LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 10 décembre 2019

La crise d'adolescence d'Israël par Gérard ZEITOUN



LA CRISE D’ADOLESCENCE DE L’ÉTAT D’ISRAËL

Une réflexion du Dr Gérard ZEITOUN

            

          Par rapport à la France, l'Angleterre, et même les Etats-Unis, on peut considérer qu’un pays qui a un peu plus de 70 ans est un pays jeune. Il s’est renforcé petit à petit, et il arrive tout doucement à l’âge adulte, mais c'est encore un adolescent. Et toute adolescence est une crise, crise que vit actuellement l’Etat d’Israël. Il faut dire que ses parents avaient été si fortement traumatisés par tout ce qu’ils avaient vécu, qu’ils avaient voulu éduquer leur enfant, si chétif et malingre qu’il était, avec les meilleurs principes, et la moralité la plus achevée, en évitant de le traumatiser en quoi que ce soit. Ceci a entraîné trois erreurs à mon avis : 




            1ère erreur : Ainsi, une petite partie de sa population était très religieuse, et avait été dispensée de service militaire pour pouvoir fréquenter en toute tranquillité Yeshivot et autres institutions. Pourtant, la renaissance du pays n’était pas l’œuvre des religieux mais des laïcs. Car voyez-vous, on peut être Juif et non religieux, comme on peut avoir été baptisé et être chrétien, mais complètement athée.
        Ainsi, ils ont donné le droit de vote à tous les citoyens, et en particulier à des non-juifs, précédant en cela le principe cher à la révolution Sud-Africaine dont le slogan était : «un homme, un vote». Et l’on ose dire qu’Israël est un pays d’apartheid.  Mais il est connu qu’on ne peut obliger un âne à boire s’il n’a pas soif. Pourtant le partage de l’ONU avait été fait pour séparer les Juifs des non-Juifs,
            2ème erreur : Droit de vote donné aux Arabes palestiniens, restés dans l’Etat d’Israël nouvellement créé, et ayant acquis de ce fait la nationalité israélienne. Ces Arabes se revendiquent comme israéliens mais aussi comme palestiniens. Pourtant, ils avaient déjà été responsables de nombreux attentats contre les Juifs, avant la création de l’État. Ce sont d’ailleurs ces conflits incessants qui ont amené la SDN à faire ce fameux partage avec sa litanie de «Yes et No» pour créer un État pour les Juifs et un autre pour les Palestiniens.
            3ème erreur : mise en place d'un mode de scrutin à la proportionnelle intégrale. Israël n'est pas le seul pays à avoir ce mode de scrutin. Tous les pays qui l'ont adopté ont souvent de grandes difficultés à former un gouvernement qui ne dure souvent pas longtemps. C'était le cas de la France de la IVème République. Par ailleurs, les petits partis, souvent indispensables pour former une majorité hétéroclite, prennent une importance disproportionnée par rapport à la place réelle qu'ils ont dans l'échiquier politique. C'était la «loi des partis» qui était haïe par De Gaulle. Car, il faut bien le constater, les pays ont besoin de stabilité autant que de parfaite démocratie électorale.  
            Winston Churchill avait coutume de dire : «La démocratie est un mauvais moyen de gouverner mais il n'y en a pas de meilleur». Et pourtant, il y a en Angleterre le bipartisme de fait, ce qui simplifie bien les choses.
            Et maintenant, Israël est en pleine crise d’adolescence : celui des choix fondamentaux que doit faire ce jeune-homme de pays. Faut-il créer un pays laïc pur et dur, où les religions et les minorités, qu’elles soient nationales, les Russes, les Ethiopiens, Les Druzes, les Bédouins, les Palestiniens, ou autres sont interdites dans les choix électoraux. Deux partis : un de droite, un de gauche, et les citoyens votent pour l’un ou l’autre, en faisant abstraction de toute autre considération, comme en Angleterre ou aux États-Unis où il y a pourtant de puissantes communautés religieuses, et parfois très religieuses, mais aussi nationales (Les Mexicains, les Cubains, entre autres) sans avoir de partis spécifiques pour autant.
            Faut-il enlever le droit de vote à ceux qui ne font pas le service militaire, que ce soit pour des raisons philosophiques (objecteurs de conscience) religieuses ou nationales ? Ni service militaire ni service civil en remplacement.
            Évidemment, cette mutation ne pourrait se faire que par référendum, car aucune Knesset n'accepterait de se saborder. Quel homme politique aura assez de poids pour l'imposer ? Ou bien faut-il attendre une situation qu'il est difficile d'imaginer pour que cette solution s'impose ?


1 commentaire:

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Vous dites : "on peut avoir été baptisé et être chrétien, mais complètement athée."
Or ceci prouve que vous ne connaissez absolument pas les Ecritures, ou Bible, qui contiennent le message original du Messianisme (égal Christianisme), mais que vous vous basez en fait uniquement sur les traditions religieuses catholiques (peut-être même protestantes ?) que vous ne connaissez, quant à elles, sûrement que par ouïe dire. En effet, si vous connaissiez la Bible, vous sauriez que la FOI messianique (ou « chrétienne ») PRECEDE le baptême (égal immersion, qui est le fait d’être complètement plongé dans l’eau). Car la Bible déclare par la bouche de JESUS lui-même : « Celui qui croira ET qui sera immergé (donc totalement plongé dans l'eau) sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera perdu » (Evangile selon Marc – un JUIF ! Chap. 16, v. 15-16).
Par conséquent : n'est immergé(e) que celui ou celle qui DEMANDE l’immersion APRES avoir fait une démarche de FOI, c'est-à-dire APRES avoir CRU en l'oeuvre de rédemption de Jésus, mort pour le pardon de nos péchés et ressuscité pour notre justification (ce qu’un bébé ne peut manifestement pas faire).
En outre, l’immersion va de pair avec la confession de foi : «Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Ecriture : Quiconque croit en lui ne sera point confus.» (Saul-Paul - un autre JUIF ! - dans sa Lettre aux Romains, chap. 10, v. 9-10).
Donc on ne naît pas Chrétien (égal Messianique égal Oint) mais on le devient. Si donc vous rencontrez quelqu’un qui se dit « Chrétien » et est athée, en réalité il n’est pas Chrétien, il est simplement de tradition catholique (ou protestante) et se leurre lui-même sans aucun doute par ignorance.
Tout comme d’ailleurs la BIBLE déclare que «Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les dehors (ou les apparences) ; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans la chair. Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement ; et la circoncision, c'est celle du coeur, selon l'Esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu. » (Saul-Paul dans Romains 2, 28-29). Ce qui explique aussi pourquoi tant de Juifs sont ATHEES également, car uniquement Juifs par tradition RABBINIQUE et non par vérité divine. Il est nécessaire de lire les Ecritures...
A noter que le Messianisme ou Christianisme est un message JUIF exporté d’Israël par les apôtres et disciples de Jésus qui étaient au départ TOUS JUIFS.