LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 30 janvier 2020

Le faux procès fait à Macron


LE FAUX PROCÈS FAIT À MACRON


Copyright © Temps et Contretemps
            
Macron dans son avion de retour

          L’opposition en France, et les Israéliens francophones en particulier, sont toujours à l’affut d’une déclaration d’Emmanuel Macron pour la détourner de son sens premier et pour trouver matière pour l’accuser sinon d’antisémitisme au moins d’antisionisme. Les Français ne savent plus lire ou feignent de ne plus le savoir. Ils extraient un mot de sa déclaration, bien sûr le mot Shoah, pour se lancer dans des accusations sordides. Il suffit d’un titre accrocheur publié par un site peu fiable pour que, comme des moutons de Panurge, tous se faufilent dans la brèche afin de manifester leur haine sans avoir lu ni analysé toute sa déclaration. Les réseaux sociaux et les sites douteux s’y sont mêlés, heureux de trouver un buzz pour améliorer leur fréquentation.



            Alors les journalistes, dont le rôle est de diffuser et d’analyser les informations, sont contraints de faire une explication de texte, comme en classe de troisième au Lycée. En revanche, les politiques ne sont pas dupes mais ils sont là pour exploiter à leur profit une situation qui ne méritait que quelques lignes dans la presse, voire aucune ligne du tout. C’est à croire qu’il existe des officines chargées de décortiquer les déclarations et de tronquer les textes pour les rendre plus sulfureux.
            Bien sûr, beaucoup de sites francophones d’Israël, trouvent ainsi l’occasion soit pour attaquer nommément un ambassadeur français, comme le fut hier Patrick Maisonnave, soit pour ternir l’image de la France, surtout quand cela n’est pas justifié. Nous avons été souvent peu tendre avec la politique diplomatique de la France pour être accusés de mauvaise foi mais nous n’avons jamais cherché à travestir la vérité. Nous ne sommes pas des fervents partisans d’Emmanuel Macron qui peut se passer de nous avec ses  fans et ses officines de propagande; mais nous recherchons uniquement la vérité, laissant ensuite aux lecteurs, majeurs politiquement, le soin de juger par eux-mêmes. Cependant en France ce fut une bonne occasion pour les opposants, la droite et l'extrême droite en particulier, de dénoncer les propos d'Emmanuel Macron.
            Dans l’avion qui le ramenait de Jérusalem après avoir commémoré la libération du camp d’Auschwitz, imprégné de l’ambiance exceptionnelle sur la Shoah qui régnait alors, il a affirmé : «Je suis très lucide sur les défis que j'ai devant moi d'un point de vue mémoriel, et qui sont politiques. La guerre d'Algérie est sans doute le plus dramatique. Je le sais depuis ma campagne. Il est là, et je pense qu'il a à peu près le même statut que la Shoah pour Chirac en 1995». Il a voulu, en s’inspirant de Jacques Chirac qui avait reconnu en 1995 la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, suivre la même méthode. Il souhaite créer un comité d’experts et d’historiens neutres pour analyser et juger la colonisation de l’Algérie, pour définir les responsabilités, pour pointer nommément les responsables et enfin pour prendre les mesures, certes tardives, afin de mettre un terme au «conflit mémoriel qui rend la chose très dure en France». S’inspirer des méthodes ne signifie nullement comparer les Histoires ni mettre sur un pied d’égalité la Shoah et la Guerre d’Algérie.
            Longtemps nous n’avons pas voulu parler en France de l’épisode douloureux de l’utilisation de la police française dans l’arrestation et la déportation des Juifs de France. Longtemps la Guerre d’Algérie a été occultée et ne fait encore l’objet ni de films sérieux, ni de forums neutres, ni même d’études approfondies. Il a fallu que Jacques Chirac fasse en 1995 sa déclaration sur la Shoah pour que les langues se délient et que les faits soient enfin rapportés et condamnés. 
          Macron souhaite qu’il en soit de même de l’histoire de la colonisation en Algérie, qu’elle ait été bénéfique pour certains ou dramatique pour d’autres. Comparer les méthodes d’approche des deux drames historiques ne constitue aucun jugement de valeur sur la Shoah car «le crime absolu ne peut être comparé à aucun autre mais ces deux sujets mémoriels sont au cœur de la vie des nations». 
            Emmanuel Macron a regretté que, comme pour la Shoah, les historiens n’aient pu à ce jour travailler sur la question algérienne. Dès que l’on parle de la Guerre d’Algérie, l’extrême-droite embraye très vite car les nostalgiques de cette guerre constituent le noyau dur de son électorat raciste et antisémite. Les entendre aujourd’hui vouloir sanctuariser la Shoah alors qu’ils l’avaient bénite est la preuve qu’en politique il n’y a aucune limite sérieuse. Ceux qui ont attaqué Macron se sont engouffrés, les deux pieds joints et avec l'aval des Juifs, dans un sujet que les ennemis des Juifs adorent.
             Il suffit d’ailleurs de lire ce dialogue irréaliste d’hier sur Facebook pour se rendre compte que crier avec les loups pour les Juifs, revient à se flageller soi-même : «Perso j'en ai plus que ras le bol de ces Juifs pleurnichards... Le souvenir de la Shoah oui sans conditions... mais guère plus ! En France plus de 900 actes de vandalismes, dégradations, sacrilèges, contre les églises et cimetières catholiques sur une seule année = 3 par jour et rien ni dans les mierdas ni du pouvoir politique laïc... Les merdias et autres hauts dignitaires donnent volontiers parole et colonnes aux Juifs, CRIF etc... La différence de traitement entre un assassinat d'une (malheureuse je le concède) juive en plein Paris par un «déséquilibré» et celle d'un prêtre catholique en son église me sidère ! Ah oui j'oubliais ... le Catho baisse l'échine et tend l'autre joue, le Juif criera toujours au loup».
            À vouloir trop bien faire en croyant défendre les Juifs, on s’enlise dans les marécages douteux de la politique politicienne et on se détourne des vrais problèmes.

