous.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@ Jabeau
je suis moi-même sousmis à de la censure de certains médias, radios et télévison, sous prétexte de déviation "gauchiste" et donc je ne supporte pas qu'on en fasse de même.

Quand j'achète un journal, je ne lis pas tout, je choisis. Je suis attiré par les articles qui ne suivent pas forcément mes idées, par curiosité.

C'est pourquoi nous offrons toute une variété de textes même si nous ne paratageons pas les mêmes idéologies. Ne lire que ce qui me plait "est une conception spéciale de la liberté de pensée"

V. Jabeau a dit…

@M. Benillouche, Désolé si je n’ai pas été clair : je ne vois nulle part où je vous demande de ne pas publier les articles de M. Tandonnet. Je vous ai dit que j’étais ravi que vous donniez la parole à d’autres personnes. C’est pourquoi vous comprendrez certainement que votre commentaire final peut provoquer ma surprise et me heurte. Je ne souhaite surtout aucune censure, mais au contraire la clarté. Je ne pensais pas que ma question pouvait être interprétée comme agressive. Je serais ravi de poursuivre ce débat mais je ne veux lasser personne.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@V. Jabeau

Je suis désolé d'avoir mal interprété votre message. Je m'en excuse. Vos commentaires sont précieux et toujours très judicieux. Continuez!

V. Jabeau a dit…

Merci de vos encouragements M. Benillouche. Au plaisir !