Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

lundi 6 janvier 2020

En 2020, Mein Kampf pour tous par BAZAK



EN 2020, MEIN KAMPF POUR TOUS

Par BAZAK

Mein Kampf en arabe

         Nombreux et sans doute réjouis, seront les adeptes francophones de la lecture qui ont appris ou qui apprendront que le grand éditeur Fayard après avoir édité cet ouvrage en 1938, sous le titre de Ma doctrine qui était un glissement de sens au lieu de Mon combat, récidive et proposera pour 2020 une nouvelle traduction. Il s’agit de l’illustre écrivain que fut le chancelier du III° Reich On sait que l‘ouvrage seul fait près de deux mille pages et qu’il sera agrémenté de mille pages par des d’historiens et des chercheurs, soit au total près de trois mille pages. D’emblée, on ne doute pas qu’il s’arrachera.



            Nous avons en France la loi de 1972, Art 1er qui punit l’incitation à la haine «la provocation peut être indirecte et, élément nouveau, ne nécessite pas nécessairement d’être suivie d’effet pour être punissable». Le lecteur appréciera les deux extraits de l’édition de 1934.
            Page 677 en référence à la guerre de 14-18 : «Si l’on avait au début de la guerre et au cours de la guerre, tenu une seule fois douze ou quinze mille de ces Hébreux corrupteurs du peuple sous les gaz empoisonnés que des centaines de milliers de nos meilleurs travailleurs allemands de toute origine et de toutes professions ont dû endurer sur le front, le sacrifice de millions d’hommes n’eut pas été vain. Au contraire, si l’on s’était débarrassé à temps de ces quelques douze mille coquins, on aurait peut-être sauvé l’existence d’un million de bons et braves allemands d’avenir». 
            Page 621 : «Ce peuple (français) qui tombe de plus en plus au niveau des nègres, met sourdement en danger, par l’appui qu’il prête aux Juifs pour atteindre leur but de domination universelle, l’existence de la race blanche en Europe».
            Je considère cette parution comme très dangereuse alors qu’un dirigeant oh combien connu d’un parti politique s’en prend ouvertement au CRIF et au grand rabbin de Londres, les rendant coresponsables de l’échec de l’antisémite Corbyn, n’en déplaise à certains. Le même pourtant s’était insurgé, en 2015 lors de la révélation de ce projet, en déclarant «C’est un texte criminel, c’est la condamnation de six millions de Juifs et cinquante millions de personnes ont été plongées dans la seconde guerre mondiale» 
            Alors que les délits antisémites augmentent et que l’assassin de Sarah Halimi est déclaré irresponsable bien qu’il s’agisse ouvertement d’un acte antisémite commis «après absorption de substances toxiques et sous leur influence». Cela qui constitue désormais une nouvelle jurisprudence. En somme, un nouveau mode d’emploi pour futur meurtrier. 
            On apprendra au passage, avec un intérêt certain que cet ouvrage n’a jamais été mis à l’index par le Vatican, car l’idéologie nazie faisait l’éloge du christianisme pour mieux s’en servir, avec la complaisance du pape Pie XII, lâche et passif devant le génocide.

            70 ans après la fin de la guerre et de ses millions de victimes, faut-il vraiment rééditer cet ouvrage raciste et antisémite, au nom de la liberté d’expression ? Encore faudrait-il s’accorder sur ce qu’elle signifie. Elle est dramatiquement mise à mal par les réseaux sociaux devenus des médias redoutables et pervers.  Je suis de ceux qui contestent sa parution, car sa vocation première demeure : propager une idéologie mortifère qui est à l’origine de millions de morts. Je ne vois dans cette démarche, même sous une nouvelle traduction qui n’en modifiera pas le sens, qu’une démarche purement commerciale ou idéologique, mais certainement pas un quelconque apport intellectuel, culturelle ou historique comme on veut nous le laisser croire, en soulignant l’apport critique de mille pages !  Chacun agira en son âme et conscience.

1 commentaire:

2 nids a dit…

Je suis bien d'accord avec vous,et je poserai la question Qui est à l'origine responsable de cette parution, qui en sont les vecteurs..? se serait intéressant de le savoir...