13 commentaires:

Harry NUSSBAUM a dit…

Bravo Jacques. Il fallait que cette mise au point soit faite et vous l'avez bien faite ! Rien à ajouter.

MICHEL06 a dit…

Ce n 'est pas l'extreme-droite ni aucun groupe d'influence français qui bloque le travail des historiens sur le sujet de la guerre d'Algérie , C'EST L'ETAT ALGERIEN lui-même , qui a besoin d'imposer à son peuple mais aussi à chaque gouvernement français successif, sa " version" de la guerre d'Algérie , et qui fait en sorte depuis 1962 QUE SA PROPAGANDE S'IMPOSE A CHAQUE GOUVERNEMENT FRANCAIS en menaçant de rompre la coopération bilatérale ( vente de gaz, coopération anti-terroriste etc).
POURQUOI ? Parce que c'est cette version qui lui permet de maintenir la dictature du pouvoir conjoint (armée + FLN) sur le peuple algérien : crise économique ? pauvreté ? pénurie de telle denrée de base ? A chaque plainte du peuple algérien, la réponse des dirigeants algériens est : "C'est la faute de la colonisation !!!!"
QUOI ? presque 70 ans après l'indépendance ? avec toutes les richesses et le potentiel du pays ? ça ne prend plus , et c' est pourquoi les algériens sont dans la rue , encore maintenant ....

Françoise Attal a dit…

Merci beaucoup ! Au moins c'est clair ! Bien à vous,

André MAMOU Tribune Juive a dit…

Jacques , tu t’égares !

Le Président est peut être fatigué ou bien a mal compris les notes de ses conseillers .
Mais il a bien dit , il a parlé « en même temps » de la Shoah et d’une guerre coloniale !
C’est une erreur majeure que l’ Elysée a essayé de corriger par la suite !

Le terrorisme contre les chrétiens est l’affaire de tous donc également des juifs .L’affaire Sarah Halimi est une affaire Dreyfus recommencée .
Je ne comprends pas que tu veuilles prendre tes distances sur ce sujet

Max a dit…

De nouveau Mr Benillouche vous analysez de maniere pertinente la declaration de Macron. C’est un procédé litteraire et philosophique appris dans les analyses comme on apprend à le faire dans les classes de cagne et les grandes ecoles de nettre en parallèle d’un point de vue structurel des evenements ou des processus qui peuvent avoir des poids différents mais dont le parallèle est analysable. Bravo.

