LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 7 janvier 2020

L'avenir incertain de Gidéon Saar au Likoud


L’AVENIR INCERTAIN DE GIDEON SAAR AU LIKOUD

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            

          L’échec de Gideon Saar, qui a imposé des primaires contre la volonté des amis de Netanyahou, ne peut pas rester sans conséquences. Affronter le grand patron du Likoud est un crime de lèse-majesté qui exige des représailles sachant que Netanyahou a la rancune facile. Le parti est divisé. Pour les uns, il faut passer l’éponge au nom du rassemblement à la veille des élections. Pour d’autres, on ne peut garder au sein de la direction du parti un félon qui risque plus tard de créer une véritable scission en son sein. Pour eux, il s’honorerait en démissionnant pour laisser la place à un fidèle du leader.



            Les élections primaires se sont avérées être une aubaine pour Netanyahou. Elles ont dynamisé sa position au sein du Likoud et consolidé sa légitimité. Elles ont prouvé que les rumeurs autour d’une fronde au Likoud n’avaient pas de fondement. D’ailleurs dans son discours de victoire, Netanyahou a été clair : «J'ai reçu un nouveau mandat massif du Likoud». 
           Les résultats ont révélé l'étendue de l'emprise de Netanyahou sur les bastions traditionnels du Likoud, paradoxalement les villes du sud d'Israël et la périphérie sociale urbaine : 77,8% à Ashkelon, 90% à Netivot et 88% à Sdérot, les villes à majorité séfarade les plus menacées par les roquettes du Hamas.

            L’échec de Saar a servi de leçon pour les autres ministres qui avaient quelques velléités de rébellion. Son avenir est effectivement bouché tant la campagne électorale interne a été politiquement sanglante, à base d’attaques sur fond de noms d’oiseaux. Mais la magnanimité est l’attribut d’un pouvoir fort. Alors qu’il avait été l’objet d’un complot de Cinna pour l’assassiner, l’empereur Auguste, accablé par la haine de tous ceux qui lui étaient chers, avait décidé finalement de les gracier. De plus, il avait proposé à ses anciens ennemis de reprendre leur place en paix, avec les mêmes avantages. Tous acceptèrent les postes importants qui leur ont été proposés
            Deux options s’ouvrent donc à Netanyahou. Soit il écarte Gideon Saar et ses amis des listes électorales au titre des représailles. Mais cela les pousserait à se présenter en autonome en grignotant quelques sièges au Likoud, ou alors à proposer leur service à Benny Gantz qui sauterait sur l’occasion pour affaiblir le Likoud, en le lestant de cinq sièges. Mais cette solution enlèverait à Saar son auréole de légitimiste qu’il a toujours adopté.
            Netanyahou pourrait choisir le principe du rassemblement de toutes les forces vives du parti en montrant une attitude magnanime. Comme il doit annoncer au début de l’année sa démission de plusieurs portefeuilles ministériels sur recommandation de la Haute Cour de justice, il pourrait offrir l’un des portefeuilles intérimaires aux félons, ou au chef d’entre eux, pour fumer le calumet de la paix et s’afficher unis pour les élections du 2 mars 2020. Parfois l’intérêt prime sur le ressentiment personnel. Et alors Saar répondrait comme l’avait fait Cinna face à Auguste :
                        Jamais plus d’assassins, ni de conspirateurs :
                        Vous avez trouvé l'art d’être maître des cœurs.
                        Rome, avec une joie et sensible et profonde,
                        Se démet en vos mains de l’empire du monde
                        Vos royales vertus lui vont trop enseigner
                        Que son bonheur consiste à vous faire régner.
Sharren Haskel, partisane de Saar

            Mais la poésie n’est pas du domaine de la politique israélienne et de ses gros sabots. Netanyahou a porté l’estocade à l'homme qui a cherché à le remplacer. Gideon Saar voulait convaincre les militants qu’après deux échecs de Netanyahou aux élections, il était capable de les conduire vers la victoire. S’il avait obtenu 40% des votants, sa victoire aurait été totale, mais il n’a pas réussi à convaincre. A la tête de 5 députés sur 32 à la Knesset, il n’a pas suffisamment de poids pour créer un groupe de pression. Il a voulu se distinguer en prenant des positions politiques très extrémistes, comme s’il s’adressait à l’extrême-droite mais sa stratégie n’a pas payé. Son avenir de leadership du Likoud est plus que jamais compromis, du moins tant que Netanyahou se trouve aux manettes. Il a petrdu son pari d'être opposant numéro-1 du premier ministre.

2 commentaires:

zoro a dit…

La réaction du likoud est vraiment exagéré chacun a le droit d`avoir ses propres opinions et les faire savoir au grand jour sans déclencher une tempête irresponsable qui agites les cerveaux qui n`ont rien d`autre a faire que de mettre la pagaille.
Saar a jouer un jeux très serre et je ne trouve pas qu`il a perdu quoi que ce soit, mais au contraire il a permis a BiBI d`ettre plus fort et cela lui fait un tremplin pour les élections qui s`annonces très serres.
je conseil au likoud de respecter Saar et de lui donner la place qu`il mérite

zoro a dit…

La réaction du likoud est vraiment exagéré chacun a le droit d`avoir ses propres opinions et les faire savoir au grand jour sans déclencher une tempête irresponsable qui agites les cerveaux qui n`ont rien d`autre a faire que de mettre la pagaille.
Saar a jouer un jeux très serre et je ne trouve pas qu`il a perdu quoi que ce soit, mais au contraire il a permis a BiBI d`ettre plus fort et cela lui fait un tremplin pour les élections qui s`annonces très serres.
je conseil au likoud de respecter Saar et de lui donner la place qu`il mérite