LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

vendredi 24 janvier 2020

Amir Al-Salbi, le nouveau chef de Daesh


AMIR AL-SALBI, LE NOUVEAU CHEF DE DAESH

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            

          Les services de renseignement ont enfin identifié le nouveau chef de Daesh comme étant Amir Al-Salbi, plus précisément Amir Mohammed Abdul Rahman al-Mawli al-Salbi. Il est l'un des membres fondateurs du groupe terroriste et avait été responsable de l'esclavage de la minorité yézidi en Irak. Il supervisait les opérations dans le monde.


Al Baghdadi

            À la suite de l’élimination le 27 octobre 2019 d’Abu Bakr al-Baghdadi, tué lors d’un raid des forces spéciales américaines mené dans la province syrienne d’Idleb, l’assemblée consultative (Majles al-choura) de Daesh, réunie le 30 octobre, avait décidé de faire allégeance à Abu Ibrahim al-Hashemi al-Qureshi en tant que «commandeur des croyants et nouveau calife des musulmans». Mais la véritable identité de son nouveau chef restait incertaine.
            Son existence même fut remise en cause par plusieurs experts car l’organisation a été prise de court par la brutalité de l’élimination de Baghdadi. Malgré la diffusion de l’identité de son successeur, on ignorait s’il existait véritablement. Mais deux services de renseignement ont reconstitué une image plus complète en le plaçant au centre du processus décisionnel de Daesh et en le dépeignant comme «un vétéran endurci dans la même veine que Baghdadi, indéfectible dans sa fidélité au groupe extrémiste».
            Le président Trump avait affirmé un peu précipitamment qu’il savait «exactement» qui était le leader de Daesh alors que ses services de renseignements naviguaient dans le brouillard. Hicham al-Hachemi, historien irakien et chercheur en sécurité et affaires stratégiques, spécialiste de Daesh, n’avait pu donner à l’époque qu’une piste limitée : «Nous ne savons pas grand-chose de lui, sauf qu’il est le principal juge de Daesh et qu’il dirige l’Autorité de la charia, la loi islamique».

Camp Bucca

            On sait à présent qu’il était né dans une famille irakienne turkmène dans la ville de Tal Afar, dont le frère Adel Salbi est le leader du parti politique le Front irakien turkmène. Il est l'un des rares non-Arabes parmi les dirigeants du groupe. Titulaire d'un diplôme en charia de l'Université de Mossoul, il a gravi les échelons grâce à ses antécédents en tant que savant islamique. En effet Al-Salbi avait rendu des décisions religieuses qui sous-tendaient la tentative de génocide des yézidis par Daesh. En 2004, il avait été détenu par les forces américaines dans la prison de Camp Bucca, dans le sud de l'Irak, où il a rencontré Baghdadi.
            Son pseudo Al-Qureshi suggère qu’il revendique une lignée descendante de Muhammad de Quraysh, la tribu arabe au sein de laquelle naquit le prophète Mahomet, une position qui offre une légitimité dans certains milieux. Le nom d'Al-Hashimi serait en fait un nom de guerre. Il était devenu le chef d'une organisation réduite à quelques cellules dormantes dispersées et simple dirigeant d'un «califat de cendres». On pensait aussi que la mort de Baghdadi allait entraîner probablement la fin de Daesh en termes de capacité opérationnelle.
Une attaque à un poste-frontière tadjik a fait 17 morts,

            Or le nouveau chef semble avoir aujourd’hui la tâche de rassembler le groupe pour en refaire une force de combat, et d’éviter sa disparition et surtout son déclin. Il a reçu des allégeances du monde entier qui illustrent sa légitimité alors qu’il souffrait de critiques selon lesquelles il était inconnu et illégitime. En particulier, à la suite d'une attaque contre la frontière entre le Tadjikistan et l'Ouzbékistan, qui avait tué 17 personnes le 7 novembre, les assaillants avaient fait allégeance à al-Hashimi avant l'attaque.
Al-Salbi

            Al-Salbi est considéré comme l'un des idéologues les plus influents parmi les rangs désormais épuisés de Daesh. Il est également connu sous le nom de guerre Haji Abdullah, et dans certains cercles sous le nom d'Abdullah Qardash. Avant la mort de Baghdadi, le département d'État américain avait misé une prime de 5 millions de dollars sur la tête de Salbi et sur deux autres membres importants du groupe. Déjà en août, il était déjà présenté comme le remplaçant potentiel de Baghdadi, mais la confirmation de sa nomination a pris plusieurs mois.        
            Depuis lors, il aurait tenté de consolider la nouvelle direction de Daesh, dont presque tous, à l'exception de Salbi lui-même, sont issus d'une nouvelle génération qui était trop jeune pour jouer un rôle dans les combats fondateurs contre les forces américaines à partir de 2004 ou en Irak. Daesh n'a pas encore retrouvé l'élan de la grande organisation qui avait menacé l'ordre mondial dès que Baghdadi s'était proclamé calife du monde islamique à la mi-2014.
            Les responsables du renseignement ne savent pas avec précision où il se trouve, certainement pas dans la province d'Idlib comme Baghdadi mais plutôt dans une ville à l'ouest de Mossoul. La ville de Mossoul reste un refuge pour les dirigeants rescapés de Daesh qui ont tenté de se fondre dans des communautés pour se reconstruire après cinq ans de guerre.
Camp Al-Hol en Syrie
        Les Occidentaux craignent toujours la nuisance de Daesh. De l'autre côté de la frontière syrienne, les autorités britanniques, françaises et européennes considèrent comme la plus grande menace résiduelle posée par Daesh, les deux grands centres de détention installés pour héberger les membres du groupe et leurs familles qui ont fui les zones de combat. Les camps d'Al-Hol et d'al-Roj, contrôlés par les forces kurdes syriennes, restent des foyers d'extrémisme. De nombreux rapports font état d'une instruction religieuse radicale donnée par des femmes de Daesh. Des sources kurdes parlent de l'endoctrinement à l’intention des membres du camp, intimidés et harcelés par les extrémistes.
        Daesh n'est donc pas totalement éradiqué et comme une hydre à plusieurs têtes, il renaît systématiquement de ses cendres.

2 commentaires:

bliahphilippe a dit…

Il a une belle tete de prof de philo promis a une brillante carriere.

2 nids a dit…

Un drone bien armé et le problème sera éradiqué..! on attend...