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Cher Jacques Bénillouche, E.Macron peut se féliciter d'avoir en vous un excellent AVOCAT, toujours prêt à le comprendre, et à l'excuser, et à le justifier, bref à le défendre fidèlement...

Marianne ARNAUD a dit…

@ Ingrid

... et gageons que s'il n'en restait qu'un, ce serait monsieur Benillouche !

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Je suis tellement un fidèle de Macron qu'en raison de mes articles critiques je suis depuis trois ans interdit à l'Ambassade de France. Je n'y suis plus invité même au 14 juillet, c'est dire si je suis un bon avocat de Macron!

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

Si j'essaie d'analyser la situation du président Macron face aux Français, je suis obligée de constater :

1 - qu'au moment où Jérôme Leroy, rédacteur en chef à Causeur, constate : "Emmanuel Macron gouverne en oubliant qu'il a été mal élu"

2 - un récent sondage nous apprend que 7 Français sur 10 pensent que Macron ne sera pas réélu en 2022

3 - or c'est précisément ce moment que choisit Macron, pour avouer dans l'avion qui le ramène d'Israël en France, qu'il compte sur la reconnaissance de la Guerre d'Algérie et de la colonisation, en tant que crime contre l'humanité de la France, ce qui - sous-entendu - devrait jouer pour lui, le même rôle que ce que la reconnaissance de la Shoah a été pour Jacques Chirac, c'est-à-dire, ce qui lui a valu sa réélection en 2002 !

Très cordialement.

Véronique Allouche a dit…

@Marianne
Si le discours de Chirac sur la responsabilité de la France dans la déportation de ces juifs a été le fruit de sa réélection, je lui suis infiniment reconnaissante de l’avoir fait et remercie les français d’avoir été attentifs à cette vérité. Il fallait un courage certain pour la dire.
Cordialement vôtre

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

à Jacques B. : Ah ! Interdit à l'Ambassade de France ? Mais qu'est-ce que l'Ambassade de France veut nous cacher là ? Vous êtes alors plus dangereux qu'il n'y paraît...

HAalg a dit…

z Il nous faut éviter cette confusion entre la Shoa, des crimes perpétrés par les sinistres nazis, contre les Juifs parce qu'ils sont Juifs d'une part et d'autre part, les drames de la guerre d'Algérie de 54/62, vécus par les Algériens dans leur chaire ainsi d'ailleurs que beaucoup de Pieds Noirs et autres Français de France... Il est mal à propos d'évoquer la guerre d'Algérie et ses malheurs vécus par tous... au même moment de l'évocation du 75 aniversaire de la commération de la Shoa... Les colonialismes, de par le monde, furent nombreux, français certes mais également britannique, russe, turc, espagnol, portugais...belges.... allemand....... . L'occupation française en Algérie pas plus qu'ailleurs et d'autres dans d'autres pays colonisés n'avaient pour objectifs d'éradiquer une identité, un peuple comme le furent les Juifs massacrés parce qu'ils sont Juifs..Le colonialisme est l'occupation d'un espace à l'effet d'asservir par mille subterfuges, les gens originaires de cet espace, les autochtones... ... c'est le lot de l'histoire du genre humain depuis la nuit des temps..l'on a en mémoire l'occupation romaine, bizantine, arabe, turco-janissaire notamment en Afrique du nord dont cet espace l'Algérie... ..................Par ailleurs, le point de vue de l'Algérien vivant en Algérie.. en cette période en Algérie, d'imposantes manifestations pacifiques des populations à travers toutes les régions du pays... est qu'il est innoportun d'aborder le volet algéro-français.. car cela alimenterait et apporterait de l'eau aux moulins de nos nationalo-faschos à l'origine du malheur algérien depuis 1962... Autant rappeler ce devoir de mémoire entre les deux Peuples mais seulement une fois que le Peuple Algérien bénéficie du bien-être français dans le domaine de la démocratie, des libertés, d'une presse libre et d'éléctions propres et saines... ce n'est pas encore le cas... Ainsi donc, ne rien dire dans ce domaine, c'est mieux pour les luttes démocratiques en Algérie.

Unknown a dit…

"je pense qu'il a à peu près le même statut que la Shoah" : c'est pourtant clair. Michel Garroté - lesobservateurs.ch mgarrote56@gmail.com